Brantôme parle de Saint-Gelais

Dernière mise à jour : 17 août 2015

Brantôme connaît bien la poésie de Saint-Gelais. On trouve notamment dans un recueil manuscrit de ses propres poésies de nombreuses pièces de Mellin (voir B.N. NAF 11688). En trois occasions dans ses œuvres en prose, il mentionne rapidement le poète.

1. Œuvres complètes de Pierre de Bourdeilles, seigneur de Brantôme, éd. Lalanne, t. 3 : Les Vies des grands capitaines françois, p. 257, 1867.

Il se trouve encor une tragédie très-belle de Sofonisba, composée en italien, qui fut jouée devant Sadicte Saincteté à Rome. Je l’ay veue, et belle ; mais je ne la trouve si belle que celle que la reyne sa mère fit jouer et représenter sur le mesme subject à Blois, devant le roy, que M. de Sainct-Gelays composa, ou plustost prit et desroba sur l’autre, mais mieux l’orna. Je croy que j’en parle ailleurs, s’il me semble, dans mon livre des Dames, et mesmes au discours de ladicte reyne [voir extrait 3].

2. Œuvres complètes de Pierre de Bourdeilles, seigneur de Brantôme, éd. Lalanne, t. 3 : Les Vies des grands capitaines françois, p. 288, 1867.

Si faut-il que je die ce mot de M. de Ronsard, qu’est : que moy estant un jour à Venize chez un des principaux imprimeurs ainsy que je luy demandois un Petrarque en grosse lettre, grand volume, et commenté, il y eut un grand magnifique près de moy, s’amusant à lire quelque livre, qui, m’oyant, il me dict, moitié en italien, moitié en assez bon françois, car il avoit esté autresfois ambassadeur en France : « Mon gentilhomme, je m’estonne comment vous estes curieux de chercher un Petrarque parmy nous, puisque vous en avez un en vostre France plus excellent deux fois que le nostre, qu’est M. de Ronsard. » Et là dessus se mit à l’exalter par dessus tous les poètes qu’il avoit jamais leu, et m’entretint tout un long temps, non-seulement de ce subject, mais de plusieurs autres beaux, avec certaine douce courtoisie et affabilité de leur nature. Voylà le bel honneur que déféra ce bon vieillard magnifique à M. de Ronsard, comm’ il avoit raison.
Ces poètes ont esté bien autres qu’un Marot, un Sallet et Sainct-Gelays, encor que M. de Sainct-Gelays fut un gentil poète de son temps, et qu’il ne tint rien de la barbare et antique poésie.

3. Œuvres complètes de Pierre de Bourdeilles, seigneur de Brantôme, éd. Lalanne, t. 7 : Recueil des Dames, p. 346, 1873.

Elle [Catherine de Médicis] invantoit tousjours quelques nouvelles danses ou quelques beaux ballets. Quand il faisoit mauvais temps, elle invantoit aussi des jeux, et y passoit son temps avec les uns et les autres, estant fort privée, mais aussi fort grave et austère quand il falloit ; aymoit fort à veoir jouer des commédies et tragédies ; mais despuis Sofonisba, composée par M. de Sainct-Gelays et très-bien représentée par mesdames ses filles et autres dames et damoiselles et gentilshommes de sa court, qu’elle fit jouer à Bloys aux nopces de M. de Cipière et du marquis d’Albeuf, elle eust opinion qu’elle avoit porté le malheur aux affaires du royaume, ainsi qu’il succéda ; elle n’en fist plus jouer, mais ouy bien des commédies et tragi-commédies, et mesmes celles des Zani et Panthalons, y prenant grand plaisir […].


Pour citer cet article :
SICARD Claire et JOUBAUD Pascal, « Brantôme parle de Saint-Gelais », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 17 août 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/3831.