Mellin de Saint-Gelais, conservateur de la Bibliothèque royale

Dernière mise à jour : 2 mai 2013

A la mort du dauphin François (1536), Mellin de Saint-Gelais devient conservateur de la bibliothèque royale à Blois, jusqu’à ce qu’elle rejoigne, en 1544, celle de Fontainebleau.

Inventaire de la bibliothèque royale de Blois, f. 1 r°, 1544. Le nom de Saint-Gelais apparaît en bas de page, 4 lignes avant la fin.

Le 28 décembre 1537, François Ier crée à Montpellier le « dépôt légal » par une ordonnance dans laquelle il défend à tous imprimeurs et libraires  « de mettre et exposer en vente en notre royaume, soit en public, ni en secret, ni envoyer ailleurs pour ce faire, aucun livre nouvellement imprimé par-deçà, soit en langue latine, grecque, hébraïque, chaldée, italienne, espagnole, française, allemande ou autres, soit de ancien ou de moderne auteur de nouveau imprimé en quelque caractère que ce soit, illustré d’annotations, corrections ou autres choses prouffitables à voir, en grand ou petit volume, que premièrement, il n’ait baillé un des-dits livres, volumes ou cahiers, de quelque science ou profession qu´il soit, ès mains de notre amé et féal conseiller et aumosnier ordinaire l´abbé Melin de Saint Gelais, ayant la charge et garde de notre dite librairie étant en notre château de Blois, ou autre personnage qui parcy après pourra avoir en son lieu les dites charges et garde (…) ».

Dans l’ordonnance du Châtelet (20 mars 1538 – ns) , le roi précise: « Comme, par tous les moyens que possible a été, nous avons obvié et empêché que les erreurs et infidèles interprétations déviant de notre sainte foi et religion chrétienne ne aient été reçues en notre royaume, ayons, entres autres choses, outre les exemplaires punitions que avons fait faire, interdit et défendu à tous imprimeurs, libraires et autres quelconques, de imprimer, vendre, acheter, avoir et tenir livres et œuvres quelconques, sans que premier aient été vues et qu’ils aient permission de nous ou de justice de les imprimer, exposer en vente, les avoir et tenir, soit en public ou en privé, et, pour mieux faire entretenir nosdites ordonnances, inhibitions et défenses, ayons naguère ordonné et défendu à tous imprimeurs et libraires de notre royaume et obéissance de exposer en vente, en public ne secret, en aucune manière, livres nouvellement imprimés, que premièrement baillé n’aient un desdits livres ès-mains de notre amé et féal conseiller et aumônier ordinaire, Mellin de Saint-Gelais, abbé du Reclus, pour être mis en notre librairie, étant en notre chastel de Blois ; ayons aussi défendu à tous libraires, imprimeurs et autres de exposer en vente aucuns livres imprimés hors notre royaume, sans premièrement bailler audit de Saint-Gelais ou son commis un volume desdits livres pour savoir et entendre si ils sont dignes d’être mis en notredite librairie(…) ».


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Mellin de Saint-Gelais, conservateur de la Bibliothèque royale », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 26 octobre 2011, mis à jour le 2 mai 2013 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/103.