Guillaume Des Autels déplore la mort de Marot sur l’air de “la verde couleur” (c. 1545)

Dernière mise à jour : 27 septembre 2015

Guillaume des Autels, Le moy de May de Guilelme Deshautelz de Montcenis en Bourgoigne, s.l., s.n., c. 1545-1549.

Le site de la bibliothèque de Chantilly offre une numérisation de cet ouvrage.

“Celluy qui apres Virgille / Avoit la plume dorée”

Cet ouvrage de jeunesse de Guillaume des Autels est peut-être sorti de l’imprimerie d’Olivier Arnoullet à Lyon. Il est toutefois publié sans lieu ni date. L’estimation qui est faite de sa période de publication, entre 1545 et 1549 (voir notamment les travaux de Guillaume De Sauza), appelle d’abord quelques remarques.

1. 1545 ?

Le fait que l’ouvrage contienne, dans ses derniers feuillets, deux pièces de déploration consacrées à Clément Marot la Complainte sur la mort de Clement Marot par Calliope muse qui se peult chanter sur ‘Laissés la verde couleur’ faict par ledict Deshautelz d’une part, puis “Marot au Sermon du bon et maulvais pasteur loue ainsy la Mort” d”autre part, tendrait à rendre vraisemblable une publication aux alentours de 1545 : Marot meurt en septembre 1544, et les pièces d’hommage de ce type sont souvent écrites et publiées rapidement après la circonstance qui en est à l’origine.

Toutefois, on ne peut exclure, au vu de la célébrité du poète défunt, qu’une publication plus tardive ait pu avoir lieu et que Des Autels ait symboliquement placée son entrée en poésie sous l’égide des mânes marotiques, même quelques années après la disparition du Prince des poètes français. Par ailleurs, en 1545 Guillaume Des Autels est à peine âgé de 17 ans, ce qui est bien jeune pour publier un premier recueil – même si cette précocité n’est évidemment pas à exclure.

Si, malgré ces réserves, on devait opter pour une datation au plus près du décès de Marot, des implications intéressantes concernant la diffusion de “La verde couleur” devraient en être tirées. Il s’agit en effet là d’une réécriture, qui suppose la célébrité de la chanson et de son (ou l’un de ses) air(s). Or la publication de cette réécriture se serait faite concomitamment aux premières éditions imprimées de la chanson de Saint-Gelais. En effet, en l’état de nos recherches, sa plus ancienne édition daterait précisément de 1545 (Lyon, Du Moulin : voir Indications bibliographiques). En ce cas, Des Autels aurait assurément fait preuve d’une particulière réactivité, en associant en somme deux circonstances de la plus brûlante actualité, le décès de Marot d’une part, et le succès de “La verde couleur” chanson apparemment récente, d’autre part.

2. Lier Marot et Saint-Gelais

Ce point nous conduit à la formulation, plus rapide car moins délicate sans doute, d’une seconde remarque : pour un jeune poète commençant sa carrière poétique en cette fin du règne de François Ier, les deux grands noms de la poésie française, ici associés dans les faits, sont bel et bien Clément Marot et Mellin de Saint-Gelais. Rendre hommage à l’un, disparu, en adoptant le rythme et l’air d’un succès de l’autre peut paraître symptomatique de la place accordée à chacun de ces grands poètes par leurs contemporains.


Complaincte sur la mort de Clement Marot par Calliope muse qui se peult chanter sur Laissés la verde couleur faict par ledict Deshaustez

      Sur l’hault mont de parnassus
Se faisoit une assemblée
Des neufz muses et lassus [= là-haut]
La terre esmeue a tremblée.
      Ce qu’Uran[i]a voyant[,]
Vers les astres s’est tournée
Puys soubdain en larmoyant
Telle chanson a sounée.
      [« ] Laissés ceste grand douceur
Et liesse accoustumée
Calliope[,] chiere seur[,]
Nouvelle avez non aymée.
      Plorés le filz de PhebusDesAutels_SG_p.2
Et sa mort infortunée
Car en scavoyr sans abuz
Sa vie est là terminée[,]
      Celluy qui apres Virgille
Avoit la plume dorée
Qui faisoit en sens agille
Ritme et chansson mesurée [»].
      A ces propos seulement
Calliope desolée
Congneust l’ame de Clement
Estre de corps despoillée.
      Et a pour si grand douleur
Sa liesse desturbée
Et prenant pasle couleur
Est comme morte tumbée.
      Mays les seurs belles et gentes
La voyant ainsy grevée
Par leurs cures diligentes
De la terre l’ont levée.
      Et quant elle a peult reprendre
Ung peu sa voix absentée
Elle a bien donné entendre
Comme elle estoit tourmentée.
      [«] O[,] dist elle[,] dure mortDesAutels_SG3_p.3
Malheureuse et incensée
Ton [d]ard sur moy poinct ne mord
Mays je m’en sens offencée.
      Helas [je] te desdaignoys
Mays tu t’en es bien vengée
Au lieu que tant cher tenoys
Pour cella tu t’es rengée.
      Or ta grand ingratitude
A toutes gens s’est monstrée
Or est ta main lasche et rude
Congneue en toute contrée.
      Cil qui avoit ton offence
A son pouvoir colorée
A pour toute recompence
Souffert ta main malheurée [»].

 

 


Pour citer cet article :
SICARD Claire, «Guillaume Des Autels déplore la mort de Marot sur l’air de “la verde couleur” (c. 1545) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 20 août 2012, mis à jour le 27 septembre 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/334.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search