Quand Denisot retourne sa veste au sujet de Saint-Gelais (1545-1551)

Dernière mise à jour : 11 février 2017

Nicolas Denisot publie sa première œuvre en 1545. Il s’agit des Noelz par le conte d’Alsinoys presentez à Mademoiselle sa Valentine, s.l., s.n.

L’unique exemplaire de ce recueil imprimé est conservé à la BM du Mans. Les pièces qui y figurent ont été reproduites dans Noelz par le Conte d’Alsinoys, Le Mans, 1847. Parmi elles figurent une « Chanson de Noel sur le chant de : « O combien est heureuse » » qui commence « O combien fut heureuse / La vierge quand receut ». Dans l’anthologie de 1847, elle se trouve p. 13-21 (la numérisation de l’ouvrage est disponible sur Gallica).

Pour l’un de ses premiers essais, Denisot s’appuie donc sur une des plus célèbres chansons de Mellin de Saint-Gelais [sur cette pièce, voir la notice bibliographique de « O combien est heureuse », dans  cet article du carnet]. C’est une façon, à n’en pas douter, de reconnaître la qualité de cette œuvre dont la structure prosodique doit est reprise pour que l’on puisse chanter le nouveau texte sur le même air. Pour que l’intertexte soit parfaitement perceptible, le jeune poète va jusqu’à suivre de très près l’incipit de son modèle, ce qui est assez peu fréquent dans les nombreuses imitations que ce « tube » des années 1540 a suscitées [Pour les autres chansons sur ce timbre, voir la fin de la notice bibliographique précédemment citée].

En 1549 pourtant, Du Bellay, dans La Deffence et Illustration de la langue françoise, s’en prend précisément à cette chanson de Mellin de Saint-Gelais [Voir cet article du carnet] et il n’est sans doute plus temps pour Denisot de se placer dans le camp de celui qu’il imitait quatre ans plus tôt. C’est bien pourtant ce que fait un autre jeune auteur qui avait eu une démarche fort proche de celle du poète manceau. En effet, Guillaume Des Autels avait lui aussi écrit c. 1545 des vers sur l’air d’un autre grand succès de Saint-Gelais, « Laissez la verde couleur », que Du Bellay jetait aux orties en même temps que « O combien est heureuse » [Voir cet article du carnet]. Fidèle à ses premières admirations, Des Autels réagit avec mesure mais fermeté aux attaques formulées par Du Bellay [Voir cet article du carnet]. Or nous n’avons aucune trace d’une prise de position analogue de la part de Denisot.

Tout au contraire, en 1551, le conte d’Alsinois prend parti dans la querelle opposant Saint-Gelais à Ronsard :  il se place franchement dans le camp des adversaires de Mellin. On connait en effet la note que signe Denisot, en marge de l' »Hymne triumphal sur le trepas de Marguerite de Valois Royne de Navarre », dans le Tombeau de Marguerite qu’il supervise. En regard des derniers vers de cette pièce dans laquelle Ronsard stigmatise « la tenaille » dont Mellin l’a « pincé », Denisot précise, pour les lecteurs qui ne comprendraient pas à quoi le jeune poète fait référence : « Il entent Melin de Sainct-Gelais, qui trop envieusement blâma ses œuvres devant le Roy ». Il semble désormais avoir oublié qu’à peine six ans plus tôt Mellin n’était pas pour lui un misérable envieux, mais un poète dont on pouvait, à l’orée d’une carrière poétique, envisager d’emboîter le pas.


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Quand Denisot retourne sa veste au sujet de Saint-Gelais (1545-1551) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 1er novembre 2014, mis à jour le 17 mai 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/260.