B.N. lat. 4813

Fiche en cours d’élaboration
Dernière mise à jour : 1er novembre 2014

Ms. B.N. lat. 4813 : entre 1544 et 1547.

Décrit par Saulnier, “Poésies de Mellin de Saint-Gelais, Marot et autres Marotiques d’après un manuscrit non signalé”, Mélanges d’histoire littéraire offerts à Daniel Mornet, Paris, Nizet, 1951, p. 11-19. Nous citons quelques passages de cet article :

“Le manuscrit latin 4813 de la B.N., recueil factice, contient, sur la fin, un « Recueil de vers françois »[1]. Il s’agit d’un mince cahier de six feuillets, formant les folios 263 à 265, et 268 à 270 du volume ultérieurement constitué, relié et folioté[2].
Ce cahier, qui date évidemment du XVIe siècle, est un recueil de poésies marotiques. L’examen des filigranes que portent trois des feuillets permet de supposer au départ que le papier a été fourni par un atelier du Nord, aux environs de 1550[3].
Il ne semble pas que ce recueil français, perdu dans le fonds latin, ait été recensé parmi ceux qui intéressent la tradition du texte de Marot, et surtout de Saint-Gelais[4]. En fait, toutes les pièces sont ici anonymes. L’enquête permet toutefois d’en attribuer au moins un certain nombre. Mais tous nos textes présentent des variantes. Nous obtenons le tableau suivant[5] :

  • Saint-Gelais : pièces I, II ( ?), VIII, XI, XVI
  • Marot : pièces IV à VII
  • Saint-Romard : pièce X
  • Anonymes : pièces III, IX, XII à XV, XVII, XVIII

[…]

Il nous paraît possible de préciser la date et l’auteur du cahier. D’après le titre de la pièce 18, le Dauphin avait, à l’époque, un fils. Je ne vois pas que cette rencontre, exceptionnelle au XVIe siècle, puisse correspondre à une autre époque que les années 1544-1547, époque où le futur Henri II (roi en 1547) était encore Dauphin de France, mais avait déjà un fils, le futur François II (né en 1544). Il suit (puisque l’enfant n’avait que trois ans quand son père cesse d’être dauphin), qu’il faut comprendre, dans notre titre, « Des vers latins du filz », non pas « composé par le fils », mais bien « sur le fils ». Le sens complet du titre se définit ainsi : un auteur avait composé un éloge latin, quand naquit le futur François II, en 1544 ; un peu plus tard, un ami de l’auteur le traduisit en français. Le texte de la pièce dit que les vers latins étaient déjà tout usés : on inclinera donc à s’écarter de la date de 1544 pour se rapprocher du dernier terme, 1547.
Il semble exclu, en tout cas, que la pièce 18, composée aux dates que nous disons ait été transcrite plus tard sur notre cahier. La nature des corrections de même main, portée sur les pièces 1, 8, 16, nous invite, en effet, à penser que le rédacteur du manuscrit n’est autre que Saint-Gelais lui-même (plutôt, même, qu’un sien secrétaire) ; elles ont tout le caractère de corrections d’auteur retouchant son texte ; on ajoutera que, de toutes nos pièces, ces trois seules, qui sont toutes trois de Saint-Gelais, sont dans ce cas[6]. Dans ces conditions, la pièce 1 suffit à montrer que Saint-Gelais ne l’a pas transcrite dans cet état après l’avoir imprimée en 1547 dans un état meilleur.
En conclusion, nous proposons de donner à ce manuscrit la date de 1545-1546 et, pour rédacteur, Saint-Gelais[7].
S’il en est ainsi, on sera conduit à penser que certains des pièces demeurées anonymes sont des inédits de Saint-Gelais (comme d’autres, sans doute, de Marot). J’attribuerais volontiers à Saint-Gelais les pièces 14 et 15 (puisque Marot, le grand rival, a brodé différemment sur ces thèmes, il semble éliminé)[8], surtout la pièce 15, en vertu du rapprochement indiqué plus haut avec une autre épigramme de Saint-Gelais ; et aussi la pièce 18[9].
Notre manuscrit paraît donc nous offrir un rare autographe du grand second de Marot ; aux œuvres de Saint-Gelais, poète charmant et méconnu, il peut permettre d’ajouter quelques épigrammes inédites. Mais quand il ne saurait que nous fournir, avec un précieux luxe de retouches, le premier état du sonnet des lunes (l’un des poèmes les plus jolis, et le plus célèbre, sans doute, de notre auteur)[10], il nous a paru digne d’être signalé.

PS 1 : Dans le recueil dont nous parlons, à la pagination, le numéro de folio 250 a été relu par erreur, par le paginateur, « 230 », et compté pour tel ; après le folio 250, on continue donc ; 231, 232, etc..
PS 2 : Les folios 235-237, qui précèdent de peu les feuillets dont nous nous sommes occupés, sont analogues de papier, et aussi d’écriture. Il s’agit peut-être d’un autre lambeau du même manuscrit établi sur feuilles. Ces folios 235-237 sont consacrés à une seule et assez longue pièce, dont voici le titre : « A tresnoble et tresillustre dame, Madame la Grand Seneschallen Loys de Matha, salut » ; l’incipit : « Ta bonté grande et vertu tant exquise » ; le dernier vers : «  Ce néanmoins n’est du tout inutile ». Louis de Matha est un auteur peu connu. La Croix du Maine et Du Verdier le signalent comme traducteur d’Isocrate. La pièce de Matha est copiée sans rature, correction ni surcharge. Rien n’indique donc que la copie puisse être de lui”.


[1] Voir Catalogus Codicum (1744), t. IV, p. 3, ms. 4813, pièce 27.
[2] Je laisse de côté les feuillets 266 et 267, d’autre papier et d’autre écriture, qui ont été encartés dans ledit cahier. […]
[3] Les feuillets 265 (blanc) et 268 portent en filigrane une main étendue à quatre doigts réunis tendant une fleur, sans initiales ni monogramme : analogue aux marques 11449, 11456, 11457 (Auxerre, Bruxelles, Bruges, vers 1550) du répertoire de C. M. Briquet, Les Filigranes, dictionnaire historique des marques du papier, Genève, Julien, 1907, 4 vol. Note fol. 270, d’ailleurs blanc, semble appartenir à notre cahier : il porte en filigrane un raisin analogue au n° 11428 (Namur, 1530).
[4] Voir notamment les listes de ms recensés par H.J. Molinier […], P.A. Becker […]. Et aussi G. Frank, dans Modern lang. Notes, 1925, p. 61.
[5] Dans le manuscrit, les pièces ne portent ni titre (sauf la pièce 18) ni numéro.
[6] Je ne vois pas, malheureusement, que Molinier, Becker, ni un autre, ait révélé de manuscrit autographe certain de Saint-Gelais, auquel nous pourrions comparer l’écriture du nôtre.
[7] Cette date, le placerait donc, dans l’histoire des recueils collectifs, nettement après la Fleur de Poésie françoyse (1542 et 1543), dont il ne reprend aucune pièce ; au lendemain du Recueil de Vraye Poésie françoise (1544), avec lequel, comme on l’a vu, il offre au contraire plusieurs pièces communes. Et à la veille de la publication des Œuvres de 1547.
[8] Les pièces correspondantes de Marot furent composées entre 1537 et 1542, pour être imprimées en septembre 1547 (Villey, 356 et 381). Saint-Gelais put les connaître en manuscrit, et vouloir rivaliser.
[9] Rappelons que Saint-Gelais fut l’aumônier du dauphin Henri pendant tout le temps qu’il fut dauphin (1536-1547). Il écrivit des pièces sur la naissance du fils du dauphin (le futur François II) : Cf. Blanchemain, I, 290 et Blanchemain, II, 288. (voir aussi, II, 282). Bien entendu, la pièce 18 peut être de Saint-Gelais même si les vers allégués, ni leur traduction française, n’étaient de lui : il peut écrire pour un autre.
[10] Quel que soit le scripteur de notre manuscrit, il semble tout à fait exclu que des corrections comme celles que porte la pièce 8 soient le fruit d’un pur caprice de transcripteur incompétent. Si la même main n’est pas celle de Saint-Gelais, c’est bien son propre travail de composition que la main reproduit (sous la dictée, ou par transcription).


Pour citer cet article :
JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Description du ms. B.N. lat. 4813 », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 29 août 2011, mis à jour le 1er novembre 2014 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/1364.



Citer ce billet
Claire Sicard (2011, 29 août). B.N. lat. 4813. Demêler Mellin de Saint-Gelais. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/niha

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search