Nicolas Herberay offre sa traduction à Mellin de Saint-Gelais (1539)

Dernière mise à jour : 7 novembre 2019

herberay 1546

Réédition de Toulouse, 1546. Source : Books Google.

Le traducteur Nicolas Herberay, seigneur des Essarts, notamment célèbre pour sa traduction d’une partie des Amadis, publie en 1546 L’Amant mal traicté de s’amye, Reveu, et amendé, oultre les precedentes impressions, (Toulouse, Jean de Fleurs). L’imprimé contient dans ses liminaires un huitain adressé à Mellin de Saint-Gelais (f. A ij r°) qui souligne l’influence du poète de cour.

[voir ci-contre].

Si l’on en croit le titre de ce témoin, il s’agit d’une des rééditions d’un ouvrage qui paraît princeps dès 1539 (Paris, Sertenas). Nous n’avons pas pu, pour l’instant, le consulter, mais selon Michel Simonin, la pièce adressée à Saint-Gelais semble déjà s’y trouver (voir ici, p. 197-198).

Ce qui est en revanche certain, c’est qu’il existe une autre édition parisienne de cet ouvrage, chez Janot en 1541 (voir la numérisation d’un témoin de cet ouvrage conservé à Vienne) : elle contient un privilège, effectivement délivré à Sertenas en date de 1539 ainsi que la pièce adressée à Saint-Gelais, comme on le voit ci-dessous.

L’amant maltraicte de s’amye, Paris, Janot, 1541, f. aij r°. Exemplaire conservé à l’Österreichischen Nationalbibliothek (ÖNB).

Envoy par l’autheur au seigneur de sainct Gelais, Abbé du Reclus son bon seigneur et singulier amy.
Huictain.

Petit Livret, sçais-tu que tu feras,
Pour trouver grace envers tous bons espris [?]
A Sainct Gelais premier t’adresseras,
C’est une perle entre les mieulx appris.
S’il te reçoip, tu auras los et pris,
Pour satisfaire à son intention,
Et ne seras jamais mis à mespris :
Mais tous louront, toy et l’invention.

Le Cheval en liberté dit,

Aux patis des Essars yray
Et au printemps m’y herberay.


L’ouvrage traduit de l’espagnol reparaît également à Paris chez Sertenas en 1548, sous le titre Petit traité de Arnalte et Lucenda autresfois traduit de langue espaignole en la françoyse et intitulé l’amant mal traité de s’amye par le seigneur des EssarsOn peut accéder ici à l’intégralité de l’ouvrage numérisé.
On retrouve le même liminaire dans l’édition lyonnaise (bilingue français / italien) parue chez Eustache Barricat en 1555.

[Sur le motif récurrent de la perle pour désigner notre poète,
voir cet article du carnet.]


Pour citer cet article :
SICARD Claire, «Nicolas Herberay offre sa traduction à Mellin de Saint-Gelais (1539) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 18 août 2012, mis à jour le 28 août 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/324.