Matthieu Gribaldi envie Jean de Boyssoné d’avoir rencontré Mellin de Saint-Gelais (27 janvier 1539 n.s.)

Dernière mise à jour : 25 août 2015

Le jurisconsulte Matthieu Gribaldi, dit Mofa (1506-1562), est originaire de Padoue. Séduit par les idées de la Réforme, il quitte l’Italie et séjourne, à partir du milieu des années 1530, dans le sud de la France, où il enseigne, avant de gagner Genève, puis l’Allemagne. Au début de l’année 1539 (n.s.) il se trouve à Cahors et il écrit à son ami Jean de Boyssoné, qu’il a certainement connu lorsqu’il enseignait lui-même à Toulouse, en 1536-1537. Au début de cette lettre latine, dont le texte est conservé dans la correspondance de Boyssoné, Gribaldi évoque une journée que le toulousain a eu la chance de passer avec Mellin de Saint-Gelais.

Or l’on sait par un acte de François Ier, dont la cour séjourne à Montpellier entre le 21 décembre 1537 et le 17 janvier 1538, qu’à cette période le roi mandate Mellin de Saint-Gelais pour se rendre rapidement à Toulouse afin de procéder à l’inventaire de la bibliothèque de Jean Des Pins, mort le 1er novembre 1537, et de récupérer certains de ses papiers (voir Catalogue des actes de François Ier, t. 3, p. 454, acte n° 4599, daté du 17 janvier 1538 n.s.). Il est donc possible que ce soit à cette occasion que Saint-Gelais et Boyssoné aient passé cette journée ensemble : Boyssoné séjournait en effet dans sa ville à cette période, après être lui-même passé à Montpellier à la mi-août 1537 et avoir séjourné environ deux mois à Paris – à des dates où Mellin de Saint-Gelais ne s’y trouvait donc pas (sur ces voyages de Boyssoné, voir l’article de Jean-Claude Margolin, “Au temps de Barthélemy Aneau : Jean de Boyssoné et l’humanisme lyonnais d’après sa correspondance”, Bulletin de l’Association d’étude sur l’humanisme, la réforme et la renaissance, n°47, 1998, p. 21-22). On sait par ailleurs que Jean Des Pins avait été le protecteur de Boyssoné. Il est vraisemblable que les deux hommes aient pu se retrouver dans ces circonstances. Si tel était le cas, le jurisconsulte évoquerait un événement survenu un an auparavant, ce qui n’est pas impossible.

La numérisation du ms. Toulouse 834, qui contient la lettre de Garibaldi, est disponible sur le site de la bibliothèque de Toulouse. La lettre qui nous intéresse se trouve à la vue 46 de la numérisation (p. 81-82 du manuscrit). Elle est datée de Cahors, le 27 Janvier 1539 n.s. H. Jacoubet évoque cette lettre dans l’article qu’il a consacré à la correspondance de Boyssoné (voir ici, commentaire de la lettre 93) ; il résume ainsi le propos de Gribaldi : “Boyssoné a passé un jour avec Sangelasius. Gribaldus lui envie cette connaissance”.

Le passage concernant Saint-Gelais est le suivant : 

Matth. Mopha Gribaldus Jo. A. Boyssone S.

Scribis te cum Sangelasio tuo diem unum feliciter consumpsisse, tibi primum gratulor, mox invideo quod talem virum ne de facie quidem cognoscere merui, quando interea ibi locorum sum, ubi omnis honesta consuetudinis adempta mihi facultatem video.

Copie de la lettre de M. Gribaldi à J. de Boyssoné, 27 janvier 1539 n.s., ms. Toulouse 834, p. 81 (source : BM Toulouse).

Copie de la lettre de M. Gribaldi à J. de Boyssoné, 27 janvier 1539 n.s., ms. Toulouse 834, p. 81 (source : BM Toulouse).


Pour citer cet article :
SICARD Claire et JOUBAUD Pascal, « Matthieu Gribaldi envie Jean de Boyssoné d’avoir rencontré Mellin de Saint-Gelais (27 janvier 1539 n.s.) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 25 août 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/4006.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search