À propos d’un dizain doublement adressé : Saint-Gelais, Herberay et Lestrange

Dernière mise à jour : 12 août 2015

Le dizain qui commence “La liberté, cher amy” (voir les indications bibliographiques dans cet article du carnet) est adressé à Monsieur de Lestrange dans le ms. Chantilly 523. Il s’agit vraisemblablement de Louis de Lestrange, qui fut notamment ambassadeur de François Ier en Allemagne en 1541 : un acte royal atteste qu’il est déjà dans ces fonctions le 7 septembre 1541, voir ici ; un autre, daté du 4 août de la même année, signale son action diplomatique auprès de “divers personnages d’Allemagne” (voir ). Même si nous n’avons pas trouvé de document indiquant explicitement la date à laquelle commence cette mission diplomatique, elle semble débuter à peu près au moment du mariage entre Jeanne d’Albret et le duc de Clèves, en juillet 1541. La correspondance de Marguerite de Navarre indique qu’elle s’achève en janvier-février 1542 (voir ici les lettres dans lesquelles elle mentionne “L’Estrange”). Or la référence au Rhin, au v. 3 de la version du dizain adressé à Lestrange, invite à penser non seulement que c’est bien de Louis de Lestrange dont il est question mais aussi que le texte est écrit au plus tôt pendant la mission allemande de l’ambassadeur.

Dans toutes les autres sources examinées jusqu’ici, la même pièce est en revanche destinée au traducteur Nicolas Herberay, seigneur des Essarts. Cette variation de l’identité du destinataire entraîne une profonde transformation non seulement du premier vers mais aussi du troisième puisque le nom du destinataire est placé à la rime.

Leçon de Chantilly 523, f. 184 v°
  Leçon de Belin 370, f. 57 r° et v°
Titre : “A Monsr de lestrange” Titre : “A Nicolas de Harberay Sr des essars”
La liberté[,] cher amy de lestrange[,] La liberté[,] cher amy des Essars[,]
Par le dehors ne se doit demander[,] Par le dehors ne se doibt demander[,]
Eust on vaincu du Rhin jusques au gange[.] Feut on vaincueur aultant que les Cæsars[.]
Cela ne peult l’homme recommander Cella ne peult l’homme recommander
Si à soy mesme il ne scait commander[,] Si à soy mesme on ne scait commander[,]
Et qui le faict est franc et plus que Roy[.] Et qui le faict est franc et plus que Roy[.]
Mais le commung n’entend poinct ceste loy[,] Mais le commun n’entent point ceste loy[,]
Car chacun vise aux biens et aux grans sommes[.] Car chascun vise aux biens et aux grans sommes[.]
Si esse plus d’estre maistre de soy Si est ce plus estre maistre de soy
Que commander au demeurant des hommes[.] Que commander au demourant des hommes[.]

Saint-Gelais a donc recyclé une pièce adressée à Lestrange en un texte destiné à Herberay. Ce dispositif n’est pas inhabituel. De Saint-Gelais lui-même, on connaît ainsi un texte initialement destiné à Marot qui est ensuite remanié pour Ronsard.

On peut penser que le dizain a d’abord été composé à peu près au moment de l’ambassade allemande de Lestrange, après l’été 1541 et sans doute avant des missions telles que celles qu’il remplit dans les Flandres en 1543. Le manuscrit dans lequel il figure étant daté par L. Zilli c. 1544, cette version ne peut en tout état de cause être postérieure à cette date.

Par ailleurs, l’attestation la plus ancienne que nous ayons conservée de la version adressée à Des Essarts se trouve dans le ms. Belin 370, composé semble-t-il en 1558, dans les derniers mois de l’existence de Saint-Gelais. Toutes les autres sources sont posthumes. A première vue, le recyclage aurait donc pu intervenir tardivement, dans les quinze dernières années de l’existence du poète. 

Pour affiner cette datation, une difficulté se pose, le cahier du Recueil de vraye Poesie Françoyse de 1543, dans lequel se trouvait sans doute ce texte, étant perdu. Dans une démonstration convaincante, (“Le Recueil de vraye Poesie françoyse, 1543 et ses avatars”, La Poésie à la Cour de François Ier, Paris, Centre Saulnier, 2012, p. 89-99, en particulier, p. 97-98), Mireille Huchon reconstitue la composition probable de cette partie manquante. Si on suit son raisonnement, le dizain figurerait dans l’édition de 1543, puis aurait été retiré de celle de 1544, pour reparaître dans l’édition que donne Rigaud en 1559.

Mais cela pose un problème : en admettant la présence de cette pièce en 1543 (donc avant Chantilly 523 selon la datation de L. Zilli, mais déjà plus d’un an après la fin de la mission diplomatique de Louis de Lestrange en Allemagne) le dizain était-il encore adressé à Lestrange ou déjà à Des Essarts ? Chez Rigaud, le destinataire est assurément Des Essarts. Est-ce parce que l’imprimeur réactualiserait de lui-même une pièce dont il connaîtrait les transformations ? Il ne dispose pourtant, à notre connaissance, d’aucune autre source imprimée ou musicale justifiant ce changement. De plus Rigaud publie fréquemment des recueils pirates et il paraît peu vraisemblable qu’il ait eu ce type de souci éditorial pointilleux. On peut bien sûr se demander si Rigaud n’aurait pas rajouté ce texte, dans l’état dans lequel il circulerait déjà à la fin des années 1550. Mais cela mettrait à mal l’hypothèse très convaincante de M. Huchon et, surtout, on ne voit pas bien pourquoi Rigaud aurait pris cette initiative.

Il faut donc plutôt penser que dès 1543 Des Essarts est bien le destinataire de la pièce. Irait également dans ce sens le fait que Saint-Gelais adresse un sonnet à Des Essarts pour sa traduction du premier livre d’Amadis parue à la même époque, en 1544 (voir article du carnet).

Dans ce cas, il faudrait considérer les deux états du texte non pas comme des versions successives du même dizain potentiellement éloignées dans le temps (le destinataire initial du début des années 1540, Lestrange, étant détrôné bien plus tard par Des Essarts) mais au contraire très proches : la version pour Lestrange pourrait ainsi être considérée comme une pièce de circonstance contemporaine ou à peine postérieure à son ambassade en Allemagne (entre juillet 1541 et janvier-février 1542), tandis que le recyclage pour Des Essarts interviendrait en 1543 au plus tard.


Pour citer cet article :
SICARD Claire et JOUBAUD Pascal, « À propos d’un dizain doublement adressé : Saint-Gelais, Herberay et Lestrange », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 18 août 2013, mis à jour le 12 août 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/1211.