Guillaume Des Autels prend la défense de Mellin (1550)

Dernière mise à jour : 1er novembre 2014

A Lyon, en 1550, Guillaume des Autels publie un ouvrage dans lequel il prend parti contre Ronsard et Du Bellay (voir article du carnet) et défend ceux qui sont l’objet de leurs premières attaques, notamment Mellin de Saint-Gelais. A son sujet, il écrit ceci :

Et ne me sauroit on oster de la fantaisie, que “Laissez la verde couleur”, et “Amour avecques Psiches”, quelque nom que leur donnent ceux, qui veulent bailler des titres aux œuvres d’autrui, sont vrayment œuvres poëtiques, bien ornées de figures convenantes à leur subjet : et que plus m’y plait, en l’une je voy une prosopopée, mouvant jusques à tout l’affection de misericorde : en l’autre une evidence, et vive representation des choses y narrees : qui n’est point encor sans l’imitation de Theocrite, combien qu’il y soit surmonté.

Réplique aux furieuses défenses de Louis Meigret, Lyon, Jean de Tournes et Guillaume Gazeau, 1550, in 8°, f° 72.


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Guillaume Des Autels prend la défense de Mellin (1550) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 30 octobre 2011, mis à jour le 1er novembre 2014 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/260.