Étienne Dolet nomme Mellin de Saint-Gelais dans une liste de ‘gens scavantz’ (1539)

Dernière mise à jour : 22 août 2015

L’Avantnaissance de Claude Dolet, filz de Estienne Dolet : premierement composée en Latin par le pere : et maintenant par ung sien amy traduicte en langue Francoyse. Œuvre tres utile, et necessaire à la vie commune : contenant, comme l’homme se doibt gouverner en ce monde, Lyon, Étienne Dolet, 1539.

L’épître liminaire de la traduction française de L’Avantnaissance de Claude Dolet a parfois été attribuée à Claude Cotereau, Charles de Sainte-Marthe ou encore Antoine Du Saix mais la critique considère toutefois qu’elle est vraisemblablement d’Étienne Dolet, même si le texte parle de lui à la troisième personne (voir notamment cet article de Catherine Langlois).

Une liste des meilleurs esprits du temps, mieux capables que l’auteur de traduire l’ouvrage latin original, est établie p. 3-4. Mellin de Saint-Gelais, “divin esprit en toute composition”, y figure aux côtés de Maurice Scève, Jacques Colin, Antoine Héroët, Victor et Jean Brodeau, Hugues Salel, Clément Marot, Charles Fontaine et René Macé. Sur les relations pourtant conflictuelles, à peine un an plus tôt de Dolet avec Colin, voir ici.


Au lecteur muny de bon vouloir, et exempt d’envie et detraction. Salut.

Lisant depuis quelque temps ung certain Œuvre de Estienne Dolet, intitulé Genethliacum Claudii Doleti, filz dudict Dolet, je me suis bien voulu exercer de le traduire de langue Latine en langue Francoyse. Et ce non pour ostentation de ma rithme, mais pour le proffit que chascun prendra par la traduction d’ung livre tant plein de doctrine, et par prudence necessaire à la vie commune. Et pour vray la composition latine de Dolet meritoit trop plus excellent traducteur que moy : comme pourroit estre ung Maurice Scaeve (petit homme en stature, mais du grand cas en scavoir, et composition vulgaire) ung seigneur de sainct Ambroise (chef des Poëtes Francoys) ung Heroet, dict la maison neufve (heureux illustrateur du hault sens de Platon) ung Brodeau aysné, et puisné (tous deux honneur singulier de nostre langue) ung Sainct Gelais (divin esprit en toute composition) ung Salel (Poëte autant excellent, que peu congneu entre les vulgaires) ung Clement Marot (esmerveillable en doulceur de Poësie) ung Charles Fontaine (jeune homme de grande esperance) ung petit Moyne de Vendosme[1] (scavant, et eloquent contre le naturel, et coustume des Moynes) ou quelques aultres, dont la France est garnie en plusieurs lieux, par la grace que dieu luy faict de florir maintenant en gens scavantz plus que tout aultre Royaulme. Ceulx la doncq debvoient estre interpreteurs de ce present Œuvre : mais si par affection honneste je me suis avancé des premiers, pour cela je ne puis, et ne vouldrois estre cause, que si nobles espritz, que les dessudictz, feussent retardés de se vouloir esbatre à la traduction par moy entreprinse. Or je reviens à mon premier propos, Lecteur debonnaire : qui est tel, que le proffit, et utilité partant de ceste Œuvre, m’a induict à le translater. Et par semblable raison j’espere que tu prendras en gré ce mien labeur, et effort. Adieu.


Note

[1] René Macé.


Pour citer cet article :
SICARD Claire et JOUBAUD Pascal, « Étienne Dolet nomme Mellin de Saint-Gelais dans une liste de ‘gens scavantz’ (1539) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 22 août 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/3897.

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search