Antoine Gouvea traduit Mellin de Saint-Gelais pour s’adresser à François Ier (1539)

Dernière mise à jour : 21 septembre 2014

Antoine Gouvea, Epigrammaton libri duo, Lyon, 1539, p. 22-23.

Voir la numérisation ici.

“Ad Franc. Franco Regem è Gallicis Mel. Sangelasii”

Si melior virtus, si gratia gratior esse,
Sorsque velit fieri prospera, prosperior,
Consultum mage consilium, prefectioque ipsa
Perfici, et ad numeros addere multa suos,
Abste debebunt Rex impetrare, reponi
Se titulos inter ut patiare tuos :
Utque bonus, gratus, felix, dici ore nepotum
Prudens, perfectus, qualis es ipse, velis.

 Il s’appuie sur un onzain de Mellin de Saint-Gelais, que l’on peut donc dater d’avant 1539 :

Si la bonté se vouloit amander,
Et le bon sens plus advisé se faire,
Felicité mieux au sort commander
Et mieux à tous la bonne grace plaire,
Perfection encores se parfaire,
Il leur faudroit de vous, Sire, obtenir
Que leurs surnoms il vous pleust retenir
Comm’ avez pris leur essence et effect
En les souffrant à ce bien pervenir
Qu’apres François on mette à l’advenir
Bon, saige, heureux, agreable et parfaict.


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Antoine Gouvea traduit Mellin de Saint-Gelais pour s’adresser à François Ier (1539) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 21 septembre 2014 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/1615.

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search