B.N. fr. 842

Fiche complète
Dernière mise à jour : 26 décembre 2014

Ms. B.N. fr. 842. [c. 1569] Exemplaire incomplet à la fin.
Anciennes cotes : Anc. 7220(3.3) et Colbert 2311.
 
En suivant Jacques Lavaud, François Rouget indique que ce manuscrit comporte “des pièces composées puis copiées vers 1569” (“Rémi Belleau en ses manuscrits, éléments de reconstitution génétique de La Bergerie (1565-1572)”, B.H.R., t. LXX, n°1, 2008, p. 34, note 7).
Le codex contient notamment des pièces de Belleau, Desportes et Ronsard. Pour une analyse des parties du ms. contenant les poèmes de Ronsard, voir François Rouget, Ronsard et le livre, première partie : lectures et textes manuscrits, Droz, 2010, p. 163-170.
Deux sections du ms. sont consacrées à des poèmes de Saint-Gelais et à certaines pièces d’autres auteurs qui leur sont étroitement associées. On relève ainsi, au sein de la seconde section, un quatrain responsif de François Ier, puis à la toute fin du manuscrit tel qu’il nous est parvenu, les 93 premiers vers des huitains de Chappuys et d’Héroët pour la tapisserie de Cupido et Psyché.
Plan de la fiche :

1. Première section consacrée à Saint-Gelais
2. Seconde section consacrée à Saint-Gelais

a. Cas particuliers remarquables
b. Notes marginales


Première section consacrée à Saint-Gelais
Elle s’étend du f. 48 r° au f. 60 v°. Elle est composée de la centaine de quatrains et distiques que Blanchemain et Stone publient sous le titre de “Vers pour tirer à l’aventure”. Chacun est précédé, en alternance, d’un H (ou Homme) ou d’un F (ou Femme) indiquant par qui la pièce peut être tirée dans le cadre d’un jeu de cour. Dans le manuscrit B.N. fr 842, cet ensemble comporte quelques caractéristiques notables :
  • f. 48 r° :
    • Un premier espace est laissé vide. Il est réservé à un quatrain destiné à un homme par l’indication d’un H.
    • Un premier quatrain destiné à une femme est copié, qui commence “Pourvoyez vous tant seulement”. Cette pièce figure dans les éditions modernes de Saint-Gelais, mais n’est pas intégrée à la série (Stone indique pourtant que le ms. B.N. fr 842 fait partie de ses deux sources pour collationner la série. Blanchemain en revanche ne semble pas avoir eu connaissance de l’existence de ce manuscrit).
    • Un second espace vide suit cette pièce. Il est réservé à un quatrain destiné à un homme par la mention d’un H.
    • C’est juste après ce blanc et un trait dans la marge de gauche (peut-être ajouté plus tard) qui s’étend jusqu’au niveau de l’initiale du vers “Chose vive n’est qui se sente”, que commence la série telle qu’elle figure dans le B.N. fr 885, suivi par les éditions modernes.

    f48r

  • f. 59 v° :
    • L’antépénultième quatrain de la série qui commence “Sy vous estiés à quelque pris” est ajouté d’une autre main au bas de la page. Il est présenté sous un F, ce qui rompt l’alternance. Le B.N. fr 885 indique au contraire par un H que ce quatrain est adressé à un homme.
      Notons également qu’un premier vers, “Vous allez un don retardant”, est biffé – on trouve la pièce, copiée par la main principale, au f. suivant.

    f59v

  • f. 60 r° :
    • L’avant-dernier quatrain de la série, “Vous allez un don retardant”, est un quatrain destiné à une femme (il est possible que le F soit d’une autre main).
    • Il est suivi d’un espace vierge propre à recevoir un autre quatrain, mais sans aucune indication H ou F.
    • Le dernier quatrain, “Ne scay soubs quel astre est née”, est précédé d’un F, qui, là encore, est peut-être d’une autre main (en revanche dans le B.N. fr 885, c’est un H est indiqué).

    f60r

→ Dans ce manuscrit, les quatre derniers quatrains sont donc destinés à des femmes, contrairement à ce qu’on observe dans le ms. B.N. fr 885 qui maintient l’alternance jusqu’au bout. Notons que l’édition Stone, peu claire sur ce point, propose une leçon qui ne correspond à aucun des deux manuscrits, pourtant censés être sa base :

  • Comme le texte de “Si vous esties à quelque pris” ne lui semble pas – à juste titre – convenir pour un homme, Stone indique en note qu’il change le H du ms. B.N. fr 885 en F (sans noter toutefois que ce F est déjà présent dans le ms. B.N. fr 842).
  • “Vous allez un don retardant” est destiné à une femme dans les deux leçons manuscrites. Or le quatrain devient dans l’édition Stone (I, p. 164) une pièce pour homme (sans doute pour rétablir l’alternance – pourtant rompue par la modification précédente – mais sans qu’aucune note ne le précise).
  • Le dernier quatrain “Ne scay soubs quel astre est née” est présenté comme destiné à une femme, ce qui rejoint la leçon de notre manuscrit contre celle du ms. B.N. fr 885 dont Stone suit prioritairement le texte. Il s’appuie là encore sur le sens du quatrain pour expliquer sa modification, ne mentionne pas que le F est présent dans son autre manuscrit de base et n’explique pas qu’il juge sur ce point la leçon de 842 supérieure à celle de 885.

Notons enfin la présence, au f. 60 v°, d’un quatrain isolé (et suivi de trois feuillets blancs mettant fin à la section). L’incipit de cette pièce est “Ceste beauté tant requise et cherchée” (Voir le texte de la pièce ici). La pièce ne figure ni dans le ms. B.N. fr 885, ni dans les éditions modernes de Saint-Gelais. À notre connaissance, elle n’est pas non plus attribuée à un autre poète et pourrait fort bien, au vu de sa place dans un manuscrit soucieux de proposer une organisation par auteurs, être de Saint-Gelais.

f60v

Ainsi, dans les éditions Stone et Blanchemain, cette série comporte 108 quatrains (et non 109 comme l’indique par erreur l’édition Blanchemain), tandis que dans le B.N. fr 842 elle compte 110 pièces + 3 espaces vierges au moins, apparemment prévus pour recevoir autant de pièces supplémentaires.

Retour en haut de la page

Seconde section consacrée à Saint-Gelais

Elle s’étend du f. 114 r° au f. 147 v°, après lequel le manuscrit, inachevé ou plus vraisemblablement incomplet, s’interrompt brutalement. La section contient 85 pièces, si l’on considère que les huitains pour la tapisserie de Cupido et Psyché n’en forment qu’une.

  • 83 d’entre elles sont de Saint-Gelais (on les retrouve dans les éditions modernes des œuvres du poète),
  • une de François Ier,
  • tous les huitains de la tapisserie de Cupido et Psyché dont Chappuys est l’auteur, le début de ceux d’Héroët (le premier huitain et une partie du second).
    On peut supposer que le manuscrit donnait l’intégralité de ces huitains ainsi que ceux de Saint-Gelais, mais ils ne figurent pas dans l’état partiel du manuscrit qui nous est parvenu.

La plupart des pièces comportent des titres. Le contenu de cette section présente de grandes similitudes avec la seconde section du ms. B.N. fr 885 (f. 165 r° – 208 r°) : pour cette partie, le copiste du ms. 885 s’appuie manifestement sur notre codex (pour l’analyse des raisons permettant d’avancer que le ms. 842 est antérieur à 885, voir la fiche consacrée à cet autre manuscrit, ici). L’organisation des poèmes n’est pas générique, même si, vers la fin de la section, on observe qu’un certain nombre de chansons sont rassemblées. Même en ce cas, le regroupement générique n’est toutefois pas systématique.

Retour en haut de la page

Cas particuliers remarquables :

  • f. 120 r° et v° : “De tant de maulx qu’en amour on endure” – intitulé “Dixain”.
    Ce poème, contrairement à ce qu’indique son titre, est un neuvain dans le B.N. fr 842 (comme dans les mss. B.N. fr 885 et Vienne 10.162). Mais on remarque un saut de ligne après le 6e vers, propre à recevoir un vers supplémentaire. De fait, dans le ms. Chantilly 523 (c. 1544), f. 217 r°, cette pièce est un dizain, donné toutefois dans une version assez différente de celle des manuscrits plus tardifs auxquels appartient le nôtre.
  • f. 121 v° : “Celluy qui vieille appeller vous pourra”.
    Ce quatrain, qui est présenté ici comme une pièce indépendante, est constitué par les quatre derniers vers d’un opuscule qui en compte 18 dans les mss. B.N. fr 878, 885 section 1, Vaticane 1493 et Vienne 10.162. Dans le mss. B.N. fr 878 et 885, la pièce est intitulée “A une qui, pour ce qu’elle avoit sa mere, faisoit la jeune, bien qu’elle fut vieille” et commence “Je vous requiers, m’amye, ma Commere”.
    Sous leur forme de quatrain indépendant, ces vers figurent également dans le B.N. fr 885, seconde section.

Quatrainvieillef121v

  • f. 123 r° et v° : “Ô heureuse nouvelle, ô desiré rapport” – intitulé “A la guérison de Madame”.
    Ce douzain hétérométrique, attesté dans de nombreux manuscrits et imprimés y est souvent présenté comme un calligramme en forme d’aile (voir éd. Stone, t. II, p. 185). Il est ici aligné à gauche.
  • f. 128 r° : Entre les deux quatrains aux textes très proches (v. 3 identique, rimes identiques, fragments de vers identiques) “Si pris du monde avoit tant de pouvoir” et “Si l’on pensoit trouver en son pouvoir”, la main du copiste principal indique un “ou” (présence du “ou” également dans le B.N. fr 885 section 2, f. 179 v°).

f128r°deuxquatrains_avec_ou

  • f. 128 r° : “Plus n’est mon bien subject à l’adventure”. À la fin du dernier vers “Que le vif est vainqueur de la nature”, une autre main indique “/ou/”. Après un saut de ligne est donné le vers alternatif : “Qu’un home vif surmonte sa peincture” (même dispositif sans le saut de ligne dans le ms. B.N. fr 885 section 2, sans saut de ligne, f. 179 v°).
    Signalons une erreur dans la note de l’éd. Stone pour ce quatrain (t. II, p. 39) : ce sont bien deux vers au choix qui sont donnés dans les deux mss., alors que Stone semble considérer que seul le premier figure dans le ms. B.N. fr 885 et seul le second dans le ms. B.N. fr 842. Il est possible que Stone ne se soit pas reporté aux mss. au moment d’annoter cette pièce et ait mal compris l’annotation de l’éd. Blanchemain qu’il a l’air de suivre sans le dire.

f128r°plusn'estmonbien

  • f. 128 v° – Dizain “Dis tu que tu n’as sceu comprendre”. Le v. 7, initialement oublié, est rajouté dans l’interligne par une autre main.

f128v

    • f. 133 r° – “Epitaphes pour un vieillard avaricieux” [ici neuvain, ailleurs dizain, incipit “Cy gist un corps qui ne feit en sa vie”]. Le v. 5 manque. Un espace est laissé libre après le v. 4. Dans les mss. B.N. fr 885 et Vienne 10.162 ce vers manque également. Dans le ms. B.N. fr 885 l’espace libre entre les v. 4 et 6 est également visible, en revanche, il a disparu du ms. de Vienne, plus tardif.
      L’une des versions du vers 5 est reproduite dans l’éd. Stone, t. II, p. 226, d’après l’éd. La Monnoye de 1719 (“Or dignement on l’a fait enchasser”) qui suit a priori le ms. de Vienne. On ignore toutefois la source de ce v. 5 restitué. Une autre leçon de ce vers (et d’ailleurs de la pièce entière) est donnée dans le Berlin 78C10 et dans le ms. La Rochethulon : v. 5 “Apres sa mort on le feit enchasser”.
    • f. 135 r°, on trouve une leçon de la chanson “O combien est heureuse” qui s’achève au v. 48 (il manque donc une strophe par rapport à d’autres attestations de la pièce). En marge, une autre main note deux compléments.
      → D’une part, en regard du v. 46 – “De rien qu’on m’ait promis ?” – est indiquée une variante “/ou/ Du bien qu’on m’a promis“. Le terme “bien” se trouve également, d’après Stone, dans l’éd. Lyon, 1547 et le ms. Vienne 10.162, tandis que celui de “rien” figure dans la leçon du ms. B.N. fr 885 et dans celle du ms. B.N. fr 20025.
      → D’autre part, un renvoi vers la marge est noté à la fin de la pièce. Le sizain final manquant y est copié. Notons que la chanson est complète dans le ms. B.N. fr 885, copie pour sa 2nde section du ms. 842.
    • f. 136 r°, au milieu de l'”Epistre de mons. le Dauphin françoys en l’eage de cinq ans au Roy henry son pere”, le dernier vers de ce feuillet est biffé et une autre main le corrige : le premier copiste avait omis le v. 74, et copié deux fois le v. 75 (une fois au bas du r° et une autre en haut du v°). La seconde main rectifie cette erreur.

Retour en haut de la page

Notes marginales :

Quelques notes marginales d’une autre main que celle du copiste émaillent la section. Ce sont des ajouts postérieurs, mais selon toute vraisemblance d’une main du XVIe siècle. La plupart de ces indications proposent des renvois à “un autre livre”, sans que celui-ci soit plus précisément identifié. En une occasion, la note indique toutefois le foliotage de la référence.

  • La première note en marge apparaît au f. 116 v°, en regard du dizain “Jean Tibault entre ses amys” : “Il y a un autre dixain devant ces deux qui est en un autre livre, f. [non précisé]”.

GloseJeanThibautf116v

Dans le ms. B.N. fr 842, le dizain “Jean Tibault entre ses amys” est suivi du dizain “Vous faictes bien Maistre Thibault”. On connaît par ailleurs une autre pièce de Saint-Gelais consacrée au même personnage. Elle commence “Maistre Jehan Thibault va jurant” et figure notamment dans le B.N. fr 878, le ms. Vaticane 1493 et la première section du ms. B.N. fr 885. Mais on ne trouve jamais ces trois pièces les unes à la suite des autres dans ces manuscrits. Mieux encore : seule la pièce “Maistre Jehan Thibault va jurant” est présente dans B.N. fr 878, Vaticane 1493 et la première section de B.N. fr 885. En revanche, les trois pièces se trouvent bien ensemble, dans l’ordre indiqué par la note, dans le ms. Vienne 10.162, f. 36 v° – 37 r°. Becker, dans sa description du ms. Belin 370, signale que la pièce “Maistre Jehan Thibault va jurant” est suivie au f. 38 v° de deux “strophes” qui sont précisément les deux autres dizains évoqués.
→ Parmi les manuscrits connus pouvant prétendre à être “cet autre livre” consulté par le commentateur du B.N. fr 842, il ne reste donc plus, en l’état de nos connaissances, que le ms. Belin 370 et le ms. source de Vienne 10.162 (manuscrit Desportes consulté par La Monnoye et aujourd’hui introuvable). En effet, Vienne 10.162, copié au XVIIIe siècle, est assurément postérieur au ms. B.N. fr 842 et même à la note, rédigée par une main du XVIe siècle.
  • f. 127 v°, en marge du sizain intitulé “A St Legier l’une des filles de la Royne sur son nom qui est Bonavanture” qui commence “Amour par sa mobilité”, une note indique “Il y a quatre quatrains à la mesme en un autre livre. f. [non précisé]”.
    → Pour un point sur les pièces adressées par Saint-Gelais à cette dame, voir l’article “Saint-Gelais et Saint-Leger” (en préparation). À ce stade de l’enquête, nous n’avons pas trouvé de manuscrit qui corresponde exactement à l’indication fournie par cette note.
  • f. 133 r°, à la fin de l'”Epitaphes pour un vieillard avaricieux”, on trouve la glose suivante : “le second epitaphes est en un autre livre. f. [non précisé]”. De fait, une autre pièce au moins (incipit : “S’on ne mouroit qu’en guerre ou par exces”) porte parfois ce titre – d’autres sont rattachées à ce même sujet.
  • f. 134 r°, à la fin de l'”Epitaphe de mad. Loyse de Savoye mere du Roy françoys” (incipit : “Quand madame eust remis la paix en terre”) se trouve la note suivante : “il y a un autre epitaphe sur les mesme propos qui est en un autre livre. f. [non précisé]”.
  • f. 138 r°, glose en marge de la chanson qui commence “Je consens…” : “c’est la response à une autre chanson qui comence quand j’entens escrite [tache] en un autre livre. f. 104“. Dans l’ensemble des notes marginales du B.N. fr 842, nous avons là la seule mention d’un feuillet précis.
    Si l’association des deux chansons “Je consens” et “Quand j’entens” par l’annotateur ne permet pas, pour l’instant, d’identifier “l’autre livre” auquel il se réfère, nous pouvons en revanche éliminer la plupart des sources, imprimées ou manuscrites, des poèmes de Saint-Gelais que nous connaissons. De fait, la chanson évoquée dans la note, “quand j’entens”, ne figure que dans trois séries de sources : certaines rééditions de la Deploration de Venus (1548 et 1556), le t. I du recueil de chansons publié par Walcourt en 1576 et le ms. Belin. Pour Becker, il s’agit d’un inédit de Saint-Gelais (et il l’est resté : aucun des éditeurs modernes de ses œuvres – La Monnoye, Blanchemain, Stone – ne l’inclut dans son corpus).
    Les deux pièces sont simultanément présentes dans les rééditions de la Deploration de Venus et dans Walcourt. Mais si l’on fait l’hypothèse, vraisemblable, que “l’autre livre” de l’annotateur est toujours le même, il ne peut s’agir de l’un de ces ouvrages imprimés car la majorité des pièces annotées dans le ms. n’y figure pas.
    Le cas du ms. Belin est plus délicat parce que les descriptions que nous avons de ce codex détenu en mains privées sont toutes partielles. Nous savons par Becker que la chanson “Quand j’entens” y figure, mais il ne nous dit rien de la présence ou non de “Je consens” dans le ms. Rien ne permet toutefois d’exclure que cette dernière s’y trouve bien. Une seconde difficulté se pose, concernant le foliotage indiqué par le scripteur des marges du B.N. fr 842, car il ne correspond pas à celui qui est donné par Becker (f. 107). Notons toutefois que les foliotages fournis par ce critique ne correspondent pas non plus aux indications livrées par des chercheurs plus récents (L. Zilli, F. Rouget) qui ont eu la possibilité de consulter le ms. Belin (différence de 12 f. entre les références qu’ils fournissent, pour un petit nombre de pièces, et celles de la description de Becker. Ni Zilli ni Rouget n’évoquent “Quand j’entens[1], mais si l’écart de foliotage est constant, on pourrait supposer qu’ils la placeraient c. f. 95).
  • f. 145 v° entre le huitain “O saincte nuict du soleil esclaircie” et le treizain “Voyant mon feu tant d’estés et d’hyvers” qui sont copiés sans séparation, la seconde main indique par un trait marginal et la note “ce qui s’ensuit est d’une autre matiere” qu’il s’agit bien de deux pièces distinctes.

————————

[1] (Ajout du 15 février 2015) : Peu de temps après l’achèvement de cette fiche, nous avons eu connaissance d’un article de François Rouget qui mentionne cet inédit. Voir : ROUGET François, “Un poète “sans oeuvre” : sur des vers inédits de Mellin de Saint-Gelais“, Studi Francesi, n° 174, décembre 2014, p. 525-527. Le critique y confirme que “Quand j’entens” se trouve, comme nous l’avions supposé, au f. 95 r°.

Retour en haut de la page


Pour citer cet article :
JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Description du B.N. fr 842 », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 29 août 2011, mis à jour le 26 décembre 2014 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/1320.



Citer ce billet
Claire Sicard (2011, 29 août). B.N. fr. 842. Demêler Mellin de Saint-Gelais. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nigr

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search