Marc-Antoine Muret prend parti pour Pierre de Ronsard contre Mellin de Saint-Gelais (1553)

Dernière mise à jour : 23 août 2015

Lors de la querelle qui oppose Ronsard à Saint-Gelais à partir de 1550, Marc-Antoine Muret prend clairement parti pour son ami Ronsard. Dans le commentaire qu’il donne pour la seconde édition des Amours, en 1553, il laisse clairement entendre que la personne visée par le sonnet CXXIII (déjà présent dans l’édition de 1552) est Saint-Gelais. 

Son commentaire paraît d’abord dans Les Amours de P. de Ronsard Vandomois, nouvellement augmentées par lui, et commentées par Marc Antoine de Muret. Plus quelques Odes de l’Auteur, non encore imprimées, Paris, Veuve Maurice de La Porte (Catherine L’Héritier), 1553. Il est également reproduit dans Les Œuvres de P. de Ronsard gentilhomme vandomois. Tome premier. Contenant ses Amours, divisées en deux parties. La premiere commentée par M.A. de Muret. La seconde par R. Belleau, Paris, Gabriel Buon, 1560.


Le sonnet CXXIII des Amours de 1552 (édition Laumonier, t. IV, p. 120)

       De soingz mordentz et de souciz divers,
Soyt sans repos ta paupiere eveillée,
Ta levre soyt d’un noyr venin mouillée,
Tes cheveulx soyent de viperes couvers.
Du sang infait de ces gros lezardz vers
Soyt ta poictrine et ta gorge souillée,
Et d’une œillade obliquement rouillée
Tant que vouldras guigne moy de travers.
Tousjours au ciel je leveray la teste,
Et d’un escrit qui bruit comme tempeste,
Je foudroyray de tes Monstres l’effort :
Autant de foys que tu seras leur guide
Pour m’asseurer de mon fort,
Autant de foys me sentiras Alcide.

Le commentaire de Muret

Ce Sonet a esté fait contre quelques petis secretaires, muguets, et mignons de court, lesquels aïans le cerveau trop foible pour entendre les écris de l’auteur, et voïans bien que ce n’étoit pas leur gibier, à la coutum des ignorans, faignoient reprendre, et mépriser ce qu’ils n’entendoient pas. Le Poëte donc s’adressant à un, qui étoit leur principal capitaine (auquel il ne veut faire cet honneur que de le nommer) lui dit, qu’il dégorge le venin de son envie, tant qu’il voudra, et que, avec tous les siens il s’efforce de tout son pouvoir à lui nuire : car il se sent suffisant, pour foudroier tous leurs effors, par la vehemence de ses écris.

[Nous citons ce commentaire d’après la leçon de l’édition des Œuvres de Ronsard, 1560, p. 89. Il est partiellement repris dans l’éd. Laumonier t. IV, p. 120, note 2].


Pour citer cet article :
SICARD Claire et JOUBAUD Pascal, « Marc-Antoine Muret prend parti pour Pierre de Ronsard contre Mellin de Saint-Gelais (1553) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 23 août 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/3937.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search