Amomo parle de Saint-Gelais (1535-1538)

Dernière mise à jour : 9 novembre 2014

Amomo parle de Saint-Gelais, dans une pièce intitulée « Selva al christianissimo Re di Francia, Francesco Primo » (incipit : « De l’antico Titon la bella sposa »), publiée dans :

  • Rime toscane D’Amomo Per Madama Charlotta d’Hisca, Paris, Simon des Colines, 1535
  • puis dans Rime toscane D’Amomo Per Madama Charlotta d’Hisca, Venise, s.n., 1538 (réédition citée dans Flamini Francesco, Studi di Storia letleraria italiana e straniera, Livorno, Giusti, 1895, p. 262, ouvrage d’après lequel nous reproduisons l’extrait ci-dessous).

Sous le pseudonyme d’Amomo, Émile Picot a pensé reconnaître Jean de Maumont, mais selon les travaux plus récents de Nicole Bingen (voir « Amomo (1535) : Jean de Maumont ? ou Antoine Caracciolo ? », B.H.R., t. LXII, 2000, p. 521-559), il semblerait qu’il s’agisse plutôt d’Antoine Caracciolo.

Voici le passage qui évoque Saint-Gelais (v. 85-94) :

Sangelesse gentil mi s’appresenta
Che verga i fogo d’amoroso inchiostro
Con uno stil ch’a pensa il meglio intendo
Et se tiro dai monti il vecchio Ascreo
I mirti e gl’ Orni, puo costui cantando
Plagar la tigre dove inonda il Gange.
Egli ha spinto si longe il sermon gallo
Che poco Atene e manco invidia Roma.

Molinier en propose cette traduction (Mellin de Saint-Gelays, p. 58) :

Le gentil Saint-Gelays à moi se présente,
Lui qui couvre ses feuillets d’une encre amoureuse
Avec un style tel qu’à peine j’en crois de meilleur,
Et, si des montagnes le vieil Ascréen attira
Les myrtes et les ormes, celui-ci peut, en chantant,
Apaiser le tigre, là où coule le Gange.
Il a poussé si loin la langue française
Qu’elle a peu à envier à Athènes et à Rome.


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Amomo parle de Saint-Gelais (1535-1538) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 9 novembre 2014 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/1810.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search