B.N. fr 2336

Dernière mise à jour : 31 octobre 2016

Ms. B.N. fr. 2336.
Ancienne cote : Anc. 8045.

Datation : 1542-1543. Pour l’argumentaire permettant d’avancer ces dates, voir ce CR paru dans la Revue belge de philologie et d’histoire, t. 49-1, 1971, p. 245-247.

Le codex est composé de deux sections :

  • Recueil de Psaumes (traductions de Clément Marot, Maurice Scève, Clément Grolier, Pierre Gringore – Vaudemont, Pierre Le Gay, etc. – voir notice) – f. 1 à 84. C’est cette seule section qui a jusqu’ici retenu l’attention de la critique. Le codex est par exemple étudié par Verdun-Louis Saulnier (pour les psaumes de Scève, dans l’ouvrage qu’il consacre à ce poète en 1948-49) et Claude Longeon (“Maurice Scève, traducteur des Psaumes“, 1980). Il a par ailleurs été utilisé pour l’édition des Psaumes de Clément Marot fournie par Samuel Jan Lenselink en 1969 (voir CR précédemment cité).
  • La section des psaumes est suivie d’un recueil de poésie française (58 textes), copié de la même main que le ms. BN fr 2334. On peut y lire des pièces de Jean Marot (2), Clément Marot (1, attribution incertaine), Mellin de Saint-Gelais (5), François Ier (9), Claude de Bombelles (3), Marguerite de Navarre (15) et d’autres auteurs non identifiés (25) – f. 85 à 108. Pour voir le détail du contenu de cette section, voir la fiche Jonas consacrée à ce manuscrit.

Le codex semble incomplet au commencement, en réalité certains de ses feuillets sont intervertis (voir : H.-P. Clive, « The Psalm Translations in Bibliothèque Nationale Manuscript fr 2336 », B.H.R., XXVII, 1965, p. 80-95). On note également l’absence d’au moins un f. à la fin de la section des psaumes et d’au moins un autre entre les f. numérotés 98 et 99.

Le ms. contient les textes suivants de Mellin de Saint-Gelais (ou pièces pouvant lui être attribuées) :

  • D’attribution incertaine (seul Henri-Joseph Molinier les attribue à Saint-Gelais et les éditions modernes ne les reprennent pas), deux pièces liées (cinquain + rondeau) : “Si dieu vouloit pour chose bien nouvelle” et “Vous pouvez bien sans plume d’arondelle”, f. 90 v°-91 r°.
  • Les deux pièces liées (cinquain + rondeau) : “Sans me nommer vous scavez qui je suis” et “Sans vous nommer je scais bien qui vous estes”, f. 91 r° et v°.
  • “Laissez la verde couleur”,  f. 101 r° à 103 v° (pour la bibliographie concernant cette pièce,voir ici).

Sept autre pièces du ms., présentes également dans le ms. de La Rochethulon, figurent dans le t. 3 de l’édition Blanchemain des Œuvres de Saint-Gelais (1873). Mais rien ne corrobore véritablement ces attributions.

Pour une description plus détaillée du manuscrit (concernant notamment les pièces de François Ier, Marguerite de Navarre et Claude de Bombelles, voir notre article : Pascal Joubaud et Claire Sicard, “Le ms. B.N. fr 2336, une source oubliée pour les poésies de François Ier et de Marguerite de Navarre”, Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, dir. Alain Dufour et Max Engammare, Genève, Droz, vol. LXXVIII-1, n° 6, 2016 et la fiche Jonas).




Citer ce billet
Claire Sicard (2011, 29 août). B.N. fr 2336. Demêler Mellin de Saint-Gelais. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nigz

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search