Jean Brun interpelle Mellin de Saint-Gelais dans son éloge de François Bérenger de La Tour d’Albenas (1558)

Dernière mise à jour : 25 août 2015

De Jean Brun, originaire de Pradelles, on connaît quelques rares poèmes (voir l’article d’Adrien Lascombe, “Jean Brun, poète pratellois”, Mémoires et procès-verbaux de la Société agricole et scientifique de la Haute-Loire, t. XIV, 1905-1906, p. 115-120). Dans L’Amie des amies, Imitation d’Arioste : divisée en quatre livres, par Berenger de La Tour d’Albenas en Vivarez, Lyon, Robert Granjon, 1558, f. I v° – f. Iij r° (source : Gallica), l’une de ces pièces fait un éloge appuyé de François Bérenger de La Tour d’Albenas (sur ce poète, voir l’article de Guillaume De Sauza, “Bérenger de La Tour et son oeuvre poétique : essai de mise au point”R.H.R. n° 65, 2007, p. 65-92). Jean Brun trace en effet le portrait de son ami en successeur de Clément Marot et de Guillaume Crétin et invite Pierre de Ronsard, Jean-Antoine de Baïf, Pierre Paschal ainsi que Mellin de Saint-Gelais, présentés comme des poètes de cour (voir “Sortez, sortez de ce royal palaix”), à constater et admirer la grandeur de ce poète plus éloigné des cercles auliques et dont l’implantation est plutôt municipale. Il est intéressant de noter que Jean Brun utilise l’image de la “perle naïve” pour représenter son ami. Or cette métaphore avait été employée  à plusieurs reprises pour désigner Mellin de Saint-Gelais (voir article du carnet).

 

Brun“Jehan Brun poête francois”

Un incongnu, un Quidam de village,
Un vieil corbeau qui chante en son ramage
Un chant si doux entre les gens insignes
Comme le chant d’une oye entre les cignes,
Oyant le bruit de ta douce facture,
Il ha tant faict qu’il ha forcé nature
Voire les dieux de luy vouloir permettre
D’escrire en vers, et prononcer en metre,
Non pour donner à sa rusticité
Le loz et bruit de ta felicité :
Non pour sembler ceste œuvre Clementine,
Non pour gaigner le pris de l’englantine :
Mais pour dresser ses vers à l’impourveu
A un qu’il ayme, et qu’il n’ha jamais veu
Brun2Pour ce n’escrit son nom, mais il te prie
De le nommer la seule voix qui crie :
La seule voix qui d’un seul poinct ne ment,
Disant de toy, voicy l’autre Clement
Non successeur à Marot par semence,
Mais bien Clement filz à dame Clemence,
Qui de son bien tresjustement herite,
Et de laurier sa couronne merite.
Ronsard, Baif, paschal, et Sainct Gelais
Sortez, sortez de ce royal palaix,
Et venez voir ceste perle naïve
Que faut qu’apres la mort de Clement vive,
Brun3Mettez le moy (car les muses l’ont dit)
Au mesme lieu, voire en plus haut credit
Qu’onques ne fut vostre Clement, à l’heure
Qu’en ceste court souloit faire demeure,
Pour mettre à fin les chansons commencées
Du Roy david que Clement ha laissées :
Pour mettre à fin, et reduire en effect
Ce que Cretin des princes avoit faict :
Pour mettre à fin, et à fin de parfaire
Ce qu’à plusieurs la mort n’ha laissé faire.
Finallement pour reduire en grand lustre
Tous les hauts faicts de henry tresauguste.


Pour citer cet article :
SICARD Claire et JOUBAUD Pascal, « Jean Brun interpelle Mellin de Saint-Gelais dans son éloge de François Bérenger de La Tour d’Albenas (1558) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 25 août 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/4050.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search