Nicolas Bourbon parle de Saint-Gelais (1538)

Dernière mise à jour : 4 septembre 2013

Le Courtisan de Messire Baltazar de Castillon nouvellement reveu et corrige (traduction de Jacques Colin, présentée comme revue par Mellin de Saint-Gelais), Lyon, François Juste, 1538. L’ouvrage s’ouvre par un carmen de Nicolas Bourbon à propos de Saint-Gelais. En voici le texte (repris d’après la transcription des BVH).

NICOLAUS BORBONIUS VANDOPERANUS LINGONEN. POETA.
AD LECTOREM.

Qui libri fuit author huius, illi
Debet posteritas. at Italorum
Ne vulgus sibi vendicaret uni
Thesaurum hunc, bone lector, ecce iam olim
Hunc Librum bene Gallicè loquentem
Colinus dederat: fideliterque, &
Doctè transtulerat: sed impudenter
Corruptum à sciolis legebat aula.
Quam cladem pia Musa Sangelasi
lndignata, suo nitori eundem
Nuper restituit : Peraccus autem
Lugdûni decus urbis, ut recenti
Tersum pumice opus sub omnium ora
Prodiret, facilè annuit. Vide ergò
Quot, quantisque viris, Amice Lector,
Res curae tua sit. Vale, & memento,
Per quos proficis, ijs bene ut precêris.


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Nicolas Bourbon parle de Saint-Gelais (1538) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 18 septembre 2012, mis à jour le 4 septembre 2013 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/353.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search