Quand Certon met en musique Saint-Gelais (1552 ; rééd. 1564)

Dernière mise à jour : 8 août 2015

Premier livre de chansons en quatre volumes nouvellement composées en musique à quatre parties, par M. Pierre Certon, maistres des enfans de la S. Chapelle du palays, Paris, Le Roy et Ballard, 1552 (RISM 1552/C1709, musique de Certon – consultable sur Gallica. Les chansons de Saint-Gelais sont aux f. 1 v°-2 r°, 4 v°-5 r°,  5 v°-6 r°, 10 v°-11 r°, 11 v°-12 r°, 13 v°-14 r°, 14 v°-15 r°, 15 v° -16 r°).
* Réédition remaniée : Premier livre de chansons composé en musique à quatre parties Par M. Pierre Certon en quatre volumes, Paris, Le Roy et Ballard, 1564 (RISM 1564/C1710 – conservé à la BNF. L’édition comporte 4 ajouts – dont la chanson de Saint-Gelais “Puisque nouvelle affection”, f. 8 – et autant de retraits, dont “J’ay cherché la science” [= “Quelle peine est plus dure”] et “Quand viendra la clarté” de notre poète. Les 6 chansons de Mellin communes aux deux recueils se trouvent ici aux f. 1 v°, 6 v°, 8 v°, 9 v°, 13 v° et 15 v°).


Dans son Premier livre de chansons publié en 1552 (c’est-à-dire la même année que le Supplément musical des Amours de Ronsard pour lequel il fournit deux des huit airs), Pierre Certon publie seize chansons, dont huit sont de Saint-Gelais. Il travaille donc avec deux poètes de la cour de Henri II que tout oppose depuis le début de leur querelle, en 1550. A première vue, cette attitude paraît diplomatique et conciliante.

On est toutefois frappé du nombre important de chansons qu’il compose sur des textes de Saint-Gelais. Dans ce Premier livre de chansons, ils occupent la moitié du recueil. Ce sera à peine moins dans la réédition de 1564, six ans après la mort du poète : deux chansons de Saint-Gelais disparaissent mais une nouvelle mise en musique est ajoutée à l’ouvrage. Aucun autre musicien avant lui n’avait autant puisé dans le réservoir de vers fourni par Mellin. Il faudra attendre Arcadelt, puis Chardavoine à la fin du siècle, pour voir l’œuvre de Saint-Gelais aussi bien représentée dans le répertoire d’un musicien. Encore faut-il noter qu’aucun des livres de ces deux musiciens ne fera proportionnellement une telle part à l’œuvre de Mellin – en 1561, six mises en musique d’Arcadelt paraissent dans un recueil de 22 chansons (sept dans l’édition remaniée de 23 chansons en 1567) ; quant à Chardavoine, il offre 15 mises en musique de Saint-Gelais dans son recueil de vaudeville publié en 1576, mais dans un épais volume qui compte 186 chansons au total.

Par ailleurs, quelques années à peine après que Du Bellay s’en est violemment pris à Saint-Gelais dans La Deffence et Illustration de la langue française (1549 – voir ces attaques ici), Certon n’hésite pas à mettre en musique des textes qui ont été explicitement attaqués par le fougueux ami de Ronsard, parmi lesquels “Laissez la verde couleur” (première chanson du recueil), “Puisque vivre en servitude” (quatrième des huit chansons mises en musique) et “O combien est heureuse / La peine de celer” (dernière chanson du recueil). On peut même se demander si la composition du livre ne témoigne pas d’une conscience aiguë de la place particulière de ces trois chansons qui venaient de susciter la polémique. On observe en tout cas qu’elles sont toutes maintenues dans la réédition de 1564.

Ainsi, malgré la mise en cause de Saint-Gelais par les représentants de la nouvelle génération de poètes au début des années 1550, l’hommage que Certon rend à Saint-Gelais paraît incontestable – et appuyé.

 


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Quand Certon met en musique Saint-Gelais (1552, rééd. 1564) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 30 octobre 2011, mis à jour le 8 août 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/255.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search