Symphorien Champier cherche à s’attirer les faveurs de Mellin de Saint-Gelais, aumônier du Dauphin François (1525)

Dernière mise à jour : 11 novembre 2014

Champier Symphorien, “A Monsieur Merlin de saint Gelais, Aumosnier de Monseigneur le Dauphin, Symphorian Champier, Salut”, Les gestes ensemble la vie du preulx chevalier Bayard ; avec sa genealogie ; comparaisons aulx anciens preulx chevaliers, gentilx, israelitiques et chrestiens. Ensemble oraisons, lamentations, epitaphes dudit chevalier Bayard. Contenant plusieurs victoyres des roys de France. Charles .viii., Loys .xii. et Francoys premier de ce nom, Lyon, Gilbert de Viliers, 1525 (10 Novembre).

La pièce est reproduite dans l’édition Paris, s.n., 1526 et elle figure encore dans celle du début du XVIIe siècle qui paraît à Lyon sous le titre Histoire des gestes du preux et vaillant chevalier Bayard Dauphinois, Lyon, Pierre Rigaud, 1602, p. 11-13. Dans la brève présentation ci-dessous, nous citons le texte de l’épître d’après cette édition. C’est également d’elle qu’est tirée la copie des pages que l’on trouvera en fin d’article.

 *

Symphorien Champier adresse l’une des épîtres dédicatoires liminaires en prose de son ouvrage historique à Mellin de Saint-Gelais. S’il lui envoie ce livre, c’est au nom de l’amitié qu’il lui porte et qu’il espère réciproque. Il s’adresse d’abord à lui en ces termes : “A toy donc, cher amy, Merlin”, puis insiste, en cours d’épître sur cette relation amicale – “mon amy Merlin”. Toutefois, le souhait final de l’épître – “Vueilles donc recongnoistre l’amour de moy envers toy, et fais qu’elle soit reciproque” – permet  d’envisager que les liens entre les deux hommes sont moins étroits que Champier l’espérerait, ou tout au moins que cette amitié en soit à ses prémices. De fait, si le jugement de l’ami a de la valeur, c’est sans doute d’abord à ses fonctions à la cour que Mellin de Saint-Gelais doit cette offrande et cette adresse. L’épitre nous permet en effet de comprendre qu’aux alentours de 1525 notre poète est aumônier du Dauphin François (“monsieur le Dauphin, au service duquel tu es ordinairement, et des plus familiers”). Et l’on sent bien dans cette épître que, par l’intermédiaire de Saint-Gelais, c’est l’attention du jeune prince que Champier cherche surtout à attirer.
Notons également qu’à la fin de l’épître, Champier fait valoir les qualités littéraires de la famille Saint-Gelais. Il fait d’abord référence aux traduction des Épîtres d’Ovide par “feu ton oncle Evesque d’Angoulesme” – i.e. Octovien de Saint-Gelais – pour signifier humblement qu’il ne saurait rivaliser avec un si beau modèle. Il cherche encore à bien disposer son destinataire à son égard en lui rappelant qu’il l’a accueilli chez lui et qu’il a remarqué son éloquence : “Je t’ay bien voulu ceste Epistre envoyer, pour te donner à cognoistre qu’à celle fois que tu fus en ma maison à Lyon avec plusieurs docteurs et lettrez entre tous autres, me pleut ton eloquence et orné langage”. Ainsi, il est vraisemblable que Mellin a séjourné à Lyon peu de temps avant la publication de l’ouvrage de Champier, durant la première moitié des années 1520.

Annexe / Texte de l’épitre, telle qu’elle figure encore dans l’édition de 1602.

Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Symphorien Champier cherche à s’attirer les faveurs de Mellin de Saint-Gelais, aumônier du Dauphin François (1525) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 11 novembre 2014 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/1827.