Pierre La Lane fait l’éloge de Jean Rus en le comparant à Marot et Saint-Gelais et le pousse à rivaliser avec eux (c. 1543)

Dernière mise à jour : 9 novembre 2014

Pierre La Lane, ami bordelais de Jean Rus, publie le huitain suivant dans les post-liminaires des Œuvres dictées par Jehan Rus, Bourdeloys, ez jeux floraulx à Tholoze, Toulouse, Guyon Boudeville, nd (c. 1543). L’ouvrage a fait l’objet d’une réédition au XIXe siècle (éd. Tamizey de Larroque, Paris, Claudin, 1875) d’après laquelle nous reproduisons cette pièce.

“Pierre La Lane, Bourdeloye, à Jehan Rus”

Puisque tu as de Marot la doulceur,
En ta jeunesse, et de Merlin aussy
La gravité, o cher amy, prends cueur ;
Poursuys tousjours, ne t’arreste à cecy.
Car je suis seur, si tu faictz guere ainsi,
Qu’en brief pourras l’ung ou bien l’aultre attaindre,
Voire obscurer son nom tant esclarcy,
Ou, qui plus est, de toutz les deux estaindre.


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Pierre La Lane fait l’éloge de Jean Rus en le comparant à Marot et Saint-Gelais et le pousse à rivaliser avec eux (c. 1543) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 9 novembre 2014 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/1804.

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search