Théophile Belin n°370 (collection privée)

Fiche en cours d’élaboration
Dernière mise à jour : 25 décembre 2016

Ms. Théophile Belin n°370 (collection privée). [c. 1558].

Clichés photographiques du manuscrit consultés en juin 2015.

Titre indiqué f. 1, d’une main plus tardive que la copie : “Œuvres poetiques de Mellin de St Gelais. ms. du temps plus complet que l’edition imprimée”.

Un poème de Saint-Gelais est explicitement daté du 21 décembre 1557 (f. 94 v°), ce qui indique que la copie est nécessairement postérieure à cette date. Le contenu du ms. (voir en particulier, infra, les indications données en 1ère personne dans le prologue de La Sophonisbe) et l’écriture du copiste principal, qui ressemble beaucoup à celle de Saint-Gelais lui-même et pourrait bien être la sienne, permet de penser que la copie date des derniers mois de l’existence de Saint-Gelais. Ce manuscrit est donc particulièrement important parce qu’il est, à notre connaissance, le dernier composé du vivant de Saint-Gelais, vraisemblablement par le poète lui-même et qu’il contient plus des 2/3 des pièces qui ont pu lui être attribuées.

Plan de la fiche

1. Histoire du manuscrit
2. Éléments de description matérielle

3. Contenu du manuscrit

a. Section poétique
b. La Sophonisbe

4. Notes marginales


1. Histoire du manuscrit

Le parcours de ce manuscrit important est assez trouble. Voici ce que nous pouvons en reconstituer jusqu’ici :

  • À la fin du XVIIIe siècle, il fait partie “de la bibliothèque de messire Bernard de Noblet, chevalier comte de Chenelette, lieutenant des maréchaux de France au baillage de Mâcon”, comme l’indique l’ex libris sur le premier contreplat).
  • Le codex est vendu à la fin des années 1920 et, à cette occasion, figure dans le catalogue Théophile Belin, qui lui donne la désignation que nous retenons ici. C’est à ce moment qu’il fait l’objet de descriptions scientifiques par Becker (voir ci-dessous).
  • On le retrouve ensuite dans la collection de Hans (dit Jean) Furstenberg, comme l’indique l’ex libris de ce collectionneur, apposé sous celui de Bernard de Noblet.

hf

  • Le manuscrit fait l’objet d’une spoliation pendant la seconde guerre mondiale : il est mentionné dans le t. 7 du Répertoire des biens spoliés en France durant la guerre 1939-1945 (p. 34, entrée 393).
  • On en retrouve la trace en 1984, dans le catalogue Breslauer.
  • En 1990, Luigia Zilli a l’occasion de consulter le codex.
  • En 2012, le manuscrit est photographié et François Rouget y a accès à son tour.

Retour en haut de la page

2. Éléments de description matérielle

Le manuscrit de 200 f., a été décrit

  • dans la Revue d’Histoire littéraire de la France, 35e année, 1928, p. 606-609,
  • dans Becker (Zeitschrift für französische Sprache und Literatur, n° 52, 1929, p. 383-385), 
  • le Catalogue Breslauer 104 (Fine Books in Fine Bindings, New York, 1984, n° 38)
  • et Zilli (Sonnets).

Jean Vignes, précise dans son article sur les traductions de l’Arioste (“Traductions et imitations du Roland furieux (1543-1580) : étude comparative”, L’Arioste et le Tasse en France au XVIe siècle, Cahiers V.L. Saulnier, Paris, Presses de l’ENS, 2003, p. 95) qu’il a appartenu à Catherine de Médicis. François Rouget, (“La Bergerie des Saules inédite de Mellin de Saint-Gelais“, B.H.R., t. LXXVI, n°1, 2014, p. 79-101), indique également que la reliure est marquée du chiffre [K] (deux K symétriques à partir de l’axe constitué par la barre verticale de la lettre). Il s’agirait de l’un de ceux qu’utilise Catherine de Médicis à partir du règne de Charles IX (1560) comme le signale Ernest Aglaus Bouvenne (Les Monogrammes historiques d’après les monuments originaux, Paris, 1870, p. 177 note 15) : “Catherine de Médicis n’adopta ce double K qu’à partir du règne de Charles IX, pour lequel il avait été fait, puisque, outre l’initiale de Karolus, en le décomposant, on y trouve un I et un X formant le nombre romain nonus“). Il faut cependant noter que ce chiffre n’est ni couronné, ni associé à celui du nouveau roi, comme c’est le cas pour d’autres reliures portant le chiffre de la reine :

Exemples de reliures portant le chiffre de Catherine de Médicis : K couronnés et associés au chiffre de Charles IX.

Reliure du XVIe siècle en parchemin poli au chiffre de Catherine de Médicis estampé à froid, encadrement de filets, entrelacs droits et courbes et fleurons de filet, certains teintés en brun foncé sur fond pointillé avec les chiffres de la reine : K couronné, double C entrelacé et couronné au centre d’un compartiment ovale à fond de petites fleurs de lis, monogramme couronné, tranches ciselées. La Geographia di Claudio Tolomeo Alssandrino, nuouamente tradotta di Greco in Italiano da Girolamo Ruscelli, Venetia, Vincenzo Valgrisi, 1561 (source :  Numelyo).

Cliquer sur les images pour les agrandir.

Reliure au chiffre de Catherine de Médicis, 1561, source BNF.

← Reliure à la grecque en maroquin rouge à semé héraldique doré aux chiffres de Charles IX et de Catherine de Médicis Paris, atelier du relieur du roi 1561. P. Paschal, Henrici II (…) elogium, Paris, 1560. © Bibliothèque nationale de France. “Le semé [est] constitué ici des chiffres de Charles IX et de Catherine de Médicis (doubles C et K couronnés) disposés en quinconce autour du cartouche central aux armes de France[…] Signalons que les semés de chiffres royaux connaissent un regain d’intérêt sous Charles IX, avec des variantes dans leur composition : doubles C couronnés dorés seuls ou en alternance avec le simple ou double K de Catherine de Médicis, également couronnés. (F. L. B.)”

Par ailleurs, on peut tout à fait voir dans le monogramme du ms. Belin 370 deux Y entrelacés, l’un à l’endroit et l’autre à l’envers, comme sur cette reliure du ms. B.N. Lat. 1161, datée du XVIIe siècle :

Détail du dos de la reliure du ms. B.N. Lat. 1161 (source : Gallica).

Y entrelacés

La proximité de ce chiffre et de celui qui se trouve au centre du médaillon du plat supérieur du ms. Belin 370 est saisissante. L’entrelacement des deux lettres se fait par exemple de la même façon : la barre transversale gauche du Y inversé chevauche la transversale droite du Y à l’endroit, tandis que l’opération est inversée de l’autre côté. Cette observation pourrait bien amener à réévaluer le fait que le manuscrit a pu être relié pour la reine-mère.

Retour en haut de la page

3. Contenu

Ce ms. Belin, contrairement aux autres mss. tardifs des années 1560-1570, n’est pas organisé de façon générique. On observe une tendance à regrouper les poèmes qui traitent de la même circonstance (par exemple les fêtes de la Saint-Jean) ou sont adressés à la même personne (par exemple Bonaventure de Saint-Léger). François Rouget a tiré de ce codex quelques versions nouvelles de textes connus et des inédits (“Un poète “sans œuvre” : sur des vers inédits de Mellin de Saint-Gelais“, Studi Francesi, n° 174, 2014, p. 519-531).

La première partie du ms. contient environ 450 pièces poétiques, sur les 515 textes publiés dans les t. 1 et 2 de Blanchemain (et, pour ce qui concerne les sonnets, 21 des 22 recueillis par Zilli dans son édition). Cette section poétique est suivie d’une pièce de théâtre, La Sophonisbe. Quelques poèmes brefs achèvent l’ouvrage.

a. Section poétique

La plupart des pièces semblent de Saint-Gelais mais l’on note au moins la présence d’un huitain de François Ier et d’un sonnet de Du Bellay (s. 86 des Regrets “Marcher d’un grave pas et d’un grave sourci”) qui apparaît ici sous le titre de “Sonnet du courtisan français romanisé”.

Le recto du premier feuillet, d’une autre main principale que la suite, comporte par ailleurs un huitain liminaire (“Je connois bien que c’est trop entrepris”), signalé dans la description publiée dans la R.H.L.F. ainsi qu’une série de 4 citations du Canzoniere de Pétrarque (un à deux vers italiens à chaque fois). Pour la pièce française anonyme, l’article de la R.H.L.F. précise qu’elle n’a été trouvée dans aucune autre source. Rien ne permet d’attribuer cette pièce-ci à Saint-Gelais. Elle n’est pas reprise dans l’édition Stone (qui ne mentionne d’ailleurs  le ms. Belin que dans une rapide note p. xv du t. II). 

Retour en haut de la page

b. La Sophonisbe

Nous n’avons pour l’instant pas pu consulter cette partie du manuscrit. Luigia Zilli, qui édité la pièce de théâtre, indique que le ms. Belin est le seul à contenir la Sophonisbe. La leçon du texte présente de nombreuses variantes par rapport à celle des imprimés. On y repère des vers inédits mais aussi l’absence de longs passages présents dans les autres versions. La leçon de Belin 370 est précédée d’une sorte de prologue inédit dans lequel le poète, en première personne, explique les conditions de sa traduction. Des indications sur les déplacements des personnages, la musique et tout ce qui relève du jeu scénique sont indiquées au fil du texte. 

Retour en haut de la page

4. Notes marginales

f. 1 r°. On observe l’intervention de trois mains différentes sur le recto de ce feuillet liminaire :

  • une pour les poèmes, séparés les uns des autres soit par la signature ΦΦ (4 pièces) soit par deux Y entrelacés sur un plan horizontal (1 pièce) ,
  • une autre pour le titre donné au recueil,
  • une dernière, dans la marge de droite, inscrit “Pierre Morin / la plainte Monsieur / Monsieur la plai/nte / Pierre Morin est vostre tres / obeissant servi/teur laplainte / Monsieur vostre [“tres”, ajouté au-dessus du mot précédent] obeissant” [sic].

Le verso du feuillet est laissé vierge.

Selon Luigia Zilli, on remarque que des gloses signalent au lecteur la façon dont il convient de chanter ou de lire à voix haute les poèmes du recueil. 

Retour en haut de la page


Pour citer cet article :
JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Description du ms. Théophile Belin n°370 (CP) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 29 août 2011, mis à jour le 25 décembre 2016 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/1394.