Bibliographie – éditions musicales des XVIe et XVIIe siècles

Dernière mise à jour : 18 juin 2019

Cette bibliographie n’est pas exhaustive. Elle sera complétée peu à peu. Chaque fois que c’est possible, un lien (en bleu pâle) pointe vers l’ouvrage ou la chanson évoqué(e). Les compositeurs indiqués sont ceux qui mettent en musique la ou les pièce(s) de Saint-Gelais dans les recueils mentionnés.

    • Pour la chronologie des pièces de Saint-Gelais mises en musique, cliquer ici ;
    • Pour les compositeurs et l’ordre des mises en musique des pièces de Saint-Gelais, cliquer ici ;
    • Pour consulter le “salon des refusés” (pièces parfois attribuées à Saint-Gelais mais non retenues), cliquer ici ;
  • Pour écouter quelques enregistrements des chansons composées sur des textes de Saint-Gelais, cliquer ici.
Codification utilisée
    • RISM = Cote du Répertoire International des Sources Musicales.
  • BR = Cote donné par H. M. Brown aux livres de musique instrumentale (Instrumental Music Printed before 1600. A bibliography, Harvard, Harvard University Press, 1965).

Plan de la bibliographie / Editions musicales des XVIe et XVIIe siècles

1. Livres et recueils de chansons (musique et texte)

a. 1530-1539
b. 1540-1547
c. 1548-1558
d. Publications posthumes

2. Recueils de musique instrumentale (titre seul)
3. Timbres et contrafacta 
4. Citations dans des méthodes de musique


1. Livres et recueils de chansons (musique et texte)
a. 1530-1539

 – Trente chansons musicales, Paris, P. Attaingnant, 1534 n.s. (RISM 1534/13 ; musique de Certon – consultable sur IMSLP et BSB. La chanson, “Prestez m’en l’ung de ses yeulx bien apris” au f. 7, est peut-être de Saint-Gelais).
 Trente et une chansons musicales à quatre parties, Paris, Attaingnant, 1534 (RISM 1534/14 ; musique de Janequin – consultable sur IMSLP et BSB. La chanson de Saint-Gelais est au f. 2).
℘ 
Livre premier contenant XXIX chansons nouvelles à quatre parties le tout en ung livre, Paris, Attaingnant, 1536 (RISM 1536/4 ; musique de Sermisy – consultable sur IMSLP. La chanson qui est peut-être de Saint-Gelais se trouve au f. 14).
℘ Premier livre contenant XXV chansons nouvelles à quatre parties en deux volume, Paris, Attaingnant, 1538 (RISM 1538/10 ; musique de Sermisy – conservé à Oxford).
℘ * Réédition : Premier livre contenant XXV chansons nouvelles à quatre parties en deux volume, Paris, Attaingnant, 1546 (RISM 1546/11 ; musique de Sermisy– consultable sur BSB. La chanson qui est peut-être de Saint-Gelais se trouve au f. 5).
℘ 
Second livre contenant XXVII chansons nouvelles à quatre parties en ung volume et en deux, Paris, Attaingnant et Jullet, 1538 (RISM 1538/11 ; musique de Villiers : “L’heur ou malheur de vostre congnoissance”. Cette chanson disparaît de l’édition revue de 1540 – RISM 1540/9 – qui ne contient donc aucune pièce de Saint-Gelais).
℘ 
Cinquiesme livre contenant XXVIII chansons nouvelles à quatre parties en ung volume et en deux, Paris, Attaingnant, 1538 (RISM 1538/14 ; musiques de Maillard, Le Heurteur et Janequin).
℘ * Réédition remaniée : Cinquiesme livre contenant XXV chansons nouvelles à quatre parties en ung volume et en deux, Paris, Attaingnant et Jullet, 1540 (RISM 1540/12 ; musiques de Maillard, Le Heurteur et Janequin – consultable sur BSB. Les chansons de Saint-Gelais sont aux f. 910 et 14).

℘ 
Le Parangon des chansons contenant plusieurs nouvelles et delectables chansons que oncques ne furent imprimées au singulier prouffit et delectation des Musiciens, Lyon, J. Moderne, s.d. [c. 1538] (RISM 1538/15 ; musique de Cadéac – consultable sur BSB. La chanson de Saint-Gelais est au f. 31).
℘ Le Parangon des chansons. Tiers livre contenant XXVI chansons nouvelle [sic] au singulier prouffit et delectation des Musiciens, Lyon, J. Moderne, s.d. [c. 1538] (RISM 1538/17 ; musique de Villiers – consultable sur BSB. La chanson de Saint-Gelais est au f. 24).
℘ * Réédition : Le Parangon des chansons. Tiers livre contenant XXVI chansons nouvelle [sic] au singulier prouffit et delectation des Musiciens, Corrigé et Reimprimé, Lyon, Moderne, 1543 (RISM 1543/13 ; musique de Villiers – consultable sur BSB. La chanson de Saint-Gelais est au f. 24).

 
Sixiesme livre contenant XXVII chansons nouvelles à quatre parties, en deux volumes, Paris, Attaingnant, 1539 (RISM 1539/15 – contenu identique à 1539/16, édition partagée Attaingnant-Jullet ; musique d’Arcadelt – consultable sur BSB. La chanson de Saint-Gelais se trouve au f. 10).

 – Le Parangon des chansons. Cinquiesme livre contenant XXVIII chansons nouvelles au singulier prouffit : et delectation des Musiciens, Lyon, Moderne, s.d. [1539] (RISM 1539/20 ; musiques de Maillard et de Le Heurteur – consultable sur BSB. Les chansons de Saint-Gelais sont au f. 21 et au f. 26).

Retour en haut de la page

b. 1540-1547

℘ Huitiesme livre contenant XIX chansons nouvelles à quatre parties de la facture et composition de maistre Clement Jennequin en deux volumes, Paris, Attaingnant, 1540 (RISM 1540/J445 ; musiques de Janequin – consultable sur BSB. Les chansons de Saint-Gelais sont aux f. 611 et 15 ).
Le Difficile des chansons : premier livre contenant XXII chansons nouvelles à quatre parties en quatre livres, Lyon, Moderne, s.d. [1540] (RISM 1540/J459 ; musiques de Janequin – conservé à la BNF, cote RES VMC-12. Les chansons de Saint-Gelais sont aux p. 3 – “Une belle jeune espousée”, 10 – “Où mettra lon un baiser favorable” et 16 – “[Si celle là] qui onques ne fut mienne”).

 – Quart livre contenant XXVIII chansons nouvelles à quatre parties en ung volume, et en deux, Paris, Attaingnant et Jullet, 1540 (RISM 1540/11, réédition remaniée et augmentée de 1538/13 (12 retraits et 13 ajouts) ; musiques de Villiers – consultable sur BSB. Les deux chansons potentiellement de Saint-Gelais n’apparaissent que dans la réédition : l’une, qui est assurément de lui, se trouve au f. 8 ; l’autre, peut-être de lui, se trouve au f. 5).
 
Neufviesme livre contenant XXVII chansons nouvelles, Paris, Attaingnant, 1540 (RISM 1540/14 – conservé à Wolfenbüttel ; musiques de Maille, Mornable et De Latre).
 * Edition remaniée et augmentée : Neufviesme livre contenant XXVIII chansons nouvelles à quatre parties, en un volume et en deux, Paris, Attaingnant et Jullet, 1542 (RISM 1542/13 ; musique de Maille – consultable sur BSB. La chanson de Saint-Gelais mise en musique par Maille est au f. 15, celle de Mornable est au f. . En revanche f. 13, celle de De Latre – “Donné me feut des cieulx à ma naissance” – est retirée de cette réédition).
 – Le Parangon des chansons : sixiesme livre contenant XXV chansons nouvelles au singulier prouffit et delectation des Musiciens, Lyon, Moderne, 1540 (RISM 1540/16 ; musique de Villiers – consultable sur BSB. La chanson dont le texte est peut-être de Saint-Gelais est au f. 18).
 
Dixiesme livre contenant XXVIII chansons nouvelles à quatre parties, en deux volumes, Attaingnant, 1541 (RISM 1541/5– contenu identique à 1541/6, édition partagée Attaingnant-Jullet ; musique de Pierre Certon – consultable sur IMSLP et BSB. La chanson de Saint-Gelais est au f. 1).
 – Le Parangon des chansons : huytiesme livre contenant XXX chansons nouvelles au singulier p[ro]uffit et delectation des Musiciens, Lyon, Moderne, 1541 (RISM 1541/7 ; musiques de De Latre et Mornable – consultable sur BSB. La chanson de Saint-Gelais mise en musique par De Latre est au f. 13 et celle qui est mise en musique par Mornable est au f. 28).

 Unziesme livre contenant XXVIII chansons nouvelles à quatre parties, en deux volumes, Paris, Attaingnant, 1542 (RISM 1542/14 – contenu identique à 1542/15, édition partagée Attaingnant-Jullet ; musique de Maille – consultable sur IMSLP et sur BSB. La chanson de Saint-Gelais est au f. 3).
 – Tresiesme livre contenant XIX chansons nouvelles à quatre parties, en deux volumes, Attaingnant et Jullet, 1543 (RISM 1543/9 – contenu identique à 1543/10, autre édition partagée Attaingnant-Jullet ; musiques de Clément Janequin  – consultable sur BSB. Les chansons de Saint-Gelais sont aux f. 3 et 11).
 – Quatorziesme livre contenant XXIX chansons nouvelles à quatre parties, en deux volumes, Paris, Attaingnant, 1543 (RISM 1543/11 – contenu identique à 1543/12, édition partagée Attaingnant-Jullet ; musique de Sohier – consultable sur BSB. La chanson de Saint-Gelais est au f. 13).

 – Le Parangon des chansons, Dixiesme livre contenant XXX chansons nouvelles au singulier prouffit, et delectation des Musiciens, Lyon, J. Moderne, 1543 (RISM 1543/14 ; musique de Coste – consultable sur BSB. La chanson de Saint-Gelais est au f. 29).
℘ Quinziesme livre contenant XXX chansons nouvelles à quatre parties, en ung volume, Paris, Attaingnant, 1544 (RISM 1544/7 – contenu identique à 1544/8, édition partagée Attaingnant-Jullet ; musique de Belin – consultable sur IMSLP et BSB. La pièce de Saint-Gelais est au f. 9).
℘ Le Difficile des Chansons. Second livre contenant XXVI Chansons nouvelles à quatre parties en quatre livres de la composition de plusieurs Maistres, Lyon, Moderne, 1544 (RISM 1544/9 ; musique de Maillard. Conservé à la BNF (cote : RES VMC-13). “J’ay aultreffoys vostre faulcon tenu”, p. 10, est peut-être de Saint-Gelais).

℘  Le Second livre des Chansons à Quatre Parties au quel sont contenues trente et une chamsons, convenables Tant à la voix comme aux instrumentz, Anvers, T. Susato, 1544 (RISM 1544/10 ; musique de Le Cocq – consultable sur Royal Holloway Repository. La chanson de Saint-Gelais est au f. 3 v°-4 r°).
 – Le Tiers Livre de Chansons à Quatre Parties (composées par Maistre Thomas Crecquillon Maistre de la chapelle de L’empereur) contenant XXXVII Chansons musicales et convenables tant à la Voix comme aulx Instrumentz, Anvers, T. Susato, 1544 (RISM 1544/11 ; musique de Crecquillon – consultable sur Royal Holloway Repository. La pièce qui  se trouve au f. 5 r° est peut-être de Saint-Gelais ; une autre, assurément de lui, figure au f. 5 v°-6 r°).
℘  Secundus tomus biciniorum, quae et ipsa sunt gallica, latina, germanica ex praestantissimis symphonistis collecta, et in Germania typis nunquam excusa. Additae sunt quaedam, ut vocant, fugae, plenae artis et suavitatis, Wittenberg, Rau, 1545 (RISM 1545/7 ; musique de Manchicourt – consultable sur Royal Holloway Repository. Une chanson de Saint-Gelais figure sous le n° 35, voir ici et ).
℘  Sexiesme livre contenant XXIX. Chansons nouvelles à Quatre parties, en deux volumes, Paris, Attaingnant, 1545 (RISM 1545/8 – contenu identique à 1545/9 ; musique d’un compositeur anonyme – consultable sur BSB. Une chanson de Saint-Gelais figure au f. 7 v° et 8 r°).

 – Dixhuytiesme livre contenant XXVIII chansons nouvelles tres musicales à Quatre parties, en deus volumes, Paris, Attaingnant, 1545 (RISM 1545/12 – contenu identique à 1545/13 ; musiques de Sandrin et de Gentian – consultable sur BSB. Les chansons de Saint-Gelais sont au f. 5 et 15).
 – Le huitiesme livre des Chansons à quatre parties auquel sont contenues trente et deux chansons Convenables Tant à la Voix comme aux Instrumentz, Anvers, T. Susato, 1545 (RISM 1545/16 ; musique de Canis – consultable sur Royal Holloway Repository. La chanson de Saint-Gelais est au f. 12).

 – Vingt deuxiesme livre contenant XXVI Chansons nouvelles à quatre parties, en deux volumes, Paris, Attaingnant, 1547 (RISM 1547/9 ; musique de Sandrin – consultable sur BSB. La chanson de Saint-Gelais est au f. 7).
 – Vingtquatriesme livre contenant XXVI Chansons nouvelles à quatre parties, en deux volumes, Paris, Attaingnant, 1547 (RISM 1547/11 ; musique de Meigret et de Villiers – consultable sur BSB. La chanson de Saint-Gelais/Meigret est au f. 5, celle qui est mise en musique par Villiers se trouve au f. 15).

 – Vingtcinqiesme livre contenant XXVIII Chansons nouvelles à quatre parties, en deux volumes, Paris, Attaingnant, 1547 (RISM 1547/12 ; musiques de Janequin – consultable sur IMSLP et sur BSB. Les chansons de Saint-Gelais sont au f. 12 et 15).

Retour en haut de la page

c. 1547-1558

 – Vingt sixiesme livre contenant XXVII Chansons nouvelles à quatre parties, en deux volumes, Paris, Attaingnant, 1548 (RISM 1548/3, musiques de Certon et Sandrin (ou Arcadelt) – consultable sur BSB. Les chansons de Saint-Gelais sont au f. 4, 11 et 12).
℘ Premier livre contenant trente et sept chansons, nouvellement mises en musique par Dominique Phinot, Lyon, Beringen, 1548 (RISM 1548/P2018 ; musiques de Phinot – consultable sur BSB. Trois chansons de Saint-Gelais se suivent, aux f. 10 et 11, une quatrième se trouve au f. 13).
 – Tiers livre contenant trente et cinq chansons, Lyon, Beringen, 1548 (RISM 1548/L3085 ; musique de Lupi second – consultable sur BSB. La chanson de Saint-Gelais est au f. 11).
 – Vingthuitiesme contenant XXVIII Chansons nouvelles à quatre en deux volumes, Paris, Attaingnant, 1549 (RISM 1549/19, musique de Mornable – consultable sur BSB. La chanson qui est peut-être de Saint-Gelais se trouve au f. 15, sous un incipit légèrement différent de celui que l’on trouve ordinairement, “Donnez m’en ung de ces yeulx bien aprins”).

 – Trentiesme livre contenant XXVIII Chansons nouvelles à quatre en deux volumes, Paris, Attaingnant, 1549 (RISM 1549/21, musique d’Arcadelt– consultable sur BSB. La pièce de Saint-Gelais est au f.4 ).
 – Trente deuxiesme livre contenant XXIV Chansons nouvelles à quatre en deux volumes, Paris, Attaingnant, 1549 (RISM 1549/22, musiques de Certon et d’Arcadelt – consultable sur IMSLP et BSB. Les pièces de Saint-Gelais sont aux f. 1 et 11).
℘ Second Livre contenant XXVI chansons nouvelles à quatre parties en deux volumes, composées de plusieurs autheurs, Paris, Du Chemin, 1549 (RISM 1549/25, musique de Sevault – consultable sur digitalduchemin.org. Une pièce, p. 4, mêle deux textes de Brodeau et de Saint-Gelais qui d’ordinaire se répondent).
℘ Tiers Livre, contenant XXII chansons nouvelles à quatre parties en deux volumes, composées de plusieurs autheurs, Paris, Du Chemin, 1549 (RISM 1549/26, musique d’un compositeur anonyme – consultable sur digitalduchemin.org. La chanson de Saint-Gelais se trouve p. 30).
 –  Second livre du Recueil, Contenant XXVII chansons antiques, à quatre parties en un volume, les meilleures, et plus excellentes, qu’on a peu choisir en plusieurs livres par cy devant imprimez, par l’advis des bons et sçavants Musiciens, Paris, Du Chemin, 1549 (RISM 1549/28, musiques d’Arcadelt et de Belin – conservé à la BNF. Les pièces “Au temps heureux de ma jeune ignorance”, f. 19 v°, et “Si l’on me monstre affection”, f. 24 v°, sont de Saint-Gelais).
 *  Edition remaniée : Second livre du recueil, contenant XXVI chansons anciennes, à quatre parties, en quatre volumes, les meilleures et plus excellentes (et les plus convenables aux instruments) que l’on a peu choisir en plusieurs livres par cy devant imprimez : Par l’advis de bons et scavantz musiciens : Nouvellement revue, corrigé, et imprimé, Paris, Du Chemin, 1551 (RISM 1551/6, musiques d’Arcadelt et de Belin – conservé à la BNF. Une chanson de Certon est retirée par rapport à l’édition de 1549, mais il ne s’agit pas de l’un des textes de Saint-Gelais. Les pièces “Au temps heureux de ma jeune ignorance”, p. 11, et “Si l’on me monstre affection”, p. 4 ou 14, sont de notre poète).
 – Huitiesme livre, Contenant XXV chansons nouvelles à quatre parties en deux volumes, composées de plusieurs autheurs, Paris, Du Chemin, 1550 (RISM 1550/12, musique de Martin – consultable sur digitalduchemin.org. La pièce qui se trouve p. 24 est peut-être de Saint-Gelais).
 – Quart livre contenant XXVI chansons musicalles à troys parties à deux dessus et ung concordant. Le tout de la composition de Claude Gervaise scavant musicien, Paris, Attaingnant, 1550 (RISM 1550/GG1674, musiques de Gervaise – conservé à Londres, British Library. Les pièces de Saint-Gelais sont : “Au temps heureux que ma jeune ignorance”, “Où se peut mieux assoir mon esperance” et “Si j’ay du bien, helas, c’est par mensonge”).

 – La Fleur de chansons et premier livre à quatre parties, contenant XXXI nouvelles chansons, propices à tous instrumentz Musicaulx, composées (la plus part) par Maistre Thomas Crecquillon et aultres bons Maistres musiciens, Anvers, T. Susato, s.d. [1552] (RISM 1552/7, musique de Crecquillon – consultable sur Royal Holloway Repository. La chanson f. 6 v° à 7 v° est de Saint-Gelais).
 – La Fleur de chansons et cincquiesme livre à troix parties, contenant XXVI nouvelles chansons, propices à tous Instrumentz Musicaulx, composés par plusieurs bons maistres musiciens, Anvers, T. Susato, s.d. [1552] (RISM 1552/10, musique de Crecquillon – consultable sur Royal Holloway Repository. La chanson f. 12 r° à 13 r°  est de Saint-Gelais).
℘ Cincquiesme livre des chansons à quatre parties nouvellement composez et mises en Musicque, convenables tant aux instrumentz comme à la Voix, Louvain, Phalèse, 1552 (RISM 1552/15, musique de Cabilliau – conservé à Stockholm. La chanson “Si j’ay du bien helas c’est par mensonge” est de Saint-Gelais).
 * Réédition augmentée : Cincquiesme livre des chansons à quatre parties nouvellement composez et mises en Musicque, convenables tant aux instrumentz comme à la Voix, Louvain, Phalèse, 1555 (RISM 1555/21, musique de Cabilliau – consultable sur Royal Holloway Repository. La chanson p. 9 est de Saint-Gelais).

℘ – Premier livre de chansons en quatre volumes nouvellement composées en musique à quatre parties, par M. Pierre Certon, maistres des enfans de la S. Chapelle du palays, Paris, Le Roy et Ballard, 1552 (RISM 1552/C1709, musique de Certon – consultable sur Gallica. Les chansons de Saint-Gelais sont aux f. 1 v°-2 r°, 4 v°-5 r°,  5 v°-6 r°, 10 v°-11 r°, 11 v°-12 r°, 13 v°-14 r°, 14 v°-15 r°, 15 v° -16 r°).
  * Réédition remaniée :
Premier livre de chansons composé en musique à quatre parties Par M. Pierre Certon en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1564 (RISM 1564/C1710 – conservé à la BNF. L’édition comporte 4 ajouts – dont la chanson de Saint-Gelais “Puisque nouvelle affection”, f. 8 – et autant de retraits, dont “J’ay cherché la science” [= “Quelle peine est plus dure”] et “Quand viendra la clarté” de notre poète. Les 6 chansons de Mellin communes aux deux recueils se trouvent ici aux f. 1 v°, 6 v°, 8 v°, 9 v°, 13 v° et 15 v°).
℘ 
Premier livre contenant XXVI chansons nouvelles en musique à quatre parties en deux volumes, Paris, Veuve Attaingnant, 1553 (RISM 1553/20 ; musique de Mornable – conservé à la BNF. La chanson “Je ne sçay que c’est qu’il me fault”, f. 5 v°, est de Saint-Gelais).
 – Tiers Livre de chansons, composées à trois parties par bons et excellents musiciens, imprimées en un volume, Paris, Le Roy et Ballard, 1553 (RISM 1553/22 ; musiques d’Arcadelt – conservé à la bibliothèque Mazarine ; reconstruction consultable sur IMSLP. Les chansons n°16, p. 119-124 du pdf, et n°25 p. 189-192 sont de Saint-Gelais).
 – Premier recueil de chansons, composées à quatre parties par bons et excellents musiciens, imprimées en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1554 (RISM 1554/25 ; musiques de Sandrin et Arcadelt – consultable sur Royal Holloway Repository. Les chansons de Saint-Gelais sont aux f. 3 v°-4 r° et 11 r°-v°, voir ici).
 
– Second livre de chansons, nouvellement mises en musique à quatre parties par bons et sçavans musiciens, imprimées en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1554 (RISM 1554/26 ; musiques de Certon, Le Roy et Arcadelt – consultable sur Gallica. Les pièces de Saint-Gelais sont aux f. 2 r°5 v° et 13 v°. Trois autres livres, 1564/8, 1569/12 et 1577/4 paraissent sous un titre analogue mais sont si profondément remaniés qu’on ne peut véritablement les considérer comme des rééditions. On en trouvera la description plus bas, sous l’entrée 1564/8).
 – Tiers livre de chansons, nouvellement mises en musique à quatre parties, par bons et sçavans Musiciens, imprimées en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1554 (RISM 1554/27 ; musiques d’Arcadelt
  – consultable sur Gallica. Trois autres livres, 1561/2, 1567/4 et 1573/5 paraissent sous un titre analogue mais sont si profondément remaniés qu’on ne peut véritablement les considérer comme des rééditions. On en trouvera la description sous l’entrée 1561/2. Les pièces f. 2 v°11 v° et 12 r° sont de Saint-Gelais).
 * Edition remaniée : Tiers Livre de chansons nouvellement composées en Musique à trois et à quatre parties, par plusieurs autheurs, imprimées en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1557 (RISM 1557/13 ; musiques d’Arcadelt – conservé à la British Library. Les chansons “Amour me scauriez vous aprendre”, “Mon coeur en moy plus ne demeure” [strophe 2 de la précédente, considérée ici comme une unité à part entière] et “Dieu inconstant pourquoy as tu laissé” sont de Saint-Gelais).
Cinqiesme livre de guiterre, contenant plusieurs chansons à trois et quatre parties, par bons et excelens Musiciens : reduites en tabulature par Adrian Le Roy, Paris, Le Roy et Ballard, 1554 (RISM 1554/33 et BR 1554/4 ; musiques d’Arcadelt-Le Roy et Le Roy – la table et les liens vers les textes sont consultables ici. Les chansons f. 5 v°, 6 v°, 7 v°, 10 v°, 16 v°, 22 v° sont de Saint-Gelais).
 – [Premier livre de chansons à deux parties composé par plusieurs autheurs. Imprimé en deux volumes, Paris, Le Roy et Ballard, c. 1555] (RISM 1555/24 ; musique de Gardane – conservé à la BNF [incomplet, titre reconstitué]. Les chansons “Si j’ay du bien helas, c’est par mensonge”, f. 4 v°, et “Au temps heureux que ma jeune ignorance”, f. 17 v°, sont de Saint-Gelais).
 * Réédition remaniée : Premier livre de chansons à deux parties composé par plusieurs autheurs. Imprimé en deux volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1578 (RISM 1578/17 ; musique de Gardane – conservé à Würtzburg et à Vienne. Les deux mêmes chansons de Saint-Gelais y figurent).

 
Second livre de guiterre, contenant plusieurs chansons en forme de voix de ville, Paris, Le Roy et Ballard, 1556 (RISM 1556/L2044 et BR 1556/8 : réédition d’un ouvrage de 1551-1552 aujourd’hui perdu ; musiques de Pierre Certon arrangées par Le Roy – consultable sur Royal Holloway Repository, la table et les liens vers les textes sont également disponibles ici et un facsimile . Les chansons f. 1 v°, 3 v°, 4 v°5 v°8 v°, 13 v°, 15 v° et 16 v° sont de Saint-Gelais).
 – Sixiesme livre de chansons nouvellement composées en Musique par bons et excellens Musiciens, imprimé en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1556 (RISM 1556/15, musiques d’Arcadelt et de Janequin – consultable sur Gallica. Les pièces mises en musique par Arcadelt, f. 4 v° et 11 v°, sont assurément de Saint-Gelais ; celle qui se trouve au f. 8 v° , mise en musique par Janequin, est peut-être de lui).
 * Sixiesme livre de chansons nouvellement composées en Musique à trois, et quatre, parties, par plusieurs autheurs, imprimées en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1559 (RISM 1559/8, musiques d’Arcadelt (1 et 2) et de Janequin (3 et 4) – conservé à la BNF. Les pièces “Helas amy que ta longue demeure”, f. 10 r°, et “Pour heur en amour demander”, f. 15 r°, sont assurément de Saint-Gelais ; celle qui se trouve au f. 12 r° – “Si dieu vouloit pour chose bien nouvelle” –  est peut-être de lui).
* L’ouvrage paru sous un titre proche en 1569 (RISM 1569/13) est si profondément remanié que nous prenons le parti de ne pas le considérer comme une réédition au sens strict. Pour en consulter la description, voir ci-dessous, sous l’entrée de son RISM.
 – Septiesme livre de chansons nouvellement composées en Musique à quatre parties par bons et excellens Musiciens, imprimé en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1556 (RISM 1556/16, musique de Janequin – conservé à la BNF. La pièce “Non feray, je n’en feray rien” est de Saint-Gelais).
 * Réédition : Septiesme livre de chansons nouvellement composées en Musique à quatre parties par bons et excellens Musiciens, imprimé en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1557 (RISM 1557/14, musique de Janequin – consultable sur Gallica. La pièce f. 8 v°-9 v° est de Saint-Gelais).
* Malgré un titre proche les éditions 1565/5, 1572/3 et 1573/8 sont très différentes (14 chansons contre 11 initialement, dont seulement 3 communes avec les ouvrages précédents) et ne comportent aucune pièce de Saint-Gelais.

 – Premier Livre de chansons, nouvellement mises en Musique par bons et scavantz Musiciens à quatre parties, en quatre volumes, Paris, Fezandat, 1556 (RISM 1556/20, musique de Vermont [identification Ricercar, attribution à Jean Du Billon dans l’ouvrage] – consultable sur Royal Holloway Repository. La chanson p. 26-27 est de Saint-Gelais).
 – Huitiesme livre de chansons nouvellement composées en Musique à quatre parties par bons et excellens Musiciens, imprimé en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1557 (RISM 1557/15, musique d’Arcadelt – consultable sur Gallica. La pièce f. 1 v°-2 r° est de Saint-Gelais).
 * Réédition remaniée : Huitiesme livre de chansons nouvellement composées en Musique à quatre parties par plusieurs autheurs, imprimées en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1559 (RISM 1559/9, musique d’Arcadelt – conservé à la BNF. La pièce “Souspirs ardants, parcelles de mon ame”, f. 1 v°, est de Saint-Gelais).
 * Réédition remaniée : Huitieme livre de chansons à Quatre parties, de Jac. Arcadet. Et autres. Imprimé en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1575 (RISM 1575/5, musique d’Arcadelt – conservé à la BNF. La pièce “Souspirs ardants, parcelles de mon ame”, f. 1 v°, est de Saint-Gelais).

Vingt et une chansons nouvellement composées à trois parties par M. Antoine Cartier, imprimées en trois volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1557 (RISM 1557/C1372, musique de Cartier – conservé à Londres, British Library. La chanson “Où mettra l’on un baiser favorable” est de Saint-Gelais).

Retour en haut de la page

d. Publications posthumes

 – Le premier trophée de Musique, composé des plus harmonieuses et excellentes Chansons choisies entre la fleur et composition des plus fameux et excellens Musiciens, tant anciens que modernes, Le tout à quatre parties, en quatre Volumes, Lyon, Granjon, 1559 (RISM 1559/14 ; musiques de Sandrin (1) et d’Arcadelt ou Sandrin (2) – consultable sur Royal Holloway Repository. Les deux chansons de Saint-Gelais sont d’une part p. 3 et p. 4 , d’autre part p. 8-9, ).
 – Le second trophée de Musique, composé des plus harmonieuses et excellentes Chansons choisies entre la fleur et composition des plus fameux et excellens Musiciens, tant anciens que modernes. Le tout à quatre parties, en quatre Volumes, Lyon, Granjon, 1559 (RISM 1559/15 ; musiques d’Arcadelt et de Maillard – conservé à la BNF. Les chansons n° 10, “Souspirs ardants, parcelles de mon ame” et 15, “Si comme espoir je n’ay de guerison”, sont de Saint-Gelais).
℘ – Quinziesme livre, contenant XIX chansons nouvelles à quatre parties en deux volumes, composées de plusieurs autheurs, Paris, Du Chemin, 1560 (RISM 1560/3b, musique de Menehou – consultable sur digitalduchemin.org. La chanson qui se trouve f. 16 r° est une réécriture des trois premiers vers d’une longue pièce de Saint-Gelais. La pièce f. 2 v°-3 r° a parfois attribuée à notre poète, mais en l’état de nos connaissances cela reste douteux).
Premier Livre du Recueil des Fleurs produictes de la divine musicque à trois parties de-par Clemens non Papa Thomas Cricquillon et aultres excellens Musichiens, Louvain, Phalèse, 1560 (RISM 1560/7 ; musique de Crecquillon – consultable sur BSB. La chanson de Saint-Gelais se trouve p. 18).
* Réédition : Recueil des Fleurs produictes de la divine musicque à trois parties, par Clemens Non Papa, Thomas Cricquillon, et aultres excellens musiciens. Premier Livre, Louvain, Phalèse, 1569 (RISM 1569/9 ; musique de Crecquillon – consultable sur le site de l’Österreichische Nationalbibliothek de Vienne. 11 pièces retirées par rapport à la précédente édition. La chanson de Saint-Gelais se trouve p. 18).
 – Livre de meslanges, contenant six vingtz chansons, des plus rares, et plus industrieuses qui se trouvent, soit des authevrs antiques, soit des plus memorables de nostre temps, composées à cinq, six, sept et huit parties, en six volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1560 (RISM 1560/28, musique de Leschenet – consultable sur BSB. La pièce qui se trouve f. 21 v° est de Saint-Gelais).

 Tiers livre de chansons nouvellement composé en Musique à quatre parties, par M. Jaques Arcadet, et autres autheurs, Imprimé en quatre vollumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1561 (RISM 1561/2 ; musiques d’Arcadelt – consultable sur Gallica. L’ouvrage propose d’importants remaniements par rapport à l’édition de titre similaire 1554/27 : 14 des 22 chansons initiales sont supprimées et remplacées. Les chansons “Laissés la verde couleur”, f. 4 v°, “Amour me scauriés vous aprendre”, f. 8 v°, “Contentés vous heureuses violettes”, f. 9 v°, “Nostre amytié est seulement descousue”, f. 11 v°, “J’en ayme deux d’amour bien differente”, f. 14 r° et “De tant de peine endurer”, f. 15 r° sont de Saint-Gelais).
 * Réédition augmentée : 
Tiers livre de chansons nouvellement composé à quatre parties, par M. Arcadet et autres autheurs. Imprimé en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1567 (RISM 1567/4 ; musiques d’Arcadelt – consultable sur Royal Holloway Repository. Deux retraits et trois ajouts [dont une chanson de Saint-Gelais, f. 15 v°] par rapport à la précédente édition. Les chansons f. 3 v°-4 r°, 6 v°-7 r°, 7 v°-8 r°, 10 v°- 11 r°, 14 v°-15 r° et 15 r° sont également de notre poète).
* Réédition : Tiers livre de chansons à quatre parties, de Ja. Arcadet et autres. Imprimé en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1573 (RISM 1573/5 ; musiques d’Arcadelt – consultable sur 
BSB et sur Gallica. Même contenu que 1567/4. Les chansons f. 3 v°-4 r°, 6 v°-7 r°, 7 v°- 8 r°, 10 v°-11 r°, 14 v°-15 r°, 15 r° et 15 v° sont de Saint-Gelais
).
 – Quart livre de chansons nouvellement composé en Musique à quatre parties, par plusieurs autheurs, Imprimé en quatre vollumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1561 (RISM 1561/3 ; musique d’Arcadelt – conservé à la BNF ; édition remaniée de 1553/23 : 8 chansons retirées, et 8 ajoutées, parmi lesquelles celle de Saint-Gelais “Elle a voulu serviteur me nommer”, f. 13 v°).
 * Réédition augmentée : Quatrieme livre de chansons nouvellement composé à quatre parties, par M. Arcadet et autres autheurs. Imprimé en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1567 (RISM 1567/5, musique d’Arcadelt – consultable sur Royal Holloway Repository ; une chanson ajoutée par rapport à l’édition précédente. La chanson de Saint-Gelais se trouve au f. 5 r°).
 * Réédition remaniée : Quatrieme livre de chansons à quatre parties, de Ja. Arcadet et autres. Imprimé en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1573 (RISM 1573/6, musique d’Arcadelt – conservé à la BNF ; 3 chansons retirées, 2 ajoutées par rapport à la précédente. La chanson de Saint-Gelais se trouve au f. 5 r°).

℘ Cinquiesme livre de chansons nouvellement composé en Musique à quatre parties, par plusieurs autheurs, Imprimé en quatre vollumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1561 (RISM 1561/4 ; musique d’Arcadelt – conservé à la BNF. Malgré un titre similaire, cet ouvrage n’a aucune pièce commune avec 1556/14. La chanson “Si vous voulez estre aymée et servie”, f. 15 v°, est de Saint-Gelais).
 
* Réédition augmentée : 
Cinqieme livre de chansons nouvellement composé à quatre parties, par M. Arcadet et autres autheurs. Imprimé en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1567 (RISM 1567/6, musique d’Arcadelt – consultable sur Royal Holloway Repository : une chanson ajoutée par rapport à l’édition précédente. La chanson de Saint-Gelais est au f. 15 r°-16 v°).
 * Réédition : Cinqieme livre de chansons à quatre parties, de Ja. Arcadet et autres. Imprimé en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1573 (RISM 1573/7, musique d’Arcadelt – conservé à la BNF. Même contenu que la précédente).

 –
Quatorsiesme Livre de Chansons nouvellement composés en Musique à quatre, cinq, et six parties, par M. Jaques Arcadet, et autres autheurs, imprimé en quatre vollumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1561 (RISM 1561/6 ; musique d’Arcadelt – conservé à la BNF. La chanson “Vous ne pouvés au moins me reprocher”, f. 8 v°, est peut-être de Saint-Gelais).
 * Réédition remaniée : Quatorsiesme Livre de Chansons à quatre cinq et six parties de plusieurs autheurs. Imprimé en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1564 (RISM 1564/10 ; musique d’Arcadelt – conservé à la BNF. La chanson “Vous ne pouvés au moins me reprocher”, f. 5 v°, est peut-être de Saint-Gelais).
 * Réédition remaniée : Quatorsiesme Livre de Chansons à quatre et cinq parties, D’Orlande de lassus et autres autheurs. Imprimé en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1567 (RISM 1567/8 ; musique d’Arcadelt – consultable sur Royal Holloway Repository. Huit chansons supprimées et six ajoutées par rapport à l’édition précédente. La chanson f. 3 v° est peut-être de Saint-Gelais).
 * Réédition : Quatorsiesme Livre de Chansons, à quatre, et cinq parties, d’Orlande de lassus, et autres. Imprimé en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1571 (RISM 1571/1 ; musique d’Arcadelt – conservé à la British Library. Une chanson supprimée par rapport à l’édition précédente. La chanson n° 3, “Vous ne pouvés au moins me reprocher”, est peut-être de Saint-Gelais).
 * Réédition : Quatorzieme Livre de Chansons à Quatre, et Cinq, parties d’Orlande de Lassus. Et autres. Imprimé en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1575 (RISM 1575/8 ; musique d’Arcadelt – conservé à la BNF. La chanson f. 3 v°, “Vous ne pouvés au moins me reprocher”, est peut-être de Saint-Gelais).
Dans les rééditions ultérieures [1578/10 et, vraisemblablement, 1591/4], la pièce de Saint-Gelais disparaît.

Premier recueil des recueilz. de chansons, à quatre parties, nouvellement imprimé en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1561 (RISM 1561/7 ; musiques de Sandrin et Arcadelt – conservé à la BNF. Les chansons de Saint-Gelais “Si j’ay du bien, helas, c’est par mensonge” et “Au temps heureux que ma jeune ignorance” sont au f. 6 r° et 9 v°).
 
* Réédition : Premier recueil des recueils. composé à quatre parties de plusieurs autheurs. Imprimé en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1567  (RISM 1567/12 ; musiques de Sandrin et Arcadelt – consultable sur Royal Holloway Repository. Les chansons de Saint-Gelais sont aux f. 6 r°6 v°et 9 v°-10 r°).
 * Réédition : Premier recueil des recueils à quatre parties, de plusieurs autheurs. Imprimé en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1573  (RISM 1573/14 ; musiques de Sandrin et Arcadelt – conservé à la BNF. Les chansons “Si j’ay du bien, helas, c’est par mensonge” et “Au temps heureux que ma jeune ignorance” sont de Saint-Gelais).

Second livre de chansons composé à quatre parties de plusieurs autheurs. Imprimé en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1564 (RISM 1564/8 ; musiques de La Grotte (1 et 3) et Le Roy (2) – conservé à la BNF. Malgré un titre similaire, ce livre n’est pas la réédition de 1554/26 [voir plus haut cette entrée]. La chanson “Je veux aymer quoy qu’on en veuille dire”, f. 2 v°, est peut-être de Saint-Gelais ; “O que d’ennuys à mes yeux se presente”, f. 3 v° et “Quelle peine est plus dure”, f. 15 v°, sont assurément de lui).
* Réédition : Second livre de chansons composé à quatre parties de plusieurs autheurs. Imprimé en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1569 (RISM 1569/12; musiques de La Grotte (1 et 3) et Le Roy (2) – consultable sur Royal Holloway Repository. La chanson f. 2 v° est peut-être de Saint-Gelais ; celles qui se trouvent f. 3 v° et  f. 15 v°, sont assurément de lui).
* Réédition : Second livre de chansons composé à quatre parties de plusieurs autheurs. Imprimé en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1577 (RISM 1577/4 ; musiques de La Grotte (1 et 3) et Le Roy (2) – conservé à la BNF. La chanson “Je veux aymer quoy qu’on en veuille dire”, f. 2 v°, est peut-être de Saint-Gelais ; “O que d’ennuys à mes yeux se presente”, f. 3 v° et “Quelle peine est plus dure”, f. 15 v°, sont assurément de lui).

Second recueil des recueils composé à quatre parties de plusieurs autheurs imprimé en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1564 (RISM 1564/12 ; musique de Maillard – disponible sur Royal Holloway Repository. La chanson  f. 8 v°-9 r° est de Saint-Gelais).
La réédition 1571/4, très profondément remaniée, ne contient plus la pièce de Saint-Gelais.

 – Le Premier Livre de chansons à quatre parties auquel sont ving et sept chansons nouvelles composées par M. Orlando di Lassus, Anvers, J. Susato, 1564 (RISM 1564/L781 ; musiques de Lassus – conservé à Vienne, Österreichische Nationalbibliothek. La chanson “J’ay cherché la science” [=”Quelle peine est plus dure”] est assurément de Saint-Gelais ; “Le vray amy ne s’estonne de rien” est peut-être de lui).
Dixsetieme Livre de chansons à quatre et à cinq parties par Orlande de Lassus, et autres autheurs, imprimé en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1565 (RISM 1565/9 ; musiques de Lassus – conservé à la BNF. Il existe 8 rééditions plus ou moins remaniées de cet ouvrage en 1567, 1570, 1573, 1576, 1577, 1579, 1586 et 1601 qui sont recensées par Laurent Guillo. Les deux pièces attribuables à Saint-Gelais sont maintenues dans chacune d’entre elles. La numérisation de l’édition de 1567/10 est consultable sur Royal Holloway Repository. Une chanson, peut-être de Saint-Gelais, se trouve au f. 10 r°, une autre, au f. 8 v°, est assurément de lui).
℘ Seiziesme Livre contenant vingt chansons nouvelles à quatre parties en deux volumes, composées de plusieurs et excellens autheurs, Paris, Du Chemin, 1568 (RISM 1568/10a ; musique de Cramoisy – consultable sur digitalduchemin.org. La pièce p. 30 est peut-être de Saint-Gelais, même si on n’en retrouve pour l’instant aucune attestation du vivant du poète).
 – Sisieme livre de chansons à quatre et cinq parties, de J. Arcadet, et autres. Imprimé en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1569 (RISM 1569/13, musiques d’Arcadelt (1, 3, 4), de Janequin (2) et de Du Buisson ou d’Arcadelt (5) – consultable sur Royal Holloway Repository. Deux ouvrages – 1556/15 et 1559/8 [voir ces entrées] – sont parus sous un titre proche mais sont très profondément remaniés en 1569. C’est la raison pour laquelle nous les traitons séparément. Les quatre pièces f. 5 r°, 12 v°-13 r°, 13 v° et 14 r° sont assurément de Saint-Gelais ; celle qui se trouve au f. 11 r°, mise en musique par Janequin, est peut-être de lui).
Premier Livre des chansons à quatre et cincq parties, composées par Orlando di Lassus, Cyprian de Rore, Et de nouveau plus correctement que cy devant imprimées et emendées, Convenables, tant aux Instrumens comme à la Voix, Louvain, Phalèse, 1570 (RISM 1570/5 ; musique de Lassus – consultable sur BSB. Les chansons de Saint-Gelais sont p. 7 et p. 9).
Les Meslanges de Maistre Pierre Certon, compositeur de musique de la chappelle du Roy, et maistre des enfans de chœur de la saincte chappelle du palais à Paris : esquelles sont quatre vingtz dix-huict tant Cantiques que Chansons Spirituelles, et autres : à cinq, à six, à sept, et à huict parties. Plus Deux Le roy boit, l’un à neuf, et l’autre à treize parties : lesquelles se chantent toutes sur la partie du Bassus, Paris, Du Chemin, 1570 (RISM 1570/C1718 ; musique de Certon – consultable sur IMSLP. La chanson de Saint-Gelais se trouve p. 31).
 – Mellange d’Orlande de Lassus, contenant plusieurs chansons, tant en vers latins qu’en ryme francoyse. A quatre, cinq, six, huit, dix, parties, Paris, Le Roy et Ballard, 1570 (RISM 1570/L834 ; musiques de Lassus – consultable sur BSB. Les chansons attribuables à Saint-Gelais se trouvent f. 11 v° et 13 r°).
* Réédition augmentée : Les Meslanges d’Orlande de Lassus. Contenantz plusieurs chansons, à iiii, v, vi, viii et x, parties : reveuz par luy, et augmentez, Paris, Le Roy et Ballard, 1576 (RISM 1576/L891 ; musiques de Lassus – consultable sur Gallica. Les chansons attribuables à Saint-Gelais se trouvent f. 18 r° et 19 v°).
* Réédition : Meslanges de la musique d’Orlande de Lassus à III. V. VI. VIII. et dix parties, Paris, P. Ballard, 1619 (RISM 1619/L1032 ; musiques de Lassus – conservé à la BNF. Même contenu que l’édition de 1576 ; il est probable que ce soit également le cas de la réédition intermédiaire de 1586 [conservée à la bibliothèque Saint-Geneviève], non consultée à ce jour. Les chansons “J’ai cherché la science” [=”Quelle peine est plus dure”] et “Le vray amy ne s’estonne de rien”  sont attribuables à Saint-Gelais).

Liber Musicus, duarum vocum cantiones, tum latinas tum gallicas atque teutonicas longe suavissimas complectens, instrumentis Musicis admodum convenientes. Jam recens summa diligentia collectas. Livre de Musicque, contenant plusieurs excellentes chansons et motetz à deux parties, convenables à tous Instrumens Musicalz, nouvellement amassées hors de divers livres, Louvain-Anvers, Phalèse et Bellère, 1571 (RISM 1571/15 ; musiques de Gardane (1), Manchicourt (2) – liste des chansons consultable sur Bicinium [contents-facsimiles / tavula]. Les chansons n° 33 “Au temps heureux que ma jeune ignorance” et n° 58 “Amour cruel de sa nature” sont de Saint-Gelais ).
Mellange de chansons tant des vieux autheurs que des modernes, à cinq. six. sept. et huict, Paris, Le Roy et Ballard, 1572 (RISM 1572/2 ; musique de Striggio – conservé à la BNF. La chanson “Pour m’esloigner et changer de contrée”, f. 10 r°, est de Saint-Gelais).
Chansons à troys parties de M. Jaques Arcadet. nouvellement Imprimé en troys volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1573 (RISM 1573/15 ; musiques d’Arcadelt – conservé à Vienne, Österreichische Nationalbibliothek. Les chansons “Dieu inconstant pourquoy as tu laissé”, “Je ne sçay que c’est qu’il me faut”, “Que te sert amy d’estre ainsi” et “Quand viendra la clarté” sont de Saint-Gelais).
 
Premier Livre de chansons en forme de vau de ville composé à quatre parties, Paris, Le Roy, 1573 (RISM 1573/L2042 ; musique de Le Roy – conservé à la BNF. Les chansons “Laissés la verde couleur”, f. 1 v°, “Si j’ayme ou non, je n’en dy rien”, f. 3 v°, “Puisque vivre en servitude”, f. 8 v°, “Quand j’entens Le perdu tems”, f. 13 v°, “Puis que nouvelle affection”, f. 16 v°, “Helas mon Dieu, y a il en ce monde”, f. 19 v°, “Pour m’eslongner et changer de contree”, f. 20 v° et “O combien est heureuse”, f. 23 v° sont de Saint-Gelais).
 La Fleur des chansons à trois parties, contenant un recueil produit de la divine musique de Jean Castro, Severin Cornet, Noë Faignient, et autres excellens Aucteurs, mis en ordre convenable selon leurs Tons, Louvain-Anvers, Phalèse et Bellère, 1574 (RISM 1574/3 ; musiques de Castro et de Crecquillon – consultable sur BSB. La chanson p. 43 est peut-être de Saint-Gelais ; celle qui se trouve p. 114 est assurément de lui).
℘ Fröliche newe teutsche unnd französische Lieder lieblich zu singen auch auff allerlen Instrumenten zugebrauchen nach sonderer art der Music Componitt mit vier fünff und mehr stimmen durch Alexandrum Utenthal Fürstlicher Durchleuchtig Erzherzogen Ferdinandi II Musicum, Nuremberg, Gerlach, 1574 (RISM 1574/U123 ; musique d’Ütendal – consultable sur BSB. Les deux quatrains de Saint-Gelais, qui se répondent, sont regroupés sous le n° 19).
Le recueil des plus belles et excellentes chansons en forme de voix de ville, tirées de divers autheurs et Poëtes François, tant anciens que modernes. Ausquelles a esté nouvellement adapté la Musique de leur chant commun, à fin que chacun les puisse chanter en tout endroit qu’il se trouvera, tant de voix que sur les instruments, Paris, Claude Micard, 1576 (Jean Chardavoine – consultable sur Gallica. Les chansons de Saint-Gelais se trouvent aux f. 1 r° à 2 v°, 59 r°bis à 60 v°bis, 72 v° à 76 r°, 88 v° à 89 v°, 110 r° à 112 r° (avec une réponse f. 112 v° à 114 v°), 133 v° à 134 v°, 137 v° à 139 r°, 139 r° et v°, 139 v° à 141 r°, 141 r° à 142 r°, 234 r° à 235 v°, 237 r° à 238 r° (avec une seconde partie f. 238 r° et v°) et 283 r° à 284 r°.
 * Réédition remaniée : Le recueil des plus belles et excellentes chansons en forme de voix de ville, tirées de divers autheurs et Poetes François, tant anciens que modernes. Ausquelles a esté nouvellement adapté la Musique de leur chant commun à fin que chacun les puisse chanter en tout endroit qu’il se trouvera, tant de voix que sur les instruments. Reveu et augmenté de plusieurs belles chansons nouvelles outre les pressedentes Impression, Paris, Locqueneux-Micard, 1588 (RISM 1588/13 ; consultable sur BSB et sur Gallica [Attention : contrairement à ce qu’indique la notice BNF, cette dernière numérisation n’est pas celle de l’édition de 1576 mais bien de celle de 1588. La page de titre n’est pas celle du reste de l’ouvrage]. Onze chansons de Saint-Gelais seulement sont maintenues dans cette réédition. Il s’agit de celles qui se trouvent f. 49 à 50 v°, 117 r° à 118 v°, 130 v° à 134 r°, 146 v° à 147 v°, des deux qu’on lit f. 168 r° à 172 v°, de la chanson f. 191 v°-192 v°, et des quatre qui figurent f. 195 v° à 200 r°).
Premier livre de chansons à trois parties Composé par plusieurs autheurs Imprimé en Trois volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1578 (RISM 1578/14 ; musique de Crecquillon – conservé à Vienne, Österreichische Nationalbibliothek et à la BNF. La chanson “De moins que rien à peu l’on peult venir” est de Saint-Gelais).
Premier livre de chansons nouvelles à quatre, cinq, six, sept et huit parties, par Jean Servin, Lyon, Pesnot, 1578 (RISM 1578/S2838 ; musique de Servin – consultable sur BSB. La chanson “De moins que rien à peu l’on peult venir”, f. 4 v°, est de Saint-Gelais).
Cantiones tum sacrae (que vulgo Motteta vocantur ; ) tum profanae, quinque, sex, et octo vocum ; recens in lucem editae, Auctore Jacobo de Brouck, Anvers, Plantin, 1579 (RISM 1579/B4613 ; musique de Brouck – consultable sur BSB. La chanson f. 21 r° est de Saint-Gelais).

 Poesies de P. de Ronsard et autres Poëtes, mis en Musique à Quatre et Cinq parties. par M. François Regnard, Paris, Le Roy et Ballard, 1579 (RISM 1579/R730 ; musique de Regnard – consultable sur BVH. La chanson p. 9 est de Saint-Gelais).
 Vingttroisieme livre de chansons à quatre et cinq parties, d’Orlande de Lassus et autres Imprimé en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1583 (RISM 1583/8 ; musique de Le Jeune – conservé à la BNF. La chanson “Maistre Gonin disoit en plain marché” est une version de la pièce de Saint-Gelais “Un sarlatan disoit en plain marché”).
* Réédition : Vingttroisieme livre de chansons à quatre et cinq parties, d’Orlande de Lassus et autres Imprimé en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1585 (RISM 1585/12 ; musique de Le Jeune – consultable sur Gallica. Même contenu que la précédente. La chanson de Saint-Gelais est au f. 4 r° et v°. La seconde partie, au f. suivant, est sans doute du compositeur lui-même : rien n’indique en tout cas à ce stade que le texte de cette continuation soit de Saint-Gelais).

 
– 
Continuation du mellange d’Orlande de Lassus. A 3. 4. 5. 6. et dix parties, Paris, Le Roy et Ballard, 1584 (RISM 1584/L953 ; musique de Lassus – consultable sur Bibliotheca Digital Hispanica. La chanson de Saint-Gelais est au f. 3 v°).
 * Réédition : Continuation du melange d’Orlande de Lassus. A 3. 4. 5. 6. et 10. parties, Paris, Le Roy et Veuve Ballard, 1596 (RISM 1596/L1010 ; musique de Lassus – conservé à la BNF. La chanson n° 3, “Puisque vivre en servitude”, est de Saint-Gelais).
– Livre de chansons à cinq parties, convenable tant à la voix, comme à toutes sortes d’instrumens : Avec une Pastorelle à VII. en forme de Dialogue le tout nouvellement composé par Maistre Jean de Castro, Anvers, Phalèse le jeune et Bellère, 1586 (RISM 1586/C1477 ; musique de Castro – consultable sur BSB. La chanson f. 11 r° est l’une des versions d’un texte de Saint-Gelais).
– Livre second des chansons d’André Pevernage, maistre de la chapelle de l’église cathédrale d’Anvers. A cincq parties, Anvers, Plantin, 1590 (RISM 1590/P1671 ; musique de Pevernage – consultable sur BSB. La chanson n°28 est de Saint-Gelais).
 La Fleur des Chansons d’Orlande de Lassus, Prince des Musiciens de nostre temps. Contenant un Recueil de ses Chansons Francoises, et Italiennes, à Quatre, Cinc, Six et Huit parties, accommodées tant aux Instrumens comme à la Voix : Toutes mises en ordre convenable selon leurs Tons, Anvers, Phalèse et Bellère, 1592 (RISM 1592/9 ; musique de Lassus – consultable sur Royal Holloway Repository. La chanson f. 14 r° est de Saint-Gelais).

– Chansons à cinc parties de M. Jean Pierre Svvelingh organiste, et Cornille Verdonq Nouvellement Composées, et mises en lumiere : accommodées tant aux Instruments, comme à la Voix : reduites en ordre convenable selon leur Tons, Anvers, Phalèse Le Jeune et Bellère, 1594 (RISM 1594/5 ; musique de Sweelinck – consultable sur Gallica. La chanson f. 14 v° à 15 v° est de Saint-Gelais).
– Le Rossignol musical des chansons de diverses et excellens autheurs de nostre temps à quatre, cinc et six parties. Nouvellement Recueillé et mises en lumiere, Anvers, Phalèse Le Jeune, 1597 (RISM 1597/10 ; musique de Naich – réimpression à l’identique en 1598 [1598/5], consultable sur Gallica. La chanson f. 29 r° est de Saint-Gelais ; une deuxième partie – au v° – est ajoutée au texte initial, sur le mode du renversement antithétique. Rien ne permet de penser que ces vers soient aussi de Saint-Gelais. Ils peuvent fort bien être l’œuvre du musicien lui-même).

[℘ – Meslanges de la musique de Eust. Du Caurroy, Me. de la musique de la Chapelle du Roy, Paris, Ballard, 1610 (RISM 1610/D3616 ; musique de Du Caurroy – conservé à la BNF. Il est possible que la chanson n° 18,”Si j’ay du bien cruelle helas ! c’est par mensonge !”, soit une réécriture de celle de Saint-Gelais “Si j’ay du bien, helas, c’est par mensonge”. Cela reste à confirmer)].
 
Second livre des meslanges de Cl. Le Jeune. Natif de Valentienne, Compositeur de la Musique de la Chambre du Roy, Paris, Ballard, 1612 (RISM 1612/L1700 ; musique de Le Jeune – conservé à la BNF. La chanson “Maistre Gonin disoit en plain marché”, f. 6 v°, est une version de la pièce de Saint-Gelais “Un sarlatan disoit en plain marché”. Une autre pièce, “Nostre vicaire un jour de feste”, f. 7 v°, est de Saint-Gelais).

Retour en haut de la page

2. Recueils de musique instrumentale (titre seul)

 – Le troysieme livre contenant plusieurs duos et trios, Paris, Granjon et Fezandat, 1551 (RISM 1551/22 et BR 1551/1 ; musique de Gorlier – consultable sur delcamp.net. La tablature de la chanson de Saint-Gelais “Si j’ay du bien helas c’est par mensonge” se trouve à la p. 12 du pdf. Le texte n’est pas retranscrit).
 – Le premier livre de Chansons, Gaillardes, Pavannes, Bransles, Almandes, Fantaisies, reduictz en tabulature de Guiterne par Maistre Guillaume Morlaye joueur de lut, Paris, Granjon et Fezandat, 1552 (RISM 1552/32 et BR 1552/5 ; musique de Morlaye – consultable sur cglib.org. La tablature de la chanson de Saint-Gelais , “Puisque nouvelle affection”, se trouve à la p. 36 du pdf. Le texte n’est pas retranscrit. Il est précisé que la pièce est une gaillarde).
℘ – Quatriesme livre contenant plusieurs fantasies, Chansons, Gaillardes, Padvanes, reduictes en tabulature de Guyterne, et au jeu de la Cistre, par Maistre Guillaume Morlaye eu autres bons autheurs, Paris, Granjon et Fezandat, 1552 (RISM 1552/33 et BR 1552/6 ; musique de Morlaye – consultable sur cglib.org. La tablature de la chanson de Saint-Gelais , “Si j’ay du bien helas c’est par mensonge” se trouve à la p. 20 du pdf. Le texte n’est pas retranscrit).
 – Le second livre de Chansons, Gaillardes, Padvanes, Bransles, Almandes, Fantasies, reduictz en tabulature de Guiterne par Maistre Guillaume Morlaye joueur de Leut, Paris, Granjon et Fezandat, 1553 (RISM 1553/34 et BR 1553/4 ; musique de Morlaye, d’après la version d’Arcadelt – consultable sur cglib.org. La tablature de la chanson de Saint-Gelais, “Au temps heureux que ma jeune ignorance”, se trouve à la p. 19 du pdf. Le texte n’est pas retranscrit).
– Quart Livre de tabulature de guiterre, contenant plusieurs Fantasies, Psaulmes, et Chansons : avec L’alouette, et la Guerre, Composées par M. Gregoire Brayssing deaugusta, Paris, Le Roy et Ballard, 1553 (RISM 1553/35 et BR 1553/3 ; musique de Brayssing, d’après la version d’Arcadelt – consultable sur Royal Holloway Repository. La tablature de la chanson de Saint-Gelais “Au temps heureux que ma jeune ignorance” figure f. 18 v° à 19 v°. Le texte n’est pas retranscrit).
 – Troisiesme Livre de tabulature de Leut, contenant plusieurs Chansons, Motetz et Fantasies, Composées par feu Messire Albert de Rippe, de Mantoue, Seigneur du Carois, joueur, de Leut, et varlet de chambre du Roy nostre sire, Paris, Fezandat et Morlaye, 1554 (RISM 1554/35 et BR 1554/7 ; musique de Rippe – consultable sur gerbode.net. La tablature de la chanson de Saint-Gelais “Si vous voulez estre aymée et servie” se trouve f. 14 v° et 15 r°. Le texte n’est pas retranscrit).
 – Quatriesme Livre de tabulature de Leut contenant plusieurs Chansons, Motetz et Fantasies, Composées par feu Messire Albert de Rippe, de Mantoue, Seigneur du Carois, joueur, de Leut, et varlet de chambre du Roy nostre sire, Paris, Fezandat et Morlaye, 1554 (RISM 1554/36 et BR 1554/8 ; musique de Rippe, d’après la version d’Arcadelt  – consultable sur gerbode.net. La tablature de la chanson de Saint-Gelais “Au temps heureux que ma jeune ignorance” se trouve f. 18 v°, 19 r°19 v° et 20 r°. Le texte n’est pas retranscrit).
 – Sixiesme livre de luth, contenant plusieurs chansons nouvellement mises en Tabulature par Adrian Le Roy, Paris, Le Roy et Ballard, 1559 (RISM 1559/26 et BR 1559/4 ; musiques de Le Roy d’après Sandrin et d’après Arcadelt – consultable sur BSB. Les tablatures des chansons de Saint-Gelais sont aux f. 3 r°13 v°, 19 v° et 23 r°. Les textes ne sont pas retranscrits).
Tiers livre de danseries […] mis en Musique à quatre parties (approprié tant à la voix humaine, que pour jouer sur tous instruments musicalz) Par Jean d’Estrée, joueur de Hautbois du Roy, Du Chemin, 1559 (musique d’Estrée – conservé à la Bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris. La pavane “Si j’ay du bien”, f. 9 v°, reprend le titre d’une chanson de Saint-Gelais).
 – Tiers livre de tabelature de luth contenant plusieurs chansons. Par Maistre Albert de Rippe Mantouan, Paris, Le Roy et Ballard, 1562 (RISM 1562/27 et BR 1562/10 ; musique de Rippe – consultable sur BSB. La tablature de la chanson de Saint-Gelais est au f. 19 v°. Le texte n’est pas retranscrit).

Retour en haut de la page

3. Timbres et contrafacta

℘ – Tiers livre, où sont contenues plusieurs chansons tirées du recueil : des meilleures tant anciennes que modernes, composées de divers excellents musiciens : desquelles avons changé la verve lubrique en lettre spirituelle et chrestienne. Le tout à quatre parties et en quatre livres, Genève, Du Bosc et Guéroult, 1555 (RISM 1555/17, musique de Sandrin – conservé à Bayeux. L’une des chansons du recueil est le contrafactum de “Si j’ay du bien, helas, c’est par mensonge” de Saint-Gelais).
Thresor de musique d’Orlande de Lassus, contenant ses chansons, à quatre, cinq et six parties, s.l. [Genève], s.n. [Saint-André], 1576 (RISM 1576/4, musiques de Lassus ; textes réécrits par Simon Goulart – consultable sur BSB. “J’ai du ciel la science”, f. 11 v°, est le contrafactum de “J’ay cherché la science” [=”Quelle peine est plus dure”] de Saint-Gelais ; “Le vertueux ne s’estonne de rien”, f. 12 r°, est le contrafactum de la chanson “Le vray amy ne s’estonne de rien” qui est peut-être de Saint-Gelais).
* Réédition augmentée : Le Thresor de musique d’Orlande de Lassus, Prince des Musiciens de nostre temps. Contenant ses chansons Françoises, Italiennes, et Latines, à quatre, cinq, et six parties : Augmentées de plus de la moitié en ceste seconde Edition, s.l. [Genève], s.n. [Saint-André], 1582 (musiques de Lassus ; textes réécrits par Simon Goulart – conservé à l’Université de Mons. Ouvrage non consulté. Contient vraisemblablement les mêmes pièces tirées de Saint-Gelais que la précédente et la suivante).
 * Réédition : Le Thresor de musique d’Orlande de Lassus, Prince des Musiciens de nostre temps. Contenant ses chansons Françoises, Italiennes, et Latines, à quatre, cinq, et six parties : Reveu et corrigé diligemment en ceste troisiesme Edition, s.l. [Cologne ?], s.n. [Marceau ?], 1594 (musiques de Lassus ; textes réécrits par Simon Goulart – consultable sur Gallica et Séléné. “J’ai du ciel la science”, p. 31, est le contrafactum de “J’ay cherché la science” [=”Quelle peine est plus dure”] de Saint-Gelais ; “Le vertueux ne s’estonne de rien”, p. 34, est le contrafactum de la chanson “Le vray amy ne s’estonne de rien” qui est peut-être de Saint-Gelais).

Retour en haut de la page

4. Citations dans des méthodes de musique

– Instruction de musique par C. de Blockland, natif de Montfort en Hollande, Lyon, Jean II de Tournes, 1573 (musiques de Sandrin et Maille – conservé à la BNF. Parmi les exemples donnés, on trouve des extraits des chansons “Si j’ay du bien helas c’est par mensonge” et “Est il point vray ou si je l’ay songé”).
 * Réédition : Instruction methodique et fort facile pour apprendre la Musique Practique, sans aucune Gamme, ou main, paravant et jusques aujourd’hui tant accoustumé de plusieurs Musiciens. Reveue et corrigée en divers endroits, par Corneille de Montfort, dit de Blockland, Gentilhomme Stichtois excellent Musicien, Lyon [Genève], Jean II de Tournes, 1587 (musiques de Sandrin et Maille – consultable sur Imslp. Les incipits des chansons “Si j’ay du bien helas c’est par mensonge” et “Est il point vray ou si je l’ay songé” se trouvent respectivement aux p. 12 et 20 du pdf. Seul le premier vers est retranscrit).

Retour en haut de la page


Retour au sommaire de la bibliographie : ici.

Pour citer cet article : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Bibliographie – éditions musicales des XVIe et XVIIe siècles », Demêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 30 août 2011, [En ligne] https://demelermellin.hypotheses.org/2600.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search