Antoine Fouquelin prend Mellin de Saint-Gelais en exemple (1555)

Dernière mise à jour : 11 février 2017

Antoine Fouquelin, La rhetorique francoise d’Antoine Foclin de Chauny en Vermandois, A tresillustre princesse madame Marie royne d’Ecosse, Paris, André Wechel, 1555.

La numérisation de cette édition est disponible sur Gallica

Antoine Fouquelin, La rhetorique francoise d’Antoine Fouquelin de Chauny en Vermandois. A tresillustre princesse madame Marie royne d’Ecosse. Nouvellement reveüe et augmentée, Paris, André Wechel, 1557.

La numérisation de cette réédition est disponible sur Gallica


Dans sa Rhétorique françoise, parue en 1555 et rééditée en 1557, Antoine Fouquelin nomme Saint-Gelais à deux reprises et utilise certains de ses vers comme exemple dans sa démonstration. Nous citons les extraits concernés d’après l’édition princeps.

1. Figures, p. 40

Dans le chapitre intitulé « Figures », Fouquelin traite du nombre de syllabes que peuvent compter les vers. Après avoir étudié le cas des vers de 2, 3, 4 et 5 syllabes, il aborde celui des vers de 6 syllabes et s’appuie pour ce faire sur l’exemple d’une « ode » de Saint-Gelais, composée c. 1537. On remarquera que Fouquelin, en choisissant cette chanson et surtout cette classification générique, s’oppose implicitement à Joachim Du Bellay pour qui « O combien est heureuse » ne méritait pas le nom d’ode et devait tout juste être considérée comme une chanson vulgaire (voir cet article du carnet). 

Fouquelinp40

A. Fouquelin, Rhetorique françoise, Paris, Wechel, 1555, p. 40 source : Gallica)

La cinquiéme est de six syllabes, de laquelle sont les vers d’une ode de Saingelais, qui commence.

O combien est heureuse
La peine de celer
Une flamme amoureuse
Qui deus coeurs  fait bruler
Quand chacun d’eux s’attent
D’estre bien tot content.

2. Dialogisme, p. 91

Dans le chapitre initulé « Dialogisme », Fouquelin traite des poèmes mettant en scène un dialogue. Il cite alors l’épitaphe de Budé qu’écrit Saint-Gelais en 1540 et qui commence « Qui est ce corps que si grand peuple suit ».

Fouquelinp91

A. Fouquelin, Rhetorique françoise, Paris, Wechel, 1555, p. 91 source : Gallica)

Céte figure donne grant grace à l’Epitaphe de Budé, fait par Saingelais.

Qui est ce cors que si grand peuple suit ?
Las ! c’est Budé au cercoeil estendu.
Que ne font donq’ les choses plus grand bruit ?
Son bruit sans cloche est assez entendu.
Que n’a l’on plus en torche despendu,
Selon la mode acoustumée et sainte ?
Affin qu’il soit par l’obscur entendu,
Que des françois la lumiere est éteinte.


Pour citer cet article :
SICARD Claire et JOUBAUD Pascal, « Antoine Fouquelin prend Mellin de Saint-Gelais en exemple (1555) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 25 août 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/4017.