Pour François de Billon, Mellin de Saint-Gelais est ‘des Muses le mignart’ (1555)

Dernière mise à jour : 24 août 2015

François de Billon, Le Fort inexpugnable de l’honneur du sexe féminin, construit par Françoys de Billon Secretaire, Paris, Jean Dallier, 1555.

La numérisation de cet ouvrage est disponible sur Gallica.


Au f. 29 v°, Billon établit une longue liste de poètes dans laquelle il fait figurer Mellin de Saint-Gelais, aux côtés de Jean de Vauzelles, Hugues Salel, Antoine Héroët, Pierre de Ronsard, Joachim Du Bellay, Clément Marot, Étienne Jodelle, Jean-Antoine de Baïf, Jacques Peletier du Mans, Rémi Belleau, Pontus de Tyard et un certain Mailly qui, au vu du contexte, pourrait désigner Olivier de Magny (à moins qu’il ne s’agisse du moins célèbre Nicole de Mailly).

Transcription de l’extrait

Billon_1555

Usant continuellement en cela parmy la France (pour sa part) de ses plus propres Instrumentz qui sont les Poetes françois d’apresent, Peres recongnuz en leur Art, de leurs Gramperes à eux nullement comparables en langue Françoise : Et en cecy ne soit offencé le bon Pere Jan de Vauzelles, Souche premiere de Poésie Françoise de notre temps. Entre lesquelz de maintenant, le Heroique Salel, si honorablement gratifié, par le treschrestien Roy François, est pour cela, le Poete Royal surnommé, Heroel [sic] (dit la Maison neuve) du Poete philosoficque a le nom, non sans merite. Puis y a Ronsart, le Pindare François, de toute gravité revétü. Du Bellay l’Horace François, Saint Gelais, des Muses le mignart, Marot le regreté, Jodelle le prompt, et Bayf le Docte. Pelletier, de la Nature Imitateur, Belleau, Thiard, Mailly, et autres, qui par leurs œvres allieurs se feront plus congnoistre que cy dedans : Ausquelz toute la France est fort obligée pour la peine qu’ilz prennent à luy lever la pepye qui aucuneffois la fait parler grossiere, Mais que ce soit, pourtant, sans luy écorcher la peau delicate de sa Langue, ny la faire cryer.


Pour citer cet article :
SICARD Claire et JOUBAUD Pascal, « Pour François de Billon, Mellin de Saint-Gelais est ‘des Muses le mignart’ (1555) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 24 août 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/3952.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search