Guillaume Des Autels juge avec sévérité la stratégie d’un adversaire de Charles Fontaine, Paul Angier (c. 1545)

Dernière mise à jour : 24 août 2015

Alors que Guillaume Des Autels – qui signe ici de l’anagramme de Teshault – est encore un tout jeune homme, Charles Fontaine entretient avec lui un échange épistolaire. Ces textes datent vraisemblablement du milieu des années 1540, même s’ils paraissent dans un ouvrage plus tardif de Fontaine (Sensuyvent les Ruisseaux de Fontaine : Oeuvre contenant Epitres, Elegies, Chants divers, Epigrammes, Odes, et Estrenes pour cette presente annee 1555. Par Charles Fontaine, Parisien. Plus y a un traité du passetemps des amis, avec un translat d’un livre d’Ovide, et de 28 Enigmes de Symposius, traduits, par ledict Fontaine, Lyon, Thibaud Payen, 1555).

La numérisation de cet ouvrage est disponible sur Gallica.

Plusieurs éléments invitent en effet à situer l’échange dans ces années-là. C’est d’abord de cette époque que datent les premières publications de Des Autels (voir notamment cet article du carnet) et les conseils que lui prodiguent Fontaine sont de ceux que l’on peut adresser à un débutant, encore à la croisée des chemins. Fort de son expérience, Fontaine tente notamment de dissuader le jeune homme d’embrasser la carrière des Lettres, beaucoup plus incertaine que celle du droit.
Par ailleurs, dans une de ses épîtres (p. 227-234), Des Autels évoque le liminaire d’un ouvrage de Paul Angier, L’honneste Amant, paru dans Le Mespris de la court à partir de 1544. Angier, adversaire de Fontaine dans la querelle des Amyes, s’y présentait comme le disciple d’auteurs célèbres du temps (voir cet article du carnet). Des Autels condamne fermement cette grossière stratégie qui consiste à impliquer malgré eux des personnalités en vue dans une polémique dont elles se désintéressent sans doute, ou, si tel n’est pas le cas, dans le cadre de laquelle il est peu probable qu’elles aient volontairement choisi de soutenir l’obscur Paul Angier. Des Autels reprend donc ici quatre des huit noms d’écrivains mentionnés dans le huitain qui lui “desplaist” – Mellin de Saint-Gelais, Maurice Scève, Antoine Héroët et Claude Chappuys. On peut penser que l’épître, dans laquelle le mépris et l’agacement suscités par Angier sont sensibles, a vraisemblablement été composée “à chaud”, peu de temps après la publication princeps de la pièce litigieuse, c’est-à-dire c. 1545.


“Teshault, à Charles Fontaine” (extrait, p. 231)

Encor (qui plus me desplaist) c’est qu’il pense [i.e. Angier]
Que l’on prendra plaisir en son offense,
En invitant les plus divins espritz
De nostre temps, à lire ses escritz :
Et puis il a maint terme vil, et laid,
D’honneste amant indigne, et de varlet.
Je croirois bien que Sangelais, et Sceve
Prendront plaisir en un homme qui resve :
Je croirois bien qu’Heroet, et Chappuy
Daigneront lire ouvrage de celuy
Duquel la Muse est jeune, inepte, et sotte :
Et toutesfois à Fontaine se frotte.


Pour citer cet article :
SICARD Claire et JOUBAUD Pascal, « Guillaume Des Autels juge avec sévérité la stratégie d’un adversaire de Charles Fontaine, Paul Angier (c. 1545) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 24 août 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/3961.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search