Saint-Gelais n’est pas dupe des tentatives de séduction de Charles de La Hueterie (1536-1537)

Dernière mise à jour : 24 septembre 2014

Dans son Mellin de Saint-Gelays (Rodez, 1910, p. 144-145), Molinier considère que Charles de La Hueterie s’est employé à louer Saint-Gelais pour attirer le poète dans le camp de François Sagon et créer des dissensions entre lui et Marot. Il apporte pour preuve une série de pièces.
Tout d’abord, dans Le Concile des Dieux (1536), La Hueterie adresse un dizain liminaire élogieux à Saint-Gelais (1). Puis, dans la Responce à Marot, dict Frippelippes, et à son maistre Clément (1537) il cite Saint-Gelais de façon positive, soulignant ainsi sa supériorité sur Marot (2). Mais Saint-Gelais ne se laisse pas tromper pzr ce grossier procédé et rétorque sèchement (3).

*

(1) Charles de La Hueterie, Le Concile des dieux sur les très heureuses et très magnificques nopces de très hault et très puissant prince, James, par la grâce de Dieu, roy d’Escoce, et de très haulte dame et princesse madame Magdalene, fille aisnée du Roy. Faict par Charles de La Huerterye, Paris, O. Mallard, 1536.

N’ayant pour l’instant pas pu consulter cet ouvrage, nous citons la pièce infra d’après l’édition Blanchemain des Œuvres de Saint-Gelais, t. II, p. 42. Il est donc très probable que les graphies et la ponctuation diffèrent quelque peu de l’édition princeps.

Dizain liminaire, adressé à Mellin de Saint-Gelais.

O Sainct-Gelays, éloquent et facond,
S’il te plaisoit déployer ta mémoire,
Tu ne pourrois trouver aucun second
Pour énarrer cette louable histoire.
Elle mérite une si grande gloire
Que mon esprit et ma muse stérile
N’y peut user d’assez louable style ;
Mais je supply ton élevé couraige
De s’employer à ce sujet fertile,
Pour la réduire en un plus beau langaige.

(2) Charles de La Hueterie, Responce à Marot, dict Frippelippes, et à son maistre Clément (1537). L’extrait suivant est cité d’après Molinier, p. 144-145. Les mêmes réserves que pour la pièce précédente s’imposent, concernant le protocole suivi pour collationner le texte.

Dans son patois et fol langage,
Il fera bien un sot ouvrage,
Que l’on dira communément
Cela est venu de Clément,
Lequel on vendra au Palais ;
Mais faire ainsi qu’un Sainct-Gelays,
Qui pèse comme en la balance
Ses nobles vers pleins d’éloquence,
Et sans en réserver aucun
Il a la grace de chacun ;
Aussi faict, ce n’est chose neuve,
Le bien voulu la Maisonneuve.

(3) Mellin de Saint-Gelais (pièce reproduite d’après l’édition Stone, t. 2, p. 41-42).

Si Charles n’estoit grand menteur,
Jamais n’eust esté inventeur
Du livre qu’il a publié,
Et si on l’en a guerdonné,
C’est afin qu’il perde en lisant
Le plaisir trop mal ordonné
Qu’il avoit pris en mesdisant.


Pour citer cet article :
SICARD Claire et JOUBAUD Pascal, « Saint-Gelais n’est pas dupe des tentatives de séduction de Charles de La Hueterie (1536-1537) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses,  24 septembre 2014 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/1647.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search