Chantilly 523

Fiche en cours d’élaboration
Dernière mise à jour : 12 août 2015

Ms. Chantilly 523. [c. 1544]. Le recueil est décrit par Émile Picot dans Chantilly. Le Catalogue des livres manuscrits, Paris, Plon, 1900, t. 2, p. 144-177.

1. Datation

Selon Emile Picot, le ms. Chantilly 523 peut être daté “vers 1540” (Chantilly. Le Catalogue des livres manuscrits, Paris, Plon, 1900, t. 2, p. 144-177) et aurait pu être “offert au connétable Anne de Montmorency” (II, 144). Il pense donc que le ms. fait partie de ceux qui ont été composés avant la disgrâce du connétable en 1541.

Luigia Zilli, pour sa part, considère que le manuscrit est plus tardif. Dans son article “A propos de quelques sonnets de Mellin de Saint-Gelais” (in Le Sonnet à la Renaissance des origines au XVIIe siècle, éd. Y. Bellenger, Paris, Aux Amateurs de Livres, 1988, p. 135-146), comme dans son introduction aux Sonnets de Saint-Gelais (1990), elle s’appuie sur la présence de “Rien ne se faict des grans en ces bas lieux” pour le montrer. Il semble en effet que ce poème fasse référence au traité de Crépy et prédise à partir de ce fait l’avènement prochain de Charles, duc d’Orléans, au trône italien. L. Zilli avance donc que le ms. Chantilly 523 a pu être achevé entre septembre 1544, date du traité et septembre  1545, date de la mort du duc d’Orléans.

Nous avons pour notre part montré (voir ici) que le dizain adressé à M. de Lestrange “La liberté cher amy” peut difficilement avoir été composé avant l’été 1541, c’est-à-dire un mois au moins après que Montmorency, disgracié, a dû quitter la cour de France (15 juin 1541).

Marie-Madeleine Fontaine, dans son article “Débats à la cour de France autour du Canzionere et de ses imitateurs dans les années 1538-1548. I. Mellin de Saint-Gelais” (in Les Poètes français de la Renaissance et Pétrarque, études réunies par Jean Balsamo, Genève, Droz, 2004, p. 112, note 25) “adopt[e] la datation” proposée par L. Zilli.

2. Annotations

Le manuscrit comporte des corrections de la main de Saint-Gelais, comme l’a montré Emile Picot en en confrontant la graphie à celle d’une lettre autographe de Mellin (Catalogue, p. 176).

3. Composition

On remarque que le ms. comporte de nombreuses pièces répétées, souvent dans des états différents d’une attestation à l’autre. Parmi les poèmes ainsi répétés, on peut signaler par exemple :

  • “Quiconque fut qui nature a repris”, attribué à Chappuys – présent trois fois dans le recueil (f. 63 r°, 119 r° et 137 v°) avec des variantes assez conséquentes (voir Best, p. 234).
  • “Si son reffuz et maulvais traictement”, de Chappuys – présent trois fois (f. 115 v°,  f. 122 r° et f. 135 v°).
  • “Cueur prisonnier, vous me le disies bien”, rondeau de Saint-Gelais – présent deux fois (f. 117 r° et 180 v°).
  • “L’heureux present de vostre jarretiere”, de Saint-Gelais – présent trois fois (f. 117 v°, 138 v° et 185 r°).
  • “Nyer ne puis”, sonnet de Saint-Gelais – présent deux fois (f. 119 v° et 194 r°). Il semble de prime abord que la première attestation de la pièce dans le ms. Chantilly 523 en donne un état plus ancien.
4. Pièces de Saint-Gelais

Elles sont nombreuses, une longue section étant consacrée à ses poèmes.


Pour citer cet article :
JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Description du ms. Chantilly 523 », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 26 octobre 2011, mis à jour le 29 août 2013 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/127.



Citer ce billet
Claire Sicard (2011, 26 octobre). Chantilly 523. Demêler Mellin de Saint-Gelais. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nii1

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search