Guillaume Des Autels déplore la mort de Marot sur l’air de “la verde couleur” (c. 1545)

Dernière mise à jour : 3 février 2024

Nous remercions Jean-Charles Monferran de nous avoir signalé que le texte reproduit dans la première version de cet article était incomplet de la fin. Nous corrigeons la transcription et en profitons pour actualiser les informations notées ci-dessous.

Guillaume des Autels, Le moys de May de Guilelme Deshautelz de Montcenis en Bourgoigne, s.l., s.n., c. 1545-1549. Notices Scripta Manent de l’édition : 22629 ; du texte : 22729. La numérisation de l’exemplaire de Chantilly est disponible sur archives.org. et sur armarium.

“Celluy qui apres Virgille / Avoit la plume dorée”

Le recueil est publié sans lieu ni date. Guillaume De Sauza, dans deux articles de 2010, considère que cet ouvrage de jeunesse de Guillaume des Autels serait sorti de l’imprimerie d’Olivier Arnoullet à Lyon mais Raphaël Cappellen ne partage pas cette analyse. L’estimation qui est faite de sa période de publication, entre 1545 et 1549 (notamment dans les travaux de Guillaume De Sauza), appelle quelques remarques.

1. 1545 ?

Le fait que l’ouvrage contienne, dans ses derniers feuillets, une pièce de déploration de la mort de Clément Marot, la Complainte sur la mort de Clement Marot par Calliope muse qui se peult chanter sur ‘Laissés la verde couleur’ faict par ledict Deshautelz, tendrait à rendre vraisemblable une publication aux alentours de 1545 : Marot meurt en septembre 1544, et les pièces d’hommage de ce type sont souvent écrites et publiées rapidement après la circonstance qui en est à l’origine. Par ailleurs, la chanson nouvelle qu’est alors la “Verde couleur” de Saint-Gelais semble connaître un grand succès en cette même période : c’est ce qui justifie par exemple qu’elle ouvre la première édition de la série intitulée Deploration de Venus sur la mort du bel Adonis, qui paraît entre 1545 et 1556 et qui ne rassemble que des chansons.

Bien sûr, on ne peut totalement exclure, au vu de la célébrité du poète défunt comme de celle de la chanson de Mellin (dont on trouve des attestations, notamment musicales, jusqu’au XVIIe siècle au moins), qu’une composition et une publication plus tardives aient pu avoir lieu et que Des Autels ait symboliquement placé son entrée en poésie sous l’égide des mânes marotiques, même quelques années après la disparition du Prince des poètes français, en même temps que d’une influence gelaisienne qu’il est encore de bon ton de revendiquer à la fin des années 1540. On peut par ailleurs observer qu’en 1545 Guillaume Des Autels est à peine âgé de 17 ans, ce qui est bien jeune pour publier un premier recueil – même si cette précocité n’est évidemment pas à exclure.

Si, malgré ces réserves, on devait opter pour une datation au plus près du décès de Marot, qui paraît tout de même la plus probable, des implications intéressantes concernant la diffusion de “La verde couleur” devraient en être tirées. Il s’agit en effet là d’une réécriture, qui suppose la célébrité de la chanson et de son (ou l’un de ses) air(s). Or la publication de cette réécriture se serait faite concomitamment aux plus précoces éditions imprimées de la chanson de Saint-Gelais, en particulier celle de la première édition de la série des Deploration de Venus sur la mort du bel Adonis, parue chez Jean de Tournes en 1545. Cela indiquerait que Des Autels aurait assurément fait preuve d’une particulière réactivité, en associant en somme deux circonstances de la plus brûlante actualité, le décès de Marot d’une part, et le succès de “La verde couleur” chanson récente qui court par la ville, d’autre part.

2. Lier Marot et Saint-Gelais

Ce point nous conduit à la formulation, plus rapide car moins délicate sans doute, d’une seconde remarque : pour un jeune poète commençant sa carrière poétique en cette fin du règne de François Ier, les deux grands noms de la poésie française, ici associés dans les faits, sont bel et bien Clément Marot et Mellin de Saint-Gelais. Rendre hommage à l’un, disparu, en adoptant le rythme, le schéma des rimes et l’air d’un succès de l’autre peut paraître symptomatique de la place accordée à chacun de ces grands poètes par leurs contemporains.

NB. Guillaume De Sauza a également proposé une transcription du texte reproduit ci-dessous dans l’annexe 2 de l’article qu’il a co-écrit avec Michèle Clément en 2010 : Clément Michèle, De Sauza Guillaume, « Qui déplore la mort de Marot ? », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, vol. 72, n° 2, 2010, p. 301-335 [voir en particulier p. 331-335].


Complaincte sur la mort de Clement Marot par Calliope muse qui se peult chanter sur Laissés la verde couleur faict par ledict Deshaultez

      Sur l’hault mont de parnassus
Se faisoit une assemblée
Des neufz muses et lassus [= là-haut]
La terre esmeue a tremblée.
      Ce q’Uran[i]a voyant[,]
Vers les astres s’est tournée
Puys soubdain en larmoyant
Telle chanson a sounée.
      [« ] Laissés ceste grand douceur
Et liesse accoustumée
Calliope[,] chiere seur[,]
Nouvelle avez non aymée.
      Plorés le filz de Phebus
Et sa mort infortunéeDesAutels_SG_p.2
Car en scavoyr sans abuz
Sa vie est ja terminée[,]
      Celluy qui apres Virgille
Avoit la plume dorée
Qui faisoit en sens agille
Ritme et chansson mesurée [»].
      A ces propos seulement
Calliope desolée
Congneust l’ame de Clement
Estre de corps despoillée.
      Et a pour si grand douleur
Sa liesse desturbée
Et prenant pasle couleur
Est comme morte tumbée.
      Mays les seurs belles et gentes
La voyant ainsy grevée
Par leurs cures diligentes
De la terre l’ont levée.
      Et quant elle a peult reprendre
Ung peu sa voix absentée
Elle a bien donné entendre
Comme elle estoit tourmentée.
      [«] O[,] dist elle[,] dure mort
Malheureuse et incensée
Ton [d]ard sur moy poinct ne mord
Mays je m’en sens offencée.
      Helas je te desdaignoys
Mays tu t’en es bien vengée[,]
A[u] lieu que tant cher tenoys
Pour cella tu t’es rengée.
      Or ta grand ingratitude
A toutes gens s’est monstrée
Or est ta main lasche et rude
Congneue en toute contrée.
      Cil qui avoit ton offence
A son pouvoir colorée
A pour toute recompence
Souffert ta main malheurée [»].

Marot au Sermon du bon et maulvais pasteur loue ainsy la Mort.

      [«] Il t’avoit nomm[é] benigne
Clef de la vie estimée
Voyre comme [H]eleyne digne
D’estre elegante formée.
      Chascun painctre qui paint bien
En sa figure atornée
T’avoit ja par son moyen
De face plaisante ornée.
      Ainsi ton [d]ard tu portoys
Teinct en couleur azurée
Comme Cupido courtoys
Porte sa fleiche dorée.
      Or vous maistres et seigneurs
En l’art d'[A]pelles louée
Ne faictes plus telz honneurs
A beste à [P]luto vouée.
      Faictes luy face envieuse
Ingrate et envenimée
Et encor plus odieuse
Qu’en la sorte accoustumée.
      Car par desobeissance
Elle est au monde arrivée
Et sa premiere naissance
Est du serpent derivée. [»]
      Tretous ces propos disoit
La muse desesperée
Mays soubdain contredisoit
Sa parole proferée.
      Comme la cane souvent
De ça et de là gettée
Ne peult resister au vent
Duquel elle est agitée[,]
      Ainsi la pouvre maistresse
De Marot tant courroucée
N’a peult pour telle destresse
Tenir ferme sa pensée.
      Combien que par mort je sente
Tristesse au cueur inscupée
La mort en est innocente
(Ce dict elle) et deculpée.
      La mort jeunes et vieux
Prent celon leur destinée
Plus tost vers les envieux
Doibt ma pleinte estre tournée.
      O enemys de sçavoir
Et de vertu ordonnée
O trop cupides d’avoir
Richesse à vice donnée.
     Ceste belle et grand’ chevance
Ne vous estoit elle agrée
Avoir d’ung Homere en France
L’ame aux muses consacrée.
      Mays comme celluy de [G]rece
N’evita langue insensée
Il failloit que la noblesse
De cestuy fust offensée.
      Et croy que c’est la raison
Pourquoy oultre sa pensée
Marot laissa la maison
Qu’il n’avoit onc couroucée
      Puys par exil et menace
Sa muse helas degoutée
A desir[é] voir la face
De son prince redoubtée.
      Par priere toutesfoys
La fureur tant embrasée
Du roy si bon si courtoys
N’a peult estre rapaisée.
      Pource il fault que je demeure
Dolente et infortunée
Car pleust à dieu qu’à ceste heure
Comme luy fusse homme née.
      Ainsy comme se tourmente
Calliope tant fachée
La turbe toute en lamente
En dueil recent attachée
      Et n’eust de ces chantz funebres
Jamays la chanson cessée
Sans les obscures tenebres
De l’orde nuict adresscée[,]
      Lors qu’esperant prendre fin
S’est par fureur despitée
Dans le fleuve cabalin
Rudement precipitée.
      Mais[,] prochaine à deyté[,]
N’est en pire mal allée
La sienne immortalité
Pour la grande eaue avallée.

Deus scit.
Fin.


Pour citer cet article :
SICARD Claire, «Guillaume Des Autels déplore la mort de Marot sur l’air de “la verde couleur” (c. 1545) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 20 août 2012, mis à jour le 3 février 2024 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/334.



Citer ce billet
Claire Sicard (2012, 20 août). Guillaume Des Autels déplore la mort de Marot sur l’air de “la verde couleur” (c. 1545). Demêler Mellin de Saint-Gelais. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nii8

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search