Bibliographie – travaux critiques

Dernière mise à jour : 23 octobre 2018

Cette bibliographie n’est pas exhaustive. Elle sera complétée peu à peu. Chaque fois que c’est possible, un lien (en bleu pâle) pointe vers l’ouvrage ou l’article indiqué. Pour accéder à la partie de la bibliographie qui vous intéresse, cliquez sur son titre dans le plan.

Plan de la bibliographie / travaux critiques

I. Ouvrages et chapitres d’ouvrages

1. Ouvrages intégralement consacrés à Saint-Gelais
2. Thèse non publiée
3. Chapitres d’ouvrages
4. Ouvrages consacrés à d’autres poètes qui fournissent des indications sur Saint-Gelais

II. Articles

1. Compte-rendus
2. Articles et notices bio-bibliographiques
3. Questions d’attribution
4. Questions de datation
5. Questions de genres
6. Questions d’intertextualité
7. Questions de style
8. Rapports entre Saint-Gelais et ses contemporains
9. Sur les modes de diffusion des œuvres de Saint-Gelais
10. Mellin de Saint-Gelais et la musique
11. Mellin de Saint-Gelais et la cour
12. Mellin de Saint-Gelais et l’Italie
13. Mellin de Saint-Gelais et les astres
14. Thèmes et motifs


I. Ouvrages et chapitres d’ouvrages
1. Ouvrages intégralement consacrés à Saint-Gelais
– BECKER Ph. Aug., Mellin de Saint-Gelays, eine kritische Studie, Vienne et Leipzig, Holder-Pichler-Tempski, 1924.
– MOLINIER Abbé H.-J., Mellin de Saint-Gelays, Rodez, 1910.
– STONE Donald Jr., Mellin de Saint-Gelais and Literary History, Lexington, French Forum Publishers, 1983.
– WAGNER Ernst Winfrid, Mellin de Saint-Gelais. Eine literatur- und sprachgeschichtliche Untersuchung, Inaugural Dissertation, Lugwigshafen, Druck von August Lauterborn, 1893.
2. Thèse non publiée
– GHIGO Francis, The Vocabulary of Mellin de Saint-Gelays, PhD University of North Carolina at Chapel Hill, 1943 (thèse non publiée).
3. Chapitres d’ouvrages
– BLANCHEMAIN Prosper, Poètes et Amoureuses. Portraits littéraires du XVIe siècle, Paris, Willem, 1877, p. 117-147. [Blanchemain commence cette notice biographique très romanesque en faisant du poète le fils naturel d’Octovien, évêque d’Angoulême. Il suit en cela André Thévet, Scévole de Sainte-Marthe et les auteurs du Gallia christiana. Il dresse ensuite le tableau de ses études, à Poitiers puis Bologne et Padoue, présente Saint-Gelais comme l’ami de Marot, et son émule. Il insiste sur ses qualités de musicien et évoque également son refus de publier ses textes. Orienté par la perspective d’ensemble de l’ouvrage, le critique met en avant les pièces galantes de Saint-Gelais et fait de lui le « favori des dames ». Cette veine gaillarde est présentée comme l’une des sources de sa complicité avec François Ier. Mellin est dépeint comme un habile courtisan qui, contrairement à Marot, s’est prudemment gardé d’afficher des opinions réformées. Pourtant, ces idées nouvelles auraient pu, un temps au moins, le séduire. En revanche, Saint-Gelais se serait montré moins habile au moment de la querelle avec Ronsard qui l’aurait, selon Blanchemain, conduit à une forme de disgrâce].
– BOURCIEZ Édouard, Les Mœurs Polies et la Littérature de Cour sous Henri II, Paris, Hachette, 1886, chapitre 2 « Le poète courtisan : Mellin de Saint-Gelais », p.  300-321.
– BROOKS Jeanice, Courtly Song in Late Sixteenth-Century France, Chicago, The University of Chicago Press, 2000, p. 77 ; p. 208-280.
– COLLETET Guillaume, Vie [de] Mellin de Sainct-Gelais, in Le trésor des pièces angoumoisines inédites ou rares, Paris, Aubry, 1863, p. 87-140.
– JASINSKI Max, Histoire du sonnet en France, Douai, 1903. [L’ouvrage comporte notamment un chapitre intitulé « Le sonnet à la cour : Mellin de Saint-Gelais », p. 41-46 et une annexe consacrée à la « Chronologie des sonnets de Mellin de Saint-Gelais », p. 244-246].
– NISARD Désiré, Histoire de la littérature française, t. I, chapitre IV. 1, Paris, 1883 (10e éd.), p. 342-351.
– MARTINON Philippe, Les strophes. Étude historique et critique sur les formes de la poésie lyrique en France depuis la Renaissance, [Thèse],  Paris, Champion, 1911 [Slatkine reprints, 1989], p. 24 sq.
– LABYED Amel, Les Sophonisbe du XVIe siècle : textes et styles, thèse doctorat en langue française, dir. Mireille Huchon, Paris-Sorbonne, 2010.
Le cas Wyatt
– FOXWELL Agnes Kate, A Study of Sir Thomas Wyatt’s Poems, Londres, Presses universitaires, 1911, p. 59-75 (chap. 8 « French influence ») [Thèse de doctorat consacrée à Thomas Wyatt (1503-1542), poète anglais présent à la cour de France à la fin des années 1530 et qui aurait été influencé notamment par Marot et Saint-Gelais].
– THOMSON Patricia, Thomas Wyatt. The Critical Heritage, Londres ⊥ New York, Routledge and K. Paul, 1974, p. 123-125 (chap. 13 « Berdan on Wyatt, 1920 »).
4. Ouvrages consacrés à d’autres poètes qui fournissent des indications sur Saint-Gelais
a. Éditions critiques d’œuvres de contemporains de Saint-Gelais
– BAÏF Jean-Antoine de, Œuvres complètes, dir. Jean Vignes, Paris, Champion, 2002 (tome I), 2010 (tome II), 2016 (tome III). [Des indications concernant Saint-Gelais se trouvent dans la biographie de Baïf qui ouvre le premier tome, p. 15-49. Dans l’introduction aux Amours (t. II) le choix du nom de la première muse de Baïf, Meline, est mis en relation avec le prénom de Saint-Gelais. Le t. III, contient l’Églogue XVII dans laquelle Baïf met en scène « Melin » et « Toinet », c’est-à-dire Saint-Gelais et lui-même].
– BRODEAU Victor, Poésies, éd. Hillary M. Tomlinson, Genève, Droz, 1982.
– CALVIN Jean, Advertissement contre l’astrologie judiciaire, éd. Olivier Millet, Genève, Droz, 1985. [Les p. 22-28 de cet ouvrage sont consacrées à l’œuvre en prose de Saint-Gelais Advertissement sur les jugemens d’astrologie, 1549].
– CHAPPUYS Claude, Poésies intimes, éd. Aline Mary Best, Genève, Droz, 1967.
– DU GUILLET Pernette, Rymes, éd. Élise Rajchenbach-Teller, Genève, Droz, 2006.
– FRANCOIS IER, Œuvres poétiques, éd. Jane E. Kane, Genève, Slatkine, 1984.
– HEROËT Antoine, Œuvres poétiques, éd. Ferdinand Gohin, Paris, Cornély, 1909.
– MARGUERITE DE NAVARRE, Œuvres Complètes. Chrétiens et mondains, poèmes épars, Tome 8, dir. Nicole Cazauran, éd. Richard Cooper, Paris, Champion, 2007.
– MAROT Clément, Œuvres poétiques, éd. Gérard Defaux, 2 tomes, Paris, Classiques Garnier, 1993-95.
– SALEL Hugues, Œuvres poétiques complètes, éd. Howard Kalwies, , Genève, Droz, 1987.
Traités de poétique et de rhétorique de la Renaissance, éd. Francis Goyet, Paris, Le Livre de poche classique, 1990.
b. Monographies consacrées à des contemporains de Saint-Gelais
– BERGOUGNOUX Louis-Alexandre, Hugues Salel de Cazals-en-Quercy (1504-1553), Toulouse, Occitania, 1929.
– CHENEVIÈRE Adolphe, Bonaventure des Periers, sa vie, ses poésies, Paris, Plon, 1886.
– GENDRE André, Par élévation d’esprit : Antoine Héroët, le poète, le prélat et son temps, Paris, Champion, 2007.
– NOLHAC Pierre de, Ronsard et l’Humanisme, Paris, Champion, 1921, p. 178-194.

II. Articles

NB. Nous prenons le parti de classer par thèmes ces travaux critiques. Certains d’entre eux figurent sous plusieurs entrées.

1. Compte-rendus
a. Ouvrage de Becker
[Contient une description partielle du ms. Soissons 188 dont Jean Plattard et René Sturel considèrent qu’il a appartenu à Claude Chappuys. Plattard sait gré à Becker d’avoir été plus prudent que Blanchemain dans les attributions de pièces à Saint-Gelais. Il se sert du ms. de Soissons pour apporter de l’eau au moulin du critique allemand et remettre en question le fait que la plupart des pièces du ms. de La Roche-Thulon, sur lequel Blanchemain a fondé son édition, soient de Saint-Gelais. Datation du ms. Soissons 188 : première moitié du XVIe siècle].
b. Ouvrage de Stone
– BELLENGER Yvonne, « Donald Stone, Jr., Mellin de Saint-Gelais and Literary History« , R.H.L.F.85e année, n° 5, septembre 1985, p. 853. [Dans ce CR élogieux, Y. Bellenger sait gré à Stone non pas tant de réhabiliter les poètes de la Génération Marot mais de montrer qu’ils n’avaient pas attendu les injonctions de la Deffence et Illustration de la Langue françoyse pour abandonner les genres médiévaux et que, loin d’être démodée, une chanson comme « Laissez la verde couleur » correspondait tout au contraire à la mode du moment]
– BENSON Edward, « Mellin de Saint-Gelais and Literary History by Donald Stone », B.H.R., T. 47, n°1, 1985, p. 259-260.
– COTTRELL Robert D., « Donald Stone, Jr., Mellin de Saint-Gelais and Literary History« , Renaissance Quarterly, 1984, 37:4, p. 645-646.
– DUVAL Edwin M., « 
Donald Stone, Jr., Mellin de Saint-Gelais and Literary History« , French Review, 1987, 60:5, p. 704–05.
– KALWIES Howard H., « Donald Stone, Jr., Mellin de Saint-Gelais and Literary History« , French Forum, Vol. 9, n°2, 1984, p. 252.
– MOSS Ann, « Mellin de Saint-Gelais and Literary History. By Donald Stone Jr. (French Forum Monographs, 147). Lexington, Kentucky : French Forum. 1983. 127 pp », French Studies, vol. 39, issue 2, p. 193. [Pour l’auteur de ce CR, la méthode et la perspective adoptées par Stone (dans cette étude comme dans son projet d’édition ébauché dans le dernier chapitre de l’ouvrage) sont contestables. A. Moss concède à Stone le courage d’affronter un champ d’étude difficile et très peu défriché ainsi que le mérite de reconnaître l’importance des poètes néo-latins dans le panorama littéraire de la période. Elle considère toutefois que l’on ne peut se dispenser d’une nouvelle édition variorum des textes attribués à Saint-Gelais pour appréhender le poète de façon plus pertinente. Elle explique par ailleurs que le choix de lire Saint-Gelais au travers du prisme de Du Bellay ne peut manquer de fausser la perspective. Les critiques de La Deffence, présentant « la verde couleur » comme une chanson vulgaire, conduisent par exemple Stone à accorder trop de place à l’analyse métrique de cette chanson, au détriment de l’étude de la langue et du style. On peut enfin s’interroger sur la pertinence, pour mieux comprendre Saint-Gelais, de comparer ses pièces à des poèmes postérieurs plutôt qu’à ceux de ses contemporains et devanciers].
– THOMSON Thomas, « Donald Stone, Jr., Mellin de Saint-Gelais and Literary History », The Modern language review, Vol. 80, n°2, 1985, p. 459-460. [T. Thomson propose un CR positif de l’étude de D. Stone. Il indique qu’elle porte sur les années 1540 et replace le travail de Saint-Gelais dans le cadre de l’activité poétique de cette période, en particulier l’entrée sur la scène poétique des nouveaux poètes du règne de Henri II, Du Bellay et Ronsard. Il est convaincu par la thèse de Stone selon laquelle Saint-Gelais ne serait pas qu’un poète de cour léger bien éloigné des préoccupations esthétiques de la jeune garde. De fait, l’étude des modalités de l’imitation dans certaines de ses pièces montre tout au contraire qu’il peut y avoir chez ce poète un écho aux réflexions de son temps en matière poétique. Les pièces qui manifestent cet intérêt ne sont certes pas majoritaires dans l’oeuvre de Saint-Gelais, mais elles existent].

2. Articles et notices bio-bibliographiques
a. Biographie

NB. Nous optons ici pour un classement chronologique, qui permet de suivre la généalogie des sources biographiques, pas toujours explicitement indiquées. Nous prenons donc le parti d’indiquer aussi les textes du XVIe siècle qui constituent les sources auxquelles les critiques puisent la plupart de leurs informations.

– PASCHAL Pierre, [Éloge de Mellin de Saint-Gelais en prose latine de la main de Paschal, servant manifestement de source à André Thévet], ms. Dupuy 348, f. 8-9, c. fin 1558. Texte reproduit par Pierre de Nolhac, « Un éloge latin de Mellin de Saint-Gelais », Bibliothèque de l’École pratique des hautes études, fascicule 230, Paris, Champion, 1921, p. 23-27.
– THÉVET André, Pourtraits et vies des hommes illustres, Second Tome, Livre VI, chapitre 112, Paris, 1584, p. 557-558.
– NICÉRON Jean-Pierre, Memoires pour servir à l’histoire des hommes illustres dans la république des lettres. Avec un catalogue raisonné de leurs Ouvrages, tome V, Paris, Briasson, 1728, p. 197-206.
– CASTAIGNE Eusèbe, « Notice littéraire sur la famille de Sainct-Gelays« , Annuaire statistique de la ville d’Angoulême, Angoulême, Lacombe, 1836, p. 307. [Ouvrage tiré à cent exemplaires. Cette notice est citée respectivement par Prosper Blanchemain, Poëtes et amoureuses. Portraits littéraires du XVIe siècle, Paris, Willem, 1877, p. 127-128 et l’Abbé Molinier, Mellin de Saint-Gelays (1490 ?- 1558). Étude sur sa vie et sur ses œuvres, Rodez, 1910, p. 4, note 2].
– PHELIPPES-BEAULIEUX Emmanuel, « Essai biographique et littéraire sur Mellin de Saint-Gelais », Annales de la Société académique de Nantes et du département de la Loire-inférieure, t. XXXII, Nantes, 1861, p. 3-51 (article daté de mars 1853).
– DUMOULIN 
Maurice, « Donation faite par le Maréchal de Saint-André à Mellin de Saint-Gelais », Bulletin historique et philologique du Ministère de l’instruction publique et des Beaux-Arts, 1895, p. 506-509 (1896, p. 1-4, selon L. Zilli).
[Référence donnée par Molinier, p. 294-295, où le contenu de l’article est résumé et partiellement cité].
– DELARUELLE Louis, « Un dîner littéraire chez Mellin de Sainct-Gelays », RHLF, 4e année, n°3, 1897, p. 407-411.
– DEGERT Abbé, « Le poète Mellin de Saint-Gelays abbé de Lescale-Dieu », Revue de Gascogne, 45e année, n°4, 1904, p. 122 [Courte notice biographique qui indique de Mellin de Saint-Gelais obtient ce bénéfice le 7 juillet 1556. Il lui est cédé par Jean Du Bellay].
– MAUBLANC Jean-Daniel, « Mellin de Saint-Gelais poète, courtisan et gentilhomme charentais », Rétrospectives, Lille, Le Rouge et le Noir, coll. Les Essais n° 15, 1929.
b. Famille Saint-Gelais
– RICHARD Alfred, Chartes et documents pour servir à l’histoire de l’abbaye de Saint-Maixent, vol. 1, Poitiers, Oudin, 1886-1887, p. xcv-cii. [présentation d’Arnaud, Jacques et Jean de Saint-Gelais, abbés de Saint-Maixent, parents de Mellin de Saint-Gelais].
– RICHARD Alfred, Chartes et documents pour servir à l’histoire de l’abbaye de Saint-Maixent, vol. 2, Poitiers, Oudin, 1886-1887, p. 268-308 [Archives concernant Jacques et Jean de Saint-Gelais, abbés de Saint-Maixent, parents de Mellin de Saint-Gelais].
c. Bibliographie
– BECKER Ph. Aug., « Chronique. Œuvres poétiques de Mellin de Saint-Gelais. Manuscrit du XVIe siècle », R.H.L.F., 35e année, 1928, p. 606-609 (rééd. R.H.L.F., 36e année, 1929, p. 309-312).
– BECKER Ph. Aug., « Miscellen. Über die neue Saint-Gelais-Handschrift », Zeitschrift für Franzosische Sprache und Literatur, Bd. 52, H. 4/6, 1929, p. 383-385.
– BUDÉ Eugène de, Vie de Guillaume Budé, Paris, 1884, p. 265-277. [Passage consacré à la mort de Budé et au tombeau que lui font ses contemporains, dont Saint-Gelais. Contient les deux pièces de Saint-Gelais in extenso. La pièce latine est traduite].
– CARTIER Alfred et CHENEVIÈRE Adolphe, « Antoine du Moulin. Valet de chambre de la Reine de Navarre. Bibliographie », R.H.L.F., n°3, 1896, p. 90-106. [Voir, en particulier l’entrée 9, p. 96 sq, à propos des différentes éditions de la Déploration de Vénus sur la mort du bel Adonis].
– CIFARELLI Paola, « Autour de quelques poèmes de Mellin de Saint-Gelais », Original et originalité. Aspects historiques, philologiques et littéraires, éd. Olivier Delsaux et Hélène Haug, Louvain, Presses de l’Université de Louvain, 2012, p. 33-43.
– FRANK Grace, « A Manuscript of Saint-Gelais’ Works », Modern Language Notes, vol. 40, n°1, 1925, p. 61. [Brève notice portant sur le Ms. de la Vaticane Regina latina 1493].
– JOUBAUD Pascal et SICARD Clair
e, « Le manuscrit français 2336 de la BnF, une source oubliée pour les poésies de François Ier et de Marguerite de Navarre », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, dir. Alain Dufour et Max Engammare, Genève, Droz, vol. LXXVIII-1, n° 6, 2016, p. 91-108. [La seconde section du ms. B.N. fr 2336 est constituée par un recueil de poésie française qui n’a jusqu’ici pas été exploité par les chercheurs s’intéressant à la poésie de cour des années 1540. Il  contient pourtant un nombre significatif de pièces du roi et de sa sœur, ainsi que de poètes  gravitant dans l’entourage royal (Marot, Saint-Gelais, Claude de Bombelles). Il offre quelques versions inédites de poèmes connus et peut-être aussi un inédit de Marguerite de Navarre. L’article les présente et décrit l’organisation de la section].
– JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « En tirant le fil de Bonaventure de Saint-Léger dans la poésie de Mellin de Saint-Gelais », XVIe siècle (Varia), à paraître, 2018. [Cet article fait le point sur la présence de Bonaventure de Saint-Léger dans la poésie de Saint-Gelais : quelle est l’étendue de ce corpus, en l’état de nos connaissances ? Qui est Bonaventure de Saint-Léger ? Comment Saint-Gelais, au-delà d’une pratique de cour, badine et aimable, s’empare-t-il du nom de cette dame pour en faire un objet poétique en accord avec une esthétique qui met en question l’identité ?]
– LEMAIRE Jacques-Charles, « Le manuscrit Paris, B.N., N.A., Fr. 1158. Observations sur quelques œuvres de Mellin et d’Octavien de Saint-Gelais », Scriptorium, vol. 31, n°1, 1977, p. 30-69. [Description détaillée de ce ms. ayant appartenu à Anne de Polignac et daté de 1545-1550 (voir supra, section « Manuscrits »). Nous remercions M. Mickaël Lefèvre, du Centre International de Codicologie (Bruxelles), d’avoir eu l’amabilité de nous fournir une copie de ce précieux article, par ailleurs consultable à la BnF].
PICOT Émile, Chantilly. Le Catalogue des livres manuscrits, Paris, Plon, 1900, t. 2, p. 144-177.
– PICOT Émile, « Chants historiques français du XVIe siècle (Suite) », R. H. L. F., 7e Année, n°3, 1900, p. 409-429.
– ROUGET François, « La Bergerie des Saules inédite de Mellin de Saint-Gelais », B.H.R., t. LXXVI, n°1, 2014, p. 79-101.
– ROUGET François, « Un poète « sans œuvre » : sur des vers inédits de Mellin de Saint-Gelais », Studi Francesi, n° 174, 2014, p. 519-531.
– SAULNIER Verdun-Louis, « Poésies de Saint-Gelais, Marot et autres Marotiques d’après un manuscrit non signalé », Mélanges d’histoire littéraire offerts à Daniel Mornet, Paris, Nizet, 1951, p. 11-19.
– SAULNIER Verdun-Louis, « Rabelais et Mellin de Saint-Gelais Pronostiqueurs. Une édition inconnue de l »Enigme en prophétie' », Bulletin du Bibliophile et du Bibliothécaire, n°6, 1953, p. 277-282.
– SAULNIER Verdun-Louis, « Remarques sur la tradition des textes de Mellin de Saint-Gelais », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, n°2, Paris, Les Belles lettres, 1953, p. 13-19.
– VERCHALY André, « Le recueil authentique des chansons de Jehan Chardavoine (1576) », Revue de Musicologie, t. 49, n° 127, 1963, p. 203-219.
– ZILLI Luigia, « Mellin de Saint-Gelais, Jacques Amyot e un manoscritto della tragedia Sophonisba », Studi di letteratura francese, XVII, vol. 231, 1990, p. 7-29.

3. Questions d’attribution

– JOURDA Pierre, « Sur quelques poésies faussement attribuées à Saint-Gelais », R.H.L.F., 31e Année, n°2, Paris, PUF, 1924, p. 303-305.
– ROUGET François, « La « Bergerie des Saules » inédite de Mellin de Saint-Gelais », Genève, Droz,  B.H.R., t. 76, n° 1, 2014, p. 79-101.
– ROUGET François, « Avantage Saint-Gelais : retour sur l’attribution de l’“énigme en prophétie” (Gargantua, chap. 58) », Genève, Droz, Etudes rabelaisiennes, t. LIV, 2015.
– ROUGET François, « Présence de Mellin de Saint-Gelais dans l’album poétique de Brantôme », Zeitschrift für französische Sprache und Literatur, Volume 125, n°3, juillet 2016, p. 261-274.
– SICARD Claire, « “J’irai cracher sur vos tombes”: l’étonnant hommage de Du Bellay à Saint-Gelais »CamenaeSavoir vivre et grossièreté, numéro 19, dirigé par Sylvie Laigneau-Fontaine, 2016.

– SAULNIER Verdun-Louis, « Poésies de Mellin de Saint-Gelais, Marot et autres Marotiques d’après un manuscrit non signalé », Mélanges d’histoire littéraire offerts à Daniel Mornet, Paris, Nizet, 1951, p. 11-19.
– ZILLI, Luigia, « A propos de quelques sonnets de Mellin de Saint-Gelais. Attribution, variantes, sources », Le Sonnet à la Renaissance, éd. Yvonne BELLENGER, Paris, Aux Amateurs de Livres, 1988, p. 135-146.

4. Questions de datation
– FRANÇON Marcel, « La date d’un sonnet de Saint-Gelais », B.H.R., T. 15, n°2, 1953, p. 213-214.
– JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « En tirant le fil de Bonaventure de Saint-Léger dans la poésie de Mellin de Saint-Gelais », Seizième Siècle, « Varia », 2018, p. 169-190. [Cet article fait le point sur la présence de Bonaventure de Saint-Léger dans la poésie de Saint-Gelais : quelle est l’étendue de ce corpus, en l’état de nos connaissances ? Qui est Bonaventure de Saint-Léger ? Comment Saint-Gelais, au-delà d’une pratique de cour, badine et aimable, s’empare-t-il du nom de cette dame pour en faire un objet poétique en accord avec une esthétique qui met en question l’identité ?]
– MAYER Claude Albert, « Gabriele Simeoni et le premier sonnet français « , Studi Francesi, XVIII, 1974
, p. 213-223. [Dans cet article, le critique expose les raisons pour lesquelles il ne pense pas, comme Françon, que le sonnet « Si l’amitié chaste, honorable et saincte » puisse dater de 1533, mais plutôt de 1547. Il ne peut donc s’agir du premier sonnet français].
– VENEZIALE Marco, « « Nyer ne puis », sur le modèle et la tradition textuelle du premier (?) sonnet français », Genève, Droz,  B.H.R., t. 76, n°1, 2014, p. 37-54.

5. Questions de genres
a. Rondeau

– FRANÇON Marcel, « Un rondeau de Mellin de Saint-Gelais et Montaigne », Bulletin de la Société des Amis de Montaigne, Ve série, n°9, 1974, p. 64-65.

b. Epigramme

– STONE Donald Jr., « Saint-Gelais and the Epigrammatic Mode », Pre-Pléiade Poetry, éd. Jerry C. Nash, Lexington, French Forum Publishers, 1985, p. 31-43.

c. Terza rima

– KASTNER Léon-Emile, « History of Terza Rima in France », Zeitschrift für französische Sprache und Litteratur, XXVI, 1904, p. 241-253.
– ZILLI Luigia, « Mellin de Saint-Gelais et la terza rima« , Passer les monts. Français en Italie, l’Italie en France (1494-1525), éd. Jean BALSAMO, Paris-Fiesole, Champion-Cadmo, 1998, p. 387-396.

d. Sonnet

– FRANÇON Marcel, « La date d’un sonnet de Saint-Gelais », B.H.R., t. 15, n°2, 1953, p. 213-214.
– MAYER Claude Albert, « Le premier sonnet français : Marot, Mellin de Saint-Gelais et Jean Bouchet », R.H.L.F., 1967, n°3, p. 481-493.
– MAYER Claude Albert, « Gabriele Simeoni et le premier sonnet français « , Studi Francesi, XVIII, 1974, p. 213-223. [Dans cet article, le critique expose les raisons pour lesquelles il ne pense pas, comme Françon, que le sonnet « Si l’amitié chaste, honorable et saincte » puisse dater de 1533, mais plutôt de 1547. Il ne peut donc s’agir du premier sonnet français].

– VENEZIALE Marco, « « Nyer ne puis », sur le modèle et la tradition textuelle du premier (?) sonnet français », Genève, Droz,  B.H.R., t. 76, n°1, 2014, p. 37-54.
– VIANEY Joseph, « Les origines du sonnet régulier », Revue de la Renaissance, 3e année, t. 4, 1903. Slatkine reprints, 1968, p. 74-93.
– WADDINGTON Samuel, « Mellin de Saint-Gelais and the Introduction of the sonnet into France », The Athenaeum, 3324, 1891, p. 64.
– ZILLI Luigia, « A propos de quelques sonnets de Mellin de Saint-Gelais. Attribution, variantes, sources », Le Sonnet à la Renaissance, ed. Yvonne BELLENGER, Paris, Aux Amateurs de Livres, 1988, p. 135-146.

Retour en haut de la page.

6. Questions d’intertextualité
– GALAND-HALLYN Perrine, « Le latin à la rescousse du français. Trois humanistes autour de Vénus éplorée. Mellin de Saint-Gelais, Pernette du Guillet et Jean Salmon Macrin : imitation-émulation autour de la mort d’Adonis », Lyon et l’illustration de la langue française à la Renaissance, G. Defaux (dir.), Lyon, éditions de l’ENS, 2003, p. 309-343.
– SAULNIER Verdun-Louis, « Mellin de Saint-Gelais, Pernette du Guillet et l’air ‘Conde Claros », B.H.R., T. 32, n°3, Genève, Droz, 1970, p. 525-537.
– SIMONIN Michel, « Le retour de Martin Ponthus : Trajets d’une rumeur, des Comptes du monde adventureux aux Novelle de Bandello », L’Encre et la lumière : quarante-sept articles (1976-2000), Genève, Droz, 2004, p. 47-68. [L’article porte sur le 6e récit des Comptes du Monde adventureux (Paris, 1555) et les différentes versions, italiennes et françaises, de la même anecdote jusqu’au début du XVIIe siècle. Simonin examine les sources « de réalité » et « littéraires » du récit. C’est dans ce cadre qu’est évoquée une chanson de Saint-Gelais, « Ung jour que madame dormoit ». Simonin souligne sa parenté avec une autre chanson composée de septains d’heptasyllabes qu’il suggère de dater du milieu du XVIe siècle, l’Histoire pitoyable d’ung Marchand lequel donna dis escus a son varlet pour coucher avec sa femme cependant qu’il alla coucher avec sa servante].
Saint-Gelais et « la Pléiade »
– FUCILLA Joseph G., « Sources of Du Bellay’s ‘Contre les Pétrarquistes’ », Modern Philology, Vol. 28, n°1, 1930, p. 1-11.
– KÖNIG Bernhard, « Ronsards madrigal : “Si c’est aimer”, Sonets pour Helene, (Livre I, LII). Tradition und Verwandlung eines Formtyps petrarkistischer Lyrik », Gestaltung-Umgestaltung : Beiträge zur Geschichte der romanischen Literaturen, Tübingen, 1990, p. 117-136.
– POLIZZI Gilles, « L’Île de Vaine Espérance : Du Bellay et Le Séjour d’honneur d’Octovien de Saint-Gelais (pour une nouvelle lecture du sonnet 31 des Regrets) », Renaissance and Reformation, 2009, p. 49-72. [L’article évoque également les relations entre Mellin de Saint-Gelais et Joachim Du Bellay, notamment à l’occasion d’un développement sur le sonnet 101 des Regrets, adressé à Mellin].
– SAULNIER Verdun-Louis, « Autour du colloque de Poissy. Les avatars d’une chanson de Saint-Gelais à Ronsard et Théophile », B.H.R., T. 20, n°1, 1958, p. 44-78.
– ZILLI Luigia, « Promenade autour d’une rose : Mellin de Saint-Gelais et Ronsard », La Naissance du monde et l’invention du poème. Mélanges de poétique et d’histoire littéraire du XVIe siècle offerts à Yvonne Bellenger, éd. Jean-Claude Ternaux, Paris, Champion, 1998, p. 415-424.
– ZILLI Luigia, « Des “vers emmiellez” de Mellin de Saint-Gelais aux “douceurs nompareilles” de Joachim Du Bellay », Le doux aux XVIe et XVIIe siècles, Ecriture, esthétique, politique, spiritualité, actes du colloque des 28-29 mars 2003, Université Jean Moulin-Lyon 3, sous la direction de Marie-Hélène Prat et Pierre Servet, Cahiers du GADGES, n° 1, Droz, 2003, p. 43-58.
Le cas Wyatt
– KOEPPEL Emil, « Sir Thomas Wyatt und Melin de Saint-Gelais », Anglia – Zeitschrift für englische Philologie, n° 13, 1891, p. 17. [L’auteur compare le sonnet « Lyke unto these unmesurable montaines » de T. Wyatt et « Voyant ces monts de veue ainsi lointaine » de Saint-Gelais. Il fait l’hypothèse que le sonnet français constitue un chaînon intermédiaire entre les sources pétrarquistes et l’œuvre du poète anglais].

7. Questions de style
– CIFARELLI Paola, « Lexique des émotions et syntaxe de l’émotivité dans quelques textes de Mellin de Saint-Gelais », (communication) 5e colloque de l’AIEMF, Aimer, haïr, menacer, flatter… en moyen français. Analyses linguistiques et littéraire,  Helsinki le 9 juin 2014.

8. Rapports de Mellin de Saint-Gelais et ses contemporains

– CLEMENT Louis, « Le Poète courtisan de Joachim Du Bellay », Revue de la Renaissance, Tome V, 1904, p. 225-265. [Sur la question de l’identité du poète visé par cette satire de Du Bellay – est-ce ou non Mellin ? – et sur la datation du poème. Louis Clément exprime ici son désaccord par rapport à la thèse de Chamard].
– DELARUELLE Louis, « Un dîner littéraire chez Mellin de Sainct-Gelays », RHLF, 4e année, n°3, 1897, p. 407-411.
– JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « En tirant le fil de Bonaventure de Saint-Léger dans la poésie de Mellin de Saint-Gelais », Seizième Siècle, « Varia », 2018, p. 169-190. [Cet article fait le point sur la présence de Bonaventure de Saint-Léger dans la poésie de Saint-Gelais : quelle est l’étendue de ce corpus, en l’état de nos connaissances ? Qui est Bonaventure de Saint-Léger ? Comment Saint-Gelais, au-delà d’une pratique de cour, badine et aimable, s’empare-t-il du nom de cette dame pour en faire un objet poétique en accord avec une esthétique qui met en question l’identité ?]

– LONGNON Henri, « Les déboires de Ronsard à la Cour. 1. Les outrages de Melin de Saint-Gelais », B.H.R., T. 12, n°1, Genève, Droz, 1950, p. 60-80.
– MONFERRAN Jean-Charles, « Sur les bouleversements de l’histoire littéraire : les épîtres de François Habert à M. de Saint-Gelais (1550-1551) », B.H.R., t. LXXIII, 2011, n°3, p. 623-640.
– POLIZZI Gilles, « L’Île de Vaine Espérance : Du Bellay et Le Séjour d’honneur d’Octovien de Saint-Gelais (pour une nouvelle lecture du sonnet 31 des Regrets) », Renaissance and Reformation, 2009, p. 49-72. [L’article évoque également les relations entre Mellin de Saint-Gelais et Joachim Du Bellay, notamment à l’occasion d’un développement sur le sonnet 101 des Regrets, adressé à Mellin].

– SAULNIER Verdun-Louis, « Autour du colloque de Poissy. Les avatars d’une chanson de Saint-Gelais à Ronsard et Théophile », B.H.R., T. 20, n°1, 1958, p. 44-78.
– SICARD Claire, « “J’irai cracher sur vos tombes”: l’étonnant hommage de Du Bellay à Saint-Gelais »CamenaeSavoir vivre et grossièreté, numéro 19, dirigé par Sylvie Laigneau-Fontaine, 2016.

– SIMAR Théophile, Christophe de Longueil, humaniste (1488-1522), Louvain, 1911, p. 31, note 1 et Appendice I, n° 75, p. 191. [Notes concernant les liens, notamment épistolaires, entre Longueil et Saint-Gelais].
– TILLEY Arthur, « From Marot to Ronsard », Mélanges de littérature, d’histoire et de philologie offerts à Paul Laumonier, Slatkine, 1972, p. 131-162.

9. Sur les modes de diffusion des œuvres de Saint-Gelais

– GIROT Jean-Eudes, « Mellin de Saint-Gelais, poète éparpillé », Qui écrit ? Figures de l’auteur et des co-élaborateurs du texte XVe-XVIIIe siècle, dir. Martine Furno, Lyon, ENS éditions, coll. Métamorphoses du livre, 2009, p. 95-108.
– GRAND Manon, « Écrire sur. Mellin de Saint Gelais et les supports d’une poésie vivante », Poésie et pouvoir, pouvoir du poète – les cas Clément Marot et Mellin de Saint-GelaisLa Rimerie, Farrago numérique, Dossier n°1, 25 janvier 2016 [En ligne].
– SICARD Claire, « “J’irai cracher sur vos tombes”: l’étonnant hommage de Du Bellay à Saint-Gelais »CamenaeSavoir vivre et grossièreté, numéro 19, dirigé par Sylvie Laigneau-Fontaine, 2016.

a. Recueils polygraphiques
– RAJCHENBACH Élise, « The Deploration de Venus sur la mort du bel Adonis: A Successful Anthology in Mid-16th Century Lyons » (colloque de Dublin, juillet 2010, à paraître).
– SIMONIN Michel, « De Marot à Ronsard : Les Traductions de Latin en François (1550 et 1554) », Clément Marot « Prince des poëtes françois » 1496-1996, éd. Gérard Defaux et Michel Simonin, Paris, Champion, 1997, 759-782. [Michel Simonin présente les deux éditions Groulleau 1550 et 1554 des Traductions en insistant sur l’intérêt d’une période de publication qui voit le passage de témoin de la Génération Marot à celle de la future Pléiade. Il indique également l’importance du contexte religieux pour aborder un recueil polygraphique particulièrement satirique à l’égard de l’Église].
b. Histoire de l’élaboration des Œuvres

– FERNILLOT Yvonne, « La première édition des œuvres complètes de Mellin de Saint-Gelais (d’après le manuscrit 1733 de la Sorbonne) » Mélanges de la bibliothèque de la Sorbonne, n° 4 (1983), p. 77-87. [Décrit et reproduit partiellement le ms. 1733 conservé à la Sorbonne (Fonds Victor-Cousin) et contenant les lettres de Prosper Blanchemain et d’Emmanuel Phelippes-Beaulieux à Reinhold Dezeimeris, concernant l’édition des Œuvres complètes de Mellin de Saint-Gelais (Paris, 1873)].

10. Mellin de Saint-Gelais et la musique

– DEBBAGI BARANOVA Tatiana, « Combat d’un bourgeois parisien. Christophe de Bordeaux et son Beau recueil de plusieurs belles chansons spirituelles (vers 1569-1570) »Médialité et interprétation contemporaine des premières guerres de religion, dir. Gabriele HAUG-MORITZ et Lothar SCHILLING, Berlin/Münich/Boston, De Gruyter, 2014, p. 141-142.
– FONTAINE Marie-Madeleine, « Débats à la cour de France autour du Canzoniere et de ses imitateurs dans les années 1533-1548. I. Mellin de Saint-Gelais », in Les Poètes français de la Renaissance et Pétrarque, dir. Jean BALSAMO, Droz, 2004, p. 105-130.

– KHATTABI Nahéma et SICARD Claire, « Mellin de Saint-Gelais en voix de ville », communication au séminaire Chorea, Paris IV, 2011.
– OUVRARD Jean-Pierre, « Les poètes français dans les publications musicales lyonnaises du XVIe siècle », Louise Labé, les voix du lyrisme, éd. Guy Demerson, Saint-Etienne, CNRS-PU Saint-Etienne, 1990, p. 71-92.
– SAULNIER Verdun-Louis, « Mellin de Saint-Gelais, Pernette du Guillet et l’air « Conde Claros » », B.H.R., T. 32, n° 3, Genève, Droz, 1970, p. 525-537.

– SICARD Claire, « Mellin de Saint-Gelais mis en musique par Clément Janequin », Clément Janequin : un musicien au milieu des poètes, Quatrième partie : La poésie en liberté, dir. Isabelle His, Olivier Halévy et Jean Vignes, Paris, Société française de musicologie, 2013, p. 317-332.
– TYLER James et SPARKS Paul, The Guitar and its Music. From the Renaissance to the Classical Era, Oxford, University Press, Early Music Series, 2002, chap. II « France : The Creation of the Repertory », p. 12-23.
– VAN ORDEN Kate, « Female Complaintes : Laments of Venus, Queens, and City Women in Late Sixteenth-Century France », Renaissance Quarterly, vol. 54, n° 3, 2001, p. 1-44.
– VAN ORDEN Kate, Materialities : Books, Readers, and the Chanson in sixteenth-century Europe, Oxford, Oxford University Press, 2015.
– VERCHALY André, « Le recueil authentique des chansons de Jehan Chardavoine (1576) », Revue de Musicologie, t. 49, n° 127, 1963, p. 203-219.

11. Mellin de Saint-Gelais et la cour
– BOITEL-SOURIAC Marie-Ange, « Le mythe du « Dauphin-roi », l’exemple des funérailles littéraires de François de Valois (1536-1537) », Cahiers de la Méditerranée, 77 | 2008, p. 27-38.
– DUMOULIN Maurice, « Donation faite par le Maréchal de Saint-André à Mellin de Saint-Gelais », Bulletin historique et philologique du Ministère de l’instruction publique et des Beaux-Arts, 1895, p. 506-509 (1896, p. 1-4, selon L. Zilli). [Référence donnée par Molinier, p. 294-295, où le contenu de l’article est résumé et partiellement cité].
– JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « En tirant le fil de Bonaventure de Saint-Léger dans la poésie de Mellin de Saint-Gelais », Seizième Siècle, « Varia », 2018, p. 169-190. [Cet article fait le point sur la présence de Bonaventure de Saint-Léger dans la poésie de Saint-Gelais : quelle est l’étendue de ce corpus, en l’état de nos connaissances ? Qui est Bonaventure de Saint-Léger ? Comment Saint-Gelais, au-delà d’une pratique de cour, badine et aimable, s’empare-t-il du nom de cette dame pour en faire un objet poétique en accord avec une esthétique qui met en question l’identité ?]
– LEBÈGUE Raymond, « La représentation d’une tragédie à la cour des Valois », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 90e année, n°1, 1946, p. 138-144. [Article consacré à la représentation de la Sophonisbe, traduite par Saint-Gelais, à la cour en 1556].
– SICARD Claire, « Saint-Gelais prête-voix », La Muse de l’éphémère. Formes de la poésie de circonstance de l’Antiquité à la Renaissance, dir. Aurélie Delattre et Adeline Lionetto, Paris, Classiques Garnier, « Études sur la Renaissance latine », 2014, p. 301-316 (Lien vers la présentation de l’éditeur). [Cet article examine la manière dont Mellin de Saint-Gelais use de la première personne du singulier dans ses pièces de circonstances, qu’elle le représente ou non. Il montre notamment que – par un phénomène de vases communicants, ou peut-être de rééquilibrage – plus le je paraît proche de Saint-Gelais lui-même, plus il semble fictif et dépersonnalisé, alors que plus ce je est a priori éloigné de l’auteur voire évidé de toute identification précise, plus il s’accorde avec l’esthétique d’un poète de cour qui, par le biais de l’image du prophète, se représente comme une instance de médiation entre un eux et un vous].

12. Mellin de Saint-Gelais et l’Italie
– FLAMINI Francesco, Studi di Storia letleraria italiana e straniera, Livorno, Giusti, 1895. Voir en particulier le Chapitre IV : « La lettere italiana alla corte di Francesco I, re di Francia », p. 197-337
– FONTAINE Marie-Madeleine, « Débats à la cour de France autour du Canzoniere et de ses imitateurs dans les années 1533-1548. I. Mellin de Saint-Gelais », in Les Poètes français de la Renaissance et Pétrarque, dir. Jean BALSAMO, Droz, 2004, p. 105-130.
– GUTKIND Curt Sigmar, « Bemerkungen zu Melin de Saint-Gelais’ Paraphrase einer Priamel des Burchiello », Zeitschrift für Romanische Philologie, LV, 1935, p. 199-203.
– PICOT Émile, « Mellin de Saint-Gelais », Les Français italianisants au XVIe siècle, t. I, Paris, Champion, 1906, p. 51. [Très courte notice consacrée aux vers italiens de Mellin de Saint-Gelais et à ses liens avec l’Italie].
– RUUTZ-REES Caroline, « Miscellaneous […] A Note on Saint-Gelais and Bembo », The Romanic Review, I, 1910, p. 427-429.
– SCHMIDT Bertrand, « La métamorphose et les ‘Objets de Madonna’. Mellin de Saint-Gelais et les Pétrarquistes de la fin du Quattrocento », Poétiques de la métamorphose, dir. Guy Demerson, Saint-Etienne, Publications de l’Université, 1981, p. 81-94.
– VIANEY Joseph, « L’influence italienne chez les précurseurs de la Pléiade », Bulletin Italien. Annales de la Faculté des Lettres de Bordeaux, T. 3, n°2, 1903, p. 85-117.
– VIANEY Joseph, « Marcello Philoxeno et Melin de Sainct-Gelays », Bulletin Italien. Annales de la Faculté des Lettres de Bordeaux, 1904, vol. 4 n°3, p. 238-243.
– VIGNES Jean, « Traductions et imitations du Roland furieux (1543-1580) : étude comparative », L’Arioste et le Tasse en France au XVIe siècle, Cahiers V.-L. Saulnier, Paris, Presse de l’Ecole Normale Supérieure, 2003, p. 75-98. [Les pages concernant la traduction de la Genèvre par Saint-Gelais se trouvent aux p. 85-87. Les suivantes (88-91) concernent la continuation de cette traduction par Baïf].
– ZILLI, Luigia, « Mellin de Saint-Gelais et la terza rima« , Passer les monts. Français en Italie, l’Italie en France (1494-1525), éd. Jean BALSAMO, Paris-Fiesole, Champion-Cadmo, 1998, p. 387-396.
– KOEPPEL Emil, « Sir Thomas Wyatt und Melin de Saint-Gelais », Anglia – Zeitschrift für englische Philologie, n°13, 1891, p. 17. [L’auteur compare le sonnet « Lyke unto these unmesurable montaines » de T. Wyatt et « Voyant ces monts de veue ainsi lointaine » de Saint-Gelais. Il fait l’hypothèse que le sonnet français constitue un chaînon intermédiaire entre les sources pétrarquistes et l’œuvre du poète anglais].

13. Mellin de Saint-Gelais et les astres
– RIDGELY Beverly S.,  « Mellin De Saint-Gelais and the First Vernacular Reference to the Copernican System in France », Journal of the History of Ideas, vol. 23, n°1, 1962, University of Pennsylvania Press, p. 107-116.
– SAULNIER Verdun-Louis, « Rabelais et Mellin de Saint-Gelais Pronostiqueurs. Une édition inconnue de l »Enigme en prophétie’ « , Bulletin du Bibliophile et du Bibliothécaire, n°6, 1953, p. 277-282.
14. Thèmes et motifs
– ROUSSEL Brigitte, « Vénus endeuillée à la Renaissance »Études littéraires, Volume 45, numéro 1, hiver 2014, p. 145-158 [Le motif du deuil dans « Laissez la verde couleur » est envisagé ici au prisme de la thanatogenèse mais on peut regretter que l’étude ne se fonde pas également (ou d’abord ?) sur une connaissance plus rigoureuse et précise des pratiques littéraires et poétiques à l’époque de composition de la chanson de Saint-Gelais ainsi que sur l’histoire du texte et de ses sources. Cela aurait sans doute pu conduire à nuancer des affirmations qui semblent le fruit d’approches anachroniques et/ou qui, pour le moins, peuvent paraître contestables, en particulier (mais pas seulement) p. 150].
– ZILLI Luigia, « Promenade autour d’une rose : Mellin de Saint-Gelais et Ronsard », La Naissance du monde et l’invention du poème. Mélanges de poétique et d’histoire littéraire du XVIe siècle offerts à Yvonne Bellenger, éd. Jean-Claude Ternaux, Paris, Champion, 1998, p. 415-424.

– ZILLI Luigia, « Des “vers emmiellez” de Mellin de Saint-Gelais aux “douceurs nompareilles” de Joachim Du Bellay », Le doux aux XVIe et XVIIe siècles, Ecriture, esthétique, politique, spiritualité, actes du colloque des 28-29 mars 2003, Université Jean Moulin-Lyon 3, sous la direction de Marie-Hélène Prat et Pierre Servet, Cahiers du GADGES, n° 1, Droz, 2003, p. 43-58.

 


Retour en haut de la page : ici.
Retour au sommaire de la bibliographie : ici.

Pour citer cet article : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Bibliographie – travaux critiques », Demêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 30 août 2011, [En ligne] https://demelermellin.hypotheses.org/2606.