Charles Fontaine fait l’éloge de Mellin de Saint-Gelais (1554)

Dernière mise à jour : 24 août 2015

Les Nouvelles et antiques merveilles, plus un traicté des douze Césars, premiers empereurs de Romme, nouvellement traduit de l’italien en françois, En fin y a une Ode pour Dieu gard à la ville de Paris, faite en juin 1554, Paris, Guillaume Le Noir, 1554.

La numérisation de cet ouvrage est disponible ici.

Au début de la section des odes figure (f. Kv r°), la très longue ode intiutlée “Dieu gard à la ville de Paris” et composée en juin 1554 (102 quatrains d’octosyllabes à rimes croisées féminines qui commencent presque tous par “Dieu gard”). A la fin du recueil, la table intitulée “Pour intelligence a quelz personnages s’adressent les quatrains de l’Ode pour Dieu gard a la ville de Paris” nous indique que le 41e quatrain est destiné à “Monsieur de Sangelays”. On remarquera toutefois que ces vers évoquent Mellin en 3e personne et ne s’adresse pas directement à lui, comme pourrait le laisser penser cette table.


Ode pour Dieu-gard à la ville de Paris. Par Charles Fontaine Parisien, 1554 en Juin

xlj

Dieu gard celui qui en sa veine
Coule en tel grace, et abondance,
Que la non mourante fontaine
Du mont fourchu, sa residance.


Pour citer cet article :
SICARD Claire et JOUBAUD Pascal, « Charles Fontaine fait l’éloge de Mellin de Saint-Gelais (1554) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 24 août 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/3948.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search