Jean-Antoine de Baïf nomme Mellin de Saint-Gelais (1549)

Dernière mise à jour : 23 août 2015

Jean-Antoine de Baïf fait figurer Saint-Gelais, auprès de Ronsard et de Du Bellay, dans une brève liste des grands poètes de cour du règne de Henri II, à la fin d’une pièce de circonstance qui a été publiée dès sa composition, concomitante de l’événement qu’elle célèbre, en 1549. Il s’agit donc de l’un des tout premiers textes de Baïf. Cette première édition est aujourd’hui perdue. On en retrouve le texte dans les Œuvres de 1572.

« Sur la paix avec les Anglois, l’an mil cinq cens quarante neuf », Euvres en rime de Jan Antoine de Baif secretaire de la chambre du roi, Paris, Lucas Breyer, 1572, f. 238 r°-239 v°.

Une numérisation de cet ouvrage est disponible sur Gallica.

Référence de la pièce dans l’édition moderne : « Sur la paix avec les Anglois, l’an mil cinq cens quarante neuf », Œuvres complètes, dir. Jean Vignes, t. I, Paris, Champion, p. 472 (Poemes, VIII, 12, v. 95-100).

Le hautain luc à Ronsard, de sa  gloire [i.e. celle de Henri II]
Ne téra pas la bruisante mémoire.
Ne du Bellay, ne Mellin : et je croy
Ma Muse aussi ne téra ce bon Roy :
S’il est ainsi qu’elle ait dés le berceau
Eteint ma soif au greclatin ruisseau.


Pour citer cet article :
SICARD Claire et JOUBAUD Pascal, « Jean-Antoine de Baïf nomme Mellin de Saint-Gelais (c. 1549) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 23 août 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/3923.

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search