Trois versions de « Pres du cercueil »

Dernière mise à jour : 29 octobre 2016

Légende : En bleu figurent les manuscrits ou l’édition imprimée « témoin » à partir desquels le texte de chaque version est collationné. Sous chaque leçon sont précisées les variantes des autres ouvrages appartenant à la même série. L’astérisque indique que le témoin n’a pas encore été directement collationné mais que son appartenance à la série ne fait pas de doute. Sont indiquées entre crochets les ouvrages qui n’ont pu encore être consultés mais dont on peut supposer qu’ils ont de bonnes chances d’appartenir à la série indiquée. Pour les variantes ainsi que les deuxième et troisième versions, sont notées en gras les modifications textuelles par rapport à la leçon de base de la série A. Les menues variantes (de simple graphie) sont soulignées.

*

Le dizain « Pres du cercueil » connaît une première version attestée dans une série de cinq manuscrits au moins. L’un d’entre eux, que nous prenons comme texte de base, est daté par Defaux de la fin de 1533 (B.N. fr 2335 a servi à la préparation de l’édition imprimée de La Fleur de poésie françoyse). Le texte circule donc dans son premier état au plus tard à cette date.

Série A / B.N. fr. 2335 ; *B.N. fr. 2370 ; B.N. fr. 2372 ; *Rothschild 2965 ;  Bern 148 ; [Soissons 200]

Pres du cercueil d’une morte gisante
Mort et Amour vindrent devant mes yeulx
Amour me dist [: « ]La mort est plus duysante
Car en mourant tu vivras beaucoup myeulx[« ]
Alors La mort, qui regnoit en maintz lieux
Pour me navrer son fort arc enfonsa
Mais de malheur sa flesche m’offensa
Au propre lieu où Amour mist la sienne,
Ainsy son dard seulement avanca
Celluy d’amour en la playe ancienne.

______________________

Variantes du ms. 2372 : aucune majuscule.
v. 3 : t’est plus duisante ; v. 9 : ainsi son dare seullement advanca ; v. 10 : celuy

Variantes du ms. Bern 148 : aucune majuscule hors début de vers.
v. 1 : sercueil ; v. 4 : tu auras ; v. 5 : Alhors ; v. 6 : enfonca ; v. 7 : la flesche m’offenca ; v. 9 : son traict seullement ; v. 10 : Celuy.
Ce témoin, datable de 1536 environ, n’offre que peu de variantes textuelles par rapport à celles du BN fr 2335. Dans cette mesure, il peut être rattaché à la leçon A. Notons toutefois que ces menues variantes préparent déjà celles, de plus grande ampleur qui s’opèreront dans la série B, plus tardive (voir infra). 

*

Quelques années plus tard la pièce est reprise, avec un changement notable d’incipit, dans un recueil polygraphique imprimé. La Fleur de toutes joyeusetez connaît des rééditions jusqu’en 1562-1563 (voir article Bibliographie). Nous ne notons pas ici les plus tardives, faute d’avoir pu déterminer jusqu’ici si notre dizain n’en a pas été retranché. Il y a en revanche toutes les chances qu’il figure dans l’édition de 1540, indiquée ici entre crochets, car il est maintenu dans la réédition de La Fleur, sous le titre de Recueil de tout soulas, de 1552.

Version parodique / Fleur de toutes joyeusetez, 1538 ; [Fleur de toutes joyeusetez, 1540] ; *Recueil de tout soulas, 1552

Titre 1538 : « Dizain de lacteur au nom du dresseux sur la mort de conichon »

Pres du cercueil d’ung amoureux gisant
Mort et Amour vindrent devant mes yeulx
Amour me dist [: « ]la mort t’est plus duisant
Car en mourant tu vivras beaucoup mieulx[« ]
Alors la mort que regnoys en maintz lieux
Pour me navre son fort arc enfonca.
Mais de malheur sa flesche m’offenca
Au propre lieu où amour mist la sienne,
Ainsi son dard seullement avanca
Celluy d’amours en la place ancienne.

⇒ Cette épitaphe burlesque est une parodie de la leçon des premiers manuscrits, comme l’indique plaisamment le titre donné dans la première édition. Les variantes, assez peu nombreuses malgré la transformation radicale du sens de la pièce, sont de trois ordres :

(a) Celles des vers 1 et 10 participent de la réorientation du sens du texte voulue par « l’acteur » : elle suggère des amours homosexuelles (l’auteur parle « au nom » d’un homme, le « dresseux », de son amoureux désigné trivialement sous le nom de « conichon ») et la pointe offre, par son ambiguïté, la possibilité d’une lecture grivoise qui accentue la liaison entre eros et thanatos, déjà présente, mais sur un mode plus grave et subtil dans la version de la série A. Il est également possible, toutefois, de considérer que la substitution de « playe » par « place » procède simplement d’une lecture fautive du texte source.

(b) La métamorphose de la « morte » de la pièce originale en « amoureux « entraîne un changement d’accord à la rime du v. 3 et par là-même une maladresse syntaxique qui semble dénoter une moindre maîtrise de la langue chez l’auteur de la parodie que chez Saint-Gelais.

(c) Enfin, les modifications des v. 5 et 6, qui là encore malmènent la grammaire – ou rendent tout au moins le sens immédiat plus obscur que dans la pièce de la série A – semblent s’apparenter à des coquilles. Elles signalent le peu de soin avec lequel le texte de base a été collationné.

Ces données intratextuelles engagent à considérer que nous avons ici affaire à une réécriture parodique composée sans grand soin. Si on peut faire crédit à Saint-Gelais d’une syntaxe généralement plus rigoureuse (comme en témoignent d’ailleurs les leçons de la série A et de la série B) on ne saurait pourtant totalement exclure que cette version soit de Saint-Gelais lui-même, par manière de jeu.

De fait, les pièces du recueil sont publiées sans mention de noms d’auteurs et la plupart n’ont pas pu être identifiées. C’est ce qui a d’ailleurs incité Louis-Aimé Martin dans son édition critique de 1830 (p. 7) à supposer que cette Fleur puisse en fait être l’œuvre du seul Luc qui appose ce nom ou les initiales Y.L.C. en tête de quelques-uns des liminaires et des poèmes du recueil. Robert Barroux [DLF – XVIe siècle] signale toutefois que, dès les premières éditions, La Fleur de toutes joyeusetez comporte, outre des pièces de Luc, des textes anciens de Molinet, de Villon ou encore de Charles d’Orléans par exemple. Claude Gaucher (alias le baron Jérôme Pichon) s’oppose d’ailleurs fermement à l’hypothèse de Martin en indiquant que le recueil compte des pièces attribuables sans le moindre doute à Marot ou à Saint-Gelais notamment (Bulletin du bibliophile, 1838, p. 468-470). Il faut toutefois noter que le bibliophile se fonde sur une édition plus tardive (de 1562 ou 1563) pour soutenir sa démonstration. Or Frédéric Lachèvre a bien montré que les rééditions successives augmentent constamment le recueil de départ.

Il est ainsi délicat de faire la part entre les pièces dues à Luc, celles qui sont empruntées à une tradition qui s’est pour nous perdue, voire celles qui sont de la plume de certains des contemporains de Luc. Ces dernières ne sont d’abord pas nombreuses. De Marot, paraissent deux poèmes dans la réédition de 1535. Un autre, du même poète, ainsi que notre dizain sont introduits dans La Fleur de 1538. Ce n’est que dans les éditions ultérieures que cette ouverture aux pièces de contemporains s’amplifiera : en 1552 par exemple, l’ouvrage désormais intitulé Recueil de tout soulas, en compte plusieurs nouvelles de Marot, de Saint-Gelais, mais aussi de Chappuys. Qui, dans cette mesure peut ici se désigner sous le nom d' »acteur » ? Est-ce Saint-Gelais (de fait auteur de la version initiale de « Pres du cercueil ») ou bien plutôt Luc, éditeur scientifique d’un ouvrage qu’il enrichit de quelques-unes de ses propres pièces et qui pourrait s’être livré ici à un exercice de réécriture ?

Pour le déterminer, on peut s’appuyer sur les quelques autres textes de l’édition de 1538 qui portent au titre cette mention d' »acteur ». Deux d’entre elles se trouvent dans les liminaires de l’ouvrage, et le premier vers du quatrain intitulé « Lacteur à son amy Estienne Deusseulx » identifie clairement cet « acteur » à Luc (« Amy Desseulx Luc si t’envoye »). En outre, le nom de ce dédicataire retient notre attention. On peut y voir une variante de celui qui apparaît en tête de notre dizain, l’auteur parlant en l’occurrence « au nom du dresseux ». Si l’on acceptait cette hypothèse, on pourrait envisager que la réécriture du dizain puisse bien être de Luc.

On peut toutefois penser que ce « dresseux » est, plus qu’un nom propre, une désignation de fantaisie qui cadre parfaitement avec le contexte burlesque de son apparition. De fait, les connotations du terme sont pour le moins phalliques, et notre très vertical « dresseux » est présenté comme l’amant d’un « conichon » qui, pour être un homme, n’en porte pas moins dans son nom la trace du « con » féminin. On pourrait donc douter que « Deusseulx » et « le dresseux » soient une même personne, et envisager que les « acteurs » des pièces liminaires et de ce dizain parodique puissent également être distincts l’un de l’autre.

En admettant même que l’on se refuse à identifier formellement Luc comme auteur de cette version de « Pres du cercueil », il n’en reste pas moins que l’examen de la pièce dans son contexte nous interdit de penser que la réécriture puisse être de Saint-Gelais. En effet, dans le recueil de 1538, ce dizain est étroitement lié à celui qui le suit. Un même « acteur », après avoir parlé « au nom du dresseux » de la mort de conichon, s’adresse désormais à Pierre Bouville au sujet de « la mort du dresseux, son amy ». Il ne fait nul doute que ces deux pièces sont du même auteur. Or ce second dizain, qui commence « Ne t’esbahys cher amy sy la mort », n’est assurément pas de Saint-Gelais. Par conséquent, le premier – dans cette leçon – non plus.

Cette appropriation par un tiers d’une pièce de Mellin de Saint-Gelais constitue un nouveau témoignage de la notoriété de notre poète dès la fin des années 1530 (la parodie, qui joue de la connivence avec le lecteur, élit des modèles susceptibles d’être reconnus) et de la plasticité avec laquelle cette œuvre circule, sur le mode – musical ou non – du voix de ville.

*

Nous retrouvons enfin « Pres du cercueil » dans un autre groupe de manuscrits plus tardifs. Le ms. le plus ancien de la série, Chantilly 523, est celui que nous retenons comme leçon de base. Tous les autres recensés jusqu’ici sont posthumes.

 Série B / Chantilly 523 (2e section) ; Belin 370 ; Vaticane 1493 ; B.N. fr. 885 ; B.N. fr. 878 ; Vienne 10.162

Pres du cercueil d’une morte gisante
Mort et amour vindrent devant mes yeulx
Amour me deit [:] la mort t’est plus duisante
Car en mourant tu auras beaucoup mieulx[.]
Alhors la mort qui regnoit en mainctz lieux
Pour me navrer son fort arc enfonça
Mays de malheur sa fleiche m’offensa
Au propre lieu où amour meit la sienne
Et sans entrer seullement avança
Le traict d’amour en la playe ancienne.

______________________

Variantes de Vaticane 1493 : v. 3 : dist ; v. 4 : myeulx ; v. 5 : Alors … maincts ; v. 6 : enfoncea ; v. 7 : Mais… flesche ; v. 9 : avancea.

Variantes de BN fr. 878 : v. 1. sercueil ; v. 2. yeux ; v. 3 dist ; v. 4 : mieux ; v. 5 : Allors … maintz ; v. 7 : Mais… m’offença ; v. 8 : meist ; v. 9 : seulement s’advança.

Variantes de BN. fr. 885 : v. 1. Cercueil ; v. 2. yeus ; v. 3 dist ; v. 4. mieus ; v. 5. Allors … maints lieus ; v. 6. Mais… enfoncea ; v. 7. flesche ; v. 8. O pauvre ; v. 9. seulement avancea.

Variantes de Vienne : v. 2. yeux ; v. 3 dist ; v. 4 : mieux ; v. 5. Alors … maintz ; v. 6. enfonsa ; v. 7. Mais… la flesche ;  v. 9. seulement s’avanca ; v. 10. trait.

Nous ne notons pas en variante l’usage différent de la majuscule dans ces leçons du texte.

 

⇒ Cette troisième version de « Pres du cercueil » n’est pas, contrairement à la précédente, une parodie. Elle reprend le sens de la pièce dans la série A. On remarque toutefois que les variantes textuelles sont importantes. Elles témoignent d’un profond remaniement du texte, à peine en germe dans le témoin du ms. de Berne datable de 1536 environ (voir supra, série A, variantes de Bern 148). Or on sait que le ms. Chantilly 523 (c. 1544) comporte des corrections de la main de Saint-Gelais. Par ailleurs, la composition de la seconde partie du ms. (à partir du f. 180) tend à suggérer que nous disposons avec cette source de l’une des rares manifestations explicites de l’intervention concertée de Saint-Gelais sur son œuvre. On est donc fondé à supposer que nous avons ici affaire à une évolution du texte voulue par Saint-Gelais lui-même.

Au vu de ces différents éléments, il semble donc possible de reconstituer le trajet de cette pièce de la façon suivante : au début des années 1530 circule, sous le contrôle ou non de Saint-Gelais, une première version du dizain. La pièce, diffusée exclusivement par la voie manuscrite, acquiert une renommée suffisante pour donner lieu à une réécriture parodique. Celle-ci intervient entre 1535 (date de la précédente édition de La Fleur de toutes joyeusetez, dans laquelle le dizain ne figure pas encore) et 1538 (date de la première édition de « Pres du cercueil d’ung amoureux gisant »). Cette réécriture comme sa publication (et ses rééditions) s’opèrent hors du contrôle de Saint-Gelais. En revanche, quelques années plus tard, dans le courant des années 1540, Saint-Gelais reprend ce texte déjà ancien et le remanie : ce sont ces leçons du texte qui figurent dans la série des manuscrits les plus tardifs.


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Trois versions de “Pres du cercueil” », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses,  28 août 2013 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/1255.