François Habert fait l’éloge de Mellin de Saint-Gelais (1549-1558)

Dernière mise à jour : 28 février 2020

Alors qu’il commence sa carrière en 1541, il semble bien que ce ne soit que sous le règne de Henri II que François Habert parle de Mellin de Saint-Gelais et/ou s’adresse à lui. Le “banni de liesse” mentionne en effet notre poète dans six textes, parus dans quatre de ses œuvres publiées entre 1549 et 1558. Ses épîtres de 1550-1551, notamment, s’inscrivent dans le contexte de la querelle entre Ronsard et Saint-Gelais.

Plan de l’article

1. Le Temple de chasteté, 1549.

2. Epistres heroïdes, 1550.

a. “A Monsieur de Saingelais aumosnier du Roy”, huitain.
b. “Epistre xiii de l’Autheur à monseigneur de sainct Gelais”.

3. Sermons satiriques, 1551.

a. “Epistre à monseigneur Melin de Saingelais aulmosnier du Roy sur l’immortalité des Poetes Francois”.
b. “Dixain à mondict seigneur de Saingelais”.

4. Les Divins Oracles de Zoroastre, 1558.


1. Le Temple de chasteté, 1549

François Habert, Le Temple de chasteté, avec plusieurs épigrammes, tant de l’invention de l’autheur que de la traduction et imitation de Martial et autres poètes latins, ensemble plusieurs petits œuvres poétiques, contenus en la table de ce présent livre, Paris, Michel Fezandat, 1549, f. Evj v°-Evij r°.

La numérisation de l’ouvrage est disponible sur Gallica.

Habert consacre ici un huitain à Saint-Gelais. L’une des rimes équivoquées de cette épigramme qui se veut élogieuse paraît bien peu heureuse : elle établit en effet une relation entre “Saint-Gelais” et “les singes laids”. Il est pourtant vraisemblable que François Habert reprenne ici un jeu onomastique dont il n’est pas l’auteur et dont la famille de Mellin se parait plaisamment, sans s’arrêter à son caractère désobligeant.

De fait, nous remercions vivement M. Didier Vidal de nous avoir signalé l’existence de sculptures de singes laids ornant plusieurs bâtiments financés par la famille Saint-Gelais : ainsi, peut-on en voir un à Angoulême, sur le faîte de l’ancien évêché dont le commanditaire semble avoir été Octovien de Saint Gelais, d’autres sur la maison de Jean de Saint-Gelais, abbé de Saint-Maixent, située rue d’Argence, toujours à Angoulême ou encore dans l’église de Saint Jean d’angle, village de Charente maritime dont le château appartenait également à la famille de Mellin.

“A Monsieur de Sainct Gelais”

     Voyant aupres de Sainct Gelais
Maint lourd Poete babillard
Me semble voir des Singes laids
Ou des joueurs de bas billard,
Et ne trouve en leur babil art
Non plus qu’en cuysinier qui rime
Sainct Gelais quant il babille ard
Les cueurs de sa coulante rime.

Retour en haut de la page

2. Epistres heroides, 1550

Epistres, Heroides, Tressalutaires, pour servir d’exemple a toute ame fidele, avec aucuns Epigrammes, Cantiques spirituelz et Alphabet Moral pour l’instruction d’un jeune Prince ou Princesse, Item la Paraphrase Latine, et Françoyse sur l’Oraison Dominicale, Paris, M. Fezandat et R. Granjon, 1550.

La numérisation de cet ouvrage est disponible sur Gallica

Jean-Charles Monferran (“Sur les bouleversements de l’histoire littéraire : les épîtres de François Habert à M. de Saint-Gelais (1550-1551)”, B.H.R., t. LXXIII, 2011, n°3, p. 623-640), précise qu’il y a deux émissions de cet ouvrage, l’une datée de 1550 (Ars 8°BL 12170 Res) et l’autre de 1551 (Ars 8° BL 12171) mais qu’il s’agit bien du même ouvrage, “l’exemplaire de l’Arsenal, daté de 1551, comportant simplement un dernier feuillet supplémentaire, où l’on peut lire un privilège daté du 23 juillet 1550”. Dans cet ouvrage, on trouve deux pièces adressées à Mellin de Saint-Gelais, un huitain et une épître, étudiée dans l’article de Jean-Charles Monferran précédemment cité.

a. Huitain

“A Monsieur de Saingelais aumosnier du Roy”, f. 111 v°

Quant à toy ma plume essorée,
Quelquefoys d’escrire entreprent,
Le bruict de la tienne dorée
De l’entreprinse me reprent.
Mais mon cueur hardiesse prent
Dessus la bonté dont tu uses,
Qui d’ardent zele te surprent
Pour donner faveur à mes Muses.

Retour en haut de la page

b. Epître

L’ “Epistre xiii de l’Autheur à monseigneur de sainct Gelais” se trouve f. 67 v°-72 v°. On en trouvera la transcription en regard de la seconde version de cette pièce, publiée l’année suivante dans les Sermons satiriques (voir ci-dessous 3 a).

 

Retour en haut de la page

3. Sermons satiriques, 1551

Sermons satiriques du sentencieux Poëte Horace, divisez en deux livres, interpretez en rime françoyse par Françoys Habert de Berry, Avec aucunes Epitres dudict Horace, non encore imprimées par cy devant, Paris, M. Fezandat et R. Granjon, 1551. [Ars 8° BL 46 96]

La numérisation de l’ouvrage est disponible sur Gallica

Cet ouvrage contient également deux pièces adressées à Saint-Gelais, une version profondément remaniée et augmentée de l’épître déjà publiée en 1550 et un dizain.

a. Epître

On trouvera ci-dessous la transcription des deux versions de l’épître adressée à Saint-Gelais. Nous suivons le protocole éditorial de Jean-Charles Monferran dans l’article précédemment cité et renvoyons à sa lecture pour l’analyse de la réorientation à laquelle aboutit la réécriture de 1551. Les variantes et les ajouts de 1551 sont signalés en bleu. L’épître, dont le titre est lui aussi transformé et précisé, se trouvent aux f. Qviij r°-Rvj v°.

“Epistre xiii de l’Autheur à monseigneur de sainct Gelais” (1550) “Epistre à monseigneur Melin de Saingelais aulmosnier
du Roy sur l’immortalité des Poetes Francois” (1551)
     Depuis le temps que dans Fontainebleau
Aupres du Roy s’enfla mon chalemeau,
En lui chantant d’un cueur prompt et avide
L’œuvre traduict des corps muez d’Ovide,
J’ay en Berry faict assez long sejour,
Non toutefoys sans penser nuict et jour
A la bonté et grace dont tu uses,
Quant il te plaist favouriser mes Muses,
Dont j’apperçoy qu’autre bien n’est yssant,
Fors un vouloir à toy obeissant.
Et ce vouloir tant que seray en vie,
De t’obeir ne perdra son envie.
Tant cognoissant que mon soustien es tu,
Que bien voyant que supreme vertu
Reluist en toy, et y faict sa demeure,
Et ne mourra, encor que ton corps meure.
Or pour autant que sans te dire à Dieu,
Je m’en allay en Berry de ce lieu
Où lors estoit nostre grand Court royalle,
Purger m’en veux d’humilité loyalle,
Car tu t’estois absenté de la Court,
Dont à Paris je pris le chemin court,
Avec espoir de te mander par letre
Ce, que le temps m’avoit voulu permettre.
Mais au desir de t’escrire souvent,
Je ne sçavois que te mettre en avant,
Bien que ta grace, et ta vertu entiere,
D’escrire, assez me donnast de matiere.
Et neantmoins, ô prelat estimé,
Sachant pour toy mon œuvre mal limé,
Je reculois à l’ardente pensée
Qui desyroit ma letre est advancée
Par devers toy, mais j’eu finablement
De te rescrire asseuré pensement.
Pour eviter le vouloir lache et rude
Duquel provient soupçon d’ingratitude.
Et mieux aymay escrire et mal rimer,
Que point n’escrire, et œuvre bien limer.
Mais ce pendant que pourrois je t’escrire ?
Rien, fors que j’ay volonté de te dire
Un songe mien, qui nagueres m’advint,
Puis de le mettre en escript me souvint.
Advis m’estoit que sous une Ramée
De Pernasus, montagne bien famée
Je reposois, prenant soulas en l’umbre.
Et que je vy les Muses, neuf de nombre
Tenir propos des Poëtes bien nez,
Et du laurier immortel couronnez.
Calliopé des autres la plus sage,
Son siege ayant dessoubs un vert bocage,
Va commencer (tous les Grecs denigrant)
A estimer Homere le plus grant,
Louant son stile, et son invention
Louant sa grace, et sa perfection,
Sa gravité, sa fluente mesure
Que le doulx son des sentences mesure.
Terpsicoré, Virgile auctorisoit
Entre Latins. Clio favorisoit
Lucain, disant qu’à son art Poëtique
D’un Orateur se joinct la Rhetorique.
Puis à Horace un grand los adjugeoit,
Et ses propos au poix de l’Or jugeoit.
Ce qu’on peult veoir, lisant son escripture
Nette et bastie en naifve structure.
Melpomené d’Ovide s’estonnoit,
Et par sus tous louange luy donnoit
De grand doulceur, d’une veine bien née
Sans travailler par nature donnée,
A Ciceron semblable, pour le seur,
De naturelle et naifve douceur.
Puis Erato les Epigrammes loue
De Martial, Euterpé ne l’advouhe,
Pource qu’il est impudique en maints lieux,
Crime, pour vray, aux Muses odieux,
Et à Pallas, qui n’est onc attirée
Aux fols plaisir de dame Cytherée.
A ce consent aussi Polymnia,
Semblablement la belle Urania,
Qui va blasmant ces vaines Poêsies
Pleines d’amours, et folles jalousies.
Qui va blasmant tant d’escripts dissolus,
Qu’on ne debvroit permettre d’estre leus,
Puis d’une voix esclantante et hardie
Disoit ces mots : il fault que je vous die
O cheres Seurs que les susdicts Poëtes
Passent, pour vray, le vol des Alouetes
En ce qu’on voit estre approchant des meurs
Qui chastes sont, temperez, et bien meurs,
Mais en cela qui est trop impudique,
Bouschons, bouschons nostre regard pudique.
Suyvons la mousche à miel, qui sagement
Sur toutes fleurs vole, et ha jugement
De bien choysir les fueilles qui luy servent
Et qui sa vie et sa santé conservent :
Mais de ces fleurs elle n’approche point
Qui faictes sont pour pour luy nuire en tout poinct.
Ainsi debvons lire escripture mainte,
Choysir cela où vertu est depaincte,
Et eviter (comme peste et venin)
Leçon contraire au sexe femenin,
Mesmes à nous Muses sainctes pucelles
Qui sommes loing d’ardentes estincelles.
Lors Thalia, qui silence gardoit,
Urania doulcement regardoit,
Et Euterpé va demonstrer par signe
Que tel propos d’ouyr estoit bien digne :
Puis toutes deux par un long argument
Ont disputé sur le contemnement
De folle amour, en un moment perie,
Pource qu’aux cueurs humains elle varie.
Finablement la sage Thalia
Toutes ses seurs à ce point rallia,
Que vanité en Poësie enclose
N’est convenente et honnorable chose.
Ces mots finis, melodieusement
Chascune a faict sonner son instrument,
En accordant une chanson ensemble,
Non pas chanson, qui aux nostres ressemble
Parlant d’amours, de complainctes et cris,
De longs soupirs, de langoureux escripts,
Mais de la grand supernelle puissance
Du souverain, duquel la congnoissance
Doibvent avoir les Poëtes humains,
Et non souiller de vanité leurs mains.
Après l’accord doulcement entonné
(dont Pernasus bien fort a resonné)
Advis m’estoit qu’en un gracieux caquet
Elles vont faire un bien riche banquet,
Car il y eut (selon ma fantaisie)
Du doulx Nectar, aussi de l’Ambrosie,
Sacré bruvage ordonné pour les Dieux.
Advis m’estoit qu’en retirer mes yeux
Je ne pouvois, et plus beau ne peut estre
(Ce me sembloit) le Paradis terrestre.
Calliopé apres propos divers,
Va composer une chanson en vers,
Où elle meit des Poëtes estranges
Nom, et surnom, avecques leurs louanges.
Puis s’advisa d’y coucher aussi ceux
Qui en Françoys n’ont esté paresseux.
A maistre Alain adjugea quelque gloire,
Pour de ses dicts n’estaindre la memoire,
Compte faisant de son Antiquité,
Où quelques mots on voit de gravité.
De Molinet sentences furent leues,
Qui pour son temps sont assez resolues.




Du Poictevin Bouchet, qui vit encore,
Quelque sentence on prisa autant qu’Or.
Mais quand ce vint aux nouveaux mis par ordre
Calliopé rien n’y trouva que mordre,
Ains commencea plus tost à les louer,
Et leurs escripts louables advouher.
De Jean Marot assez fut tenu compte,
Mais de Clement qui le pere surmonte,
Fut prononcé qu’Ovide il ressembloit.

A Sainctemarte, et Pelletier insignes
On adjugea des loanges bien dignes
De leur sçavoir. Par la parfaicte Amye,
Calliopé ne fut pas endormie
De decorer Heroet d’un tel œuvre,
Qui de l’Ouvrier l’artifice descueuvre.
Jean du Belay [i.e. Joachim], Ronsard, furent aux rancs
Des escrivins, qui ne sont ignorants,
Ayants trouvé des Odes la maniere
Entre Françoys, chose fort singuliere,
Chose excellente, exquise, et de hault pris,
Que les Françoys n’avoient encor apris.
Dont à présent ce beau Françoys language
En moindre los n’est produict en usage,
Que le Latin, que le Grec, que l’Hebrieu.
Et s’epandra cy apres en tout lieu
Par leurs escripts nostre langue Françoyse,
Passant les borts de Saone Lionnoise.
La Borderie en ses escripts perfaict,
Fut fort loué, et dist on en effaict
Que ses escripts sentent leur riche rime,
Qui n’ont besoing d’aucun Rabot, ou lime :
Maurice Seve ayant en sa Delie
Veine plaisante, illustre, et bien polie,
Fut estimé donner lustre à Lion,
Plus que les Tours au superbe Ilion.
Et de Bouju on feit si bonne estime,
Qu’il fault qu’expres Posterité l’estime.
Par son riant et mocqueur Democrite,
Semblablement par les pleurs d’Heraclite
Michel d’Amboyse eut louange et honneur,
Et luy en fut Mercure le donneur
Qui lors survint avec sa Musete
Pour resjouir ceste troupe doulcete.














Melpomené le los ne voulut taire
De Bouchetel le royal secretaire
Qui faict si bien Euripide tonner,
En vers Françoys, qu’on s’en doibt estonner.
Et lui daigna adjuger tout expres
Un verd chappeau de Laurier ou Cypres.


























De Daurigny fut donné jugement
Qu’il avoit ja heureux commencement,
Avec espoir de futur advantage,
Lors que la Mort le ravit avant aage.








Apres j’ouy que d’Habert on parla,
Mais je ne veux te reveler cela,
Soit mon honneur, ou deshonneur qu’il touche
Il me suffit de passer par la bouche
De ceux, qui ont clairs yeux pour bien juger,
Sans le chappeau de Laurier m’adjuger,
Dont seulement possession t’est deue,
Comme par moy fust l’histoire entendue
(Ce me sembloit) en mon lict sommeillant.
Et consentir je y veux en m’esveillant.
Il fut parlé d’autres Poëtes bons,
Dont les escrits ne sont pas vagabons
Qui toutefois par façon coutumiere
Par cy apres se mettront en lumiere,
Quand par jeunesse encores incogneus,
A l’œil de tous ilz seront pervenus :
Mais par sus tous j’entendy par les Muses
De Sainct Gelais les louanges difuses,
Ce fut Clio qui s’en esmerveilloit,
Et un chappeau pour luy appareilloit
De verd Laurier, et d’autres fleurs jolies,
Sur le sainct mont de Parnasus cueillies,
Et dont l’odeur si douce me sembloit,
Que toute joye en mon cueur s’assembloit.
Et me sembla que parlant de toymesmes,
Elle te meit jusqu’aux astres supremes,
Rememorant les graces et vertus
Dont tes esprits sont richement vestus.
Rememorant qu’avec ton Luc aymable,
On oit les sens de ton stile estimable,
Et maintenoit (par tout cela dict-on)
Qu’à ton berceau, ainsi comme à Platon,
Mousches à miel, mettoient Miel savoureux
En ton Palais, dès ton enfance heureux.
Signe pour vray de future eloquence,
Et d’un autheur de haulte consequence,
Pour nostre Roy Henry, predestiné,
Roy fort, Roy bon, Roy puissant, Roy bien né.
Roy amoureux de toute vertu haulte,
Que sur malins tient toujours la main haulte.
Roy magnanime, ayant de graces tant,
Qui de le voir tout regard est contant.
Ainsi disoit Clio de sainct Gelais,
Louant ses dicts, chansons, et virelais,
Louant les traicts de sa plume dorée,
Des clair voyants (peu s’en fault) adorée.
Puis on parla d’aucun rimeurs nouveaux,
De l’argent vif ayants en leurs cerveaux,
Sans art, sans stile, et sans aucune grace,
Qui toutefois se disent un Horace




Prenants la peau de ce pauvre Latin,
En l’escorchant comme un grand vieil mastin.
Mais il y a moins de grace en leur Muse,
Qu’à un son lourd de Vielle, ou Cornemuse.
Ce sont Lourdoys, ce sont Asnes et Veaux
Dont les escripts ne valent deux naveaux,
Qui à rimer mettent leur fantaisie
Au deshonneur de nostre Poësie
Dont les susdicts Poëtes ja nommez
Seront sans fin excellents renommez.
Sur lesquels tous du Laurier la Couronne
Ton noble chef dignement environne.




Voila Prelat mon songe long assez,
Que j’ay basti en propos rimassez,
Te suppliant d’excuser l’entreprise
De ton Habert, en qui foy est comprise
Pour t’obeir, et dont l’allegement
Est de t’aymer perpetuellement.
Si suppliray le celeste donneur
De te donner accroissement d’honneur.
     Depuis le temps que dans Fontainebleau
Aupres du Roy s’enfla mon chalemeau,
En lui chantant d’un cueur prompt et avide
L’œuvre traduict des corps muez d’Ovide,
J’ay en Berry faict assez long sejour,
Non toutefoys sans penser nuict et jour
A la bonté et grace dont tu uses,
Aupres du Roy favourisant mes Muses,
Dont j’apperçoy qu’autre bien n’est yssant,
Fors un vouloir à toy obeissant.
Et ce vouloir tant que seray en vie,
De t’obeir ne perdra son envie.
Tant cognoissant que mon soustien es tu,
Que bien voyant que supreme vertu
Reluist en toy, et y faict sa demeure,
Et ne mourra, encor que ton corps meure.
Or pourautant que sans te dire adieu,
Je m’en allay en Berry de ce lieu
Où lors estoit nostre grand Court royalle,
Purger m’en veux d’humilité loyalle,
Car tu t’estois absenté de la Court,
Dont à Paris je pris le chemin court,
Avec espoir de te mander par letre
Ce, que le temps m’avoit voulu permettre.
Mais au desir de t’escrire souvent,
Je ne sçavois que te mettre en avant,
Bien que ta grace, et vertu tres entiere,
D’escrire, assez me donnast de matiere.
Et neantmoins, Prelat noble estimé,
Sachant pour toy mon œuvre mal limé,
Je reculois à l’ardente pensée
Qui desyroit ma letre estre advancée
Par devers toy, mais j’eu finablement
De te rescrire asseuré pensement.
Pour eviter le vouloir lache et rude
Duquel provient soupçon d’ingratitude.
Et mieux aymay escrire et mal rimer,
Que point n’escrire, et œuvre bien limer.
Mais ce pendant que pourrois je t’escrire ?
Rien, fors que j’ay volonté de te dire
Un songe mien, qui nagueres m’advint,
Puis de le mettre en escript me souvint.
Advis m’estoit que sous une Ramée
De Pernasus, montagne bien famée
Je reposois, prenant soulas en l’umbre.
Et que je vy les Muses, neuf de nombre
Tenir propos des Poëtes bien nez,
Et du laurier immortel couronnez.
Calliopé des autres la plus sage,
Son siege ayant dessoubs un vert bocage,
Va commencer (tous les Grecs denigrant)
A estimer Homere le plus grant,
Louant son stile, et son invention
Louant sa grace, et sa perfection,
Sa gravité, sa fluente mesure
Qui d’un doulx son ses sentences mesure.
Terpsicoré, Virgile auctorisoit
Entre Latins. Clio favorisoit
Lucain, disant qu’à son art Poëtique
D’un Orateur se joinct la Rhetorique.
Puis à Horace un grand los adjugeoit,
Et ses propos au poix de l’Or jugeoit.
Ce qu’on peult veoir, lisant son escripture
Nette et bastie en naifve structure.
Melpomené d’Ovide s’estonnoit,
Et par sus tous louange luy donnoit
De grand doulceur, d’une veine bien née
Sans travailler par nature donnée,
A Ciceron semblable, pour le seur,
De naturelle et naifve douceur.
Puis Erato les Epigrammes loue
De Martial, Euterpé ne l’advouhe,
Pource qu’il est impudique en maints lieux,
Crime, pour vray, aux Muses odieux,
Et à Pallas, qui n’est point attirée
Aux fols plaisir de dame Cytherée.
A ce consent aussi Polymnia,
Semblablement la belle Urania,
Qui va blasmant ces vaines Poêsies
Pleines d’amours, et vaines jalousies.
Qui va blasmant tant d’escripts dissolus,
Qu’on ne debvroit permettre d’estre leus,
Puis d’une voix esclantante et hardie
Disoit ces mots : il fault que je vous die
O cheres Seurs que les susdicts Poëtes
Passent, pour vray, le vol des Alouetes
En ce qu’on voit estre approchant des meurs
Qui chastes sont, en jugements bien meurs,
Mais en cela qui est trop impudique,
Bouschons, bouschons nostre regard pudique.
Suyvons la mousche à miel, qui sagement
Sur toutes fleurs vole, et ha jugement
De bien choysir les fueilles qui luy servent
Et qui sa vie et sa santé conservent :
Mais de ses fleurs elle n’approche point
Qui faictes sont pour pour luy nuire en tout poinct.
Ainsi debvons lire escripture mainte,
Choysir cela où vertu est depaincte,
Et eviter (comme peste et venin)
Leçon contraire au sexe femenin,
Mesmes à nous Muses sainctes pucelles
Qui sommes loing d’ardentes estincelles.
Lors Thalia, qui silence gardoit,
Urania doulcement regardoit,
Et Euterpé va demonstrer par signe
Que tel propos d’ouyr estoit bien digne :
Puis toutes deux par un long argument
Ont disputé sur le contentement
De folle amour, en un moment perie,
Pource qu’aux cueurs humains elle varie.
Finablement la sage Thalia
Toutes ses seurs à ce point rallia,
Que vanité en Poësie enclose
N’est convenente et honnorable chose.
Ces mots finis, melodieusement
Chascune a faict sonner son instrument,
En accordant une chanson ensemble,
Non pas chanson, qui aux vaines ressemble
Parlant d’amours, de complainctes et cris,
De longs soupirs, de langoureux escripts,
Mais de la grand supernelle puissance
Du souverain, duquel la congnoissance
Doibvent avoir les Poëtes humains,
Et non souiller de vanité leurs mains.
Après l’accord doulcement entonné
(dont Pernasus bien fort a resonné)
Advis m’estoit qu’en un gracieux caquet
Elles vont faire un bien riche banquet,
Car il y eut (selon ma fantaisie)
Du doulx Nectar, aussi de l’Ambrosie,
Sacré bruvage ordonné pour les Dieux.
Advis m’estoit qu’en retirer mes yeux
Je ne pouvois, et plus beau ne peut estre
(Ce me sembloit) le Paradis terrestre.
Calliopé apres propos divers,
Va composer une chanson en vers,
Où elle meit des Poëtes estranges
Nom, et surnom, avecques leurs louanges.
Puis s’advisa d’y coucher aussi ceux
Qui en Françoys n’ont esté paresseux.
A maistre Alain adjugea quelque gloire,
Pour de ses dicts n’estaindre la memoire,
Compte faisant de son Antiquité,
Où quelques mots on voit de gravité.
De Molinet sentences furent leues,
Qui pour son temps sont assez resolues.
A Ennius, Guillaume de Loris
Fut comparé, de propos bien nourris
De meur conseil, bien que la phrase sienne

Tienne beaucoup de la rouille ancienne.
Du Poictevin Bouchet, qui vit encore,
Quelque sentence on prisa autant qu’Or.
Mais quand ce vint aux nouveaux mis par ordre
Calliopé rien n’y trouva que mordre,
Ains commencea plus tost à les louer,
Et leurs escripts louables advouher.
De Jean Marot assez fut tenu compte,
Mais de Clement qui le pere surmonte,
Fut prononcé qu’Ovide il ressembloit.
Et si adonc mon sens ne se troubloit.
A Sainctemarte, et Pelletier insignes
On adjugea des loanges bien dignes
De leur sçavoir. Par la parfaicte Amye,
Calliopé ne fut pas endormie
A decorer Heroet d’un tel œuvre,
Qui de l’Ouvrier l’artifice descueuvre.
Puis fut parlé du gentil Des Masures
Sur l’Eneide en ses graves mesures.
On decora Guillaume des autels
De grand louange et honneurs immortels.
Et autres maints, dont la gloire et le nom
Ne pretend moins qu’un immortel renom,
Dont à présent ce beau Françoys language
En moindre los n’est produict en usage,
Que le Latin, que le Grec, que l’Hebrieu.
Et s’epandra cy apres en tout lieu
Par leurs escripts nostre langue Françoyse,
Passant les borts de Saone Lionnoise.
La Borderie en ses escripts perfaict,
Fut fort loué, et dist on en effaict
Que ses escripts sentent la riche rime,
Qui n’a besoing d’aucun Rabot, ou lime :
Maurice Seve ayant en sa Delie
Veine plaisante, illustre, et bien polie,
Fut estimé donner lustre à Lion,
Plus que les Tours au superbe Ilion.
Et de Bouju on feit si bonne estime,
Qu’il fault qu’expres Posterité l’estime.
Par son riant et mocqueur Democrite,
Semblablement par les pleurs d’Heraclite
Michel d’Amboyse eut louange et honneur,
Et luy en fut Mercure le donneur
Qui lors survint avec sa Musete
Pour resjouir ceste troupe doulcete.
Dedans Beziez Estienne Forcatel
Fut estimé avoir los immortel
Bien que n’ayons qu’un bien petit volume

De sa nayfve et eloquente plume,
Digne labeur, veu ses vers beaux et meurs
D’estre semé par divers Imprimeurs.
En jeu fut mis aussi Charles Fontaine,
Dont la veine est si coulante et haultaine,
Que plus d’envie on luy pourcassera,
Plus en avant son los se poulsera
En denigrant par sentences divines,
Ces escorcheurs de parolles Latines
Et en montrant que sa fontaine a pris
Son cours, de l’eau d’Helicon de hault pris.
Melpomené le los ne voulut taire
De Bouchetel le royal secretaire
Qui faict si bien Euripide tonner,
En vers Françoys, qu’on s’en doibt estonner.
Et lui daigna adjuger par expres
Un verd chappeau de Laurier ou Cypres.
Hugues Salet en sa translation
D’Homere Grec, sans contradiction

Fut estimé poete grand et grave,
Digne pour vrai qu’en la memoire on grave
Ses vers polis, hardis, et asseurez,
Au poix de l’Or pur et fin mesurez.
Entre ce rang on mit par son merite

Des Navarrois la Royne Marguerite,
     Royne, de qui le nom apres sa Mort
Est plus vivant que le vil corps n’est mort.

Royne, de qui les sainctes fantasies
Paintes avons en doctes Poesies
De sa façon, d’une vive energie
Representant pure Theologie,
     Royne, de qui en stile grave et beau
Poetes bons ont ploré le Tombeau.
Royne qui n’eut en vivant sa seconde,
Qui toutefoys de sa ligne feconde
Nous a laissé pour un commun soulas
Sa fille, ayant le sçavoir de Pallas.
Et dont bien fort la France est honnorée,

C’est Marguerite illustre et decorée
D’un sens divin, entre tous les Gaulois
Sur de Henry, Roy, du sang de Valois,
Dont la bonté, dont la beauté de mesme,
Merite plus que le Royal Diademe.
De Daurigny fut donné jugement
Qu’il avoit ja heureux commencement,
Avec espoir de futur advantage,
Lors que la Mort le ravit avant aage.
Le noble esprit ne fut mis en arriere
De ce Poete exquis de la Perriere
Dont on verra les vers auctorisez,
Tant que les tiens, Marot, seront prisez.
De Jean Martin la plume tres hardie

A translater l’excellente Archadie
De Samnazar, prisa le translateur
D’un œuvre tel, autant que son autheur.
Apres j’ouy que d’Habert on parla,
Mais je ne veux te reveler cela,
Soit mon honneur, ou deshonneur qu’il touche
Il me suffit de passer par la bouche
De ceux, qui ont yeux clairs pour bien juger,
Sans le chappeau du Laurier m’adjuger,
Dont à toy seul possession t’est deue,
Comme par moy fust l’histoire entendue
(Ce me sembloit) en mon lict sommeillant.
Et consentir je y veux en m’esveillant.
Il fut parlé d’autres Poëtes bons,
Dont les escrits ne sont pas vagabons
Qui toutefoys pse mettront en lumiere
Suyvants d’autruy la façon coutumiere
,
Quand par jeunesse encores incogneus,
A l’œil de tous ilz seront pervenus :
Mais par sus tous j’entendy par les Muses
De Sainct Gelais les louanges difuses,
Ce fut Clio qui s’en esmerveilloit,
Et un chappeau pour toi appareilloit
De verd Laurier, et d’autres fleurs polies,
Sur le sainct mont de Parnasus cueillies,
Et dont l’odeur si douce me sembloit,
Que toute joye en mon cueur s’assembloit.
Et me sembla que parlant de toymesmes,
Elle te meit jusqu’aux astres supremes,
Rememorant les graces et vertus
Dont tes esprits sont richement vestus.
Rememorant qu’avec ton Luc aymable,
On oit les tons de ton stile estimable,
Et maintenoit (et partout le dict-on)
Qu’à ton berceau, ainsi comme à Platon,
Mousches à miel, mettoient Miel savoureux
En ton Palais, dès ton enfance heureux.
Signe pour vray de future eloquence,
Et d’un esprit de haulte consequence,
Pour nostre Roy Henry, predestiné,
Roy bon, Roy fort, Roy puissant, Roy bien né.
Roy amoureux de toute vertu haulte,
Qui des malins punit la ruse caute.
Roy magnanime, ayant de graces tant,
Qui de le voir tout regard est contant.
Ainsi Clio extolloit Saingelais,
Louant ses dicts, chansons, et virelais,
Louant les traicts de sa plume dorée,
Des clair voyants (peu s’en fault) adorée.
Puis on parla d’aucun rimeurs nouveaux,
De l’argent vif ayants en leurs cerveaux,
Sans art, sans stile, et sans aucune grace,
Qui toutesfois s’estiment un Horace
Tirants de luy sentences, sans repos,
Où il n’y a raison, ne propos.
Ce sont nouveaux Rimeurs et poetastres,
En rime experts, comme Caillette aux Astres,
Prenants la peau de ce pauvre Latin,
Pour l’escorcher comme un grand vieil mastin.
Mais il y a moins de grace en leur Muse,
Qu’à un son lourd de Vielle, ou Cornemuse.
Ce sont Lourdoys, ce sont Asnes et Veaux
Dont les escripts ne valent deux naveaux,
Qui à rimer mettent leur fantaisie
Au deshonneur de nostre Poësie
Dont les susdicts Poëtes ja nommez
Seront sans fin excellents renommez.
Sur lesquels tous du Laurier la Couronne
Ton noble chef dignement environne.
Bien que je sache estre maints senateurs 
En poesie experts, et amateurs 
De Rhetorique, et quelque jour viendra 
Que de leurs vers un grand compte on tiendra. 
Voila Prelat mon songe long assez,
Que j’ay basti en propos rimassez,
Te suppliant d’excuser l’entreprise
De ton Habert, en qui foy est comprise
Pour t’obeir, et dont l’allegement
Est de t’aymer perpetuellement.
Atant je pry le celeste donneur
De te donner accroissement d’honneur.

Retour en haut de la page

b. Dizain

L’épître précédente est immédiatement suivie d’un dizain, également adressé à Saint-Gelais, f. Rvj v°.

“Dixain à mondict seigneur de Saingelais”

La Mort, l’envie, et voix des mesdisants
Ne peuvent rien sur vertu entreprendre,
Car chascun dict, ce sont contredisants
Dessus lesquelz y a trop à reprendre,
Ton stile, hault cecy me fault comprendre,
Dont la splendeur, la grace, et l’ornement
Demeurera perpetuellement,
Qui n’as pareil en ceste humaine vie.
Car tes escripts vaincront virilement,
Des mesdisants la voix, la Mort, l’envie.

Retour en haut de la page

4. Les Divins Oracles de Zoroastre, 1558

Les Divins Oracles de Zoroastre, ancien Philosophe Grec, Interpretez en Rime Francoise, par Francois Habert de Berry, Avec son Commentaire moral sur led. Zoroastre, en poesie francoise, et Latine. Plus, la Comedie du Monarque, et autres petites œuvres, Paris, Philippe Danfrie et Richard Breton, 1558, f. 55 v°-56 v°.

La numérisation de l’ouvrage est disponible sur Gallica

L’épître latine qui clôt l’ouvrage est consacrée aux orateurs, aux philosophes et aux poètes illustres. Parmi ses contemporains, Habert mentionne Guillaume Budé, Pierre de La Ramée, Pierre Danès, Clément Marot, Mellin de Saint-Gelais, Pierre de Ronsard, Joachim Du Bellay et Olivier de Magny.

Retour en haut de la page


Pour citer cet article :
SICARD Claire et JOUBAUD Pascal, « François Habert fait l’éloge de Mellin de Saint-Gelais (1549-1558) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 24 août 2015, mis à jour le 10 novembre 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/3969.

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search