« O combien est heureuse » – indications bibliographiques

Dernière mise à jour : 11 février 2017

Cette notice est en cours d’élaboration. Elle sera complétée progressivement.

Genre : chanson.

Élément de datation : c. 1537.

Albrecht ALTDORFER, "Couple d'amoureux", c. 1530, fresque, Szépmûvészeti Múzeum, Budapest [source : WGA].

Albrecht ALTDORFER, « Couple d’amoureux », c. 1530, fresque, Szépmûvészeti Múzeum, Budapest [source : WGA].

1. Variantes de la pièce
a. Titres donnés à la pièce

– « Une chanson contenant neuf coupletz pour chanter sur le lut » (Soissons 202).

– « Chanson par une Dame » (Déploration).

– « Complaincte de la loyalle amye à son amy » (Œuvres).

– « Envoy d’une femme et ung gentilhomme qui avoit esté bien fort son serviteur et qui luy avoit donné entendre qu’il avoit volonté de l’espouser » (BN Naf 1158).

– « Chanson sur une Italienne qui commence La tu dispartita, sera fin aï mia vita » (Belin 370).

b. Variantes de l’incipit

– « Or combien est heureuse la peine de celuy » (Chansons nouvellement composées, Paris, 1548 ?).

– « Or combien est heureuse la peine de celer » (Soissons 202 et Recueil de toutes les sortes de chansons…, Lyon, 1555).

2. Où trouver la pièce ?
a. Sources du XVIe siècle
* Imprimés
  • Collectif

Œuvres, Lyon, Pierre de Tours, 1547. [La réponse « La douleur qui est celée » est présente dans le recueil, mais séparée de « O combien est heureuse » (remontée dans la première section, consacrée aux Œuvres de Saint-Gelais. Elle sert de réponse à une pièce qui pourrait être de Claudine de Bectoz].

  • Déplorations de Vénus

La Déploration de Vénus sur la mort du bel Adonis, Lyon, Jean de Tournes, 1545 (rééd. 1547, 1548, 1556). [La pièce est suivie d’une réponse : « La douleur qui est celée »]

La Déploration de Vénus sur la mort du bel Adonis, Gand, Girard de Salenson, 1554. [La pièce est suivie d’une réponse : « La douleur qui est celée »]

La Déploration de Vénus sur la mort du bel Adonis, Paris, 1561. [Édition indiquée par Stone, 1983 – non trouvée par ailleurs].

  • Autres polygraphiques

Le Discours du voyage de Constantinople, envoyé dudict lieu à une Damoyselle de France…, Paris, Gilles Corrozet et Arnoul L’Angelier, 1546.

Le livre de plusieurs pieces, dont le contenu se treuve en la page suyvante, Paris, Gilles Corrozet, Arnoul l’Angelier et François Girault, 1548.

Le Livre de plusieurs pieces, C’est à dire, faict et recueilly de divers Autheurs, comme de Clement Marot, et autres : ce que tu verras en la page suyvante, Lyon, Nicolas Bacquenois et Thibaud Payen, 1548.

  • Arts poétiques

– Sébillet Thomas, Art poétique françois, Paris, Arnoul L’Angelier, 1548 (rééd. 1551, 1555). Citation de la pièce in extenso [Voir ci-dessous, section 4].

– Fouquelin Antoine, La Rhétorique française, Paris, André Wechel, 1555 (rééd. 1557). Citation des six premiers vers. [Voir ci-dessous, section 4].

  • Recueils de chansons sans musique imprimée

Chansons nouvellement composées sur plusieurs chants, tant de musique que rustique, Jean Bonfonds, Paris, 1548 (f. D6 r° ?).

Recueil des chansons, tant musicales que rurales, « Chanson nouvelle D’amours, sur le chant « ô combien est heureuse la pene de celuy » [sic] « , Paris, c. 1550 ?, f. 38 r°.

Le recueil de toutes les sortes de chansons nouvelles, rustiques et musicales, et aussi ceulx qui sont dans la deploration de Vénus, Lyon, 1555 (f. C4 v°-C5 v° ?).

Recueil et eslite de plusieurs belles chansons joyeuses, honnestes et amoureuses, partie non encore veües, et autres, colligées des plus excellents Poëtes François, (tome 1), Anvers, Walcourt, 1576. [La pièce est suivie d’une réponse : « La douleur qui est celée »].

* Manuscrits

– Ms. Soissons 202 [c. 1537], f. 38 r° et v°.

– Ms. Vaticane Pal. Lat. 1984 [c. 1544], f. 27 v°-28 v°.

– Ms. B.N. NAF. 1158 [c. 1545-1550], f. 180 r°-182 r°.

– Ms. Belin 370 (CP) [c. 1558], f. 77 v°-78 r°.

Ms. B.N. fr. 842 [c. 1569], f. 134 r°-135 r°. [La dernière strophe est ajoutée d’une autre main dans la marge. En regard du v. 46, « De Rien qu’on m’ait promis ! », la même main ajoute une alternative : « /ou/ Du bien qu’on m’a promis ».]

Ms. B.N. fr. 885 [après 1569], f. 186 v°-187 v°.

Ms. B.N. fr. 20025 [XVIe siècle], f. 102 r°-103 v°.

Ms. Vienne 10.162 [Fin XVIIe ou début du XVIIIe siècle], f. 102 v°-104 r°.

* Recueils de musique imprimée

Premier livre de chansons en quatre volumes nouvellement composées en musique à quatre parties, par M. Pierre Certon, maistres des enfans de la S. Chapelle du palays, Paris, Le Roy et Ballard, 1552 (RISM 1552/ C1709 ; compositeur : Pierre Certon).
Second livre de guiterre, contenant plusieurs chansons en forme de voix de ville, Paris, Le Roy et Ballard, 1556 (RISM 1556/L2044 ; compositeur : Pierre Certon – table et liens vers les textes consultables ici ; fac-similé consultable ici).
Premier Livre de chansons en forme de vau de ville, Le Roy, 1573 (RISM 1573/L2042 ; compositeur : Adrian Le Roy). [Pour un enregistrement de cette version, voir ici].
Le recueil des plus belles et excellentes chansons en forme de voix de ville : tirées de divers autheurs et poëtes français, tant anciens que modernes…, Rouen, Claude Micard, 1576 (Jean Chardavoine ; compositeur : Pierre Certon. Consultable sur Gallica, rééd. 1588), f. 117 r° – 118 v°.

b. Éditions modernes

– Blanchemain Prosper, Œuvres complètes de Melin de Saicnt-Gelays, Paris, 1873, tome I, p. 66.

– Stone Donald Jr, Œuvres poétiques françaises, Paris, STFM, t. 1, p. 235-238.

3. Bibliographie critique

– PICOT Émile, « Chants historiques français du XVIe siècle (Suite)« , R. H. L. F., 7e Année, n°3, 1900, p. 409-410.

– STONE Donald Jr., Mellin de Saint-Gelais and literary history, French Forum, Publishers, 1983, chapitre II.

4. Textes du XVIe siècle évoquant la pièce
a. Citations et commentaires
  • Présentation de la pièce comme une ode

– Thomas Sébillet, Art poétique François, Paris, Arnoul L’Angelier, 1548 (rééd. 1551, 1555).

Transcription de l’œuvre (éd. 1555) : Uqar. Numérisation de l’éd. 1555 : Gallica.

– Fouquelin Antoine, La Rhétorique française, Paris, André Wechel, 1555 (rééd. 1557).

Voir Traités de poétique et de rhétorique de la Renaissance, éd. F. Goyet, Livre de Poche, 1990, p. 382.
Numérisation de l’éd. 1557 : Gallica.

  • Contestation de son appartenance au genre de l’ode

– Du Bellay Joachim, La Deffence et illustration de la langue françoise, Paris, 1549.

Transcription et numérisation de l’œuvre : BVH. Lien interne : article du carnet.

b. Chansons sur l’air de « O combien est heureuse » (timbres)

– Denisot Nicolas, « Chanson de Noel sur le chant de : « O combien est heureuse » », incipit : « O combien fut heureuse / La vierge quand receut », Noelz par le conte d’Alsinoys presentez à Mademoiselle sa Valentine, s.l., s.n., s.d., 1545 (l’unique exemplaire de cette première œuvre de Denisot est conservé à la BM du Mans). Pièce reproduite dans Noelz par le Conte d’Alsinoys, Le Mans, 1847, p. 13-21. Numérisation de l’ouvrage de 1847 : Gallica.

– « Chanson lamentable sur le chant « O combien est heureuse », 1545″. Incipit « Voyez la grand’offense / Faite par les meschans ». [Chanson réformée de 13 couplets de 6 vers qui porte sur le massacre des villages de Merindol et Cabrière, en avril 1545. On peut supposer que cette chanson de circonstance circule peu de temps après l’événement qui l’a suscitée. Ainsi, dès le printemps ou l’été 1545, non seulement le texte de Saint-Gelais (qui paraît en 1545 dans la Deploration) mais aussi son air étaient donc déjà connus].

  • « Chanson de la desolation de Cabrieres faite par les infideles. Sur le chant, O combien est heureuse », Recueil de plusieurs chansons spirituelles tant vieilles que nouvelles, avec le chant sur chacune : afin que le Chrestien se puisse esjouir en son Dieu et l’honorer : au lieu que les infidelles le deshonorent par leurs chansons mondaines et impudiques, [Mathieu Malingre], s.l., s.n., 1555, p. 190-193. Voir la numérisation ici.
  • Elle est reproduite dans Le Chansonnier huguenot du XVIe siècle, t. 3, p. 341 sq. Voir la numérisation du Chansonnier huguenot du XVIe s. ici.

– « La bonté et clemence / Du Seigneur veux chanter… », in :

  • Recueil de plusieurs chansons spirituelles tant vieilles que nouvelles, avec le chant sur chacune : afin que le Chrestien se puisse esjouir en son Dieu et l’honorer : au lieu que les infidelles le deshonorent par leurs chansons mondaines et impudiques, [Mathieu Malingre], s.l., s.n., 1555, p. 257-260. Voir la numérisation ici. [NB. L’air ne semble pas précisé, exceptionnellement, pour cette chanson].
  • Chansons spirituelles à l’honneur de Dieu et à l’édification du prochain, Paris, Durand, 1596, p. 419.

– « La langue envenimée / D’un envieux maudit », in :

  • Recueil de plusieurs chansons spirituelles tant vieilles que nouvelles, avec le chant sur chacune : afin que le Chrestien se puisse esjouir en son Dieu et l’honorer : au lieu que les infidelles le deshonorent par leurs chansons mondaines et impudiques, [Mathieu Malingre], s.l., s.n., 1555, p. 103. Voir la numérisation ici.
  • Chansons spirituelles à l’honneur de Dieu et à l’édification du prochain, Paris, Durand, 1596, p. 114.

– « L’ardeur qui me tourmente / M’a sceu si bien dompter », in :

  • Le Recueil de plusieurs chansons nouvelles. Avec Plusieurs autres Chansons d’amours, plaisantes et recreatives, qui n’ont jamais esté imprimées, jusques à present, nouvellement composées par divers Autheurs, Lyon, s.n., 1571, p. 144-147. Voir la numérisation ici.
  • Recueil et eslite de plusieurs belles chansons joyeuses, honnestes et amoureuses, partie non encore veüe, et autres, colligées des plus excellents Poëtes François par J. W[oesberge], livre premier, Anvers, Jean Waesberge, 1576, f. 114.
  • L’Excellence des chansons les plus joyeuses et recreatives composées de ce temps, Lyon, Benoit Rigaud, 1584, f. 65.

– « Mon Dieu, fais par ta grace / Nos cœurs illuminer », in Le Recueil de toutes sortes de chansons nouvelles, tant musicales que rustiques, Paris, Nicolas Buffet, 1557, f. 95 v°.

– « O combien est heureuse / L’ame qu’à Dieu s’attend », in

  • Recueil de plusieurs chansons spirituelles tant vieilles que nouvelles, avec le chant sur chacune : afin que le Chrestien se puisse esjouir en son Dieu et l’honorer : au lieu que les infidelles le deshonorent par leurs chansons mondaines et impudiques, [Mathieu Malingre], s.l., s.n., 1555, p. 62-64. Voir la numérisation ici.
  • Le Chansonnier huguenot du XVIe siècle, t. 2, p. 444.

– « Trop soudaine aliance / Ne peut durer »,  Ample Recueil des chansons, tant amoureuses, rustiques, musicales, que autres, composées par plusieurs autheurs, ausquelles sont adjousté plusieurs chansons nouvelles, Lyon, Benoit Rigaud, 1582, (1579), f. 46.


Pour citer cet article : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « « O combien est heureuse » – indications bibliographiques », Demêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 25 août 2013, [En ligne] https://demelermellin.hypotheses.org/1065.