Bréquigny 30

Fiche en cours d’élaboration
Dernière modification : 15 mars 2015

Bréquigny 30. XVIIIe siècle

Ms. conservé à Paris, Richelieu. Consulté en mars 2015.

Recueil de feuillets volants, tirés des papiers de l’historien, paléographe et académicien Louis-Georges de Bréquigny (1715-1795) : “Œuvres diverses de St Gelais (Matériaux propres à ce qu’il paroit) pour donner une nouvelle édition des poésies de cet auteur”.

Organisation du manuscrit

Carton III, n°9

  • Section I. jusqu’au feuillet 39. Annotations de l’imprimé de 1719.

Se présente sous la forme d’un manuscrit reliant des feuilles éparses sur lesquelles ont été collées, en colonne, à gauche de chaque page, l’imprimé de La Monnoye (1719). Des annotations sont portées sur le côté droit de certaines pages et sur l’imprimé.

  • Section II. f. 40 – 77. Copie manuscrite de pièces et appareil de notes.

Rassemble des feuillets sur lesquels les pièces sont mises au net : numéro de pièces, titres, numérotation des vers y figurent constamment. Sous les poèmes, mais aussi parfois dans les marges (éventuellement à la verticale), figurent des notes. Celles-ci  peuvent concerner l’histoire bibliographique de la pièce, fournir des éclaircissements sur les personnes et événements évoqués dans le poème, indiquer des sources textuelles ou des rapprochements avec d’autres œuvres. Majoritairement, toutefois, elles portent sur des points de langue (syntaxe, graphie, prononciation, évolution lexicale).

Carton III, n° 10

  • Section III. f. 78-120. Notes éparses.

Brouillons moins soignés que les pièces mises au net dans la section précédente et concernant en partie les mêmes pièces. Tout n’y est pas lisible et, surtout, compréhensible. De fait, les titres et incipits des pièces annotées ne sont en général pas indiqués et l’on ne sait pas toujours à quel poème rattacher le commentaire. Il est toutefois possible, dans la plupart des cas, de reconnaître le texte dont il est question en recoupant les différentes précisions fournies par ces notes. Certaines apportent des compléments à des notes déjà établies par ailleurs, d’autres visent à rectifier un premier état du projet éditorial.

A noter, au f. 79, la présence, en colonne à gauche, de vers en picard et, à droite, de partitions permettant de mettre en musique ces chansons. Dans le reste de la section, on ne trouve aucun texte poétique copié au long.

  • Section IV. f. 121-127. Préparation d’une table.

Etat préparatoire incomplet d’une sorte de table des matières, permettant au critique d’affiner l’organisation envisagée pour son édition. Le début manque.

  • Le f. 121 présente d’abord ce qui doit sans doute figurer dans sa section des “Poésies diverses”, à partir de la pièce XXVIII jusqu’à la pièce XXXXII, puis…
  • Vers pour les Ballets etc.
  • Epîtres
  • Etrennes
  • Enigmes
  • Epitaphes
  • Epigrammes
  • Distiques
  • Quatrains
  • Sizains
  • Huitains : les deux derniers (LVI, “Si comme on dit, le Pape est Dieu en terre” et LVII, “Un sourd fit un sort adjourner”) sont intégralement recopiés. Ils ne figurent pas dans l’édition de 1719 et ont sans doute été rajoutés in extremis à la liste des pièces à rassembler.
  • Neuvains
  • Dizains
  • Onzains
  • Douzains
  • Treizains
  • Quatorzains
  • Quinzain (une seule pièce)
  • Seizains
  • Sonnets
  • Rondeaux
  • Ballades
  • Elégies
  • Chansons

Le dernier feuillet de cette section (127) propose une sorte de concordance, peut-être pour mettre en relation un numéro de page où se trouve un vers et le numéro de la page où se trouve une note le concernant.

Consultation provisoirement interrompue ici.

Sources utilisées par Bréquigny

L’examen des différentes notes permet de reconstituer, au moins en partie, les sources dont dispose Bréquigny pour préparer son édition. Elles sont assez fournies. On y trouve aussi bien des imprimés antérieurs consacrés prioritairement à Saint-Gelais (1), que des imprimés polygraphiques (2) et des manuscrits (3). La codification employée par Bréquigny, dont nous n’avons pas la légende, ne permet pas de reconnaître immédiatement ces derniers. Toutefois, le recoupement des différentes leçons qu’il tire de chacun permet d’identifier avec une quasi certitude au moins deux d’entre eux (voir liste et explications ci-dessous).

(1) Imprimés des œuvres de Saint-Gelais :

  • [Œuvres, Lyon, 1547].
  • Œuvres, Harsy, 1574.
  • Œuvres, éd. La Monnoye, 1719.

(2) Imprimés polygraphiques :

(liste à venir)

(3) Manuscrits :

  • Ms. B (également désigné sous le nom de Baluze ?) → Ms. B.N. fr 1667, dit ms. Jacques Thiboust (très forte présomption).

A une dizaine de reprises Bréquigny fait allusion dans ses notes à son ms. B. et, en une occasion à un “ms. Baluze” qui pourrait, sans que cela soit certain, être le même autrement désigné. La comparaison des pièces qu’il signale sous ces deux références ainsi que des variantes textuelles qu’il tire du ms. B fait apparaître une forte concordance entre ce ms. et celui que nous désignons sous le nom de ms. Thiboust et qui a fait précisément partie de l’ancien fonds Baluze. Comme le montre ce tableau, la concordance est parfaite pour la présence des pièces. Trois arguments décisifs permettent par ailleurs de soutenir la thèse que le ms. B de Bréquigny est bien notre Thiboust (voir cases bleutées dans le tableau) :

  • C’est le seul ms. à notre connaissance dans lequel “Cheveux, seul remede et confort” porte le titre “Blason des cheveulx coupés” que Bréquigny dit trouver dans son ms. B.
  • C’est également le seul à notre connaissance à fournir au titre du dizain “J’ai veu ensemble Avignon et Marseille” l’ensemble des informations concernant la date et le lieu du trépas de Madame de Traves que Bréquigny dit trouver dans son ms. B.
  • Enfin, le nom de “J. Duchié” figure bien aux titres de plusieurs traductions d’épitaphes de Charles d’Angoulême, troisième fils de François Ier comme l’indique Bréquigny au sujet de son ms. B.

Pour ce qui concerne les variantes textuelles, on constate néanmoins qu’elles sont proches de ce qu’indique Bréquigny, sans être toujours absolument identiques.

  • Deux des trois variantes notées dans “O bienheureux qui a passé son aage” (v. 32 et 50) correspondent parfaitement.
  • La troisième a le même sens mais offre une variante orthographique (“ne” dans Bréquigny à la place de “ny” dans Thiboust). Cette différence pourrait toutefois s’expliquer par le fait que Bréquigny nous dit trouver sa leçon textuelle à la fois dans ses mss. B et C et qu’il pourrait avoir adopté en l’espèce la graphie du second (c’est de fait, bien celle que l’on lit dans le ms. La Rochethulon).
  • Dans “Cheveux, seul remede et confort” les deux variantes textuelles du ms. B indiquées par Bréquigny correspondent parfaitement à ce que l’on trouve dans le ms. Thiboust. Mais la leçon de ce ms. comporte deux vers supplémentaires par rapport à celle qu’adopte Bréquigny. Là encore, on peut faire des hypothèses pour expliquer cette différence:

1. soit ces vers sont omis par Bréquigny, ce qui est d’autant plus envisageable que le ms. n’est qu’un brouillon. Ce n’est toutefois pas l’hypothèse la plus satisfaisante, dans la mesure où l’édition moderne de D. Stone Jr. indique que d’autres mss. omettent justement deux vers (Vaticane 1493, BN. fr 885 et B.N. fr 878, parmi les manuscrits qu’il consulte). Il serait particulièrement invraisemblable que l’erreur de Bréquigny rencontre exactement une tradition de leçons du texte attestée par ailleurs.

2) soit le ms. B. de Bréquigny n’est pas le ms. Thiboust mais une de ses copies, que suivrait parfaitement Bréquigny. De fait,

– les concordances sont trop importantes pour qu’une parenté directe puisse être contestée
– d’autre part Thiboust ne peut qu’être antérieur à la supposée copie car il comporte les deux vers du blason des cheveux attestés par ailleurs.

 Mais cette hypothèse n’est pas plus vraisemblable que la précédente, dans la mesure où la même objection peut se faire jour et que l’on n’imagine pas le copiste de ce ms. B combiner deux traditions textuelles, celle de Thiboust d’une part et celle des mss de fin de vie précédemment cités d’autre part.

3) soit enfin la leçon principale à partir de laquelle Bréquigny établit son texte est une de ces leçons amputée de deux vers (or on sait qu’il suit notamment La Monnoye, 1719 et Harsy, 1574, qui disposent notamment du B.N. fr 878 et dans lesquels les deux vers en question manquent aussi) et son ms. B ne lui sert qu’à améliorer ce texte de base par l’adoption de menues variantes, ce qui est cohérent avec l’organisation de son appareil de notes. Auquel cas, on peut certes être surpris que Bréquigny ne signale pas les deux vers omis, mais les pratiques éditoriales du XVIIIe siècle n’étant pas les mêmes que les nôtres d’une part et le travail étant resté inachevé d’autre part, on peut considérer que cette hypothèse est vraisemblable.

On peut donc considérer qu’il y a, sinon une absolue certitude, tout au moins une très forte probabilité pour que le ms. B de Bréquigny soit effectivement le ms. Thiboust.

  • Ms. C → Ms. B.N. NAF 28577, dit ms. La Rochethulon (complète certitude).

A une vingtaine de reprises, Bréquigny fait référence à son ms. C. Il produit, à partir de cette source de nombreuses variantes qui correspondent à celles que l’on peut lire dans le ms. La Rochethulon, comme le montre ce tableau. En une seule occurrence on note une très légère différence (abandonne / abandonner) qui peut s’expliquer par une difficulté de déchiffrage. L’argument le plus décisif pour justifier cette identification tient à ce que Bréquigny, en une occasion, précise la pagination de sa référence, pagination qui correspond exactement à celle de La Rochethulon.

  • Ms. D (également désigné sous les sigles D.L. et D.B. ?) : non identifié(s) à ce jour.

Bréquigny évoque par ailleurs, pour très peu de pièces, un ms. D ainsi que D.L. et D.B. On peut faire l’hypothèse, sans certitude à ce stade de l’enquête, que ces trois codifications renvoient au même ms (les références n’étant pas harmonisées dans ces notes préparatoires). Cela demande toutefois à être confirmé. Les références, moins nombreuses que pour les deux mss précédents offrent peu de prises pour l’identification mais l’on peut d’ores et déjà affirmer qu’en l’état actuel de nos connaissance le ms. D de Bréquigny ne correspond à aucun de ceux que nous avons dépouillés. En effet, Bréquigny signale qu’on y trouve “Toy qui voulus le très haut ciel laisser”, attribué par le ms. à Saint-Gelais et cette pièce, dans cette leçon (“Toy qui” au lieu de “Dieu qui”) ne se retrouve pour l’instant dans aucun des relevés que nous avons pu effectuer.


Pour citer cet article :
JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Description du ms. Bréquigny 30 », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 15 mars 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/2062.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search