Robert Le Rocquez mentionne Mellin de Saint-Gelais parmi les grands poètes du règne de François Ier (c. 1559)

Dernière mise à jour : 16 août 2017

En 1589, Robert Le Rocquez le Jeune fait paraître les œuvres que son oncle et quasi homonyme – Robert Le Rocquez, prélat normand – a composées avant sa mort, c. 1560. La pièce majeure de cet ensemble, publié à Caen chez Pierre Le Chandelier (voir ici), est Le Miroir d’Eternité. Il s’agit d’un projet ambitieux, comme l’indique La Croix du Maine dans la notice élogieuse qu’il consacre à l’érudit de Carentan (Bibliothèque française, 1752, tome XIII, p. 95-98), puisque l’opuscule propose, en « près de 350 pages, […] un abregé de l’histoire sacrée et profane, clair et méthodique, où l’Auteur rapporte les grands événemens, les fondations des Empires, l’établissement des Royaumes, les hommes illustres qui ont vécu dans chaque siecle, l’invention des arts et des sciences, les progrès de la religion, les combats qui lui ont été livrés, et ses victoires », avant d’achever ce tableau universel par une évocation du Jugement dernier, le tout en vers décasyllabes.

C’est dans ce vaste cadre que prend place, au cours du récit du « Sixieme Aage », f. 113 v°, une évocation des « Poëtes regnant au temps de François de Valoys » dans laquelle Mellin de Saint-Gelais figure en deuxième place, après Antoine Héroët – auquel est réservé la présentation la plus élogieuse – mais avant Clement Marot, Claude Chappuys, Maurice Scève, François Rabelais (présenté comme médecin dans la marge de l’imprimé), Jean Du Bellay, Guillaume Du Bellay et Charles Fontaine. Dans la suite de la page, sont également mentionnés Jean Lemaire de Belges, Jean Bouchet, Nicolas Osber (originaire, comme Robert Le Rocquez, de Carentan dans la Manche) et Guillaume Budé.

Robert Le Rocquez, Le Miroir d'éternité, Caen, Pierre Le Chandelier, 1589, f. 113 v°. Source : Gallica.

Robert Le Rocquez, Le Miroir d’éternité, Caen, Pierre Le Chandelier, 1589, f. 113 v°. Source : Gallica.

Voici cet extrait :

Ce noble Roy [i.e. François Ier] (…)
Aima sur tous, et moult cherit les Muses,

Gens de sçavoir, que grandement prisa,
Et en sa Court moult les favorisa.
     Lors fleurissoit Heroët en la France,
Lequel a faict entiere recouvrance
De vray amour, en sa parfaite amie,
Œuvre excellent en haute poësie,
Et qui d’amour a touché le vray poinct,
Qui ame, et cœur divinement espoinct.
Homme lequel pour son sçavoir notoire
A merité sur tout autre la gloire.
Aussi estoyent Merlin de Sainct Gelais,
Marot, Chappuy, Sceve, aussi Rabelais,
Deux du Beslay, avec Charles Fontaine[.]

 

Rappelons que Robert Le Rocquez avait composé, c. 1544 un dizain très amical adressé à son ami et compatriote Paul Angier, publié dans divers recueils rattachables à la Querelle des Amyes (sur cette épigramme, voir cet article de Notules XVI). On observera qu’au moment de la composition de son Miroir d’éternité, probablement courant 1559 (l’épître dédicatoire du projet d’ouvrage est adressée à Henri II, qui meurt durant l’été 1559), Le Rocquez ne mentionne plus du tout Angier, qui a été fort malmené par les imprimeurs et les participants de la querelle, et au premier chef par Charles Fontaine qui, avec Héroët – auteur de La Parfaicte amye – a été l’un des piliers de cet épisode important de la vie littéraire et éditoriale des années 1540. Or ces deux auteurs figurent en revanche dans la liste de Robert Le Rocquez. On pourra s’interroger sur la raison de ce choix, qui peut aisément passer pour une trahison.

Pour citer cet article : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Robert Le Rocquez mentionne Mellin de Saint-Gelais parmi les grands poètes du règne de François Ier (c. 1559) », Demêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 16 août 2017, [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/4598.