Louis Des Masures évoque, en français et en latin, Mellin de Saint-Gelais (1557)

Dernière mise à jour : 25 août 2015

En 1557, dans deux de ses publications, en latin et en français, Louis Des Masures évoque Mellin de Saint-Gelais dans trois poèmes, l’un adressé à Mellin et les deux autres au Cardinal de Lorraine, son protecteur, et Joachim Du Bellay.

Plan de l’article

1. Carmina, 1557

a. “Ad Carolum Lotharingum Cardinalem ampliss. de Sammeliano agello suo”, p. 38-43
b. “Ad Mellinum Sangelasium”, p. 51

2. Œuvres poëtiques de Louïs Des Masures Tournisien, 1557, p. 15-21


1. Carmina, 1557

Ludovici Masurii Nervii Carmina, Lyon, Jean de Tournes et Guillaume Gazeau, 1557.

La numérisation de cet ouvrage est disponible sur Gallica

a. “Ad Carolum Lotharingum Cardinalem ampliss. de Sammeliano agello suo”, p. 38-43

On peut lire l’intégralité de cette longue épître sur Gallica. Nous en transcrivons un extrait dans lequel Mellin de Saint-Gelais est évoqué, aux côtés de Jean Salmon Macrin et de Clément Marot.

“Ad Carolum Lotharingum Cardinalem ampliss. de Sammeliano agello suo”

[…]

Tum quos amico cunque parens sinu
Fœcunda vates Gallia foverit
Solatur, horrendo per orbem
Attonitos profugosque fato.
Te Sangelasi Pieridum gravis
Ardor sororum, te nimio dolet
Maerore confectum, nec illa
Qua solitus cythara sonantem.
Luges parentem finibus omnibus
Areliorum cum duce filio
Desideratum : sed levatur
Regis amore dolor secundi.
Moerore charam Salmonius lyra
Deflet Gelonin, qualis inania
Per regna, dulci Orpheus avernas
Ore movet miseandus umbras.
Felicem amico funere tum canit
Clio Marotum : quem neque tam feras
Vidisse mortes fors tulisset,
Nec patriae superesse cladi :
Nec longiores exilio metus
Agros et urbes qua Padus alluit,
Perferre : velox hunc avaro
Ante diem tulit hora fato.

[…]

Retour en haut de la page

b. “Ad Mellinum Sangelasium”, p. 51

L’ouvrage contient également un tetrastichon adressé à Mellin de Saint-Gelais (source : Gallica).

“Ad Mellinum Sangelasium”

Qui, Melline, sua cinxit tua tempore lauro,
Téque, nitens claro numine, Phoebus amat,
Hunc tibi quem, adiis latè effulgentibus annum
Aggreditur, laetum laetior esse velit.

Retour en haut de la page

2. Œuvres poëtiques de Louïs Des Masures Tournisien, 1557, p. 15-21

Œuvres poëtiques de Louïs Des Masures Tournisien, Lyon, Jean de Tournes et Guillaume Gazeau, 1557, p. 15-21.

La numérisation de cet ouvrage est disponible sur Gallica

Dans cette longue pièce, Des Masures évoque la cour de François Ier et les poètes qui s’y trouvait, puis son exil, d’abord à Rome avec le cardinal Jean Du Bellay, ensuite chez les Lorraine. On peut rapprocher cette épître, dont nous citons quelques extraits, du “Discours de Louis des Masures Tournisien à Pierre de Ronsard” paru dans Le Second livre des Meslanges de Pierre de Ronsard Vandomoys, en 1559 (voir cet article du carnet). Le passage concernant Mellin de Saint-Gelais dresse le portrait d’un poète mais aussi d’un musicien de la cour de François Ier.

 

“A Joachin du Bellay Ang.”

[v. 25-28]

C’estoit quand au chef la couronne
François le magnanime Roy,
Orné du beau lys qui fleuronne
Marchoit en trionfal arroy.

[v. 41-63]

Et lors, comme encores m’agrée
Telle amour plus qu’autre soulas,
J’adorois la troupe sacrée
Des neufs seurs, Phebus, et Pallas.
Et de tant d’amis, dont (helas)
L’accointer plus ne me recree :
Attirans à leurs voix hauteines
Les bois, les rochers, les fonteines.
O quantefois pres des rivages
De Loire, ou de Seine, ou du Loir,
Les Pans et les Faunes sauvages
Ont mis du tout à non chaloir
Le souvenir de se douloir
Des Nymphes aux rudes courages,
De Merlin chantant de s’amie.
Souvent les erreurs ennuyantes
Me chantoit il, et les desdains
Des amours plus leger fuyantes
Que les vents, les cerfs, ne les daims.
Puis touchoit leurs retours soudeins
Au son de ses cordes bruiantes,
Arrestant les sens et les ames
Sur l’inconstante foy des Dames.

Dans la suite de l’épître, Louis Des Masures évoque Nicolas Herberay, François Rabelais, Jacques Peletier du Mans, Hugues Salel, Clément Marot et Jean Salmon Macrin. Il consacre à chacun d’eux quelques vers et rappelle que “La docte bande qu'[il] conte / [Il eut] temps et plaisir de hanter” (v. 121-122). A ces premiers noms de Lettrés, il ajoute également Lancelot de Carles, Jacques Colin et Jean Martin qui se trouvaient aussi à la cour. En fin de pièce, Des Masures parle enfin de « ceux qu’à présent la France escoute », en particulier son destinataire, Joachim Du Bellay, et Pierre de Ronsard.

Retour en haut de la page


Pour citer cet article :
SICARD Claire et JOUBAUD Pascal, « Louis Des Masures évoque, en français et en latin, Mellin de Saint-Gelais (1557) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 25 août 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/4069.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search