Bibliographie – éditions imprimées du XVIe siècle (œuvres originales et traductions)

 

Dernière mise à jour :  31 mars 2020

Cette bibliographie n’est pas exhaustive. Elle sera complétée peu à peu. Chaque fois que c’est possible, un lien (en bleu pâle) pointe vers l’ouvrage ou l’article indiqué.

Plan de la bibliographie / éditions imprimées du XVIe siècle

1. Recueils collectifs
2. Plaquette
3. Prose française
4. Traductions
5. Ouvrages polygraphiques

5a. Tombeaux
5b. Hécatomphile
5c. Fleur de toutes joyeusetés / Recueil de tout soulas
5d. Le pourquoi d’Amour
5e. La fleur de poésie française
5f. Recueil de poésie française
5g. Déploration de Vénus sur la mort d’Adonis
5h. Jardin d’honneur

5i. Livre de plusieurs pièces
5j. Fable du faux cuyder
5k. Huitains pour la tapisserie de Cupido et Psyché
5l. Traductions de latin en français
5m. L’Amoureux Passetemps

5n. Livres de chansons sans musique imprimée
5o. Autres

6. Implication éditoriale dans l’ouvrage d’un autre auteur
7. Pièces insérées de Saint-Gelais dans les œuvres d’autres auteurs

[Salon des refusés]


1. Recueils collectifs
– SAINT-GELAIS Mellin, Œuvres, Lyon, Pierre de Tours, 1547.
[Seule édition collective de la poésie française publiée du vivant de Saint-Gelais mais non surveillée par l’auteur. Le début contient, conformément au titre, des pièces du seul Saint-Gelais. À partir de la p. 55, l’ouvrage est complété par des pièces de Bonaventure Des Periers, Claudine de Bectoz, Pernette Du Guillet et autres auteurs : reproduction de La Déploration de 1545].

– SAINT-GELAIS Mellin, Œuvres poétiques de Mellin de S. Gelais, Lyon, 1574.
[Edition élaborée majoritairement à partir du ms. B.N. fr 878 (1563). Cet ouvrage est l’une des bases des éditions postérieures au XVIe siècle (La Monnoye, mais aussi Blanchemain et Stone). L’édition Harsy est réimprimée :
  • à Lyon en 1582 par Rigaud (par exemple B.N.F. RES-YE-1701)
  • et à Paris en 1656 par Guillaume de Luynes et Charles de Sercy (édition partagée).
Cette dernière édition diffère très légèrement de l’édition Harsy dans son contenu (les deux dernières pièces manquent, la pagination est parfois un peu décalée, quelques coquilles), mais présente surtout la particularité d’avoir été mise en vente sous trois pages de titres différentes :
2. Plaquette
– SAINT-GELAIS Mellin, Pronostication merveilleuse sur le temps present et advenir, Lyon, Jacques Pons, 1583. 
[Publication isolée de l’”Enigme en prophetie” figurant dans le Gargantua de Rabelais. Plaquette conservée à la BnF].
3. Prose française

– SAINT-GELAIS Mellin, Advertissement sur les jugemens d’astrologie, à une studieuse damoyselle, Lyon, Jean de Tournes, 1546.
[Un fac-simile de cet ouvrage en prose est donné par Eusèbe Castaigne en 1856 (voir éditions postérieures au XVIe siècle”). Dans la brève notice introductive, le critique fait l’hypothèse que cet ouvrage est celui dont parle André Thevet sous le titre de De Fato et pour lequel il précise qu’il a été publié sans l’aval de Saint-Gelais].

Retour en haut de la page.

4. Traductions
Le Courtisan de Messire Baltazar de Castillon nouvellement reveu et corrige (traduction de Jacques Colin, revue par Mellin de Saint-Gelais), Lyon, François Juste, 1538.
Sophonisba, Danfrit et Breton, Paris, 1559.
Imitations de quelques chans de l’Arioste, Paris Lucas Breyer, 1572.
5. Ouvrages polygraphiques
5a. Tombeaux
In Lodoicae regis matris mortem, Epitaphia Latina et Gallica. Epitaphes à la louenge de Ma Dame Mere du Roy faictz par plusieurs recommendables Autheurs, Paris, Geoffroy Tory, 1531.
[Plaquette de 10 feuillets, achevé d’imprimer du 17 octobre 1531. Ouvrage décrit par Émile Picot dans Catalogue Rothschild, t. 4, p. 73-74. De Saint-Gelais, un seul dizain “Au passant”, f. Biiij r° – incipit : “Elle est icy, ne vas point plus avant”].
Epitaphes à la louenge de Ma Dame Mere du Roy faictz par plusieurs recommendables Autheurs, avec autres nouvellement adjouxtez. Et les tous corrigez, et bien emendez, Paris, Geoffroy Tory, 1531.
[Plaquette de 12 feuillets, achevé d’imprimer du 26 octobre 1531. Ouvrage décrit par Émile Picot dans Catalogue Rothschild, t. 4, p. 74-75. De Saint-Gelais, des pièces latines et françaises : un distique latin “Mellinus Sangelasius”, f. Aiiij r° – [incipit : “Hoc Lodoica loquo posita est”] ; un distique latin “Ejusdem. Ludovica loquitur”, f. Aiiij r° – [incipit : “Fortunam quaeris cur vicit Gallia”];  dizain “Au passant”, f. Biiij v° – [incipit : “Elle est icy, ne vas point plus avant”] ; “Du mesme S. G.”, f. Biiij v° – [incipit : “Quant Ma dame eut remis la paix en terre”] (ces quatre pièces sont reproduites dans l’édition Blanchemain, t. II) ainsi que quatre distiques latins regroupés sous le titre “Mellini Sangelasii” – [incipit : “Hunc Lodoica tibi Tumuli decernit honorem”, au dernier feuillet, f. Ciiij r°, reproduits dans l’article de Verdun-Louis Saulnier, Remarques sur la tradition des textes de Mellin de Saint-Gelais, 1953, p. 16-17].
Recueil de vers latins et vulgaires de plusieurs Poetes Françoys, composés sur le trespas de feu Monsieur le Daulphin, Lyon, François Juste, 1536.
[3 pièces françaises de Saint-Gelais, vues 27-28 de la numérisation Gallica : “En ce corps cy (passant) estoit compris” (voir ici), “Voyant cecy (passant) ne pense pas” et “Soubz ce tumbeau gist une sepulture”].
G. Budaei viri clariss. vita per Ludovicum Regium, ad Gulielmum Poietum magnum Franciae cancellarium. Doctorum hominum Epigrammata in laudem Budaei, Paris, Jean de Roigny, 1540.
[Conservé à la BnF. Contient un tombeau de Guillaume Budé, dans lequel figurent deux pièces de Saint-Gelais : “Qui est ce corps que si grand peuple suit” et “Judicio omnium, ille omnium maximus”].
G. Budaei viri clariss. vita per Ludovicum Regium, ad Gulielmum Poietum magnum Franciae cancellarium. Doctorum hominum Epigrammata in laudem Budaei, Paris, Jean de Roigny, 1542.
[Conservé à la BnF. Identique à l’édition princeps].
G. Budaei viri clariss. vita per Ludovicum Regium, ad Gulielmum Poietum magnum Franciae cancellarium. Doctorum hominum Epigrammata in laudem Budaei, Paris, Frédéric Morel, 1577.
[Conservé à la bibliothèque Mazarine. Identique à l’édition princeps].
5b. Hécatomphile
(1) – Hecatomphile, De vulgarie [sic] Italien tourné en langaige Françoys. Les fleurs de Poesie Françoyse, Paris, Galliot du Pré, 1534.
[Conservé à la BnF. Contient 3 ou 4 pièces de Saint-Gelais. 3 ne font aucun doute (les numéros indiquent la place des pièces dans les Fleurs): (2.) “Qu’est-ce que Amour ? Est-ce une Déité ?” (voir ici), (3.) “Mal ou bien fait j’en ay dit mon advis”, (44.) “Dieu tout puissant delivra en ce jour”. L’une ne figure ni dans Stone ni dans Blanchemain, mais l’éditeur moderne de l’Hécatomphile, Gérard Defaux, fait l’hypothèse qu’elle pourrait être de Saint-Gelais : (19.) “Ung jour Amour tirant à l’adventure”. Voir ses analyses, Les Fleurs de Poesie Françoyse. Hécatomphile, Paris, STFM, 2002, p. 166-169].
(2) – Hecatomphile, De vulgaire Italien tourné en langaige Françoys. Les fleurs de Poësie Françoyse, Lyon, François Juste, 1534.
[Même contenu que l’ouvrage précédent].
(3) – Hecatomphile, De vulgaire Italien tourné en langaige Françoys. Les fleurs de Poësie Françoyse, Lyon, François Juste, s.d.
[Conservé à la BnF. Même contenu textuel que les précédents].
(4) – Hecatomphile, De vulgaire Italien tourné en langaige Françoys. Les fleurs de Poësie Françoyse, s.l., s.n., 1536.
[Édition perdue. In 8°, 92 feuillets. Mentionnée par Brunet, reprise par Lachèvre, Best etc. Contiendrait, en plus de l’Hécatomphile et des Fleurs, des blasons].
(5 a) – Hecatomphile, De vulgaire Italien tourné en langaige Françoys. Les fleurs de Poësie Françoyse, s.l., s.n., 1536.
[Conservé à Oxford. In 16°, 80 feuillets. Édition incomplète : manquent le cahier A et le 1er feuillet du cahier B. Contient, outre l’Hécatomphile et les Fleurs, 12 blasons. Defaux, en s’appuyant sur les gravures, montre de façon assez convaincante que l’ouvrage est sans doute paru à Lyon, alors qu’on l’a longtemps cru de Paris].
(5 b) – Hecatomphile, De vulgaire Italien tourné en langaige Françoys. Les fleurs de Poësie Françoyse, Lyon, François Juste, 1536.
[N’a pas été retrouvé. In 16°. Mentionné par Lachèvre. Pourrait être le même que le précédent ?].
(6) – Hecatomphile, De vulgaire Italien tourné en langaige Françoys. Les fleurs de Poësie Françoyse, s.l., s.n., 1537.
[Conservé à la BM de Strasbourg. In 8°. Contient, outre l’Hécatomphile et les Fleurs, 32 Blasons et un dizain. Page de titre séparée pour les Blasons, datée de 1536].
(7) – Hecatomphile, De vulgaire Italien tourné en langaige Françoys. Ensemble les fleurs de Poësie Françoyse, Lyon, François Juste, 1537.
[Mentionné par Lachèvre. Il semble que cette édition ne comporte pas les
Blasons. Pourrait être une réimpression de celle de Juste, s.d., entrée n°3].
(8) – Hecatomphile, De vulgaire Italien tourné en langaige Françoys. Les fleurs de Poësie Françoyse, Paris, Pierre Sergent et Antoine Bonnemere, 1539.
[Conservé à la BnF. Contient, outre l’Hécatomphile et les Fleurs, 22 blasons].
(9) – Hecatomphile, De vulgaire Italien tourné en langaige Françoys. Les fleurs de Poësie Françoyse, Paris, Alain Lotrian, 1540.
[Conservé à la BnF. Semble être une réimpression de l’édition précédente].
5c. Fleur de toutes joyeusetés / Recueil de tout soulas
[Aux alentours de 1530, paraît La Fleur de toutes joyeusetez. Ce recueil est augmenté au fil des rééditions successives en 1535, 1538, 1540. À partir de 1552, il prend le titre de Recueil de tout soulas (réédition en 1562 et peut-être en 1563). Les pièces attribuables à Saint-Gelais semblent ne figurer dans l’ouvrage qu’à partir de l’édition de 1538 : nous n’indiquons donc pas les précédentes].
*
Petit Traicté. Contenant en soy la fleur de toutes joyeusetez en Espistres, Ballades et Rondeaulx fort recreatifz joyeulx et nouveaulx, Paris, Antoine Bonnemere et Vincent Sertenas, 1538.
[Au moins une pièce de Saint-Gelais, “Dizain de l’acteur au nom d’un dresseux sur la mort de Conichon” – incipit : “Pres du cercueil d’ung amoureux gisant” (voir ici), f. Liij r°. Sur le titre étonnant donné à la pièce, voir la remarque d’Aline Mary Best, Poésies intimes de Chappuys, p. 98, note 171].
Petit Traicté. Contenant en soy la fleur de toutes joyeusetez en Espistres, Ballades et Rondeaulx fort recreatifz joyeulx et nouveaulx, Paris, Antoine Bonnemere et Vincent Sertenas, 1540.
[Apparemment identique à l’édition précédente].
– Recueil de tout soulas et plaisir pour resjouir et passer temps. Aux amoureux comme Epistres, Rondeaulx, Ballades, Epigrammes, Dixains, Huictains nouvellement composé, Paris, Jean Bonfons, 1552.
[Au moins 7 pièces de Saint-Gelais. Outre le dizain “Pres du cercueil d’ung amoureux gisant”, déjà présent en 1538 (voir ici) : “Une belle jeune épousée”, “Au temps heureux que ma jeune ignorance”, “Ha petit chien que tu as de bonheur”, “La nuict passée une dame discrette”, “Un jour que Madame dormoit” (voir ici), “Nostre Vicaire un jour de feste” (voir ici). Il est possible que la pièce non attribuée “Robin avoit un quartier de pain bis” soit une version de “Roger rongeoit un quartier de pain bis” qui elle est de Saint-Gelais].
Recueil de tout soulas et plaisir pour resjouir et passer temps. Aux amoureux comme Epistres, Rondeaulx, Ballades, Epigrammes, Dixains, Huictains nouvellement composé, Paris, Jean Bonfons, 1563.
[Cité notamment par le catalogue Lignerolles, t. I, 1894, p. 1414 et Frédéric Lachèvre, mais l’existence de cette édition demande à être confirmée].
5d. Le Pourquoi d’Amour

– Le Pourquoy d’Amour. Auquel sont contenuz plusieurs questions, demandes, ou problemes de ceste matiere, desquelles s’ensuyvent les solutions et responces, deduictes par authoritez de raison naturelle, matiere fort joyeuse et delectable à ceulx principalement qui ont suyvi, synvent, ou ont desiré de suivir la triumphante court du seigneurial prince Cupido, Lyon, Maurice Roy et Louis Pesnot, 1537.
[Conservé à la bibliothèque Herzog August de Wolfenbüttel. De Saint-Gelais, contient “Qu’est-ce qu’amour ? Est-ce une déité ?”].
Le pourquoy d’Amour. Necessaire à ceulx qui ont desir de suivir la triumphante court du seigneurial prince Cupido. Translaté de Italien en Françoys, Lyon, s.n., s.d. (apparemment : Jacques Moderne, 1540).
[Conservé à la BnF, fonds Rothschild. De Saint-Gelais, contient “Qu’est-ce qu’amour ? Est-ce une déité ?” (voir ici)].
Les questions problématiqus [sic] du pourquoy d’Amour, nouvellement traduict, d’Italien en langue Francoyse par Nicolas Leonique, poëte Francoys. Avecq ung petit livre, contenant le Nouvel Amour inventé par le seigneur Papillon, et une Epistre abhorrant folle Amour, par Clement Marot, varlet de chambre du Roy, Aussi plusieurs Dixains à ce propos de saincte Marthe, Paris, Alain Lotrian, 1543.
[Composé du contenu de la précédente + Le Nouvel Amour de Papillon (éd. princeps Rouen (ou Lyon ?), c. 1541-43 détruite à Karlsruhe en 1942) et peut-être d’autres textes. Même pièce de Saint-Gelais].

Retour en haut de la page.

5e. La Fleur de poésie française
La Fleur de poesie francoyse. Recueil joyeux contenant plusieurs Huictains, Dixains, Quatrains, Chansons, et aultres dictez de diverses matieres mis en nottes musicalles par plusieurs autheurs, et reduictz en ce petit livre, Paris, Alain Lotrian, 1542.
[Conservé à la BnF-Richelieu. Toutes les pièces sont anonymes, peu ont été attribuées. Parmi ces dernières, une douzaine semble être de Saint-Gelais].
5f. Recueil de vraie poésie française
Le Recueil de vraye Poesie Françoyse, prinse de plusieurs Poëtes, les plus excellentz de ce regne, Paris, Denis Janot, Vincent Sertenas et Jean Longis, 1543.
[Recueil qui nous est parvenu incomplet – manquent les cahiers E et G. Sur le contenu de ce recueil et celui de ses rééditions indiquées infra, voir les analyses de Mireille Huchon, “Le Recueil de vraye Poesie françoyse, 1543 et ses avatars”, La Poésie à la Cour de François Ier, Paris, PUPS, Cahiers V.-L. Saulnier, 2012, p. 89-99. Tous ces ouvrages contiennent au moins une dizaine de pièces de Saint-Gelais. Selon Huchon, ce recueil en contient 11 sûres : “Puis que de vous j’ay apprins les eschez”, “Cheveulx seul remede et confort”, “La nuict passée une dame discrette”, “Soubz ce tombeau gist une sépulture”, “Un jour que Madame dormoit” (sous l’incipit : “Monsieur fringoit sa chambriere”, voir ici), “Un mary se voulant coucher”, “Nostre amytié est seullement”, “O heureuse nouvelle, o désiré rapport” , “Non sans raison on condamne et accuse”, “Si grand beauté se perist en peu d’heure” (variante dans d’autres sources : “si ma beauté”), “La liberté, cher amy Des Essars”. Par ailleurs “Cœur prisonnier, je vous le disois bien” est également de Saint-Gelais – même si Gohin l’attribue indûment à Héroët – et “De moins que rien à peu l’on peult venir” est probablement de notre poète. Notons enfin, que s’il est peu vraisemblable que le poème “Si je maintiens ma vie seulement”, attribué à Saint-Gelais par Blanchemain, sur la foi du ms. de La Rochethulon, soit vraiment de Mellin, il est en revanche possible que “Robin mangeoit un quignon de pain bis”  soit une version de l’un de ses poèmes].
Recueil de vraye Poesie Françoyse, prinse de plusieurs Poëtes, les plus excellentz de ce regne, Paris, Denis Janot, 1544.
[Une copie de cette version du Recueil est publiée à Lyon, chez Temporal, en parallèle de l’Art poétique de Sébillet : les deux pages de titres sont distinctes, celle du Recueil est datée de 1550, tandis que celle de l’Art poétique l’est de 1551. Les deux ouvrages sont ensuite plus étroitement associés dans l’édition Paris, Veuve Regnault, 1555 : le Recueil est annoncé dès la page de titre et présenté comme une illustration de l’Art poétique. Ici, des pièces de 1543, surtout grivoises, sont supprimées pour être remplacées par de nouvelles. On compte dans cette édition de 1544, comme en 1543, 14 pièces attribuables à Saint-Gelais, mais ce ne sont pas exactement les mêmes. Deux ont été retranchées de la liste de 1543 : “La nuict passée une dame discrette” et “La liberté, cher amy Des Essars”. Deux nouvelles, assurément de Saint-Gelais, les remplacent : “Ne tenez point estrangers à merveille” et “Renvoyez moy le tableau que sçavez”].
Le recueil de poesie françoyse, prinse de plusieurs Poëtes, les plus excellentz de ce regne, Lyon, Jean Temporal, 1550.
[Contenu identique à l’édition précédente].
Poesie Facecieuse extraitte des œuvres des plus fameux Poëtes de nostre siecle, Lyon, Benoit Rigaud, 1559.
[Selon Mireille Huchon (art. cit.), cette édition reproduirait le Recueil de vraye Poesie Françoyse de 1543, voir entrée supra].
5g. Déploration de Vénus sur la mort du bel Adonis
Deploration de Venus sur la mort du bel Adonis. Avec plusieurs compositions nouvelles, Lyon, Jean de Tournes, 1545.
[Conservé à Harvard. Décrite dans la bibliographie Jean de Tournes par Cartier vol. I, sous le n° 30. Edition reproduite, à de très menues différences près, dans la deuxième section de l’édition collective Saingelais, Œuvres, Lyon, 1547. Cette première Deploration contient 2 pièces assurément attribuables à Saint-Gelais : “Laissez la verde couleur” (voir ici) et “O combien est heureuse la peine de celer” (voir ici). 2 autres sont d’attribution plus douteuse : “Puis que nouvelle affection” et “Ne vueillez, ma Dame”. Elles sont mentionnées par Sébillet dans l’Art poétique de 1548 et présentes dans le tome 3 (pièces attribuées sans certitude) de Blanchemain. Mais elles ne sont pas reprises par Stone. Pour la première de ces pièces douteuses, Chenevières émet l’hypothèse qu’elle pourrait être de Claudine de Bectoz et n’évoque même pas la possibilité d’une attribution à Saint-Gelais ; en revanche, le ms. Pal. Lat. 1984 l’attribue explicitement à Saint-Gelais].
Deploration de Venus sur la mort du bel Adonis. Avec plusieurs compositions nouvelles, Lyon, Jean de Tournes, 1547.
[Conservé à la bibliothèque Mazarine. Edition décrite dans la bibliographie Jean de Tournes par Cartier vol. I, sous le n° 81 et dans l’article de Cartier / Chenevières R.H.L.F., 1895. Reprend l’intégralité de l’édition de 1545. Ajout de pièces, dont une assurément de Saint-Gelais : “Helas mon Dieu y a il en ce monde”].
Deploration de Venus sur la mort du bel Adonis. Avec plusieurs compositions nouvelles, Lyon, Jean de Tournes, 1548.
[Conservé à la bibliothèque de l’Arsenal. Edition décrite dans la bibliographie Jean de Tournes par Cartier vol. I, sous le n° 111 et dans l’article de Cartier / Chenevières R.H.L.F., 1895. Reprend l’intégralité de l’édition de 1547. Ajout de pièces, dont au moins 2 de Saint-Gelais : la chanson “Quand j’entens” et sa réponse “Je consens”].
*Deploration de Venus sur la mort du bel Adonis. Avec plusieurs compositions nouvelles, Lyon, Jean de Tournes, 1551.
[Ouvrage mentionné par La Croix du Maine mais il est douteux que cette édition ait existé. Voir la référence dans BVH].
Deploration de Venus sur la mort du bel Adonis. Avec plusieurs compositions nouvelles, Gand, Girard de Salenson, 1554.
[Conservé à la bibliothèque de l’Arsenal. Reproduction à l’identique de l’édition Tournes, 1547].
Deploration de Venus sur la mort du bel Adonis. Avec plusieurs compositions nouvelles, Lyon, Jean de Tournes, 1556.
[Conservé au Musée Condé de Chantilly. Edition décrite dans la bibliographie Jean de Tournes par Cartier vol. II, sous le n° 329 et dans l’article de Cartier / Chenevières R.H.L.F., 1895. Reprend l’intégralité de l’édition de 1548. Ajout de pièces mais aucun nouveau texte attribuable jusqu’ici à Saint-Gelais].
– *La deploration de Venus sur la mort du Bel Adonis. Reveue et recorrigée, oultre les precedentes impressions. Et y sont adjoustées plusieurs belles chansons nouvelles, Paris, 1561.
[Cité par Stone, Mellin de Saint-Gelais and literary History, French Forum, Publishers, 1983. Pour l’instant, pas d’autre trace de cette édition].
5h. Jardin d’honneur

Le Jardin d’Honneur. Contenant en soy plusieurs Apologies, Proverbes et Dictz moraulx : avec les hystoires et figures. Aussi y sont adjoustez plusieurs Ballades, Rondeaulx, Dixains, Huictains et Triollez fort joyeux, Rouen, Robert et Jean Dugort, 1545.
[Titre noté dans Lachèvre d’après le catalogue Yemeniz 2039. Aucun exemplaire de cette édition ne semble actuellement localisé].
– Le Jardin d’Honneur, contenant plusieurs Apologies, Proverbes et ditz moraux : avecq’ les histoires et figures. Aussi y sont ajoustez plusieurs Balades, Rondeaulx, Dixains, Huictains, et Trioletz fort joyeux. Le tout mieux que par cy devant reveu et corrigé, Paris, Étienne Groulleau, 1548.
[Titre noté dans Lachèvre d’après le catalogue Lignerolles. Aucun exemplaire de cette édition ne semble actuellement localisé].
– Le Jardin d’honneur, contenant plusieurs Apologies, Proverbes, et ditz moraux, avec les histoires et figures. Aussi y sont ajoustez plusieurs Ballades, Rondeaux, Dixains, Huitains, et Trioletz fort joyeux. Reveu et corrigé outre les precedantes impressions, Paris, Étienne Groulleau, 1549.
[Édition mentionnée dans Lachèvre. Elle est la première à apparaître dans la base USTC. Un exemplaire est localisé à la British Library].
– Le Jardin d’honneur, contenant plusieurs Apologies, Proverbes, et ditz moraux, avec les histoires et figures. Aussi y sont ajoustez plusieurs Ballades, Rondeaux, Dixains, Huitains, et Trioletz fort joyeux. Reveu et corrigé outre les precedantes impressions, Paris, Étienne Groulleau, 1550.
[Numérisation d’après l’exemplaire de la BNF].
Le Plaisant vergier d’honneur contenant plusieurs proverbes et dicts moraux avec histoire, Paris, Jean Ruelle, 1553.
[Titre noté dans Lachèvre d’après le catalogue Bernard de Rieux n° 994 et mentionné dans USTC d’après le catalogue Brunet, vol. 4, p. 686. Pas d’exemplaire survivant connu].
– Le Jardin d’honneur, contenant plusieurs Apologies, Proverbes, et ditz moraux, avec les histoires et figures. Aussi y sont ajoustez plusieurs Ballades, Rondeaux, Dixains, Huitains, et Trioletz fort joyeux. Reveu et corrigé outre les precedantes impressions, Paris, Étienne Groulleau, 1555.
[Titre noté dans Lachèvre et mentionné dans USTC. Un exemplaire conservé à Wolfenbüttel].
– Le Jardin d’honneur, contenant plusieurs Apologies, Proverbes, et ditz moraux, avec les histoires, et figures. Aussi y sont ajoustez plusieurs Ballades, Rondeaux, Dixains, Huitains, et Trioletz fort joyeux. Reveu et corrigé outre les precedentes impressions, Paris, Étienne Groulleau, 1559.
[Numérisation d’après l’exemplaire de Vienne].

5i. Livre de plusieurs pièces
Le Discours du voyage de Constantinople, envoyé dudict lieu à une Damoyselle de France…, Paris, Gilles Corrozet et Arnoul L’Angelier, 1546.
[Contient 9 pièces de Saint-Gelais, ou attribuables à Saint-Gelais : “Laissez la verde couleur”, “O combien est heureuse”, “Puis que nouvelle affection” (attrib.), “Ne vueillez ma Dame” (attrib.), “Cheveux seul remede et confort”, “Puis que vous j’ai apprins les eschez”, “Helas mon Dieu y a il en ce monde”, “Voyant ces monts de veue ainsi loingtaine”, “O bien heureux qui a passé son aage”].
Le livre de plusieurs pieces, dont le contenu se treuve en la page suyvante, Paris, Gilles Corrozet, Arnoul l’Angelier et François Girault, 1548.
[Basé sur le Discours du voyage de Constantinople, 1546 (voir entrée supra) augmenté de nouvelles pièces. Parmi celles-ci, au moins deux sont de Saint-Gelais : “O que d’ennuy devant moy se presente” et  “Si c’est à l’homme aucun contentement”. Contient donc 11 pièces attribuables à Saint-Gelais].
Le Livre de plusieurs pieces, C’est à dire, faict et recueilly de divers Autheurs, comme de Clement Marot, et autres : ce que tu verras en la page suyvante, Lyon, Nicolas Bacquenois et Thibaud Payen, 1548.
[Basé sur le Discours du voyage de Constantinople, 1546 (voir entrée supra) augmenté de nouvelles pièces. Vraisemblablement une copie de l’édition parisienne de 1548. Toutefois, deux pièces de Saint-Gelais, présentes dans le Discours de Constantinople de 1546 sont supprimées ici (“Cheveux seul remede et confort” et “Puis que vous j’ai apprins les eschez”). En revanche les deux textes rajoutés dans l’édition Paris, 1548 sont maintenues : contient donc 9 pièces attribuables à Saint-Gelais].
5j. Fable du faux cuyder [Livre de plusieurs pièces + Recueil de vraie poésie]
La Fable du faux cuyder, Lyon, Jean de Tournes, 1547.
[Ce recueil commence par une reprise de pièces tirées du Discours du voyage de Constantinople (Paris, 1546) puis continue par des poèmes présents dans le Recueil de Vraye Poesie françoise (Paris, 1543 / 1544). Certains de ces textes sont communs aux deux recueils sources. Parmi ceux-ci, deux sont de Saint-Gelais. Le recueil de 1547 comporte au moins 5 pièces attribuables à notre poète].
5k. Huitains de la tapisserie de Cupido et Psyché (Héroët, Chappuys, Saint-Gelais)

L’Amour de Cupido et de Psiché mere de Volupté, prinse des cinq et sixiesme livres de la Metamorphose de Lucius Apuleuius Philosophe. Nouvellement historiée, et exposée tant en vers Italiens, que François, Paris, Jeanne de Marnef, 1546.
L’Amour de Cupido et de Psiché mere de Volupté, prise des cinq et sixiesme livres de la Metamorphose de Lucius Apuleuius Philosophe. nouvellement historiée, et exposée tant en vers Italiens, que Françoys, Paris, Groulleau, 1557.
L’Amour de Cupido et de Psiché mere de Volupté, prinse des cinq et sixiesme livres de la Metamorphose de Lucius Apuleuius philosophe. nouvellement historiée, et exposée en vers  françois, s.l., s.n., 1586.

5l. Traductions de Latin en Français
Traductions de Latin en Françoys, imitations, et inventions nouvelles tant de Clement Marot, que d’autres des plus excellens Poëtes de ce temps, Paris, Étienne Groulleau, 1549.
[Édition ou perdue ou identique à la suivante, les critiques n’en tombent pas d’accord].
Traductions de Latin en Françoys, imitations, et inventions nouvelles tant de Clement Marot, que d’autres des plus excellens Poëtes de ce temps, Paris, Étienne Groulleau, 1550.
[Tonalité très grivoise et satirique à l’égard de l’Église. Première section de traductions de Marot qui comporte toutefois deux pièces qui sont attribuées à Saint-Gelais par Blanchemain comme par Stone et pour lesquelles Defaux ne tranche pas : “Ces jours passés je fus chez la Normande” (variante : “Jeudi dernier, je fus…”) et “L’heur ou malheur de vostre cognoissance”. Deux sections suivent, d’autres auteurs. Rares sont celles dont l’auteur/traducteur est clairement nommé, d’autres sont anonymes, la plupart sont signées d’initiales. Pour ce qui concerne les 13 autres pièces attribuables à Saint-Gelais, elles sont publiées dans le recueil de façon anonyme, voire sous d’autres initiales que celles de Saint-Gelais.
→ Il semble ne faire aucun doute que les 10 pièces suivantes sont bien de Saint-Gelais : “N’a pas long temps fut fait une dispute”, “J’ay trop pensé pour bien le sçavoir dire”, “S’on ne mouroit qu’en guerre, ou par exces”, “Si celle là qui ne fut oncques mienne” (variante : “qui onques ne fut mienne”), “De juste gain et loyalle promesse”,
“Cent mille fois et en cent mille sortes”, “Je ne veux point de trop volage amye”, “Je vy n’aguere un des plus beaux combatz”, “De voir ma faim j’ay cent foys eu envie”, “L’anneau qu’amour pour moy d’elle impetra” (variante : “Je tiens plus cher l’anneau que m’impetra”).
→ 2 pièces figurent dans Stone, même si elles sont ici signées d’initiales différentes de celles de Saint-Gelais : “O dur mary en ayant imposé” (signée N.), “Comme un cheval se polit à l’estrille” (signée P. R. – Simonin rappelle que c’est de ces initiales que Ronsard signait ses premières pièces. Il y aurait peut-être une intention moqueuse dans l’ouverture de cette possible attribution, au plus fort de la querelle entre Saint-Gelais et Ronsard : la pièce est très grivoise et c’est un rondeau. Cette veine et ce genre étaient orgueilleusement dédaignés par Ronsard à cette époque).
→ Enfin, une dernière pièce – “[D’]en avoir tant et d’un seul estre prise” – est d’attribution moins certaine car elle ne figure par ailleurs que dans le Ms. de La Rochethulon (et une édition musicale plus tardive, 1560). Elle est conservée par Blanchemain dans l’édition des œuvres de Saint-Gelais, mais pas par Stone].
Traductions de Latin en Françoys, imitations, et inventions nouvelles tant de Clement Marot, que d’autres des plus excellens Poëtes de ce temps, Rouen, Cornier, 1553.
– Traductions de Latin en Françoys, imitations, et inventions nouvelles tant de Clement Marot, que d’autres des plus excellens Poëtes de ce temps, Paris, Étienne Groulleau, 1554.
[Cette édition compte 17 pièces supplémentaires par rapport à celle de 1550. Aucune pièce de 1550 n’est retranchée. Parmi les nouveaux textes, l’un est sans conteste de Saint-Gelais : “Puisque vivre en servitude”. Cette chanson est suivie d’une réponse, “De me tourmenter et plaindre”, que Simonin envisage comme pouvant être aussi de Saint-Gelais. C’est loin d’être sûr. Remarquons que la pièce “Cent mille fois et en cent mille sortes” est ici faussement attribuée à Germain Colin. Pareille mention ne figurait pas dans l’édition 1550, où elle était anonyme].
5m. L’Amoureux Passetemps
L’amoureux Passetemps, Declaré en joyeuse Poësie, par plusieurs Epistres du Coq à l’asne, et de l’Asne au Coq, avec Balades, Dizains, Huitains, et autres joyeusetez. Description de la fontaine D’amours, Lyon, Benoît Rigaud, 1570.
Passetemps joyeux, pour rejouyr les mélancoliques : auquel est declaré plusieurs Epistres du Coq à l’asne, et de l’Asne au Coq, avec Balades, Dizains, Huictains, et autres joyeusetez, Paris, Nicolas Bonfons, 1575.
5n. Livres de chansons sans musique imprimée

Chansons nouvellement composées sur plusieurs chants, tant de Musique que RustiqueJean Bonfons, Paris, 1548.
[Attention : le lien indiqué ici dirige vers un prétendu fac-similé du XIXe siècle. Il est utile dans la mesure où il donne une idée des pièces présentes dans le recueil, mais il est à considérer avec prudence. En effet, si l’on en croit Stone, Saint-Gelais and literary history, 1983, p. 54, la leçon que le recueil de 1548 donne de “O combien est heureuse”, f. D6r°-v° comporte des variantes importantes par rapport aux versions textuelles les plus connues. Or le “fac-similé” de 1869 semble substituer ce texte habituel à la version très modifiée des Chansons de 1548. Il semble qu’un exemplaire de l’ouvrage soit conservé aux États-Unis, Houghton Library, Harvard University, Cambridge, MA (USA) *FC5 A100 548c].

Recueil des chansons, tant musicales que rurales, anciennes et modernes, par le moyen desquelles on pourra facilement apprendre la poësie et stile de composer en rime françoise, Paris, Sertenas, s.d. [1550].
[Conservé au British Museum 11475 a 39].
Chansons nouvelles composées sur les plaisans chans qu’on chante à present. Ensemble des gaillardes verbales : Avec un recueil des plus belles Chansons anciennes nouvellement corrigées
, Lyon, s.n., 1553.
[Conservé à Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek].

Le Recueil de toutes les sortes de chansons nouvelles, rusticques et musicales, et aussi ceulx qui sont dans la deploration de Vénus, Lyon, Georges Poncet, 1555.
[Conservé à la BnF].
Le Recueil de plusieurs Chansons nouvelles. Avec Plusieurs autres Chansons d’amours, plaisantes et recreatives, qui n’ont jamais esté imprimées, jusques à present : nouvellement composées par divers Autheurs, Lyon, s.n., 1571.
[Une édition du même recueil est conservé à la B.N., Rothschild 3296, avec la date de 1572].

Recueil et eslite de plusieurs belles chansons joyeuses, honnestes et amoureuses, partie non encore veües, et autres, colligées des plus excellents Poëtes François, (tome 1), Anvers, Walcourt, 1576.
[Ce recueil reproduit notamment l’intégralité de l’édition Deploration, Tournes, 1556. Voir cette entrée supra].

6. Implication éditoriale dans l’ouvrage d’un autre auteur
7. Pièces insérées de Saint-Gelais dans les œuvres d’autres auteurs
– RABELAIS François, Gargantua, s.l., s.n., s.d. (Lyon, François Juste, 1534).
[Contient, en fin d’ouvrage, l’“Enigme en prophétie” de Saint-Gelais. La pièce est maintenue dans les rééditions successives. Elle est attribuée au poète (référence au « stille de Merlin le prophete ») dans l’édition Lyon, Juste, 1542, f. 154 v°].
– SALMON MACRIN Jean, Salmonii Macrini Juliodonen. Cubicularii Regii, hymonorum libri sex, Ad Jo. Bellaii, S.R.E. Cardinalem ampliss., Lyon, Gryphe, 1537.
[Contient la pièce latine : “Quas mihi tu hosterno cumulasti epigrammate” sous le titre « Ad Salmonium Macrinum »].
– SALEL Hugues, Les Œuvres de Hugues Salel, valet de chambre du Roy, imprimées par commandement dudict seigneur. Précédé d’un poème de Clément Marot intitulé : Clément Marot à Salel sur les Poetes François mort avant eux deux, Paris, Roffet, 1539.
[Huitain de Saint-Gelais adressé “A Hugues Salel” – incipit : “Quand la belle aube ameine le clair jour”. Le privilège est daté du 24 février 1539].
– BOCHETEL Guillaume, La tragedie d’Euripide nommée Hecuba : Traduicte de Grec en rhythme Francoise, dediée au Roy, Paris, Robert Estienne, 1544.
[Deux épigrammes, parfois attribuées à Saint-Gelais : “Faire ne puis sans dueil et desplaisir” et “Ou mettra lon un baiser favorable”].
– BOCHETEL Guillaume, La tragedie d’Euripide nommée Hecuba : Traduicte de Grec en rhythme Francoise, dediée au Roy, Paris, Robert Estienne, 1550.
– HERBERAY Nicolas (seigneur Des Essarts), Le premier Livre de Amadis de Gaule, Paris, Denis Janot, (datée de 1540, mais sans doute de 1544).
[Liminaire “Mellin de saint Gelays, au Seigneur des Essars. N. de Herberay, traducteur du present livre d’Amadis de Gaule” (sonnet), f. Aij v°. Il existe deux éditions Janot datées de 1540. L’une, dont l’achevé d’imprimé indique précisément la date du 10 juillet 1540, ne comporte aucun liminaire. L’autre, dont l’achevé d’imprimé ne donne aucune date et qui semble plutôt de 1544 (voir S. Rawles, “The earliest editions of Nicolas de Herberay’s translations of Amadis de Gaule, The Library, vol. 3, n° 2, 1981, p. 91-108) comporte la pièce de Saint-Gelais (elle est signalée par Blanchemain, Zilli et Stone). Il semble que Gallica ait interverti ces deux éditions dans ses numérisations. Le sonnet figure également dans l’édition Paris, Groulleau, 1548, f. Aij r°, l’édition Paris, Groulleau, 1557, f. Aiij r°, dans l’édition Anvers, Plantin, 1560 et dans l’édition Paris, Sertenas, 1560, dont l’édition anversoise semble être une copie].
– DU GUILLET Pernette, Les rithmes et poesies de gentile, et vertueuse dame D. Pernette du Guillet Lyonnoise. Avec’ le Triumphe des Muses sur Amour. Et autres nouvelles compositions,Paris, Jeanne de Marnef, 1546.
[La pièce de Saint-Gelais contenue dans ce volume est “Pour tous les biens qui sont deça la mer”. Elle est signée M. D. S. G. L’édition Paris, Jeanne de Marnef, 1547 est identique à celle-ci, on y trouve donc également la pièce de Saint-Gelais].
– MAROT Clément, Epigrammes de Clement Marot, faictz à l’imitation de Martial, Poitiers, De Marnef, 1547, p. 56.
[La pièce de Saint-Gelais contenue dans ce volume est “Pour tous les biens qui sont deça la mer”].
– FORCADEL Étienne, Le Chant des Seraines, Paris, Corrozet, 1548.
[La pièce de Saint-Gelais contenue dans ce volume est “Je pry à Dieu qu’il vous donne richesse”].
– SIMEONI Gabriello, Le Satire alla berniesca di M. Gabriello Symeoni con una Elegia sopra della morte del Re Francesco primo, e altre Rime a diverse persone. Al Christianissimo e invitissimo Re di Francia Arrigo secondo Nel 1549, Turin, Martino Cravotto, 1549.
[La pièce de Saint-Gelais contenue dans ce volume est “Helene de Traves au seigneur Gabriel Symeoni” (sonnet), f. Hij v°. Ouvrage conservé à la BnF et signalé par Luigia Zilli].
– RONSARD Pierre de, Les Amours de P. de Ronsard Vandomois, nouvellement augmentées par lui, et commentées par Marc Antoine de Muret. Plus quelques Odes de l’Auteur, non encore imprimées, Paris, Veuve Maurice de La Porte, 1553.
[Liminaire “Sonet de M. de S. G. En faveur de P. de Ronsard”, f. *vij v°].
– FERNANDEZ DE OVIEDO Y VALDES Gonzalo, L’Histoire naturelle et generalle des Indes, isles et terre ferme de la grand mer oceane, traduicte de Castillan en Francois, POLEUR Jean (trad.), Paris, Michel de Vascosan, 1555.
[Liminaire “De M. de S. G.” (sonnet),  f. Aiij r°. Réémission : L’Histoire naturelle et generalle des Indes, isles et terre ferme de la grand mer oceane, traduicte de Castillan en Francois, Paris, Michel de Vascosan, 1556].
– DES PÉRIERS Bonaventure, Les Nouvelles récréations et joyeux devis de feu Bonaventure Des Periers, Lyon, Robert Granjon, 1558.
[Dans la nouvelle XVII (“De l’advocat en parlement, qui fit abbattre sa barbe pour la pareille : et du disner qu’il donna à ses amys”), qui n’est vraisemblablement pas de De Périers lui-même, on trouve l’épigramme “Chastelus donne à déjeuner”. Cette pièce n’a pas été retenue dans l’édition Stone, mais elle a été attribuée à Saint-Gelais dès les œuvres de 1574, puis reprise successivement par La Monnoye et  Blanchemain].

Retour en haut de la page : ici.


Salon des refusés

– LABÉ Louise, Euvres, Lyon, Jean de Tournes, 1555.
[François Rigolot, dans son édition (G.F., 1986), signale que deux pièces post-liminaires du recueil pourraient être de Saint-Gelais : “Estant navré d’un dard secrettement” et “Sept feus on voit au Ciel, lesquels ainsi”. Pour le premier texte, il suit une attribution sans preuve faite par Blanchemain dans son édition des Euvres de Louise Labé, 1875. Toutefois, aucune de ces pièces ne figure ni dans les éditions de Saint-Gelais ni dans les manuscrits où l’on peut trouver ses textes. Rien ne vient donc corroborer ces attributions]. 

Retour en haut de la page : ici.
Retour au sommaire de la bibliographie : ici.


Pour citer cet article : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Bibliographie – éditions imprimées du XVIe siècle (œuvres originales et traductions) », Demêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 30 août 2011, [En ligne] https://demelermellin.hypotheses.org/2413.