“Ung jour que Madame dormoit” : un topos gaillard – exemple de “L’Histoire pitoyable d’un marchand…”

Dernière mise à jour : 26 août 2013

Dans son article “Le retour de Martin Ponthus : Trajets d’une rumeur, des Comptes du monde adventureux aux Novelle de Bandello” (L’Encre et la lumière : quarante-sept articles (1976-2000), Genève, Droz, 2004, p. 47-68), Michel Simonin reproduit une chanson composée de septains d’heptasyllabes qu’il suggère de dater du milieu du XVIe siècle, l’Histoire pitoyable d’ung Marchand lequel donna dix escus a son varlet pour coucher avec sa femme cependant qu’il alla coucher avec sa servante. Il souligne sa parenté avec une autre chanson de Saint-Gelais, “Ung jour que madame dormoit”.

*

Histoire pitoyable / d’ung marchand lequel donna dix / escus à son varlet pour coucher / avec sa femme cependant qu’il alla coucher avec sa servante. [Cité d’après l’annexe de l’article de M. Simonin].

Ung riche marchand estoit
D’une ville mariniere
Qui nuict et jour fringottoit
Jannette sa chambriere
Qui pour ung coup quatre en rendoit :
Voila d’amour bonne maniere
Quictant son lict à son varlet.

 Ce marchand trop aveuglé
De l’amour de son ancelle
Ainsi se vouloit reglé
En trompant sa femme belle
Qu’il a commise à son varlet :
Voila d’aimer façon nouvelle
En donnant sa femme et son droit.

 Ce marchand a descouvert
Toute l’affaire à Balaise
En disant vien ça Robert
Mais il faut que tu te taise
En celant le pot descouvert :
Voila l’amour plus chaud que braise
Qui ne peust estre recouvert.

Dix escus il luy promet
D’or de poix et de monnoye
Si finement il se met
Pres de sa maistresse gaye
Sans commettre le gros forfaict :
Voila d’amour une grande joye
Si la dame tient son varlet.

Le gentil gallant ne faut
A se trouver à la place
De son marchant fin et caut
En tenant bonne grimasse
Sans sonner mot ny bas ny haut :
Mais amour à la bonne grace
Incontinent sentit le chaut.

La dame allonge son bras
Tout le long de la poitrine
Du bon facteur et plus bas
Que le nombril la pourmeine
Disant amy ne dormez pas :
Voila d’amour, c’est bonne mere
Quand le marchand est au pourchas.

Alors dist en soubz-riant
Cette gentille maistresse
Vous n’estes pas si friant
De ceste delicatesse
Amy comme estiez si devant
Ung amour une allegresse
Qui cherche son contentement.

Le mignon sans dire mot
Sur sa maistresse se rue
En monstrant qu’il n’estoit sot
Au mestier de la charrue
Ou n’y avoit coutre ny soc
Et l’un à l’autre coup se ruent
De pointe de taille et d’estoc.

Ce combat fut si plaisant
A la marchande estonnée
De voir un tel combattant
Au gaillard camp d’hymenée
Tant fort roide et advenant :
Voila la maistresse estrenée
D’ung varlet de ce bon marchand.

Ainsi Balaise passa
Cette nuict avec la dame
Qui contente ne pensa
Sinon d’amortir la flame
Avec son mary pieça :
Voila comment la gente femme
Sans y penser a faict cela.

Mais le marchand au matin
Retournant faisant la mine
Veut donner le picotin
A son cheval non d’avoine :
Mettant la main sur le tetin
Disant ma chere souveraine
Donnez donnez m’en ung tentin.

Lors la dame à pleine voix
Dist [:] amy que voulez faire
Vous vous estes bien dix fois
Monstré brusque à cest affaire
Ceste nuict suffit pour ung mois :
Mais le marchand ne se peut taire
Qui la raison demande aux lois.

Son facteur il appella
Pour reparer son injure
Qu’il pensoit ceste nuict là
Avoir reçeu du parjure
Pour s’estre monstré deloyal :
Quand Cupido guide nature
S’est faict connoistre tres loyal.

Le serviteur appellé
De la commune justice
Respond estant conseillé
Venu son faict en notice
Qu’il avoit esté despouillé
De son honneur et que ce vice
Sur le marchand fust redoublé.

La dame d’austre costé
Se complaint de son outrage
Que son espoux rassotté
Lui jouoit en mariage
S’estant follement aheurté
A sa cannette jeune d’aage
Qui le col lui avoit presté.

Le juge ayant apperçu
Tout le point de la querelle
Et le marchand micocu
Condamne dessus sa selle
A payer les promis escus
En recompensant son ancelle
Et que jamais n’en parle plus.

Et que le facteur adroit
Pour chasser melencolie
Hors du logis sortiroit
De sa maistresse jolie
Qui jour et nuict le regrettoit :
Voila d’amour la chere lie.

Celuy qui feist la chanson
C’est ung chevalier de chasse
Qui a perdu sa rançon
En beuvant de bonne grace
Avec un gentil compaignon :
Voila comment la nuict passe
Entre madame et son mignon.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search