Nicolas Bourbon demande à Rabelais de saluer pour lui Mellin de Saint-Gelais (c. 1536)

Dernière mise à jour : 21 août 2015

Dans L’interprétation de Rabelais au XVIe siècle, (Etudes Rabelaisiennes, t. 3, Genève, Droz, 1961), Marcel de Grève cite une pièce (Carmen 67) que Bourbon adresse à Rabelais. Elle paraît dans l’édition de 1538 des Nugae mais elle est, selon le critique, “très probablement écrite en 1536”. Sur un ton assez froid – analysé par Grève mais aussi par Lucien Febvre – Bourbon, qui n’a pas toujours entretenu les meilleures relations avec Rabelais, lui demande cependant de jouer les intermédiaires et de saluer pour lui trois de leurs relations communes, Guillaume de Costé (Lateranus), Guillaume Du Mayne (Mainus) et Mellin de Saint-Gelais. C’est le signe que ces hommes ont entretenu des relations, sans que cela donne pour autant beaucoup d’informations sur la chaleur de ces relations. Comme l’explique Lucien Febvre, il s’agit en effet d’ “une simple commission d’amitié, ou même pas : de politesse”.

On notera par ailleurs que Chappuys, dans son Discours de la court (1543) associe étroitement Du Mayne et Saint-Gelais (voir ici).


Nicolai Borbonii Vamdoperani Lingonensis Nugarum Libri octo, Lyon, Gryphe, 1538, p. 247.

“Nicolai Borbonii ad Rabelaesum carmen”

Jam raro Lateranus et Mainus
Cocurrunt mihi Sangelasiusque,
Nempe urgentibus aulicisque rebus
(Ut sunt tempora) serio occupati ;
At tu, mi Rabelaese, quando abire
Certum est quo mea me vocat voluntas,
Quo fatum potius vocat trahitque,
Illis nomine dic meo salutem.


Pour citer cet article :
SICARD Claire et JOUBAUD Pascal, « Nicolas Bourbon demande à Rabelais de saluer pour lui Mellin de Saint-Gelais (c. 1536) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 21 août 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/3861.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search