B.N. fr 2340

Fiche en cours d’élaboration
Dernière mise à jour : 19 mai 2015

Ms. B.N. fr 2340

Datation : c. 1559 ? (datation à confirmer par un examen plus complet du ms.)

Anciennes côtes :

  • Anc. 8046(2)
  • Baluze 668

Recueil de 146 f., très mêlé. On y trouve aussi bien de la prose que des vers. Il est difficilement déchiffrable. On distingue cependant clairement trois écritures :

  • l’une principale,
  • une deuxième qui ajoute des pièces, des titres et des commentaires
  • la dernière, d’une autre main assurément, apparaît sur un f. isolé en fin de recueil (avant-dernière pièce).

Deux noms de poètes seulement y apparaissent explicitement : Du Bellay et Saint-Gelais.


1. Eléments avancés pour la datation

Le recueil de vers contient, au f. 47 v° à 48 v°, des sonnets adressés à des reines. L’un évoque une entrée à Reims (est-ce celle de Catherine de Médicis ?). Un autre, pour “la roine d’Espaigne”, s’achève sur l’indication que cette dame est “Elizabel de France”. Les titres et le nom sont ajoutés de la deuxième écriture. Mais il n’est pas certain qu’il s’agisse de l’intervention d’une autre main, notamment parce que le nom de la princesse figure à la rime du sonnet, dont le texte aurait donc été laissé incomplet par le premier copiste. Ce changement de graphie peut être une manière de mettre en valeur des éléments importants. En tout état de cause, Elisabeth de France ne devient reine d’Espagne qu’à partir de juin 1559, à l’âge de 14 ans. Le manuscrit ne peut donc avoir été achevé avant cette date.
Même si l’on considère que les interventions de la deuxième graphie sont postérieures à la composition du manuscrit, et que la pièce peut avoir été composée pour la jeune Elisabeth avant son mariage, le codex ne saurait avoir été achevé beaucoup plus tôt car il contient, aux f. 62 r° et v°, une réponse polémique au sonnet 136 des Regrets (“Je les ay veuz (Bizet) et si bien m’en souvient”), qui commence “Que song[e]ois Du Bellay lors que par maintes rimes”. Ce texte est lui-même suivi d’une autre réponse de Du Bellay, “Puis qu’arguez qu’ung [illisible] j’ai escript”. Ces textes ont forcément été composés c. 1557-1558, le sonnet des Regrets faisant partie de la troisième partie du recueil, écrite au moment du retour en France.

2. Composition du recueil

Les 30 premiers feuillets contiennent des épîtres amoureuses en prose. La section se clôt par un pasquin, de la seconde écriture.

Suit un recueil de poésie qui contient en son commencement plusieurs poèmes d’un auteur non identifié (surtout des sonnets) adressés à des dames de la cour, sans doute Catherine de Médicis, Elisabeth de France, mais aussi Madame de Guise, Mesdemoiselles de Bezon, de Brion, de Lude et, plus loin, Mademoiselle de Flammy.

On y relève aussi un échange entre Du Bellay et l’un de ses détracteurs, peut-être réformé (voir point 1), qui est suivi de deux pièces grivoises au moins de Mellin de Saint-Gelais “Comme ung cheval se polist à l’estrille” (f. 62 v° – 63 r°) et “J’ay aultresfois vostre faulcon tenu” (f. 63 r°). Ce dernier texte, qui a été mis en musique par Maillard dès 1544, figure dans l’édition La Monnoye de 1719 et fait partie de ceux dont on ignore à quelle source les prend l’éditeur .

Au f. 83, on trouve un sonnet signé de la devise “D’immortelle zele”, devise qui figure aussi dans les pièces post-liminaires des Euvres de Louise Labé (1555), mais pour un autre texte. La pièce ouvre une section de sonnets d’auteurs non identifiés, se prolongeant jusqu’au f. 90.

Au f. 121 v°, un titre mentionne “Sainct-Gelays” en caractères gothiques pour le distique “De moy qui tout vostre me [sens]  / Or n’aurez [mirrhe ni encens]” qui est de Mellin, et non d’Octovien, comme le stipule par erreur la notice de la BnF (NB. Nous notons ces vers d’après le sizain que l’on trouve dans l’édition Stone II, p. 44. Dans le ms., la fin des vers est peu lisible et il est possible qu’il y ait des variantes par rapport à cette leçon).

Du f. 127 v° et f. 129 r° se trouve une section de “Rimes espagnoles”, copiée de la deuxième écriture.

Aux f. 137 v° – 138 r° figure, sous le titre “Aultre”, la villanesque de Saint-Gelais “Je ne sçay que c’est qu’il me fault”, suivi, encore sous le titre “Aultre”, de la pièce “Hastez vous petite folle” que l’on trouve dans des recueils de musique imprimés à partir de 1572.


Pour citer cet article :
SICARD Claire et JOUBAUD Pascal, « Description du B.N. fr 2340 », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 17 mai 2015, mis à jour le 19 mai 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/2596.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search