B.N. fr 12489

Dernière mise à jour : 6 février 2017

Ms. B.N. fr 12489.
Ancienne cote : Supplément français 2036, 51.
Fiche Jonas

Recueil de poésies amoureuses, épîtres, ballades, rondeaux, etc. de divers poètes français du XVIe siècle, début des années 1530 (pour la partie contenant des pièces de Mellin de Saint-Gelais).

Le nom de “Sainct Sire” figure au f. 1 et dans la dernière pièce du recueil (post-liminaire “o sainct cire m’amye” v. 2). Cela laisse supposer que la destinataire du recueil pourrait être une demoiselle portant ce nom (et se prénommant peut-être Hélène), soit que le manuscrit ait été effectivement copié pour elle, soit qu’il ait été ultérieurement assemblé pour lui être offert. Cette dernière hypothèse paraît la plus vraisemblable dans la mesure où la main qui mentionne ce patronyme paraît être plus récente que celles qui prennent en charge le corps du recueil.


Plan de la fiche
  1. Organisation et datation
  2. Qualité de la copie de la première partie
  3. Corpus de Mellin de Saint-Gelais dans le ms. B.N. fr 12489


 

1. Organisation et datation

Il est possible que le codex ait été composé en plusieurs temps. On distingue en tout cas plusieurs mains qui se succèdent dans la copie, parfois même en cours de pièce.

Sur le plan de l’organisation du recueil, on note que le codex comporte d’abord une trentaine de longues épîtres en vers anonymes. La composition de certaines d’entre elles date du tout début du XVIe siècle : il s’agit en effet d’échanges épistolaires entre le bailly d’Estellan et ses amis.
Dans un deuxième temps, à partir du f. 68 et jusqu’au f. 125, s’ouvre un recueil de vers de François Ier, Marguerite de Navarre, Jean Marot, Clément Marot, Victor Brodeau, Mellin de Saint-Gelais etc. Si tous les auteurs n’en sont pas identifiés, la majorité d’entre eux peuvent tout de même l’être. La présence, f. 87 v°-89 v° de l’épître de Clément Marot qui commence “Puis que les champs, les mons et les vallées”  adressée à la reine Éléonore et précisément datable de juillet 1530 (voir Marot, éd. Defaux, t. 1, p. 291) indique que le manuscrit n’a pu être copié avant cette date. Sans que l’on puisse en être complètement assuré, plusieurs indices paraissent indiquer qu’il date du début des années 1530, vraisemblablement avant 1533 :

  • la graphie du copiste,
  • les titres qui sont donnés aux poèmes, et qui se réfèrent à des genres médiévaux (épître, rondeau, ballade voire épître balladée), mais sans que la forme des pièces réponde nécessairement aux exigences formelles de ces genres,
  • la présence, en fin de section, d’une sorte de sonnet inversé. De fait, cet étrange poème est manifestement influencé par le genre italien. Mais il l’adapte très librement, en une sorte de test formel concernant notamment la disposition originale des rimes. Le genre modèle ne paraît d’ailleurs pas connu du copiste (il intitule la pièce “Aultre rondeau”) : or les premiers sonnets français dateraient précisément de la toute fin des années 1520 / début des années 1530,
  • la présence, f. 99 v°, d’une traduction d’un sonnet de Pétrarque sous la forme d’une épigramme de 20 vers, sans souci de se conformer (comme le feront des traducteurs ultérieurs) au genre originel – ce qui semble là encore indiquer que la vogue du sonnet ne s’est pas encore imposée,
  • ainsi que la version, a priori ancienne, de certains textes connus par ailleurs. C’est par exemple le cas de “Puis que la cour nous garde d’estre ensemble”, de Clément Marot, dont le ms. donne, f. 85 r°-87 v°, une version très différente de celle de tous les autres témoins connus dans lesquels elle commence d’ailleurs “Puis que le jour de mon despart arrive”.

À partir du f. 125, l’écriture change et trois copistes prennent en charge des pièces globalement plus étendues. On peut ainsi lire trois épîtres non attribuées, deux de François Ier et une autre attribuable à une maîtresse du roi, peut-être Anne de Pisseleu ainsi que l’opuscule que Lancelot de Carles consacre à la tragique destinée d’Anne Boleyn et qui commence au f. 135. Or cette œuvre ne saurait être antérieure à la seconde moitié de 1536, l’exécution de la reine d’Angleterre ayant eu lieu en mai de cette année. Il est donc vraisemblable que cette partie du ms. B.N. fr 12489 a été copiée quelques années après la précédente.
Enfin, une ou deux autres personnes interviennent brièvement aux f. 167-168 : les 4 textes copiés sur ces feuillets l’ont sans doute été plus tardivement encore. Les textes liminaires du recueil (f. 1) sont également de ces mêmes mains.

Retour en haut de la page

2. Qualité de la copie

La partie qui s’étend du f. 68 au f. 125 nous intéresse au premier chef ici puisque c’est elle qui contient les textes de Saint-Gelais. On observe que les leçons y sont fréquemment fautives :

  • le sens des vers pose parfois problème (constructions asyntaxiques, erreurs lexicales manifestes, etc.)
  • des vers sont faux (problèmes manifestes dans le compte des /ə/ muets)
  • des titres indiquent des genres auxquels les pièces ainsi intitulées ne correspondent manifestement pas (par exemple l’opuscule “Qu’est-ce qu’amour” (terza rima), indûment désigné sous le nom de “Ballade”).

Les erreurs constatées laissent par ailleurs penser que le scripteur note les textes sous la dictée d’un tiers sans toujours les comprendre, ou qu’il en a en tout cas connaissance par un vecteur oral – qu’il ait entendu quelqu’un les réciter ou les chanter. C’est ainsi qu’il peut écrire le verbe “mettre” là où on attendrait le substantif “maître”, faisant perdre tout sens à l’énoncé. Dans d’autres cas, les variantes sont acceptables mais ne témoignent pas forcément d’une volonté consciente de transformer le texte de départ.

Retour en haut de la page

3. Corpus de Mellin de Saint-Gelais dans le ms. B.N. fr 12489

Malgré cette qualité médiocre des textes, le ms. B.N. fr 12489 est un témoin dans lequel sont conservées des pièces de Saint-Gelais dans leurs versions les plus anciennes, attestées dans d’autres manuscrits des années 1530-1540. Il offre également quelques versions textuelles inédites et peut-être primitives.

Le manuscrit contient une douzaine de poèmes de Mellin :

  • Qu’esse qu’amour, esse une deité ? (f. 104 r°-105 v°)
  • Ces troys sourcys couvers de ceste guyse (f. 106 r°)
  • Puis que de moy je vous ay faict present (f. 106 v°)
  • Si vous voullez ung peu belle aparoistre (f. 107 r°)
  • Amour se voyant trop congneu (f. 108 r°)
  • Si entre tous ce livre je vous donne (f. 108 v°)
  • Mal ou bien faict j’en ay dit mon advis (f. 110 r°)
  • J’ay trop de peyne et peu de recompense (f. 111 v°-112 r°)
  • A dieu me plains qui seul me peult entendre (deux fois, f. 115 v°-116 r° et f. 116 r°-v°)
  • Ceur prisonnier vous le me disiez bien (f. 117 r°-v°)
  • En bonne foy je ne veulx point mesdire (f. 118 r°-v°)

 

Retour en haut de la page


Pour citer cet article : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « B.N. fr 12489 », Demêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 29 août 2011, [En ligne] https://demelermellin.hypotheses.org/1352.