Pierre Des Prez compte Mellin de Saint-Gelais parmi les grands poètes du règne de Henri II (c. 1553)

Dernière mise à jour : 21 août 2015

De Pierre Des Prez, nous savons peu de choses. Au début du second volume du ms. B.N. fr 22562, qui est l’un des nombreux volumes du manuscrit dit Rasse des Noeux (postérieur à 1560), on trouve une section contenant plusieurs de ses textes.

Titre de la section

Nous apprenons par ces quelques pièces que Des Prez bénéficie d’un fort ancrage dans le milieu bordelais, mais aussi qu’il a suivi Antoine de Noailles dans son ambassade en Angleterre à partir du printemps 1553. Des Prez indique aussi qu’il a composé un poème destiné à Édouard VI mais n’a pu le lui remettre avant qu’il meure. Si l’on considère, ce qui est vraisemblable, que tous les textes de la section sont à peu près contemporains les uns des autres, il est donc probable que le poème adressé à Henri II que nous reproduisons ci-dessous a été composé après la mort du prince anglais, le 6 juillet 1553, et, bien évidemment, avant celle du roi français le 10 juillet 1559. Comme Des Prez s’y adresse aussi à quelques poètes du temps participant à la gloire du monarque et qu’il mentionne Salel, on peut même supposer que la composition de cette épître est antérieure à la disparition du poète de cour, en 1553. Lorsqu’il apostrophe Mellin de Saint-Gelais, c’est en le qualifiant d'”esprit rare” et d'”homme divin”.


Très grande est l’ingratitude
Des Monarques et des Roys,
Que l’obscure multitude
Vexent par leurs dures loix.
D’autant que les nerfz des Princes
Sont les subjectz bien-veuillans,
Et que sans l’aide des minces
Ils seroient en vain vaillans
Les Princes donques les doivent
Cherir et favoriser,
Comme ceulx  dont ils reçoivent
Ce qui plus les faict priser.
Les Roys sont des Dieux figure.
Les Dieux ont des Roys soucy.
Et les roys ont de nous cure.
Les Roys sont noz dieux aussi.
Des ignorans populaires
Les princes sont ornateurs :
Et des princes debonnaires,
Les peuples admirateurs.
Il n’est rien qui se rapporte
Tant au naturel des Dieux,
Que bien faire en quelque sorte.
Mais qui le peut faire mieux,
Que les grans Roys, qui tout peuvent,
D’eux-mesmes legislateurs :
Et qui tousjours le lieu treuvent
De se randre bienfaicteurs :
Henry, divine semence,
Roy deuxiesme de celuy,
Que le peuple de ta France
Appella père et appuy :
Et heureuse geniture
Du grand François premier Roy,
Qui sans toy sa protraicture
N’eust eu second apres soy.
Comme en ta memoire saincte
Imprimée est la vertu,
Ainçois en ton ame emprainte,
De laquelle il fust vestu.
Tout ainsi grave dans elle
Sa saincte et derniere voix,
Qui fut de l’amour et zele
Qu’à ton peuple tu devois.
La foy et obeissance
Duquel, lors il te prescha :
Dont il eut la cognoissance,
Quand sa fortune bruncha.
Et tu la cognoistras, Sire
Non en ton adversité
(Car un jour t’est deu l’empire
De ceste Université)
Mais quand aux haultes conquestes
Tes forces aspireront :
Tes hardis subjects leurs testes
Au besoing n’espargneront.
Et feront Henry espandre
(Si augures ne sont vains)

Plus que Cyre, ou Alexandre,
Sujet de tant d’escrivains.
Car est-il rien impossible
Au François entrepreneur,
Conduict d’un prince invincible,
Tenant en main le bonheur ?
Lors Poesie gentile,
Fruict nouvellement hanté
Au cloz de France fertile,
Par ton père tant vanté,
Randra au filz le salaire
De ce bienfaict paternel,
Entreprenant bien de faire
Et l’un et l’autre eternel.
O toy, le François Pindare,
Du Bellay, docte Angevin,
Et toy Merlin esprit rare,

Ou plustost homme divin,
Carle bien meur, Ronsard grave,

Et Salel laborieux,
O que vous randré bien brave
Vostre Roy victorieux
O quelz esclatz de tonnerre
Voz vers au ciel mesleront
O combien de mer et terre
En brief ils suruderont[1]
Suivant voz pas à la trace.

Aussi je l’exauceray
Toutefois ma lyre casse
Les clairons effacera,
Et ma voix, qui la compasse,
Jusqu’aux Cieulx se poussera.
Que disant en ma chanson
Chose divine et celeste
Aux cieulx en plaira le son

[1] Suronder : inonder, submerger.


Pour citer cet article :
SICARD Claire et JOUBAUD Pascal, « Pierre Des Prez compte Mellin de Saint-Gelais parmi les grands poètes du règne de Henri II (c. 1553) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 21 août 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/3839.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search