Jacques Peletier du Mans fait l’éloge de Mellin de Saint-Gelais (1555)

Dernière mise à jour : 25 août 2015

L’Art poëtique de Jaques Peletier du Mans, Departi an deus Livres, Lyon, Jean de Tournes et Guillaume Gazeau, 1555.

La numérisation de cet ouvrage est disponible sur Gallica

Jacques Peletier du Mans, Œuvres complètes, tome 1, éd. Michel Jourde et Jean-Charles Monferran, Paris, Champion, 2011, p. 269-272.


Après avoir déjà mentionné Mellin de Saint-Gelais dans sa traduction de l’Art poétique d’Horace parue en 1541 (voir article du carnet), Jacques Peletier le cite de nouveau dans son propre Art poetique departi en deus livres, en 1555. Il le fait figurer parmi les grands poètes de son temps. Peletier se montre particulièrement élogieux (il n’est pas, avoue-t-il lui-même, “épargneur de louanges”), puisqu’il lui donne la première place dans la liste qu’il établit et considère qu’il est “doux, facond, et né aux oreilles des Princes”. Il mentionne également Pierre de Ronsard, Joachim Du Bellay, Maurice Scève, Pontus de Tyard, Louis Des Masures, Jean-Antoine de Baïf, ainsi qu’Antoine Héroët (encore vivant mais qui s’est éloigné de la cour dès la fin du règne de François Ier et a cessé d’écrire) et Clément Marot (mort en 1544). Ces deux derniers poètes se voient consacrer un développement plus important, matérialisé par des intertitres spécifiques dans la marge.

Le passage que nous transcrivons, dans le respect de la graphie inventée par Peletier pour reproduire le plus fidèlement possible la phonétique du Moyen Français, se trouve au deuxième chapitre du premier livre, “Dɇ la Naturɇ e dɇ l’Excęrcicɇ”, p. 13-14.

Transcription

Quant ȩ́t dɇ moę, jɇ nɇ suis point epęrgneur dɇ louangɇs. [Marge : Poëtɇs dɇ notrɇ tans] Jɇ suis bien ęsɇ dɇ dirɇ, un Seingelęs dous, facond, e nè aus oreilhɇs des Princɇs : un Ronsard, sublimɇ, e raporteur dɇ la Poësiɇ anciennɇ : un Dubęlay, elegant e ingenieus : un Sęvɇ, gravɇ et parfond an invancions : un Pontus, nęt e sutil : un Dɇmasurɇs, proprɇ e dilig’ant : un Baïf studieus e fluidɇ : un Jodęlɇ, impetueus, e plein dɇ chaleur Poëtiquɇ. Męs quoę ? il i an à assez bon nombrɇ d’autrɇs, dont les uns promętɇt seulɇmant dɇ soę, e mɇ font suspandrɇ mon jugɇmant : des autrɇs jɇ n’è vù les Ecriz : les autrɇs les tienɇt par devęrs soę, peùt ȩ́trɇ les plus sagɇs. Déquez tous jɇ nɇ voudroȩ́ ofanser un seul : eins complęrɇ a tous, s’il m’etoȩ̀t possiblɇ. Męs dɇ quoę sȩ̀rt ma commemoracion, ni a eus, qui, peùt ȩ́trɇ nɇ la dɇsirɇt pas ? ni a moę, qui seroȩ̀ an danger d’irriter ceus quɇ jɇ nɇ nommɇroȩ̀ point ? Jɇ diroȩ́ bien, qui mɇ lęssɇroȩ̀t juger, quɇ jɇ n’è ancorɇs vù Poësiɇ en Françoęs mieus dreceɇ a mon gre, ni plus santancieusɇ, ni la ou il út moins a rɇdirɇ : [Marge : Antoęnɇ Heroęt] que la Parfętɇ Amiɇ d’Antoęnɇ Heroęt. Cɇ quɇ jɇ nɇ dì point par afeccion, qui n’è ù ni familiarite avęquɇs luy, ni connoęssancɇ. Car ni l’agɇ ni les tans dɇ nous deus, nɇ nous ont soufȩ̀rt antrɇhanter. [Marge : Marot] Jɇ diroȩ́ ancorɇ dɇ Marot, quɇ nous n’avons jamęs ù an Francɇ un Poëtɇ dɇ plus eureus naturęl : e qu’il n’à ù autrɇ dɇfaut, sinon dɇ n’avoȩ̀r voulù grand’ chosɇ : eyant pù tout cɇ qu’il à voulù : hommɇ inimitablɇ an cęrteinɇs felicitez : e singulierɇmant an la Traduccion des Seaumɇs, Euvrɇ pour vivrɇ autant quɇ l’oui et lɇ nanni : tant pour la matierɇ, quɇ pour la formɇ : e si jɇ doȩ̀ dirɇ einsi, tant pour l’amɇ quɇ pour le cors.


Pour citer cet article :
SICARD Claire et JOUBAUD Pascal, « Jacques Peletier du Mans fait l’éloge de Mellin de Saint-Gelais (1555) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 25 août 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/4038.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search