B.N. fr 885

Fiche complète
Dernière mise à jour : 17 mai 2015

Ms. B.N. fr 885.

Datation : après 1569.
Anciennes côtes:

  • Colbert 865.
  • Anc. 7237.

Le manuscrit porte en son premier feuillet l’inscription “Livre de vers que le Roy Henri second avoit donné à Diane de Poitiers duchesse de Valentinois sa maistresse”. 

ms. BN fr. 885, f° 1 r°. Source : Gallica.

1. Description matérielle

La reliure du ms. est richement ornée horizontalement – en haut et en bas – verticalement – à gauche et à droite – ainsi qu’en son centre de la lettre H. On en compte un total de onze sur le plat recto , et autant sur le plat verso.

Plat recto du ms. BN fr. 885. Source : Gallica.

Le ms. comporte 218 feuillets. Entre les actuels f. 44 et 45, il en manque plusieurs (au moins deux, probablement trois), correspondant à des pièces grivoises. A la fin, il est possible qu’un feuillet ait été déchiré (mais la dernière pièce lisible est complète).

2. La filiation entre B.N. fr. 885 et Vaticane 1493

La première section de B.N. fr 885 correspond parfaitement à la leçon et à l’ordre des pièces que l’on observe dans le ms. de Vaticane 1493, ce qui permet d’ailleurs de déduire quelles pièces se trouvaient sur les feuillets manquants après le f. 44. Stone suppose que notre manuscrit copie celui de la Vaticane. Il fonde son hypothèse sur les arguments suivants :

  • des corrections textuelles sont apportées dans Vaticane (certaines par le copiste, la plupart par une autre main). Or le ms. B.N. fr. 885 reproduit presque systématiquement la version corrigée, ce que Stone considère comme la preuve que le copiste de 885 avait sous les yeux Vaticane déjà amendé. On pourrait certes objecter que les scripteurs de Vaticane ont pu également, à la relecture du texte de 885 recopié, se rendre compte de leurs erreurs et apporter ces corrections. Cet argument n’est donc pas, à lui seul, suffisamment convaincant.
  • Stone remarque par ailleurs que trois pièces dépourvues de titres figurent dans Vaticane en tête de feuillets. Or le copiste de 885, ne comprenant sans doute pas qu’il s’agit d’unités distinctes, réunit ces pièces à celles qui les précèdent, ce qui laisse supposer que ce copiste travaille effectivement à partir de Vaticane.
  • Enfin, Stone indique qu’on note au v. 5 de “Je n’eus Diane onc à ma fantaisie” une erreur de copie  sur le nom de “Magalan” : correctement noté dans Vaticane, il est apparemment mal lu par le copiste de 885 qui, ignorant qui est Magellan, transforme le [M] majuscule aux jambages maladroits de la version de Vaticane en [Ni] et écrit “Niagalan”.
  • Ajoutons que le ms. 885 est composé de deux sections, l’une qui correspond exactement à ce que l’on trouve dans le ms. de la Vaticane, l’autre qui se trouve dans le ms. 842. Il serait peu vraisemblable que le copiste de la Vaticane suive le ms. B.N. fr 885 en laissant précisément de côté tout ce qui est issu du ms. B.N. fr 842, dans la mesure où rien ne vient, dans le ms. 885, signaler le passage d’une section à l’autre sinon l’absence de titres de pièces. En revanche, il est cohérent de penser que le copiste du ms. 885 a successivement travaillé à partir de ces deux sources, qu’il réunit.

On peut donc considérer, avec Stone, que Vaticane est la source du ms. B.N. fr 885 (1ère section, jusqu’au f. 164), et précède par conséquent, ne fût-ce que de peu, notre manuscrit.

3. Datation

Les critiques qui ont tenté de dater le ms. B.N. fr. 885 s’accordaient jusqu’ici à penser qu’il avait été composé et achevé du vivant de Saint-Gelais. Prosper Blanchemain le date de 1555 environ. Luigia Zilli corrige cette évaluation en s’appuyant sur la présence, au f. 12 v°, d’une pièce intitulée Le 21 Decembre 1557 à sainct Germain en Laye deux Nymphes de fonteines au Roy. Elle pense donc que le manuscrit doit plutôt être situé dans les derniers mois de l’existence de Saint-Gelais, mais avant octobre 1558.

Nous proposons pour notre part de repousser encore cette date, d’abord à cause d’une annotation marginale du ms., qui apparaît au f. 147 v° et que ne signalent, à notre connaissance, aucun des précédents critiques :

Annotation manuscrite dans le B.N. fr. 885 "Ce qui reste a esté achevé par Baïf estant demouré imperfaict par la mort de S. Gelais"

Annotation manuscrite dans le B.N. fr. 885 “Ce qui reste a esté achevé par Baïf estant demouré imperfaict par la mort de S. Gelais” [Source : Gallica].

De fait, Luigia Zilli, dans son édition des Sonnets, mentionne bien cette annotation, mais pour l’avoir lue dans le ms. Vaticane 1493, f. 130. Elle se fonde d’ailleurs sur cet argument pour considérer que Vaticane est de peu postérieur à 885, puisqu’elle ne voit apparemment pas la même note dans 885. Or nous avons pu constater que la même annotation se trouve bien dans les deux manuscrits.

Quoi qu’il en soit, cette indication du ms. B.N. fr. 885, copiée sur celle du codex de la Vaticane, lui-même achevé après le décès de Saint-Gelais, nous indique formellement que ni l’un ni l’autre de ces manuscrits n’a pu être commencé du vivant de Saint-Gelais. Il fallait à Jean-Antoine de Baïf le temps de finir la traduction de L’Arioste commencée par Mellin, et aux copistes celui d’achever leur travail.

A ne considérer que sa première section, ce codex n’aurait donc pu être terminé qu’à la toute fin de 1558, voire début 1559. Si l’on accordait du crédit à la note du premier feuillet et si l’on considérait, comme cela fut parfois fait, que les H de la couverture renvoient au chiffre de Henri II, il faudrait par ailleurs que le travail ait été accompli avant juillet 1559, date de la mort du roi. Toutefois,

  • c’est une autre main que celle du copiste qui donne cette indication, au-dessus d’une zone du papier qui a manifestement été grattée,
  • dans la formule “Livre de vers que le Roy Henri second avoit donné à Diane de Poitiers duchesse de Valentinois sa maistresse”, le plus-que-parfait laisse entendre que la précision est donnée bien après le supposé don,
  • enfin, la reliure porte bien des H qui peuvent signifier Henri mais, pour un présent du roi à sa maîtresse, on peut s’étonner de ne pas observer l’habituel entrelacement du H de Henri et du D de Diane ou du croissant qui lui est associé, alors même que ce dispositif est très souvent attesté sur bien d’autres reliures, même d’ouvrages qui ne sont pas destinées à la duchesse de Valentinois, comme le montrent ces quelques exemples.

Pour d’autres reliures aux armes de Henri II, voir par exemple :

Par ailleurs A. Paulin Paris émet des réserves quant à la justesse de l’indication du premier feuillet du ms. B.N. fr 885 : “cette inscription ne donne pas le droit d’affirmer ce qu’elle signale. La reliure semble bien avoir été faite pour Henry II ou Henry III, mais nul arc ou carquois, nul entrelacement de chiffres ne permet d’assurer que le livre ait eu cette destination particulière [i.e. être offert à Diane de Poitiers]. Ce qu’il y a de certain, c’est que la reliure est d’un excellent style.” (Les Manuscrits françois de la Bibliothèque du Roi, t. VII, Paris, 1848, p. 108). Cette remarque de Léopold Delisle va dans le même sens : “Il n’est pas […] parfaitement démontré que Diane ait possédé le livre de vers n° 885, qu’on suppose lui avoir été offert par Henri II.” (Le cabinet des manuscrits de la bibliothèque impériale, t. I, Paris, 1868, p. 189, note 2).

En réalité, l’étude de la composition du manuscrit lui-même fait apparaître que le B.N. fr 885 est bien plus tardif que les critiques ne le pensaient jusqu’ici. Comme nous allons le voir en effet, sa seconde section est prise du ms. B.N. fr 842, que François Rouget considère de façon convaincante, à la suite de Jacques Lavaud, comme postérieur à 1569.

4. Organisation interne du recueil de vers

Le ms. est divisé en deux sections bien distinctes. La première reprend, on l’a vu, le contenu de Vaticane. La seconde procède d’une autre source qui correspond approximativement à deux sections du ms. B.N. fr 842 (f. 114 r°-147 v° puis f. 48-60). Le copiste du B.N. fr 885 omet certes quelques-unes des pièces présentes dans le B.N. fr 842, mais cette sélection s’explique logiquement : on remarque en effet que tous les poèmes omis se trouvent déjà dans la première section du B.N. fr 885, ce qui suppose un tri concerté de la part de notre copiste. Dès lors que l’on tient compte de ce choix de composition, on observe que toutes les pièces tirées du ms. 842 sont copiées exactement dans le même ordre dans le ms. 885.

Les différences entre les deux manuscrits s’expliquent donc logiquement : chaque fois que notre scribe s’est souvenu qu’il avait déjà copié une pièce dans sa première partie, il l’a laissée de côté. Toutefois, il faut que ce soit bien le copiste du ms. B.N. fr 885 qui suive le ms. B.N. fr 842, et non l’inverse pour que l’hypothèse soit vraisemblable.

A la fin du ms. 885, on trouve quelques pièces qui ne figurent pas dans le ms. 842, tel qu’il nous est parvenu. Il s’agit des huitains de Saint-Gelais pour la tapisserie de Cupido et Psyché ainsi qu’un opuscule adressé à la reine Catherine de Médicis. Comme le ms. B.N. fr 842 est incomplet à la fin et qu’il s’interrompt précisément au milieu des huitains composés à six mains (Chappuys, Héroët, Saint-Gelais) pour la tapisserie de Cupido et Psyché, il est très vraisemblable que le copiste du ms. 885 a eu sous les yeux le ms. B.N. fr 842 dans son entier – ou tout ou moins dans un état plus complet que celui qui nous est parvenu – et que ces pièces figuraient sur les feuillets manquants.


Pour citer cet article :
JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Description du ms. B.N. fr 885 », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 29 octobre 2011, mis à jour le 17 mai 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/237.



Citer ce billet
Claire Sicard (2011, 29 octobre). B.N. fr 885. Demêler Mellin de Saint-Gelais. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://demelermellin.hypotheses.org/237

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search