Mellin de Saint-Gelais dans l’œuvre de Rabelais

Dernière mise à jour : 22 août 2015

Dans l’œuvre de Rabelais, on trouve plusieurs références à Mellin de Saint-Gelais, soit qu’il y soit nommé, soit que certaines de ses pièces y soient citées – avec des variantes spécifiques et intégrées au texte même de Rabelais. En un cas au moins, on peut également établir des liens intertextuels entre des énigmes des deux auteurs.

Plan de l’article

1. Gargantua (c. 1534 / 1542)

a. « Les fanfreluches antidotées », Gargantua, c. 1534 et rééditions (chapitre 2)
b. « L’énigme en prophétie », Gargantua, c. 1534 / 1542 (chapitre 56)

2. Prologue du Quart Livre, 1552


1. Gargantua (c. 1534 / 1542)

Références bibliographiques :

a. « Les fanfreluches antidotées », Gargantua, c. 1534 et rééditions (chapitre 2)

Dans son Rabelais (Gallimard, Tel, 1992, p. 178), Michael Screech signale que l’énigme appelée «Les Fanfreluches antidotées » (Gargantua, chapitre 2) « a des ressemblances textuelles [avec] un certain poème de Mellin, sans que nous puissions dire lequel a copié l’autre ». La pièce en question, « Le grand vainqueur des haulx mons de Carthaige », est publiée dans les Œuvres de 1547. Son attribution à Saint-Gelais n’est pas certaine.

Screech ajoute : « Quel que soit le sens que nous puissions lui découvrir un jour, notons qu’il a son pendant dans l’autre énigme située à la fin du livre. Celle-ci a également des rapports avec Mellin de Saint-Gelais, puisqu’elle est écrite dans le style de «Merlin le Prophète», comme le fait remarquer Rabelais dans un ajout de 1543. Ces deux énigmes donnent à Gargantua un équilibre esthétique semblable à celui de Pantagruel et du Tiers Livre, dans lesquels le début et la fin présentent des similarités artistiques ».

Retour en haut de la page.

b. « L’énigme en prophétie », Gargantua, c. 1534 / 1542 (chapitre 56 et dernier)

Dans le chapitre LVI, « Enigme trouvé es fondements de l’abbaye des Thelemites », Rabelais achève Gargantua par un long poème dont les deux premiers vers et les dix derniers sont de lui mais dont la partie centrale est constituée par l’énigme de Mellin de Saint-Gelais qui commence « S’il est permis de croire fermement » et s’achève « Pour mettre à fin les eaux et l’entreprise ».

On peut en lire ici le texte, dans la transcription qu’en donnent les BVH.

Le nom de Saint-Gelais n’est pas mentionné dans les éditions c. 1534-1535. En revanche, dans celle de 1542 le moyne qui dialogue avec Gargantua précise que « Le stille [de l’énigme] est de Merlin le prophete ».

Retour en haut de la page.

3. Prologue du Quart Livre, 1552

Références bibliographiques

Le Quart Livre est d’abord publié à Lyon en 1548 mais ce n’est que dans l’édition parisienne de 1552, profondément remaniée, que le prologue intègre une réécriture d’une pièce de Saint-Gelais que l’on trouve dans plusieurs sources antérieures à cette édition du Quart Livre,

  • imprimées [Recueil de Vraye Poesie, 1543 (feuillets manquants) et 1550]
  • et musicale [mis en musique par Janequin, Attaingnant RISM 1543/9].

Nous confrontons ici la version publiée par Rabelais et celle que l’on trouve dans le dernier manuscrit composé du vivant de Saint-Gelais.

« Grand Thibault, se voulent coucher », Quart livre (1552) « Un mary se voulant coucher », ms. Belin 370, f. 37 r° (1558)
Grand Thibault, se voulent coucher
Avecques sa femme nouvelle,
S’en vint tout bellement cacher
Un gros maillet en la ruelle.
« O mon doulx amy (ce dist elle),
Quel maillet vous voy je empoingner ?
C’est (dist il) pour mieulx vous coingner.
Maillet ? dist elle, il n’y fault nul.
Quand gros Jan me vient besoingner,
Il ne me coingne que du cul
Un mary se voulant coucher
Au pres de sa femme nouvelle,
S’en vint tout bellement cacher
Un gros maillet à la ruelle.
Je sais amy ce dist elle
Quel maillet vous voy je empoingner ?
C’est dist il pour mieulx vous coingner.
Maillet dict elle n’ay pas vu
Quand gros jehan me vient besoingner,
Il ne me cogne que du cul.

Mireille Huchon analyse brièvement ce passage dans Poésie à la cour de François Ier, p. 95 et souligne que, dans le dispositif du Quart Livre Rabelais insiste sur le fait que la pièce est une chanson et sur la façon dont elle est mise en musique. De fait, le texte source de Saint-Gelais est lui aussi diffusé par la musique. On ne le trouve guère en revanche dans les manuscrits (aucune attestation avant 1558).

Retour en haut de la page.


Pour citer cet article :
SICARD Claire et JOUBAUD Pascal, « Mellin de Saint-Gelais dans l’œuvre de Rabelais », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 22 août 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/3872.