Théodore de Bèze rappelle à André Dudith qu’il a fréquenté Mellin (1539-45 / 1569)

Dernière mise à jour : 31 août 2013

Dans une épître latine que Théodore de Bèze adresse le 14 mai 1569 à André Dudith (Poemata, 2e édition – épître absente de la 1ère édition), l’humaniste réformé revient sur son passé. À cette occasion, il rappelle les liens qui l’ont uni dès 1539 (date de son retour d’Orléans à Paris) aux “hommes les plus doctes”. Ce sont, pour la plupart, des écrivains néo-latins. Dans cette liste figure le nom de Mellin de Saint-Gelais. Il évoque ensuite son Horoscope de François II, né en 1545, ce qui laisse entendre qu’il a été en relation avec ce groupe d’amis jusqu’à cette période au moins.

Nous reproduisons ici un extrait de cette lettre d’après la traduction française proposée par “Calliope Chrestienne – Base de données consacrée à la poésie huguenote dans l’espace franco-suisse du XVIe et du début du XVIIe siècle (1530-1620) – Université de Genève”. Voir ici.

On peut lire le texte latin dans : Bèze Théodore de, Correspondance, t. X, recueillie par Hippolyte Aubert, publiée par Claire Chimelli, Alain Dufour et Béatrice Nicollier de Weck, Genève, Droz, 1980, p. 88-100. Voir ici.

[…] de retour d’Orléans à Paris – m’étant ainsi retrouvé dans l’école la plus florissante du monde et ayant fait la connaissance de personnes avec qui je pouvais me former dans n’importe quelle discipline –, j’avais du reste déjà composé un certain nombre de pièces de ce genre selon que se présentaient diverses occasions propres à libérer l’esprit des études plus sérieuses ; ces poèmes (soit dit sans offenser personne) avaient été appréciés par les hommes les plus doctes de cette académie, hommes que je comptais parmi mes amis les plus chers (il s’agissait alors de Jean Strazeel, Adrien Turnèbe, George Buchanan, Jean Tevius, Antoine de Gouvea, Mellin de Saint-Gelais et Salmon Macrin), au point qu’ils m’avaient attribué à l’unanimité, si mes souvenirs sont bons, alors que je venais de terminer l’Horoscope de François II, le premier rang parmi les auteurs d’épigrammes.
Séduit, comme je l’étais alors, par je ne sais quel espoir de parvenir à une vaine petite gloire et souhaitant, en partie également, donner satisfaction, dans la mesure de mes possibilités, au désir de mon précepteur, qui avait toujours fait preuve à mon égard d’un si grand dévouement, je ne pus retenir ce modeste livre, qui reçut de la part de mes compatriotes français et même de la part des Italiens un accueil tel que j’avais honte d’accepter les félicitations des premiers ; pour ce qui est des seconds, celui qui était alors considéré comme le plus brillant d’entre eux, Marc- Antoine Flaminio, alla jusqu’à annoncer haut et fort à qui voulait l’entendre que les Muses, il le reconnaissait désormais, avaient enfin franchi les Alpes pour pénétrer en France. Et de fait il s’en serait fallu de bien peu que dans mon imprudence je ne reste collé à ce rocher des Sirènes si le Seigneur ne m’avait forcé, comme sous l’impulsion des vents de son Esprit et bien que cela se fît contre mon gré, à conduire ma barque plus loin.


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Théodore de Bèze rappelle à André Dudith qu’il a fréquenté Mellin (1539-45 / 1569) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 31 août 2013 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/1482.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search