Epître d’Etienne Dolet à Mellin de Saint-Gelais (1538)

Dernière mise à jour : 27 mai 2013

Le Courtisan de Messire Baltazar de Castillon nouvellement reveu et corrige (traduction de Jacques Colin, revue par Mellin de Saint-Gelais), Lyon, François Juste, 1538.

L’ouvrage s’ouvre par une épître de Dolet à Saint-Gelais. En voici le texte (repris d’après la transcription des BVH) :

ESTIENNE DOLET A MERLIN DE SAINCT GELAIS SALUT.

AMY, il te peult souvenir, comme dernierement en ceste ville lisant le Courtisan du Conte Balthasar de Castillon, y trouvasmes plusieurs faultes, et lieux omis à l’interpretation. Depuis il a esté reveu par aulcuns de bon jugement: lesquelz m’en ont donné la copie, et moy à l’imprimeur, apres avoir le tout reveu: ensemble lauctorité du priviliege qu’il a pleu au Roy me donner touchant mes oeuvres, et aultres que revoirray, et illustreray. En ce toutesfois ne veulx empescher, que tous imprimeurs n’impriment tout ce que bon leur semblera, mais que se ne soit sur les copies qui sortiront de moy, et qui seront differentes de la vulgaire et commune. Au demeurant, si veulx scavoir de mes nouvelles, dedans peu de jours je feray imprimer quatre livres d’Epigrammes1, affin que les Poëtes Italiens, qui viennent avec le Pape a ceste assemblee du Roy, et de Lempereur, congnoissent qu’en France il y a des corps [f. aij v°] pleins de vers aussi bien qu’en aultre lieu,
A Dieu amy, le priant te donner en toute chose prosperite,

1 Carmina, 1538.


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Epître d’Etienne Dolet à Mellin de Saint-Gelais (1538) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 18 septembre 2012, mis à jour le 27 mai 2013 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/348.