Chronologie des pièces de Saint-Gelais mises en musique

Dernière mise à jour : 18 juin 2019

On trouvera ici la liste des poèmes de Saint-Gelais mis en musique avec la date de leur première publication recensée dans les recueils de musique (colonne 2) et celle de la première apparition datable de la pièce, quel que soit le type d’ouvrage où elle figure, imprimé ou manuscrit, musical ou textuel (colonne 3). Dans le cas où la date de première attestation est antérieure à celle de la première mise en musique, l’année est indiquée en orange.

Lorsque l’attribution d’une pièce à M. de Saint-Gelais est sujette à caution, l’incipit correspondant est marqué d’une étoile (possible) ou de deux (douteux). Le classement retenu est d’abord chronologique (date de composition probable), puis alphabétique. Entre crochets figurent les variantes d’incipit. Lorsque c’est nécessaire, des notes de bas de page apportent des informations complémentaires  (cliquer sur le lien de la note pour y accéder).

Ce recensement n’est pas exhaustif et sera progressivement complété.

  • Pour la bibliographie des recueils de musique contenant des pièces de Saint-Gelais, cliquer ici ;
  • Pour les compositeurs et l’ordre des mises en musique des pièces de Saint-Gelais, cliquer ici ;
  • Pour écouter quelques enregistrements des chansons composées sur des textes de Saint-Gelais, cliquer ici.
  • Pour consulter la liste des pièces parfois attribuées à Saint-Gelais mais que nous ne retenons pas, voir ici.

Incipit 1ère mise en musique 1ère attestation
1 Cueur prisonnier vous me le disiez [je le vous disois] bien 1545 c. 1530
J’ay trop de peine strophe 3 (= J’ay court plaisir et longue patience) 1545 c. 1530
Est il point vray ou si je l’ay songé 1540 c. 1533
Nostre amytié est seulement 1561 c. 1533
 5 Quel bien parler ou compter son affaire 1545 c. 1533
Prestez [Donnez] moy l’un de vos [ses/ces/tes] yeux bien appris* 1534 1534
Tant ay gravé au coeur vostre figure 1534 1534
Donné me fust des dieux à ma naisçance* 1540 c. 1535
Ha petit chien que [tant] tu as de bonheur 1547 c. 1535
10 Il n’est point vray que pour aymer on meure 1543 c. 1535
Le vray amy ne s’estonne de rien* 1536 c. 1535
L’heur ou [et] malheur de vostre cognoissance 1538 c. 1535
Nenny desplait et donne grand soucy*1 1547 c. 1535
O sotte[s] gent qui se va [s’en vont] travailler 1547 c. 1535
15 Si celle là qui ne fut oncques mienne 1540 c. 1535
Si comme espoir je n’ay de guerison 1538 c. 1535
Si dieu vouloit pour ung jour seulement* 1540 c. 1535
Où mettra l’on un baiser favorable 1540 c. 1537
Amour cruel de sa nature 1538 1538
20 J’ay eu du mal pour vouloir bien 1538 1538
Nostre vicaire un jour de feste 1538 1538
Si grand [ma] beaulté se perist [doit perir] en peu d’heure2 1544 c. 1538
Au temps heureux que ma jeune ignorance 1539 1539
Une belle jeune espousée 1540 1540
25 Un jour que Madame dormoit 1541 1541
Si j’ay du bien, helas, c’est par mensonge 1542 1542
Cent mille fois et en cent mille sortes 1543 1543
De moins que rien à peu l’on peult venir 1552 1543
Robin mangeoit un quignon de pain bis
[Roger rongeoit un quartier [un lopin] de pain bis] 
1586 1543
30 Un mary se voulant coucher 1543 1543
Laissez la verde couleur 1552 c. 1543
Si dieu vouloit pour chose bien nouvelle 1556 c. 1543
J’ay aultreffoys vostre faulcon tenu* 1544 1544
Si l’on me monstre affection 1544 1544
35 C’est trop penser [J’ay trop pensé] pour bien le scavoir dire 1545 c. 1544
Moins dure ou plus je ne veux devenir3a 1548 c. 1544
O combien est heureuse 1552 c. 1537
O que d’ennuy à mes yeux se presente 1554 c. 1544
Puisque nouvelle affection 1552 c. 1544
40 Puisque nouvelle affection strophe 2 (=Ne me faictes plus remonstrance) 1552 c. 1544
Puisque vivre en servitude 1548 c. 1544
S’amour vous a donné mon cueur en gage 1549 c. 1544
Si j’en dy bien nul ne le trouve estrange 1548 c. 1544
Si vous voulez moins dure revenir3b 1548 c. 1544
45 Ne vueillez Madame / La peine ignorer 1576 1545
Helas mon dieu y a il en ce monde 1547 c. 1546
Non feray, je n’en feray rien 1556 c. 1546
Si le regard d’un oeuvre si parfaict 1548 1547
Je consens / Que tous leurs sens 1576 1548
50 Quand j’entends / Le perdu temps 1552 1548
Qui de s’amye a le bien qu’il [qui] desire4 1548 1548
Si vous voulez estre aymée et servye 1548 1548
Contentés vous heureuses violettes 1549 1549
Elle a voulu serviteur me nommer 1549 1549
55 Où se peult mieulx assoyr mon esperance 1549 1549
Helas amy que ta longue demeure* 1550 1550
Pour m’eslongner et changer de contrée 1552 1552
Quand viendra la clarté 1552 1552
Quelle peine est plus dure [J’ay cherché la science] 1552 1552
60 Je ne sçay que c’est qu’il me fault 1553 1553
Amour me sçauriez vous aprendre (strophe 1) 1554 1554
Amour me sçauriez vous aprendre (strophe 2 = Mon coeur en moy plus ne demeure) 1554 1554
Dieu inconstant pourquoy as tu laissé 1554 1554
Les yeux qui me sçeurent prendre 1554 1554
65 Que te sert amy d’estre ainsy 1554 1554
Si j’ayme je n’en dis rien 1554 1554
Pour heur en amour demander 1556 1556
Souspirs ardents, parcelles de mon ame 1557 1557
De tant de peine endurer  1561 1558
70 J’en ayme deux d’amour bien differente 1561 1558
Si quelque dieu me donnoit le pouvoir [mettoit en mon pouvoir] 1569 1558
Tousjours vous me semblastes belle 1569 1558
Un sarlatan [Maistre Gonin] disoit en plain marché 1583 1558
Vous ne pouvés au moins me reprocher* 1561 1548-15585
75 Je veux aymer, quoy qu’on en vueille dire**5 1564 1564

Notes

1. Cette pièce est ordinairement attribuée à Marot, mais dans le ms. Berne 148 le titre la donne explicitement à Saint-Gelais. Nous intégrons donc le huitain avec prudence dans notre corpus.

2. Cette pièce est une réponse à celle de Brodeau “Si la beauté se perist en peu d’heure”. Les deux textes sont la plupart du temps associés, plus ou moins étroitement, tant dans les manuscrits, les polygraphiques que le recueil de musique (Susato 1544/11) où ils figurent. Dans un autre recueil de musique (Du Chemin 1549/25), Sevault propose une réécriture qui fond ces deux quatrains en un seul.
H. M. Tomlinson date la pièce de Brodeau c. 1535 et il n’est pas exclu qu’il en aille de même pour celle de Saint-Gelais, mais les sources consultées jusqu’ici sont toutes postérieures au début de 1538.

31a et b. “Moins dure ou plus je ne veux devenir” est la réponse au quatrain “Si vous voulez moins dure revenir”. Dans toutes les sources, les deux textes se suivent, toujours dans le même ordre.

4. Cette chanson correspond aux v. 47 à 54 et dernier de “Je ne veux point de trop volaige amie”. En l’état de nos connaissances, il semble que la pièce entière ne paraisse pas avant 1550.

5. Le ms. CP Bérès 62 / Sourget 22 dans lequel figure pour la première fois la pièce n’est pas daté précisément : Paola Cifarelli, qui en prépare l’édition, considère qu’il a été composé durant le règne de Henri II et du vivant de Saint-Gelais.

6. Cette pièce se trouve dans l’édition des œuvres de 1574, dont les attributions à Saint-Gelais sont d’ordinaire fiables. Toutefois, nous ne connaissons aucune attestation de ce texte du vivant du poète (avant octobre 1558), c’est la raison pour laquelle nous la classons pour l’instant dans les pièces douteuses.

Retour en haut de la page


Salon des refusés parmi les pièces mises en musique
Incipit Attribution à Saint-Gelais par Raison(s) du refus
A l’eau, à l’eau jettes toy vistement Cartier et Chenevière, RHLF, n° 3, 1896, p. 98. Figure dans la 2nde partie, polygraphique, des Œuvres de 1547 et aucun autre indice ne vient confirmer l’attribution..
Amour voyant l’ennuy qui tant m’oppresse Blanchemain t. 3, sur la foi du ms. La Rochethulon. Le ms. est polygraphique et aucun autre indice ne vient confirmer l’attribution.
Au feu, au feu venez moy secourir Cartier et Chenevière, RHLF, n° 3, 1896, p. 98. Figure dans la 2nde partie, polygraphique, des Œuvres de 1547 et aucun autre indice ne vient confirmer l’attribution.
Cessez mes yeux de plus vous tormenter Ricercar Confusion entre la chanson effectivement mise en musique en 1543 et une pièce de Mellin de même incipit mais dont le texte est très différent et qui date de c. 1537.
[D’]en avoir tant et d’un seul estre prise Blanchemain t. 3, sur la foi du ms. La Rochethulon. Le ms. est polygraphique et aucun autre indice ne vient confirmer l’attribution.
De qui plus tost me devrois je complaindre [maintenant me doibz plaindre] Blanchemain t. 3, sur la foi du ms. La Rochethulon. La pièce est de Claude Chappuys (voir Best, p. 187).
D’un amy fainct je ne me puis deffaire Blanchemain t. 3, sur la foi du ms. La Rochethulon. La pièce est de François Ier (voir Kane, p. 220).
Faire ne puis sans dueil et desplaisir Blanchemain t. 3, sur la foi du ms. La Rochethulon.
[Becker, ouvrage non encore consulté]
Le ms. est polygraphique et aucun autre indice ne vient confirmer l’attribution.
[à vérifier]
Je ne voy rien sy souvent que ses yeulx Blanchemain t. 3, sur la foi du ms. La Rochethulon. Le ms. est polygraphique et aucun autre indice ne vient confirmer l’attribution.
Rien n’est plus cher que ce que l’on desire La Monnoye, 1719 sur la foi d’un ms. inconnu. La pièce est de Sainte-Marthe (La Poesie francoise, Lyon, 1540, p. 13).
Sans avoir faict nul desplaisir Ricercar, considérant que la pièce est peut-être dans La Monnoye, 1719. La pièce n’est ni dans La Monnoye, 1719, ni dans aucune autre source fiable.
Si je maintiens ma vie seulement Blanchemain t. 3, sur la foi du ms. La Rochethulon. Le ms. est polygraphique et aucun autre indice ne vient confirmer l’attribution.
Si quelque fois devant vous me presente Blanchemain t. 3, sur la foi du ms. La Rochethulon. La pièce est de Claude Chappuys (voir Best, p. 212).
Voyant souffrir celle qui me tourmente Blanchemain t. 3, sur la foi du ms. La Rochethulon. Le ms. est polygraphique et aucun autre indice ne vient confirmer l’attribution.

Retour en haut de la page


Pour citer cet article : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Chronologie des pièces de Saint-Gelais mises en musique », Demêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 27 juillet 2015, [En ligne] https://demelermellin.hypotheses.org/2886.