B.N. fr 2334

Fiche en cours d’élaboration
Dernière mise à jour : 31 octobre 2016

Datation : 1ère moitié du XVIe siècle, selon Richard Cooper.
Ancienne cote : Anc. 8043.
Il s’agit d’un recueil intégralement poétique, difficilement déchiffrable, d’une même main (qui est aussi celle qui copie le recueil de poésie française constituant la seconde partie du ms. BN fr 2336), à part pour les annotations marginales. 
Plan de la fiche

1. Organisation du manuscrit
2. Feuillets intercalés et annotations marginales

3. Parenté avec d’autres manuscrits


 1. Organisation du manuscrit
La plupart des pièces se suivent sans être séparées et ne portent ni titres ni noms d’auteur. On remarque toutefois qu’à la fin de chaque section composées de pièces de même nature, et avant d’en commencer une nouvelle, le copiste change de feuillet. De fait, le manuscrit présente la particularité d’être globalement organisé en fonction de la taille des pièces :
  • quatrains (f. 1-6) ;
  • cinquains (f. 7-8) ;
  • sizains (f. 9) ;
  • septains (f. 10) ;
  • neuvains (f. 11) ;
  • onzains (f. 12-19) ;
  • douzains (f. 20-26) ;
  • treizains (f. 27-29) ;
  • quatorzains et sonnets[1] (f. 30-32) ;
  • quinzains (f. 33-34) ;
  • seizains (f. 36-37) ;
  • 2 pièces de 18 vers (f. 38).
  • Après ces textes de plus en plus longs, le manuscrit réunit en une section beaucoup plus étoffée des huitains (f. 39-69), certes plus brefs, mais cette exception peut s’expliquer d’une part par le fait que la forme choisie est particulièrement goûtée, et courante, dans la poésie du temps et d’autre part parce que, même dans les longues pièces des sections suivantes, la strophe de huit vers est particulièrement fréquente (voir les deux dernières sections). L’ajout de deux feuillets dans cette série vient perturber l’ordre initial : mais ils portent, copiés d’une autre main, des vers latins traduisant certains huitains français (f. 49-50).
  • On trouve, à la suite des huitains, des opuscules comptant plus de 20 vers (épîtres, élégies, épitaphes, énigme, chansons etc.), du f. 70 au f. 105.
  • Puis on retrouve vingt-quatre huitains, mais pouvant être considérés comme une ou deux longues pièces, puisqu’il s’agit de l’un des échanges entre Marguerite de Navarre et Claude de Bombelles. Celui-ci n’est pas présenté, comme c’est parfois le cas, sous forme dialogique mais on y lit d’abord les 12 huitains de Bombelles puis les 12 de la reine (f. 106-111). Neuf huitains supplémentaires (f. 111-112), là encore paraissant ne former qu’une pièce, suivent cet échange. Ils portent sur un thème analogue et on peut considérer qu’ils le prolongent, au sein d’une même section.
  • Enfin se trouvent copiés les trente huitains pour la tapisserie de Cupido et Psyché, par Chappuys, Héroët et Saint-Gelais (f. 114-120) et à la suite, sans saut de section, une longue série de 21 huitains + 1 quatrain final, de Marguerite de Navarre (f. 120-123 et dernier).
On note donc la prééminence du huitain, l’absence surprenante de tout dizain et la primauté du nombre de vers sur toute considération générique plus fine. Outre des textes de Marguerite de Navarre (une trentaine de pièces), Claude de Bombelles (12), Claude Chappuys (entre 20 et 25), Antoine Héroët (6 à 8) et Saint-Gelais (51 certaines et 7 plus douteuses) déjà mentionnés, on peut y identifier notamment des poèmes de Victor Brodeau (6), François Ier (22), Maurice Scève (2), Antoine Du Saix (1), Bonaventure Des Périers (1), François Roussin (1), François Sagon (1), Bertrand de La Borderie (1) ou encore Clément Marot (8 à 10 pièces). On le voit, en l’état de nos connaissances, c’est le corpus attribuable à Saint-Gelais qui est le plus étoffé dans ce manuscrit.
——-
[1] Dans ce manuscrit, comme souvent à cette période, quatorzains et sonnets ne sont pas encore toujours distingués les uns des autres. Notons une exception dans cette série : on y trouve aussi un seizain.
NB. Pour quelques remarques plus précises au sujet de pièces de Marguerite de Navarre et de Maurice Scève dans ce manuscrit, voir les notules référencées ici.

 

2. Feuillets intercalés et annotations marginales
Le manuscrit comporte plusieurs feuillets, blancs ou à peine annotés, où une seconde main porte des remarques, des attributions et parfois quelques vers :

1) Avant le f. 1, on lit sur un premier feuillet intercalé “Quatrains” et un schéma notant les trois dispositions possibles de rimes (sous le titre “l’entrelassure des quatrains”) :

f liminaire

2) Au f. 35 r°, c’est-à-dire juste avant la section des seizains, on lit le chiffre “XVI”. Au v° de ce même feuillet,  on trouve deux annotations, en regard de deux seizains de Saint-Gelais.

f35.1La première porte d’abord sur la pièce qui commence “Si entre tous ce livre je vous donne” (présentée dans l’édition Stone sous la forme de deux huitains consécutifs, II, p. 7). Cet ajout, “En donnant des illustrations de Gaule. S.G.” correspond exactement au titre donné à la pièce dans le ms. Chantilly 523

La seconde est placée en face de “Quand je vous veiz assise au son du leut”. Il faut la lire en deux colonnes : “A elle mesme à qui s’adresse le 129. viii. Tant a en voy. // A une bien chantant sonnant du luc.”

f35.2

Même si les pièces n’y sont pas numérotées, on remarque en effet que le 129e huitain de notre manuscrit (f. 62 r°) est effectivement “Tant a en vous de grace et de bonté”. Par ailleurs les titres donnés ici à ces deux pièces sont très proches de ceux que l’on trouve dans le ms. Chantilly 523. Dans ce codex daté c. 1544, le huitain “Tant a en vous” est intitulé “A une bien chantant et jouant du leut” et est suivi du seizain “Quand je vous vei assise”, intitulé “A elle mesme”.

f. 49 r3) Au f. 49 r°, en regard de la pièce de François Ier “Quant j’ay esté les fondemens de l’oeuvre” et de la réponse de Saint-Gelais “Si d’amitié feistes onq fondement”, la main de l’annotateur précise d’une part : “Un prince feit cecy pour deux dames”, et d’autre part “Response S. Gelais”.

Ces huitains sont fréquemment associés et les attributions en sont constantes d’une source à l’autre. Notons que, contrairement aux précédentes pièces faisant l’objet d’une note marginale, celles -ci ne se trouvent pas dans le ms. Chantilly 523.

Au v° de ce même feuillet, l’annotateur propose une traduction latine de ces deux huitains. Il faut remarquer, qu’alors même qu’il ne se trompe pas sur les attributions des pièces françaises au r°, ici, il semble attribuer la pièce du prince à Saint-Gelais (à moins qu’il ne s’agisse d’une traduction de celle-ci par Mellin ?). Ce premier texte compte 10 vers latins.

f 49 v - 1

Vient ensuite la traduction, très libre et étoffée, du huitain de Saint-Gelais en 16 vers latins, aux f. 49 v° et 50 r°  :

f 49 v - 2

f 50

Ces vers latins ne semblent apparaître qu’ici, et ne sont en tout cas pas recensés dans la production néo-latine de Mellin de Saint-Gelais.
4) Au f. 78 r°, en regard de la pièce qui commence “O dur mary bien que ayés imposée”, l’annotateur précise : “Elegie d’Ovide. S. Ge[l]ais”. 
f. 78
Dans le ms. Chantilly 523, le titre est “Translation d’une elegie d’Ovide”. Toutefois, le lien entre les remarques de l’annotateur et cet autre ms. est moins net que pour d’autres notes marginales, car ce titre ou des variantes proches, se retrouve également dans d’autres sources.
5) Le f. 107, entièrement vierge, est intercalé au milieu des huitains de Claude Bombelles.
6) Il en va de même pour le f. 110, placé pour sa part au milieu des huitains de Marguerite de Navarre.
7) Au f. 113 v°, avant les huitains pour la tapisserie de Cupido et Psyché, on trouve la note “Trente huictains pour la tapisserie faicte de la fable de Cupido et Psiché // Ces dix premiers sont de Me Claude Chapuis”.f. 113
Les quatrains de Chappuys en regard de ce feuillet intercalé sont numérotés, de 1 à 4. Sur les feuillets suivants, issus de la copie originale, on ne remarque en revanche aucune numérotation de ce type.
8) Toujours dans cette même section du manuscrit, au f. 116 r°, une note marginale intervient au moment du changement d’auteur, lorsque l’on passe des huitains de Chappuys à ceux d’Héroët (dit La Maisonneuve) : “Ces dix suyvans sont de la maison neufve”. 
f. 116
f. 116 vLa numérotation reprend, au r° et au v° f. 116, du huitain 11 (premier d’Héroët), jusqu’au 17, qui n’est précisément pas copié, mais pour lequel un espace vierge est laissé libre par le premier copiste. L’annotateur précise “il est à dire”, signalant ainsi ce manque.
Remarquons d’ailleurs que ce 17e huitain, qui manque aussi sur les vitraux de Chantilly, est la plupart du temps absent des manuscrits reproduisant la série, par exemple dans Chantilly 523. On ne le trouve en fait – dans deux versions très différentes – que dans l’imprimé L’Amour de Cupido et Psiché mere de volupté… fourni par Maugin (Paris, Jeanne de Marnef, 1546) et dans le ms. B.N. fr 885, postérieur à 1569 (il était peut-être présent également dans les feuillets aujourd’hui manquants du B.N. fr 842).
 9) Au f. 118 r°, la numérotation des pièces d’Antoine Héroët se poursuit jusqu’au 20e huitain. Le 18e offre par ailleurs l’annotation marginale “al. voyant psyché”. L’abréviation et la remarque semblent peu claires et Aline Mary Best, qui relève la note dans son édition de Chappuys, ne l’explicite pas.
f. 118 r

f. 118 v

 10) Au f. 118 v°, l’annotateur signale une fois de plus le changement d’auteur par cette note “Ces dix suyvans sont de S. Gelais”, et il poursuit sa numérotation du huitain 21 jusqu’au 24. Les six derniers, présentés sans feuillet intercalé, ne sont pas numérotés.

On remarque donc que les annotations du manuscrit sur des pièces spécifiques concernent prioritairement celles de Mellin de Saint-Gelais. Même lorsque cela n’est pas le cas, pour les huitains de François Ier, Chappuys et Héroët, ces poèmes sont toujours étroitement liés à des textes de notre auteur.

Retour en haut de la page

3. Parenté avec d’autres manuscrits
 Sur les plus de 400 pièces que compte le ms. B.N. fr 2334, on en dénombre :
Certaines de ces pièces peuvent bien sûr se trouver dans plus d’une de ces autres sources.
Dans certaines sections de notre manuscrit, en particulier dans celles des onzains et des huitains suffisamment étoffées pour que le procédé soit clairement perceptible, on remarque que le copiste du ms. B.N. fr 2334 a l’air de réorganiser ses différentes sources en fonction de son critère principal, le nombre de vers des pièces. Il n’est pas certain, à ce stade de l’enquête, qu’il s’appuie directement sur les trois manuscrits pré-cités (c’est même peu probable) mais il est indéniable qu’il y a une parenté entre eux.
Ainsi, pour les 32 onzains de notre manuscrit, on observe le schéma suivant :
  • les 16 premiers sont soit dans le ms. de La Rochethulon (pièces 1-7, 9 et 13-15 de la section de notre codex), soit dans le ms. Chantilly 523 (pièces 5-12 et 15-16) ;
  • la pièce 17 n’est pour l’instant attestée dans aucun des autres mss. que nous avons consultés ;
  • les pièces 18 à 20 se trouvent dans le ms. B.N. fr 4967 (de même, d’ailleurs, que la 1ère) ;
  • les pièces 21 à 32 ne figurent dans aucun de ces trois mss. ; notons toutefois que 5 de ces pièces, de Marguerite de Navarre, se trouvent dans d’autres mss., par exemple Arsenal 5112 et Rothschild 3286.

Si on prend la section très étendue des huitains, on observe aussi que, globalement :

  • un nombre important des premiers se trouvent aussi dans les mss. La Rochethulon  et/ou Chantilly 523 (100 premiers huitains environ),
  • la quarantaine de pièces suivantes se retrouve, pour moitié environ, dans le ms. Chantilly 523,
  • les huit pièces suivantes se trouvent toutes dans le ms. B.N. fr 4967,
  • et, enfin, les vingt derniers huitains ne se trouvent globalement pas dans les autres sources manuscrites consultées jusqu’ici, mais on reconnaît toutefois certaines pièces, parfois présentées ici sous forme de huitains alors qu’elles sont en général attestées sous d’autres formes (une ballade de Saint-Gelais, des dizains de Scève, par exemple).

Ce qui est frappant dans ce dispositif, ce n’est donc pas seulement le fait que l’on retrouve des pièces communes à ces différentes sources, mais bien plutôt que, dans chaque section, elles semblent toujours exploitées dans un ordre analogue : [La Rochethulon / Chantilly 523 / B.N. fr 4967 / Autres], avec un chevauchement significatif des pièces attestées dans les deux premiers mss. de cette liste.

L’ordre adopté dans notre ms. ne correspond pas exactement à celui des autres sources, et certaines pièces qui figurent dans celles-ci et qui auraient eu leur place dans les sections ad hoc du B.N. fr 2334, ne s’y trouvent pourtant pas. Ainsi, le ms. La Rochethulon compte 104 huitains, dont 91 seulement sont aussi dans notre ms. : c’est à la fois le signe d’une parenté certaine, et, en même temps d’un écart indéniable. Il est donc vraisemblable que notre copiste compose son ouvrage en compilant une ou plusieurs sources, elles-mêmes liées à ces mss. identifiés.

Retour en haut de la page




Citer ce billet
Claire Sicard (2011, 29 août). B.N. fr 2334. Demêler Mellin de Saint-Gelais. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nigx

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search