Parution : “Saint-Gelais prête-voix”, 2014

1

Dernière mise à jour : 4 décembre 2014

Les actes du colloque “Sint Mæcenates, non deerunt, Flacce, Marones. Formes de la poésie de circonstance, de l’Antiquité à la Renaissance” des 9-10 décembre 2010 consacré organisé par Adeline Lionetto et Aurélie Delattre viennent de paraître (Lien vers la présentation de l’éditeur).

Ils contiennent un article consacré à Mellin de Saint-Gelais qui examine la manière dont le poète use de la première personne du singulier dans ses pièces de circonstances, qu’elle le représente ou non. Il montre notamment que – par un phénomène de vases communicants, ou peut-être de rééquilibrage – plus le je paraît proche de Saint-Gelais lui-même, plus il semble fictif et dépersonnalisé, alors que plus ce je est a priori éloigné de l’auteur voire évidé de toute identification précise, plus il s’accorde avec l’esthétique d’un poète de cour qui, par le biais de l’image du prophète, se représente comme une instance de médiation entre un eux et un vous.

Références de l’article : SICARD Claire, “Saint-Gelais prête-voix”, La Muse de l’éphémère. Formes de la poésie de circonstance de l’Antiquité à la Renaissance, dir. Aurélie Delattre et Adeline Lionetto, Paris, Classiques Garnier, « Études sur la Renaissance latine », 2014, p. 301-316.